Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Melody ▬ Histoires, belles histoires, sirènes et rois d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 16
♈ Friandises : 15
♈ A New York depuis : 16/06/2015
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Melody ▬ Histoires, belles histoires, sirènes et rois d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité   Mar 16 Juin - 19:14






Melody Underwood
ft. Dasha Sidorchuk

~ Les voix du Seigneur sont-elles aussi impénétrables que ça ? ~


Bonjour et Bienvenu à New York, ville au passé palpitant et mystérieux. Avant de vous laissez faire le tour de la ville, nous avons besoin de quelques informations à votre sujet. Premièrement, comme vous appelez vous ? Melody Underwood Bien, maintenant il nous faut votre date et lieu de naissance, ainsi que votre âge: Je suis née le 13 Novembre 1997, j'ai donc 17 ans, à New York Parfait, êtes-vous célibataire? Oui Avez-vous un métier? Si oui, lequel? Non, je vais encore au lycée D'accord, depuis quand êtes-vous à New York ? Et bien depuis toujours Cette ville vous plait? Qu'aime- vous ici? C'est calme, c'est tranquille et il y a une jolie église Nous avons bientôt terminé, ne vous inquiétez pas. A quel groupe appartenez-vous ? Sundae. Voilà, nous avons terminé le petit interrogatoire. Merci d'avoir répondu à toutes ces questions, et bonne chance à New York.


~ because everybody has a story to tell ~


Née dans une famille de fervent catholique, Melody a grandi dans les valeurs de l’Eglise et de la Bible qui étaient très importants pour ses parents. Baptisée lorsqu’elle n’était qu’un bébé, lorsque vint l’âge, la fillette fit sa première et sa seconde communion. Pour elle, aller à l’Eglise tous les dimanches était un quotidien basique. Pourtant, très tôt, elle comprit que ce n’était pas forcément le cas de tout le monde et surtout de ses amis qui ne comprenaient pas toujours ce qu’elle disait. Quand la maîtresse lui demandait ce qu’elle avait fait ce week-end, elle ne répondait jamais sans son éternel « dimanche, j’ai été à l’Eglise ». Les fêtes saintes étaient fêtées tous les ans avec autant de dévotion que des pratiquants croyants devaient avoir. Son père était le seul qui ramenait de l’argent dans la famille jusqu’à ce que sa mère ne se décide à travailler pour les services sociaux en devenant famille d’accueil. Pour Melody qui avait toujours été enfant unique, elle y voyait une occasion d’avoir « des frères et des sœurs » qu’elle n’aurait probablement jamais étant donné que ses parents avaient toujours dit que c’était un miracle de l’avoir elle. Sauf que très rapidement, lorsque vint le premier enfant à problème, Melody déchanta très rapidement parce qu’il n’était pas gentil. Il rendait la vie à la maison impossible, embêtait la fillette, se moquait de la couleur orangée de ses cheveux… Cet enfer dura un an jusqu’à ce que les services sociaux l’envoient dans une autre famille d’accueil au loin, en exil, presque étant donné une faute qu’il avait commise et qui était relativement grave. Melody ne se souvenait plus de ce qu’il avait fait, mais elle trouvait que c’était bien fait pour lui. Elle lui avait dit plein de fois que Dieu finirait par le punir pour sa méchanceté et il lui avait ri au nez en lui répondant qu’il l’attendait de pieds fermes. La fillette n’avait pas vraiment compris pourquoi il n’avait pas pris peur. Elle, elle avait peur de la punition divine.

L’année de ses neufs ans, une jeune adolescente de quinze ans débarqua chez eux. Melody se souvint qu’elle l’avait trouvé très belle et avait osé penser que plus tard, lorsqu’elle aussi aurait quinze ans, elle voudrait être aussi jolie qu’elle. Même que la nouvelle venue n’était pas un exemple de vertu et qu’elle se moquait de leurs habitudes chrétiennes, Melody s’attacha à elle parce qu’avec elle, elle était toujours gentille. Ce qui changeait des Gugus que les services sociaux leur avaient apporté jusqu’à présent. Bon, pour ne pas faire exception, elle aussi se moquait de la religion comme d’une guigne mais ça ne changeait rien au fait qu’avec elle, elle était gentille. Du haut de ses neuf ans, l’esprit de Melody était déjà pas mal « infecté » par la religion et l’adolescente se donnait un malin plaisir à contredire toutes ses convictions en lui faisant par de sa façon de vivre à elle. La rouquine trouvait ça pénible, mais elle faisait abstraction. Elle avait neuf ans, que pouvait-elle contre une jeune fille de quinze ans, presque seize ? Absolument rien ! Enfin, quand elle croyait que les services sociaux lui avaient apporté quelqu’un avec qui elle pourrait s’entendre, sa "soeur" fit quelque chose d’assez grave pour qu’on vienne la changer encore une fois de famille d’accueil. Melody fut particulièrement chagrinée par son départ et elle pensait sincèrement que plus jamais elle ne la verrait, mais elle se trompait parce que les deux filles s’entendaient bien et dès qu’elle pouvait, l’aînée venait la voir au portail de l’école pendant la récréation. A chaque fois qu'elle apparaissait, c’était une véritable surprise. Melody n’avait pas les moyens de communiquer avec elle, alors elle débarquait un peu n’importe quand et c’était toujours un véritable plaisir.

Ces visites en cachette de la part de sa soeur de coeur ne cessèrent jamais. Quand la rouquine commença à rentrer chez elle sans personne, elle la raccompagnait jusqu’au bout de sa rue parce qu’elles savaient que si les Black la voyaient en compagnie de leur petite fille, ils porteraient plainte bien qu'elle se soit toujours montrée extrêmement gentille avec elle. Mais mis à part ceux qu’ils souhaitaient sauver, les délinquants ne devaient pas fréquenter leur petite fille. Pourtant, la chrétienté était tellement ancrée dans l’esprit de Melody qu’il était très difficile de lui faire comprendre que la religion était « dépassée de mode », que c’était pour les « ringards » etc… Pour elle, qui avait toujours grandi dans ce milieu de la religion, c’était comme remettre en cause tout ce dont elle croyait et cela ne risquait certainement pas d’arriver. Mais enfin, le temps passa, et les moments qu’elles passèrent ensemble ne s’arrêtèrent pas. Plus elle grandissait, plus ses convictions pour Dieu se renforcèrent, ce qui exaspérait Caly qui essayait encore et encore de lui faire comprendre que la religion c’était un truc d’hérétique, ni plus, ni moins. Lorsque la rouquine atteignit l’âge de l’adolescence, l’âge où la plupart des filles connaissent leur premier amour, Melody resta célibataire. Refusant d’avoir un contact autre qu’amical avec un homme. Oui parce que même si elle avait ses convictions, elle n’était pas coincée au point de ne pas vouloir d’amis masculins. Sa "soeur", à savoir que la rouquine ne voulait pas de petit ami comme la plupart des filles à l’adolescence, fut profondément excédée et tenta mille fois de la faire changer d’avis, mais rien n’y faisait. Melody était obtuse jusqu’au bout.

Melody est étudiante au lycée de la ville, mais elle compte se spécialiser dans les études littéraires étant donné sa passion toute trouvée pour les livres dans lesquels elle aimait particulièrement se plonger. C’était une intellectuelle, à n’en pas douter. Depuis deux mois, la famille Black accueillit un autre cas à problème. Un garçon, d’un an plus âgé que Melody. Quand elle le vit arriver, elle ne put s’empêcher d’avoir un frisson. Il lui fichait la chair de poule. Et à juste titre parce que même s’il ne faisait pas spécialement parler de lui à la maison, à l’extérieur, il était infernal. C’était un « glandeur », ni plus, ni moins. Il se moquait d’absolument tout. C’était comme s’il n’en avait rien à faire. Il vivait la vie comme elle venait, sans se préoccuper du reste. On ne peut pas dire que leur relation soit vraiment amicale entre les deux adolescents car il ne rate jamais une occasion pour se moquer d’elle, de ses cheveux roux, de sa croyance… Melody le déteste, c’est indéniable. Il l’énerve considérablement et pourtant, elle doit faire avec lui jusqu’à ce qu’il faute et que les services sociaux ne l’emmènent ailleurs. Elle n’a guère le choix.


~ Because we are all different and all unique ~



Etant issue d’une famille de bon catholique, Melody a toujours eu un caractère assez doux. La patience est sa plus grande vertu, si l’on peut dire. Elle cherchera toujours à aider les personnes qui en auront besoin. On peut la traiter de cul béni, si on veut, mais la demoiselle est ainsi faite. Pourtant, il ne faut pas la prendre pour une poire parce qu’elle ne supporte pas qu’on se moque d’elle (sauf quand c’est gentil, bien sur !). Elle a sa propre façon de penser et elle aimerait qu’on respecte ça. Mis à part ça, elle est d’un naturel joyeux et souriant. A la voir, on croirait qu’aucun malheur n’existe sur Terre. Pour certaines personnes, elle est une bouffée d’oxygène, pour d’autres, il faut la fuir comme la peste. Mais Melody ne s’en offusque pas. Si elle n’a pas beaucoup d’amis, elle sait qu’elle peut compter sur ceux qu’elle a et qu’ils peuvent compter sur elle parce que pour la rouquine, il n’y a rien de plus sacré que la confiance qu’on peut accorder et obtenir de quelqu’un. Pour ceux qu’elle aime, elle est prête à tout, même l’impossible.
Bien évidemment, en bonne petite catholique, Melody a ses petites habitudes : une prière, même rapide, avant chaque repas, les dimanches matin à la messe avec ses parents… Mais aussi la vertu ! Se donner à un homme avant le mariage ?! Il en est tout simplement hors de question ! Dix-sept ans, et elle est toujours vierge. Et alors ?! Parce que c’est mieux de coucher avec un homme à quinze ans et de finir enceinte ? Certainement pas ! Du coup, elle fait partie d’un club de chasteté. « Toujours pur » c’est le slogan ! Les gens du club se font bien souvent huer et subissent des moqueries, mais Melody est au-dessus de ça. Elle est certaine qu’avec le temps, ils comprendront. D’ailleurs, certaines personnes du club sont des repentis. Des personnes qui ont fauté, mais qui veulent se racheter. Melody les admire beaucoup parce qu’ils ont trouvé la force et le courage d’avouer leurs fautes et de recommencer. Certes, ils ne se rachètent pas une virginité, mais Dieu pardonne toujours les pêchés lorsqu’on les reconnait.
Pour ce qui est de ses manies, la rouquine passe souvent ses mains dans ses longs cheveux flamboyants lorsqu’elle est nerveuse, ou bien elle se mord la lèvre inférieure. Elle le fait aussi ce dernier point tout en penchant la tête sur le côté quand elle réfléchit ou qu’elle analyse quelque chose.
Quant à ses rêves, Melody est une éternelle rêveuse. Elle rêve du prince charmant, d’un magnifique mariage où elle serait vêtue d’une robe blanche à vous en couper le souffle. D’enfants, etc… Fonder une famille quoi. Mais pas avant d’avoir trouver le bon. Enfin, ce n’est pas comme s’il y avait foule au portillon sur ce domaine-là, mais bon. Tout vient à point pour sait attendre.


icon100*100
icon100*100
◣ Prénom/Surnom: Sunshine
◣ Âge: 23 ans
◣Comment es-tu arrivé ici?: grâce à Caly
◣Que penses-tu du forum?: Je l'aime !
◣Fréquence de connexion: 7/7j
◣Code du règlement:ok by Dy' bisous de moi ♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Melody ▬ Histoires, belles histoires, sirènes et rois d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoires cochonnes ..(pour lecteur averti)
» Tolkien : collection de vie en vie.
» Histoires RP
» Les Histoires de la Pleine Lune
» Histoires korriganes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Dis nous qui tu es :: Welcome to New-York-