Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 5
♈ Friandises : 6
♈ A New York depuis : 23/06/2016

MessageSujet: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Mer 12 Oct - 8:32

Nathanaël se réveilla ce matin en sentant qu’il se passerait un truc assez spécial. Il ne savait pas encore quoi mais il savait que c’était assez spécial. Sauf que la boule qu’il avait dans le ventre ne le rassurait pas. Bien au contraire. Il balança ses pieds par-dessus son lit en soupirant. Qu’est qui l’attendait aujourd’hui ? Cette question le suivit pendant qu’il se préparait, pendant qu’il avalait ses céréales au chocolat. Bref, elle le taraudait. Pourtant, il attrapa son bonnet de laine, l’enfila et quitta l’appartement où il vivait avec son père.

Nathanaël vivait modestement. Pas de voiture luxueuse, pas de limousine, pas de chauffeur privé. Non, Nathanaël n’avait que ses pieds et un vélo pour l’emmener d’un point A à un point B. Ça lui allait, il n’était pas du genre à se plaindre. Sauf qu’apparemment ce style vie en dérangeait plus d’un sur le campus. Ou plutôt, une étudiante… Dylan Townsend, son altesse, la Reine du campus. Elle ne supportait pas le jeune homme depuis le jour où il l’avait bousculé. L’incident aurait pût s’arrêter là… Sauf que dans la bousculade, son assiette de spaghettis bolognaise était allée rencontrer son chemisier. Nathanaël, étant gaffeur, s’était excusé en osant lui recommander de frotter avec un peu d’eau… Dylan avait tellement hurler après lui son imbécilité qu’il n’avait pas osé piper un mot. Et depuis, elle ne pouvait s’empêcher de maîtriser le jeune anglais. Nathanaël faisait tout pour l’éviter mais parfois, il aurait bien voulu comprendre ce qui la poussait à le haïr autant. D’accord son chemisier était certainement bon à jeter, mais ce n’était pas comme si Dylan n’avait pas les moyens de s’acheter la boutique entière où elle l’avait acheté… Enfin bon…

La journée, contrairement à ce qu’il avait cru, se passa le plus normalement du monde. Rien ne vint perturber sa journée, du coup, le nœud qu’il avait eu plus tôt dans la matinée disparut petit à petit.
Après le déjeuner, ayant l’après-midi de libre, Nathanaël décida de prendre un peu d’avance et de commencer un devoir qu’un de ses professeurs lui avait donné.
Son sac en bandoulière sur l’épaule, il avançait dans le couloir en songeant aux stéréotypes des films et séries. Tout dans son style vestimentaire, sa coiffure et son comportement le faisait passer pour le type marginal qui reste en retrait et ne veut pas se conformer aux règles imposées. C’était un peu ça, à ceci près qu’il était plus gaffeur que rebelle. Nathanaël ne touchait pas à la drogue et la seule fois où il avait bu, il s’était réveillé avec une migraine si énorme qu’il s’était juré de ne plus boire.
Poussant la porte de la bibliothèque, Nathanaël se dirigea directement vers les allées correspondant au droit. Même s’il étudiait l’art de monter des vidéos, Nathanaël avait des cours de droit, histoire de ne pas plagier une vidéo ou savoir comment se défendre si ça arrivait.
Mais lorsqu’il s’avança, le nœud qu’il avait ce matin réapparut. Toutes les tables où il aurait pût étudier étaient prise sauf une… Celle où Dylan, son altesse Dylan, étudiait. Nathanaël se mit à demander au Ciel pourquoi Il s’acharnait autant à le mettre sur le chemin de la jeune harpie… Jeune femme.
Après avoir pris son inspiration, le jeune homme alla s’installer face à son pire ennemi comme si de rien était. Il sortit livres et feuilles et essaya de se concentrer alors qu’il attendait que la foudre vienne s’abattre sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
    I'm The Beauty Queen

♈ Messages : 93
♈ Friandises : 40
♈ A New York depuis : 25/08/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Jeu 1 Déc - 20:08

Les bonnes notes ne tombaient pas du ciel. Ça, je l’avais très bien compris, contrairement à certains qui pensaient que l’argent achetait tout. Dans un sens, oui, l’argent achetait beaucoup de choses, mais il n’achetait pas de diplôme. Et je souhaitais avoir le mérite de les obtenir par moi-même. Même si j’étais destinée à reprendre le flambeau de ma mère, je ne savais plus trop si j’avais envie de reprendre son empire. J’avais envie de créer le mien. Et bien évidemment, le mien détrônerait celui de ma mère : c’était le but. Mais je voulais avoir le mérite de m’en sortir toute seule. Et surtout, je voulais que ma mère me supplie de la pardonner pour toutes ces années où elle m’avait ignoré. Si elle m’avait mise au monde, c’était uniquement pour lui rendre service, pour assurer un avenir à son entreprise. En clair, l’entreprise était l’enfant de ma mère. Moi, j’étais le système D.

Je ne pouvais dire que ça ne me rendait pas furieuse parce que ça me blessait d’être uniquement que ça. Mais ça me motivait, au moins ! Je n’avais pas cours aujourd’hui, mais cela ne m’empêcha pas de me rendre à l’Université pour profiter de la bibliothèque. Là-bas, au moins, j’étais certaine d’avoir absolument toutes les ressources nécessaires pour mon devoir, en plus de mon mac. Après un petit tour à mon casier, j’allais prendre place à la bibliothèque, m’installant à une table en retrait des autres. Je ne voulais être dérangée par personne. Je me plongeais dans mon dossier en commençant par chercher tout un tas de livres qui traitait du sujet que je souhaitais aborder. Je les entassais sur la table où j’avais élu « domicile » et une fois satisfaite, je commençais à travailler tranquillement.

Le désavantage avec les livres de la bibliothèque, c’était qu’on ne pouvait pas souligner les informations qui nous intéressait. J’étais obligée de recopier sur mon mac les différents paragraphes que je souhaitais relever. J’avais aussi investi – trois fois rien avouons-le – dans des petits marques pages collant de toutes les couleurs. Oui, le code couleur était extrêmement important. Sans lui, qu’est-ce que je pourrais devenir ? Je lui devais ma réussite !

Plongée dans mon dossier, je ne vis pas les heures passées. J’en avais même oublié de manger à midi. J’avais simplement avalé une pomme, le plus discrètement possible, pour ne pas me faire prendre par une bibliothécaire. N’empêche que tout ce temps passé à travailler avait commencé à porter ses fruits. Si je continuais comme ça, ce soir, j’aurais terminé et je serais tranquille. Sauf que les choses ne se déroulaient jamais comme on le voulait ! Alors que j’étais plongée dans un livre, je sentis qu’on s’installait en face de moi. Qui était l’espèce de débile qui osait venir me déranger ? Je relevais les yeux et découvris que c’était l’autre débile de Reynolds. Non mais pourquoi est-ce qu’il venait là, lui ?! Abruptement, je posais le livre que j’avais dans les mains.

- Non mais je rêve ! Qu’est-ce que tu fais là espèce de microbe ? La place est prise !!!

_________________
Dylan Jodelle Townsend
I'M THE QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 5
♈ Friandises : 6
♈ A New York depuis : 23/06/2016

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Mar 12 Déc - 17:08

Nathanaël n’était pas une personne belliqueuse. Bien au contraire, il était plutôt pacifique et essayait d’éviter au maximum les problèmes. Non pas par peur mais plutôt parce que se faire casser le nez ou finir avec un œil au beurre noir n’était pas dans ses habitudes. Et puis, comment expliquerait-il à son père qu’il s’était battu ?
Pourtant malgré toutes ses précautions, il avait fini par faire une très mauvaise rencontre : Dylan Townsend.
Depuis ce regrettable incident, où son plat de spaghetti bolognaise avait fini sur le chemisier blanc de miss Townsend, les deux gens ne pouvaient plus avoir une conversation. Non pas qu’ils aient déjà eu l’occasion de se parler. Après tout, Dylan faisait partie de l’élite dorée de New-York. Nathanaël vivait à Brooklyn avec son père et contrairement à ce que l’on pourrait croire, non, son père n’était pas un de ces riches cachant sa fortune. Non, le jeune homme venait d’un milieu modeste. Dylan ne semblait pas faire partie de ces personnes n’ayant aucun préjugé sur les personnes en fonction de leur milieu social…
Quoi qu’il en soit, depuis ce jour, la jeune femme semblait vouer une haine envers Nathanaël.

Le garçon au bonnet aurait bien voulu éviter la reine de l’université. Sauf que malheureusement pour lui, Dylan n’était pas une pimbêche sans cervelle, elle était studieuse et se donnait à 100% dans ses études. Raison pour laquelle, elle se trouvait attablée à la bibliothèque, entourée de livres de classe en tout genre.
Prenant son courage à deux mains, et aussi avec ses pieds, il s’était installé face elle. Le hasard faisait si bien les choses, la seule place de disponible étant en face d’elle… Encore heureux, ce n’était pas à côté d’elle. Sinon, autant le dire, Nathanaël aurait fuit la bibliothèque. S’asseoir face à elle était une chose, à côté ? C’était signer son arrêt de mort !
Il avait espéré que Dylan ne le remarque pas. Elle avait l’air si absorbée par son travail, qu’il pensait pouvoir passer inaperçu… Mais vu la remarque acerbe auquel, il eut droit, Nathanaël comprit rapidement qu’elle n’allait certainement pas se contenter de l’ignorer.

« Je suis désolé de t’imposer ma présence mais il n’y plus aucune place. J’ai tout autant le droit d’être ici… Et puis, je ne pense pas que tu te couvriras de pustules en étant face à moi… »

Comme pour lui montrer qu’il ne comptait pas bouger, Nathanaël sortit ses cahiers et sa trousse à stylo calmement. Il sortit un de ces livres concernant un logiciel pour la retouche d’images, l’ouvrit à la bonne page et commença à lire… Mais sentant le regard assassin de Dylan sur lui, il soupira avant de lui dire :

« Si vraiment ma présence t’insupporte, tu peux toujours essayer de trouver une autre place mais bon courage. Sinon, on peut toujours s’ignorer ? Personnellement, les deux solutions me vont, à toi de voir, votre majesté ! »

Nathanaël l’observa, les bras croisés, le dos contre le dossier de sa chaise. Il n’avait pas l’intention de la provoquer mais cette situation avait assez duré. Qu’elle lui en veuille pour un chemisier, c’était une chose mais de là à lui pourrir la vie ? Non, il était hors de question qu’il se laisse faire. Il n’était pas du genre à chercher les ennuis mais il n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Surtout que c’était ridicule… Il se doutait que le fameux chemisier devait être aussi blanc qu’à son achat… Ou alors, elle avait racheté le même. Et puis, il ne l’avait pas fait exprès !

Nathanaël se rappela alors que son père lui avait dit avant leur départ qu’il aurait un succès fou auprès des américaines, après tout, il avait l’accent british de Madonna ! On en était bien loin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
    I'm The Beauty Queen

♈ Messages : 93
♈ Friandises : 40
♈ A New York depuis : 25/08/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Jeu 21 Déc - 20:34

S’il y avait bien une chose que je ne supportais pas, c’était qu’on vienne m’embêter pendant que je travaillais. J’exigeais toujours qu’on me laisse en paix jusqu’à ce que je daigne moi-même montrer le bout de mon nez. À la maison, Sofia respectait mes moments d’étude et tous ceux qui me connaissaient savaient que je n’aimais pas qu’on me dérange. Sauf que bien évidemment, c’était toujours quand j’étais le plus occupée que certains se décidaient à venir m’enquiquiner. Sincèrement parfois je pensais que des personnes faisaient exprès de me rendre la vie impossible.

Quand je n’avais pas le choix, je travaillais à l’Université. Surtout quand ma mère se trouvait de retour chez nous et elle n’avait absolument aucun respect là-dessus. Alors je travaillais ici avant qu’elle ne me rende chèvre définitivement. La bibliothèque était le meilleur endroit pour travailler. C’était silencieux. Je m’étais éloignée de tous ceux qui faisaient des travaux de groupes et qui devaient parler entre eux, même à voix basse. Les chuchotements me dérangeaient également, bien que j’arrivais aussi à faire abstraction quand c’était nécessaire.

J’avançais bien, j’en étais plus que contente. J’approchais de la fin de ce que je souhaitais faire quand soudainement, quelqu’un s’installa en face de moi. Je relevais les yeux vers celui qui osait s’installer face à moi sans que je ne lui en aie donné la permission et j’eus soudainement des envies de meurtre quand je remarquais qu’il s’agissait de Reynolds, le microbe. D’où est-ce qu’il s’installait en face de moi, lui ? La bibliothèque n’était donc pas assez grande pour qu’il s’installe ailleurs ?! D’ailleurs je lui signalais qu’il n’avait rien à faire ici quand il trouva le moyen de répliquer qu’il n’y avait plus de place ailleurs. Je tournais la tête pour avoir une vue d’ensemble et… Seigneur Dieu ! Tous les étudiants de l’Université avaient décidé de venir travailler ici ou quoi ?!

Avant que je n’aie eu le temps de répondre quoi que ce soit, Reynolds se mit à sortir ses livres et ses stylos pour bien me montrer qu’il ne comptait pas bouger d’ici. Je le fusillais du regard, ce qui le fit relever la tête de son bouquin de geek et je fronçais les sourcils.

- Pour ta gouverne, j’étais là avant, microbe ! répliquais-je. Donc celui qui doit bouger de nous deux, ce n’est certainement pas moi ! En plus de ça, les geeks sont plus souvent installés aux ordinateurs de l’Université, donc prends tes pieds et rejoins tes copains !

Même si je doutais qu’il ait tant d’amis que ça, finalement. Les rares fois où je l’avais croisé, je ne pouvais clairement pas dire qu’il était entouré de monde. En même temps qui voudrait être ami avec quelqu’un comme lui ? Il faudrait vraiment être idiot. Je croisais les bras sous ma poitrine et continuais de fusiller du regard le microbe qui continuait de planter ses fesses juste en face de moi.

- Qu’est-ce que tu attends pour disparaître du paysage ? demandais-je. Que je te tienne la main, peut-être ? Oh non, attend, ça c’est quelque chose qui ne risque certainement pas d’arrivé.

_________________
Dylan Jodelle Townsend
I'M THE QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 5
♈ Friandises : 6
♈ A New York depuis : 23/06/2016

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Mer 27 Déc - 21:21

Dylan était plus que décidée à pourrir la vie de Nathanaël. Il était venu en paix, il voulait simplement étudier tranquillement dans son coin, sans déranger personne. Malheureusement pour lui, il avait dû s’assoir face à celle qui le détestait, sans qu’il ne sache trop pourquoi, d’ailleurs.
Bien évidemment, elle ne pouvait pas le laisser s’installer là, et ce malgré le fait qu’il n’y ait plus aucune place nulle part. Mais le jeune anglais n’avait pas l’intention de se laisser faire. Bon, Dylan avait beau être intimidante, il était hors de question qu’il rampe à ses pieds. Donc, il ne bougea pas de sa place, défiant Dylan du regard. Cette dernière répliqua qu’elle se trouvait à cette place bien avant lui et qu’il pouvait aller sur les ordinateurs, comme le bon petit geek qu’il était. Nathanaël ne put s’empêcher de rire doucement en baissant la tête.

« C’est incroyable qu’une fille aussi intelligente que toi puisse être pleine de préjugés. Dommage pour toi, je ne compte pas bouger de cette table. Du moins, pas avant d’avoir fini. »

Nathanaël, comme pour prouver ses dires, prit son livre ouvert et commença prendre des notes sans même prêter attention à la jeune femme face à lui. Il aurait pu travailler avec elle sans bruit, mais Dylan n’en avait pas fini avec lui, lui demandant ce qu’il attendait pour s’en aller.

« Je ne m’en irais pas. Tu vas devoir t’y faire et à moins que tu aies la force de me soulever de cette chaise, je n’en bougerais pas… »

Le jeune anglais n’était pas bien gros mais il savait d’avance qu’il avait certainement plus de force que la brune qui voulait tant son départ. Il n’était pas sportif mais il se doutait que Dylan n’était pas plus sportive que lui. Il l’imaginait très mal porter ses sacs de shopping alors des haltères… Il reprit donc sa prise de note. Il refusa de lever les yeux pour regarder à nouveau Dylan. Il savait qu’elle devait le fusiller du regard, s’il le croisait, elle ne le lâcherait plus. Nathanaël n’était pas venu se disputer avec elle mais étudier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
    I'm The Beauty Queen

♈ Messages : 93
♈ Friandises : 40
♈ A New York depuis : 25/08/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Ven 26 Jan - 16:50

Je détestais qu'on envahisse mon espace personnel et ce, sans mon consentement. N'entrait dans mon cercle que ceux dont j'acceptais la présence, et eux uniquement. Et Nathanaël ne faisait pas parti de ces gens que je voulais dans mon entourage. Déjà que nous n'appartenions pas au même monde alors si en plus on me voyait avec lui… C'est pourquoi je m'évertuais à faire en sorte qu'il change de place. Sérieusement, pourquoi est-ce qu'il se sentait obligé de venir s'installer là où moi j'avais décidé de me mettre. N'étais-je donc pas assez visible pour qu'il pense de lui-même à s'installer ailleurs ? Ou bien souffrait-il d'une quelconque déficience mentale ? Peut-être que cela l'empêchait de réfléchir correctement… Après tout, il y avait tellement de maladie dans le monde que celle-ci devait bien exister !

J'étais certaine qu'il y avait assez de place aux ordinateurs pour qu'il s'y installe et qu'il fasse son geek, comme il avait sans aucun doute l'habitude de le faire en temps normal. D'ailleurs, en bonne humaine que j'étais, je lui signalais qu'il pouvait aller s'installer là-bas car après tout, c'était là où était sa place, non ? Il devait bien passer plus de temps devant un écran plutôt qu'avec un livre dans la main. Sauf qu'il avait décidé de ne pas se montrer coopératif et de rester planter juste en face de moi. EN FACE DE MOI ! Il aurait pu choisir une autre place. Non, vraiment ! Il m'énervait au plus haut point. C'était pour cela que je ne le supportais pas.

- Je ne suis pas pleine de préjugés, nous n'appartenons pas au même monde, c'est différent, répondis-je à sa petite remarque ridicule.

S'il croyait pouvoir gagner une quelconque joute verbale avec moi, c'était raté ! J'avais bien évidemment réponse à tout. On ne me clouait pas le bec comme ça. C'était d'ailleurs un des rares points communs que je partageais avec ma mère. Après tout, les chats ne font pas des chats, même si ma mère ne m'avait faite que pour avoir un héritier à son empire. A quoi bon s'encombrer d'un mari quand les banques de spermes vous offrent tout un panel de choix sur votre enfant à venir ?

Reynolds me défia en m'affirmant que si je voulais qu'il parte, il faudrait que je le soulève de sa chaise. Je le fusillais du regard. Qu'est-ce qu'il pensait ? Que ça me faisait peur ? Alors là, il pouvait se mettre le doigt dans l'œil et bien profondément parce qu'il m'en fallait plus pour ça ! Beaucoup plus. J'avais été crée pour tenir tête, ne l'oublions pas.

- Tu devrais te méfier des défis que tu lances Reynolds, surtout lorsque tu as affaire à quelqu'un qui a énormément de ressources avec lui.

Je pourrais demander à n'importe qui de lui faire la misère sans que cela ne se sache que ça venait de moi. Oh il pourrait toujours avoir des soupçons, mais ça s'arrêterait là. Sans preuve, c'était difficile d'incriminer qui que ce soit. Parce que oui, j'étais prête à tout et n'importe quoi pour arriver mes fins. Il fallait bien une détermination pour y arriver dans la vie, non ?

_________________
Dylan Jodelle Townsend
I'M THE QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 5
♈ Friandises : 6
♈ A New York depuis : 23/06/2016

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Dim 25 Mar - 22:54

Nathanaël n’avait pas réellement peur de Dylan. Non, il évitait simplement les problèmes lorsqu’il le pouvait. Sauf qu’aujourd’hui, il n’avait pas pu. Il avait dû s’asseoir face à sa Némésis mais il était hors de question qu’elle l’empêche de travailler. Jamais il ne mettrait son avenir en péril pour une pimbêche à l’existence dorée. Donc, il s’est installé et avait sorti ses affaires, prêt à bosser. Mais c’était sans compter l’obstination de Miss Townsend et comme le jeune anglais avait décidé qu’aujourd’hui, il ne la laisserait pas gagner…

« Pas du même monde… A t’entendre, on se croirait dans une de ces séries débiles où la peste populaire du lycée décide de faire vivre un enfer au petit nouveau. Si nous n’appartenons pas au même monde, pourquoi n’es-tu pas dans une de ces écoles pour « l’élite » ? Genre Harvard, Princeton, Yale ? »

Nathanäel leva les yeux au ciel. Il jugeait tout cela ridicule, tout ça parce qu’elle se jugeait supérieure. Si elle l’était vraiment, elle ne serait pas là à frayer avec le petit peuple, pensa-t-il.
Bon, Dylan se mit à lui parler de ses ressources. Il leva les yeux et l’imagina en version le parrain, un tailleur, un porte-cigarette dans une main et un verre de Chardonnay dans l’autre. L’image le fit sourire, Donna Dylan. Il estima que ça lui ira bien et que ce serait une excellente idée pour un film… Dommage que la jeune femme soit aussi hargneuse envers lui. Il soupira puis sans un mot, il prit son casque et mit sa musique de manière à ne plus entendre Dylan sans déranger personne. Puis, il reprit sa prise de note. A quoi bon tenter de la raisonner ? Elle avait décidé de le décider sans raison, grand bien lui face. Nathanäel n’était pas du genre à se disputer. Et surtout pas pour des broutilles ! Il était bien décidé à ignorer Dylan. Avec un peu de chance, elle finirait par le laisser tranquille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
    I'm The Beauty Queen

♈ Messages : 93
♈ Friandises : 40
♈ A New York depuis : 25/08/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   Mer 23 Mai - 19:46

De tous ceux qui mettaient les pieds dans la bibliothèque, il avait fallu que ce soit lui qui vienne s’installer en face de moi. Lui dont la simple vision me débectait. Dire que je ne le supportais pas était un euphémisme. J’ignorais totalement son existence jusqu’à ce qu’il me rentre dedans avec un plat gigantesque de spaghettis bolognaises. L’intégralité avait fini sur un magnifique chemisier en soi couleur ocre. Il avait fini à la poubelle puisqu’irrécupérable. Si seulement cet accident n’avait jamais eu lieu. Je serais restée en total ignorance de son existence et ça aurait été parfait comme ça. Il aurait même pu s’asseoir en face de moi que ça ne m’aurait peut-être pas dérangée, même si j’aimais bien avoir tout mon espace nécessaire pour étudier. Mais nous étions dans une bibliothèque et il fallait se partager l’espace lorsque c’était nécessaire. Mais à l’heure actuelle des choses, avec lui… Ce n’était pas possible !

Je grinçais des dents lorsqu’il parla du fait que j’étais dans cette Université plutôt qu’une autre plus prestigieuse et qui pourrait être à ma hauteur. Oui, il tapait bien sur un point juste. Mais peu importait. Je ne comptais pas lui donner une entière satisfaction sur la question. Même si je manquais de casser mon criterium en deux à cause de la pression que j’exerçais dessus. Je posais mon crayon sur la feuille posée face à moi et déjà noircie de mon écriture. Je levais la tête vers lui et lançais :

- Si j’étais toi, je ne parlerai pas de chose que je ne connais pas.

Oui, j’étais un susceptible sur ce sujet car toutes ces magnifiques Universités s’étaient ouvertes à moi. Mais ma mère en avait fait un tel étalage face à ses « amis » que du coup, je n’avais pas résisté à l’envie de la frustrer encore une fois en m’inscrivant à l’Université du coin et ainsi en n’allant pas dans une de ces merveilleuses écoles dont elle s’était ventée que j’irais. Je détestais que ma mère se vente sur mon dos. Alors me voilà dans cette Université au beau milieu de faux riches et du bas peuple. Mais ça ne voulait pas dire pour autant que je négligeais mes études. Je m’y donnais tout autant que je l’aurais fait à Yale, Harvard ou Princeton… et c’était pour cette raison que mes résultats frolaient l’excellence. C’était ce qu’on attendait de moi. J’étais peut-être dans cette pauvre Université, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait que j’ai mon diplôme au rabais.

Il sortit son casque et aussitôt après se l’être placé sur les oreilles, il mit la musique. Je levais les yeux au ciel et soupirais. Je me penchais en avant et déplaçais d’une de ses oreilles le casque et je le fusillais du regard.

- Nous sommes dans une bibliothèque, je te rappelle. Ta musique s’entend alors baisse le son avant de finir sourd. Quoi que tu pourrais postuler aux travailleurs handicapés comme ça.

Je me rassis sur mon siège et fis ainsi mine de reprendre là où je m’étais arrêtée dans mon travail. Sauf que voilà, je savais d’avance que je ne pourrais pas travailler puisque j’étais trop énervée pour ça.

_________________
Dylan Jodelle Townsend
I'M THE QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Désolée mais je n'ai pas le choix (Dylan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SYSIS • J'suis désolée c'était pas fait exprès !
» Désolé de ''péter'' la bulle mais...É.C.O.L.E BETÔT! O.o
» Mais t'es pas là, mais t'es où ? Pas là ... ♫♪ (désolé)
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Brooklyn :: Université de New-York-