Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You are what I want [Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: You are what I want [Jake]   Lun 23 Mar - 18:06

Je n’étais pas branchée potins, ni commérages. Mais quand tout le monde à l’Université vous fixait comme si vous aviez la lèpre, que les gens se mettaient à murmurer à votre passage, il y avait de quoi se poser des questions. C’était Willow qui m’avait montré l’article des commères qui parlait de Jake et après l’avoir lu, j’avais senti le rouge me monter aux joues ainsi que mon cœur battre à cent à l’heure. Les commères accusaient Jake d’avoir retrouvé ses anciennes habitudes et rien que pour ça, une bouffée de colère m’envahit. Je ne savais pas si je devais être en colère contre ces blogueuses ou contre Jake. C’était ça qui était terrible ! Pourtant, je savais que je n’avais pas de raison d’être jalouse, mais ça avait le don de me mettre le doute. Nous n’avions aucun compte à nous rendre, nous voyions qui nous voulions. Mais je n’étais pas au courant pour cette fille. Je n’étais pas au courant à chaque fois, mais il y avait au moins une fois où nous évoquions et là rien.

Le reste de la journée avait été particulièrement horrible. Je n’avais pas pu me concentrer sur mes cours. Et ça m’avait énervée encore plus. J’aurais souhaité que Willow garde ça pour elle, de ne pas savoir et simplement avoir à supporter le regard des autres tout en me posant simplement des questions, mais la vie en avait décidé autrement. J’avais presque compté les secondes tellement le temps m’avaient semblé long. J’avais croisé Jake dans les couloirs, alors que celui-ci sortait de son entrainement de football américain. Quand il s’était approché de moi, je l’avais presque fui, prétextant que j’étais pressée. J’avais bien vu sur son visage de l’incompréhension et je m’étais sentie hyper nulle pour ça. Mais ça avait été beaucoup plus fort que moi. Je me sentais hyper nulle. Une fois assez loin, j’avais regretté mon geste. La colère était toujours là malheureusement. Une colère qui était injustifiée parce qu’au lieu de discuter avec lui, j’avais préféré m’isoler. J’étais nulle !

Ne me sentant pas capable de rester en cours plus longtemps, j’étais rentrée chez moi en début d’après-midi afin de cogiter un peu. Mon comportement était nul. Vraiment nul ! Posée sur mon canapé, je cogitais à plein de choses. Je remettais en question certains éléments, certaines décisions que j’avais prises. J’avais ignoré les quelques appels et messages de Jake. J’avais besoin de faire le point avec moi-même avant d’envisager quoi que ce soit. C’était peut-être bête, mais j’en avais besoin. Prendre un petit peu de recul pour me permettre de réfléchir. Ca ne mangeait pas de pain, même si ça me faisait mal au cœur pour mon petit ami. Je n’avais aucune raison de m’emporter. S’il fallait, il avait simplement tenu la porte à cette fille ? Jake pouvait être galant quand l’envie lui prenait. Ou peut-être était-ce simplement une amie ? Pas de quoi s’affoler. Pas de quoi se mettre dans tous ses états. Et c’était ce que j’avais fait…

Quand j’émergeais de ma longue réflexion, l’après-midi était déjà bien avancé. J’avais jeté un petit coup d’œil à l’emploi du temps que Jake m’avait envoyé. Il avait fini les cours et après un rapide calcul, il devait être rentré chez lui. Tout du moins, c’était ce que je supposais parce que s’il était sorti avec ses amis, il était clair que ce n’était pas chez lui que j’allais le retrouver… Je sortis de l’appartement en verrouillant la porte derrière moi. Je ne pris pas la peine d’appeler pour savoir où il se trouvait parce que c’était obligé qu’on commencerait une conversation au téléphone et je ne voulais pas de ça. Quitte à ce qu’on parle, autant que ça soit en face à face. Etant donné que je n’avais pas le permis, je pris les transports en commun pour me rendre jusqu’à chez lui. Il habitait aussi Brooklyn, mais il y avait un petit bout de chemin pour arriver jusqu’au quartier résidentiel où habitait Jake.

Dans la cour, juste devant le garage, se trouvait sa voiture. J’avais donc 75% de chance de le trouver là. Le cœur battant, je remontais l’allée jusqu’à sa porte où je sonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mar 23 Juin - 21:57

Les regards des autres, j'avais l'habitude. A tel point que je n'y faisais vraiment plus attention... Limite, lorsqu'on ne m'observait pas en chuchotant sur mon passage, je me posais des questions. Genre, une bombe se prépare et ça sera bien pire que des chuchotements quand j'arrive. Alors, comme d'habitude, lorsque j'arrivais à la fac, dès le parking, on se tournait vers moi. Entre les mecs qui riaient et me lançaient des sourires comme si j'avais gagné un million et les filles qui me regardaient comme si j'avais dis la pire vulgarité... Ou les blondes qui me faisaient les yeux doux... Je commençais à me poser des questions, mais ce n'était pas assez pour que j'approfondisse le sujet. Sûrement que les commères avaient une nouvelle fois frappé et qu'elles avaient raconté une connerie à mon sujet. Je n'étais pas du genre à lire leurs articles, j'estimais que ce n'était qu'un truc de filles en manque de confiance. J'apprenais souvent les nouvelles grâce à ce que l'on me rapportait, enfin bon. Ca ne m'empêcha pas de faire ma journée tranquillement. Enfin, presque. Un événement vint tout chambouler.

Je n'avais pas croisé Daphné de la journée. Ca arrivait étant donné que nous étions dans deux domaines totalement à l'opposé, il arrivait que je ne la vois pas du tout. J'avais eu un entraînement de football américain. Durant l'entraînement, personne ne m'avait rien dit. Il s'était déroulé normalement avec nos rigolades, nos insultes, nos moments plus sérieux, bref, un entraînement sans nouveauté. Alors que j'en sortais, je croisais une jolie brune nommée Daphné. Heureux de pouvoir enfin voir ma petite amie, je m'étais élancé vers elle. Daphné me manquait et comme les regards m'importaient peu, je m'étais penché pour l'embrasser et elle avait une réaction si brusque que j'en restais choqué. Elle s'était écartée de moi, puis me sortant une excuse bidon, elle s'était éclipsée comme si elle avait le diable aux fesses.

- Bah alors, tu lui as fais quoi à ta nana pour qu'elle se barre comme ça ?, me demanda Pierce, l'un de mes meilleurs amis qui avait vu la scène.

- Aucune idée... Je me suis pourtant douché en sortant de l'entraînement !

Oui, je pensais très sincèrement que peut-être l'odeur de mâle puant la sueur après un entraînement intensif pouvait repousser... Mais c'était une sensation super étrange, se faire recaler. La dernière fois que Daphné avait été froide avec moi, c'était le jour où elle avait appris que j'avais eu la bêtise de faire un enfant à l'une de ses amies. Bon, heureusement, c'était une fausse alerte et tout s'était arrangé. Mais depuis, Daphné et moi étions biens plus... Proches... Je n'y compris rien. Je me sentis mal, blessé... Tout ça pour un peu de transpiration, c'était exagéré !
Je continuais donc ma route, l'esprit occupé par toutes les questions du monde. Il fallait que je comprenne. Au final, je n'étais pas du tout concentré. Les paroles de mes profs n'avaient aucun sens, je n'avais pas noté la moitié des cours, bref, j'étais ailleurs. Lorsque mon dernier cours pris fin, je fuyais le monde. J'avais besoin d'être seul sur ce coup. Le comportement de Daphné m'avait réellement ébranlé. Une fois à la maison, je fonçais sous la douche afin de me savonner mieux que ça. Pourtant, je n'avais vraiment pas l'impression de puer... Je sentais relativement bon. Peut-être qu'elle avait un odorat plus sensible que le mien. Du coup, je me frottais avec un peu plus de vigueur qu'à l'accoutumé... A certains endroits de mon corps, ma peau avait rougi mais tant pis, si ça pouvait arranger les choses.
Une fois sec, je m'habillais d'un short et d'un débardeur. Si les associations de l'environnement avaient vu ce qui se passait dans ma chambre... Elles m'auraient tué ! J'attrapais tous les déodorants et les anti-transpirants qui me passaient sous la main et me noyais sous la buée. Je toussais comme un abruti mais là encore, je m'en foutais. J'ouvris la fenêtre de ma chambre lorsque j'entendis sonner. Jetant un coup d'oeil vers le bas, je reconnus Daphné. Mon coeur se mit à battre. Ma technique allait être mise à l'épreuve.
Je sortis de ma chambre en courant, sautant dans les escaliers (j'entendais déjà ma mère qui aurait crié "on ne court pas dans les escaliers, tête de gland !" si elle avait été là.). J'atteignis la porte et ouvris. Levant les mains en signe de capitulation, je lui dis :

- Je suis désolé pour tout à l'heure, mais pour ma défense, je sortais de l'entraînement et j'avais pris une douche mais je viens d'en reprendre une alors si jamais une odeur t'incommode encore, je retourne me doucher, je te le promets.

J'avais débité mes excuses avec rapidité avant même qu'elle n'ouvre la bouche, me croyant réellement fautif d'une odeur un peu trop forte. Jake, calme toi, respire, et surtout laisse la en placer une !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Sam 27 Juin - 19:55

Jamais de ma vie je ne m’étais sentie aussi mal à l’aise. J’étais idiote de croire les bêtises qu’on pouvait lire sur le blog des commères, mais là, le doute s’était installé en moi et je me demandais si ce n’était pas précisément ce qu’elles voulaient et s’en était flippant. Parce qu’elles avaient réussi. Elles avaient réussi à faire en sorte que je doute de Jake. Mais ce n’était pas tant en Jake que je doutais mais plutôt en moi… Après tout j’étais peut-être encore la seule fille encore vierge à vingt ans… Et puis, avant moi, Jake avait eu des relations sexuelles à tire larigot et moi, je lui offrais des mois d’abstinence. J’étais une petite amie indigne. Vraiment indigne ! Et au lieu de parler avec lui de ce que j’avais lu sur le blog, je l’avais fui en prétextant avoir des choses à faire et qui ne pouvaient pas attendre. C’était l’excuse la plus bidon que j’avais pu sortir jusqu’à présent et j’étais certaine qu’il ne m’avait pas cru. Qui l’aurait cru, en même temps ? C’était tellement… Je ne trouvais pas les mots.

Une fois de retour chez moi, je me vautrais dans le canapé, cogitant. Enfin, j’essayais plus qu’autre chose en fait. Mais je n’arrivais à rien. Il fallait que je vois Jake. Il fallait qu’on en parle. J’avais pris au sérieux des informations qui ne voulaient peut-être rien dire. Après tout, à partir d’une photo, on pouvait faire mille et une interprétations différentes. Une fois un peu rassurée sur ce que j’avais vu, je quittais mon appartement que je fermais bien à clé derrière moi pour me rendre chez Jake sans plus attendre. J’avançais à une bonne allure jusqu’à chez lui. Nous habitions dans le même quartier de New York, mais il fallait quand même quelques minutes à pieds pour arriver là-bas. Mais la marche ne m’avait jamais dérangée. Et puis, ce n’était pas comme si j’avais le permis, d’un autre côté. J’aurais pu prendre le bus, mais je n’avais pas la foi d’attendre qu’il arrive.

Une fois devant chez lui, je remontais l’allée menant à sa porte. Prenant une grande inspiration, je frappais à sa porte. Mon cœur battait à mille à l’heure. Je ne savais pas comment ça allait se passer, mais j’espérais que les choses iraient bien, qu’il ne m’en voudrait pas de trop et qu’il serait enclin à me pardonner. Je croisais fortement les doigts. Après avoir pris une grande inspiration, je sonnais. Mon instinct me cria de m’enfuir en courant avant d’avoir affaire à lui, mais je restais sagement plantée devant la porte. Puis j’entendis des pas précipités dans ce que je supposais être les escaliers. Nous y voilà. Ca ne pouvait être que Jake… Je n’imaginais pas sa mère faire ça en tout cas, mais je pouvais toujours me tromper car après tout, je ne la connaissais pas. Je ne l’avais même jamais vu. Pas même une photo. Mais bon, nous avions le temps pour ça.

La porte s’ouvrit sur un Jake qui semblait bien s’être précipité pour venir m’ouvrir la porte. Je sursautais légèrement face à la brusquerie de l’instant et n’eus pas le temps d’ouvrir la bouche qu’il enchaîna en s’excusant. Je ne comprenais absolument rien à ce qu’il disait mais ce fut une fois qu’il eut terminé sa tirade que mon cerveau comprit. Il avait pensé que je l’avais fui à cause de son odeur de transpiration. Je restais abasourdie par ces paroles là. Je clignais des yeux pendant quelques secondes avant de trouver quelque chose à réponde.

- Ce n’est pas… Mon dieu, non, ce n’est pas à cause de toi, c’est plutôt moi le problème.

Je passais une main dans mes cheveux, remettant une mèche de cheveux à sa place. Je me mordillais la lèvre inférieure sans trop savoir quoi dire, ni quoi faire.

- Est-ce que… je peux entrer ? demandais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 2 Aoû - 16:09

Une fois rentré à la maison, je n'avais cessé de me poser des questions. Je ressassais ma journée et je ne voyais pas ce que j'avais bien pu faire de mal... A part peut être cette histoire de douche... A mes yeux, c'était exagéré. C'est vrai quoi, je sortais de l'entraînement donc c'était tout à fait possible que l'odeur de transpiration ne m'est pas totalement quitté. Et puis, elle devrait s'estimer heureuse. Certains ne se lavaient pas après l'entraînement. Personnellement, je ne supportais pas de quitter les vestiaires avec une odeur de transpiration. Du coup, même si on terminait l'entraînement très tard, je passais toujours par les douches.

Evidemment, ma mère n'était pas là... Sûrement avec son nouvel amant. Jamais là quand on avait besoin de ses services... Je vous jure, on ne peut compter que sur soi-même. Du coup, n'ayant pas les conseils d'une femme sur ce que je pouvais bien faire, j'avais pris la décision de reprendre une nouvelle douche. Elle fut plus énergique et même si ma peau avait rougi à certains endroits mais sur le moment, ça me semblait peu important. Pendant que je donnais un coup de main au trou qui se formait dans la couche d'ozone, Daphné sonna. Je le savais pour avoir regardé par la fenêtre. Dévalant les escaliers comme un dératé, j'allais lui ouvrir. Je lui donnais des explications sans même qu'elle puisse ouvrir la bouche. Bah quoi ? Je ne voulais surtout pas qu'elle me coupe, je voulais qu'elle entende tout ce que j'avais à dire...

Résultat, Daphné me regardait comme si j'étais fou. Mais elle m'expliqua que ce n'était pas moi le problème mais elle. Ah bah dans ce cas, tout s'arrangeait... Enfin non, je veux dire que j'avais enfin la conscience tranquille, je n'avais rien fais... Enfin je l'espérais. Non parce que les femmes changent trop facilement d'avis ! Daphné me demanda si elle pouvait entrer. J'avais été tellement pressé de lui donner des explications que j'en avais oublié de la faire rentrer. J'hochais la tête et m'écartais pour la laisser entrer. Une fois entrée, je refermais la porte derrière elle et l'emmenais dans le salon. Je la laissais s'asseoir et m'installais près d'elle.

- Explique moi... Je ne comprends rien. Tout à l'heure, tu m'as esquivé comme si j'avais la lèpre... Je ne comprends pas ce qui se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Ven 7 Aoû - 17:02

Idiote et honteuse, voilà exactement comment je me sentais à l’heure actuelle suite à la journée que je venais de passer. Pourquoi est-ce que quand on avait un problème, l’être humain était conditionné pour fuir le problème plutôt que de chercher à le résoudre ? C’était une excellente question à laquelle je n’avais pas de réponse puisque j’avais fui le problème. Un problème qui n’en était pas vraiment un puisqu’il s’agissait d’un article des commères et comme tout le monde, je savais que les commères exagéraient bien souvent les histoires pour leur donner ce petit côté croustillant que tout le monde aimait. Mais n’empêche que c’était tellement bien fait et ça semblait tellement vrai que du coup, je n’avais pas pu m’empêcher d’avoir un doute. Un doute qui n’était pas justifié pour autant… Aller voir Jake pour m’excuser était la seule chose intelligente que j’avais faite de la journée, pour l’instant. Et devant sa porte, j’avais le trac. J’avais tellement peur qu’il m’en veuille de l’avoir traité ainsi.

Quand il m’ouvrit la porte et se mit à déblatérer ce pour quoi il croyait que je faisais la tête, je ne pus m’empêcher de le fixer avec des yeux aussi larges que des balles de tennis. Dans une tout autre situation, j’aurais sans aucun doute ri de son explication mais je n’avais pas envie de rire. Le poids de la culpabilité ne me le permettait pas. Je lui répondis que le problème n’était pas là, qu’il ne provenait pas de lui mais de moi. Je m’en rendais parfaitement compte. Etant donné que j’étais toujours plantée sur le perron, je lui demandais si je pouvais entrer. Jake hocha la tête avant de me laisser passer. Je franchis le seuil de la porte, pénétrant dans l’entrée. N’étant pas chez moi, ni forcément familière des lieux, je restais là, attendant que Jake me dise quoi faire mais au lieu de quoi, il m’emmena dans son salon. Je pris place sur le canapé tandis qu’il s’installait près de moi.

Quand il me demanda ce qu’il se passait, je restais silencieuse pendant quelques instants avant de finalement sortir mon téléphone portable et de le mettre sur l’article qui avait provoqué mon état d’esprit. Je tendis mon téléphone à Jake et après avoir lâché un soupire, je fis :

- Ca a été posté aujourd’hui et ça m’a énormément troublé et mis le doute. Je sais que je n’aurais pas du réagir comme ça, mais je me suis dit qu’en prenant un peu de temps pour moi et pour mieux réfléchir… C’est idiot je sais… Mais comme je ne t’ai jamais comblé sur le plan sexuel jusqu’à présent… Et que les hommes ont parfois tendance à aller chercher satisfaction ailleurs… ben le calcul s’est assez vite fait dans ma tête. Je sais que c’est pas vrai mais… Je… je sais pas trop ce qu’il s’est passé dans ma tête.

Honteuse, je baissais la tête, regardant le bout de mes chaussures. Je tordais mes doigts dans tous les sens, signe évident de nervosité, attendant de voir ce que Jake allait pouvoir me dire. Je mériterais qu’il s’énerve sur moi et je le comprendrais s’il le faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Sam 3 Oct - 17:19

J'avais réellement pensé que mon odeur avait pût incommoder Daphné. Du coup, dès que je l'avais vu sur le pas de ma porte, j'avais débité mon discours sans même lui laisser le temps d'en placer une. Je ne voulais surtout pas qu'elle pense que je m'en foutais ou un truc de ce genre. Je voulais absolument qu'elle sache à quel point je l'aime et que j'avais été mal par rapport à ce qui s'était passé, même si je ne savais pas ce que j'avais fais de mal...
Alors lorsque Daphné m'expliqua brièvement que ce n'était pas de ma faute, je me retins de pousser un soupir de soulagement. Je la laissais rentrer. Je savais que des explications s'imposaient tout de même donc je l'emmenais au salon, le coeur battant. Qu'allait-elle me dire... Une fois installés, je lui demandais ce qui lui était passé par la tête. Elle resta silencieuse un moment avant de prendre son téléphone. Elle me le tendit après avoir cherché quelque chose. Je le pris sans comprendre. Un article des commères.... Je n'étais pas du genre à aller sur ce site, je m'en foutais royalement et Daphné venait de me donner une nouvelle raison d'en rester loin... Elles racontaient n'importe quoi sans réellement savoir !! La preuve, l'article parlait de moi et d'une blonde... C'était une élève qui était dans le même cours de droit que moi. Je me rappelais de ce jour ! Nous avions un devoir à faire à deux, du coup, je lui avais proposé d'aller à la bibliothèque sauf qu'une fois fini, nous étions affamés. Plutôt que de lui proposer un resto, j'avais préféré lui proposé d'aller au starbucks... J'avais eu raison. Je n'imaginais même pas si j'avais eu la bêtise de l'emmener manger ailleurs !!

- Et plutôt que de me demander des explications, tu as préféré m'éviter ??
Demandais-je doucement.

Je posais son téléphone sur la table. Je me demandais comment devais-je réagir ? M'énerver ? Crier ? A quoi bon ? Je soupirais en me levant du canapé. Je mis mes mains derrières ma nuque... Finalement, je vins m'accroupir juste à ses pieds. Je lui relevais la tête.

- On va mettre les choses au clair... Daphné Aurore Gracey, je t'aime toi et rien que toi. Tu es la seule dans ma vie et ma tête. Je t'aime toi et tes cheveux bruns... Ou châtains, je sais pas faire la différence. Mais dans tous les cas, je t'aime toi et tes cheveux pas blonds. Cette fille, elle est avec moi en cours. J'avais un devoir à réaliser avec elle. On est allé à la bibliothèque mais comme on avait faim, je lui ai proposé qu'on grignote un truc au starbucks. Mais il n'y a absolument rien entre elle et moi...

Je l'observais. Bon, il y avait un point que je n'avais pas relevé... Oui moi et Daphné nous n'avions encore rien fais... Mais, je ne l'aimais et c'était ce qui comptait. Oui, parfois, j'avais des pulsions que seule elle pourrait calmer. Mais je n'allais tout de même pas la forcer pour qu'elle veuille bien se donner à moi ! J'attendrais qu'elle soit prête, tout simplement... Mais peut-être devais-je lui dire ? Même si je pensais qu'elle le savait déjà...

- Et encore autre chose... Oui, sur le plan sexuel, je ne suis pas... Satisfait. Mais ce n'est pas pour autant que je t'aime moins ! Au contraire, je t'aime encore plus. Tu sais bien la réputation que j'avais avant de te connaître et le genre de filles que je... "fréquentais". C'est ta différence qui m'attire...

Je l'embrassais alors tendrement. Je la pris dans mes bras et la serrais contre moi. Je ne pouvais pas lui en vouloir après tout j'avais une ancienne réputation de Don Juan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mer 7 Oct - 20:11

J’avais vraiment l’impression d’être idiote parfois. J’avais mal réagi vis-à-vis de la nouvelle qui était parue sur le blog des Commères. Je n’avais pas spécialement pour habitude de faire attention à ce qu’elles disaient parce que bien souvent, la réalité était altérée. Mais depuis que j’étais en couple avec Jake, elles n’en avaient pas trop parlé et je m’étais faite à l’idée qu’on ne parlerait pas de lui parce qu’il n’avait plus rien d’« intéressant » maintenant qu’il était en couple. Cependant, voilà, je m’étais trompée et elles avaient trouvé un moyen de m’atteindre et de me faire remettre en question plusieurs choses sur moi-même et sur le genre de petite amie que j’étais. Niveau affection, Jake ne manquait de rien parce que je l’aimais vraiment, mais je ne lui avais pas encore donné ce « plus » qu’il attendait probablement depuis des mois. J’essayais de m’expliquer du mieux que je pouvais mais même mon explication on ne peut plus honnête me semblait complètement tordue maintenant que je l’exprimais à voix haute.

La honte fit naître des rougeurs sur mes joues tandis que Jake me reprocha d’une voix calme et douce de ne pas être allée le voir et lui parler plutôt que de l’éviter. Oui, c’était stupide. Je m’en rendais compte maintenant. Mais sur l’instant T, je n’avais pas su comment réagir alors je l’avais évité, oui…

- Je suis désolée, soufflais-je.

Il se leva du canapé, alourdissant le poids de la honte. Je me sentais tellement mal. Mes yeux étaient rivés sur mes mains posées sur mes genoux. Quand il vint s’accroupir face à moi, je ne bougeais pas d’un pouce jusqu’à ce qu’il me relève de lui-même la tête afin que je le regarde. Je ne fuyais pas son regard parce que je n’y lus aucune colère. Doucement, je me sentis moins honteuse, mais ce n’est pas pour autant que je me sentis réellement mieux. Face à sa confession, j’eus soudainement envie de pleurer. D’ailleurs, mes yeux s’étaient remplis de larmes mais elles ne coulèrent pas. Je me sentais réellement plus qu’idiote. Il y avait eu tellement de « je t’aime » dans sa phrase que ce que je ressentais ressemblait vraiment à un débordement d’amour pour lui.

- Je te crois, répondis-je.

C’était vrai, je le croyais. S’il me disait qu’il n’avait rien fait avec cette fille, je le croyais. Même si elle était blonde et sans doute beaucoup plus jolie que moi, parce qu’avouons le, j’étais plutôt du genre banal. Peut-être bien que c’était mes cheveux châtains qui avaient plus à Jake avant que ce soit moi. Je ne saurais le dire. Je ne lui avais jamais posé la question et la réponse m’importait peu en fin de compte. Je ne savais pas quoi dire, quoi lui répondre que le fait que je le croyais. Alors je restais plantée là, attendant qu’il penne une quelconque initiative. Ce fut ce moment là qu’il choisit d’aborder le fait que lui et moi nous n’avions encore rien fait sur le plan sexuel et je voulais bien croire qu’il était frustré. Et c’était de ma faute. Néanmoins, mon cœur se réchauffa face à ses paroles parce que c’était sans aucun doute la plus belle déclaration d’amour qu’on ne m’ait jamais faite.

Ses lèvres rencontrèrent les miennes et je me laissais embrasser dans un premier temps avant de répondre à son baiser. Jake me prit dans ses bras et je m’y retrouvais en sécurité. Sa chaleur m’enveloppa et je me laissais aller contre lui. Je logeais une de mes mains sur sa nuque tandis que je le dirigeais plus ou moins afin qu’il reprenne sa place sur le canapé. J’allais prendre place sur lui, me lovant contre son torse. Je décollais mes lèvres des siennes et posais mon front contre le sien. Je fermais les yeux pendant quelques secondes avant de souffler :

- Je me sens tellement idiote. Parfois je me demande pourquoi tu es encore avec moi. Je ris légèrement avant de continuer : Mais je t’aime tellement que je n’imagine plus ma vie sans toi.

Je rouvris les yeux avant de prendre une grande inspiration et d’annoncer :

- Je suis d’accord pour qu’on le fasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mer 17 Fév - 1:42

J'avais une réputation avant de me mettre en couple avec Daphné. J'étais un Don Juan, un coureur de jupons. Etre en couple ne m'intéressait pas le moins du monde. Je ne me voyais pas m'encombrer d'une petite amie. La vie de célibataire avec des aventures m'allait parfaitement... Jusqu'à ce que je rencontre Daphné. Allez savoir comment elle avait fait, mais elle m'avait donné envie de me poser une bonne fois pour toutes. Alors que je n'y connaissais pour ainsi dire rien aux relations sérieuses, je m'y étais engagé. Je me doutais bien que je n'allais plus pouvoir m'amuser ailleurs, mais Daphné en valait la peine. Et plus notre relation durait, plus je voyais que je ne m'étais pas trompé.

Parfois, pourtant, j'avais peur que Daphné se pose des questions à cause de mon ancienne réputation. C'était d'ailleurs son droit, qui ne se méfierait pas ? Alors je m'efforçais d'être toujours honnête et droit avec ma jolie brune. Et vu l'épisode que nous venions de vivre... J'avais bien raison. Surtout si les commères décidaient de s'en mêler... Heureusement, Daphné me cru. Je l'embrassais alors immédiatement. Tout doucement, je la sentis me diriger vers le canapé. Je la laissais faire jusqu'à ce qu'elle se retrouve sur moi. Je posais mes mains sur ses hanches, la caressant lentement. Lorsque ses lèvres s'écartèrent des miennes, ma petite amie me fit part de ses pensées. Et sa dernière phrase me fit manquer un battement de coeur. Je posais la main sur sa joue et lui caressais tout doucement.

- Pourquoi je suis toujours avec toi ? Qui supportera mon côté homme des cavernes, dis moi ? Dis-je en riant à mon tour. Je t'aime Daphné.

Je lui déposais un baiser sur le front. Je la vis prendre une grande inspiration. Je penchais ma tête sur le côté un air interrogateur. Lorsqu'elle m'annonça vouloir qu'on le fasse. J'ouvris grands les yeux...

- On pense à la même chose ?? Mais attends, tu te sens prête ? Je ne veux pas que tu te sente obligée de faire quoi que ce soit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Sam 9 Avr - 20:31

Mon comportement avait été des plus inapproprié. J’avais réagi sur un coup de tête sans même penser à ce que Jake pourrait ressentir. J’étais jalouse, je me l’avouais à moi-même, mais étais-je prête à l’avouer face à lui ? Quelque part, j’avais réussi à lui faire comprendre sans avoir besoin de dire quoi que ce soit, juste en montrant cet article qui avait été rédigé par des personnes complètement extérieurs à nos vies, mais est-ce que cela rendait légitime ma jalousie ? Je devais bien avouer que des fois, je craignais que Jake se lasse de moi, de ma banalité, et me tourne le dos pour mieux trouver une fille qui lui offrirait tout ce dont il avait besoin sans devoir attendre des mois et des mois. Surement était-ce pour cette raison que j’avais repensé sérieusement à notre couple. J’étais prête. J’étais vraiment prête pour lui, pour franchir ce cap que je lui refusais depuis le début.

Je crus Jake quand il m’avait affirmé que cette fille n’était qu’une camarade de promo avec laquelle il avait un devoir à faire. Quand il m’embrassa, je me lovais contre lui et le fis se rassoir sur le canapé. Je m’installais sur lui, à califourchon, tandis que ses mains se posaient sur mes hanches. Je sentis ses légères caresses et à chaque fois, j’avais la sensation d’être au paradis, dans un monde qui n’appartenait qu’à nous deux et où il n’y avait personne d’autre que nous. J’écartais mes lèvres des siennes et posais mon front contre le sien avant d’exposer ma pensée. J’étais sincère quand je me demandais pourquoi il était encore avec moi. J’avais parfois l’impression qu’il était beaucoup trop bien pour moi et que je ne le méritais pas. Surtout que quelque part, je n’avais pas toujours été très facile donc bon… Je fermais légèrement les yeux quand il posa sa main sur ma joue puis les rouvris lorsqu’il parla. Ces trois petits mots firent battre mon cœur à la chamade. Ce n’était pas la première fois qu’on se le disait mais à chaque fois ça faisait naître des battements plus forts de mon cœur. Pour ça je songeais que c’était vraiment le moment.

Après qu’il m’eut embrassé le front, je pris une grande inspiration et lui annonçais que je souhaitais qu’on fasse l’amour. Jake allait être mon premier et je pensais ne pas me tromper. Je ne savais pas du tout comment il allait le prendre et aussitôt, je le vis écarquiller les yeux. Oui, nous pensions à la même chose. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres quand il se soucia de moi. Non, je ne me trompais pas, j’en étais certaine. Je déposais un baiser sur ses lèvres tout en me collant contre son torse, mes bras entourant sa nuque. Puis je me redressais et me levais. Toujours avec mon sourire, je me dirigeais vers les escaliers et grimpais deux marches avant de déclarer :

- Si tu souhaites avoir la réponse à ta question, il va falloir que tu viennes.

Sans vraiment attendre, je grimpais les escaliers et me rendis directement dans la chambre de Jake. Bizarrement, je n’étais pas si nerveuse que ça, j’étais même confiante sur le choix que j’avais fait. Une fois à destination, je me tournais vers la porte, un petit sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 17 Avr - 19:19

Même si je n’avais pas compris son comportement sur le moment, une fois qu’elle me donna des explications, je compris très rapidement pourquoi elle avait réagi de cette façon… Et c’était une bonne chose car si les rôles étaient inversés… J’aurais commis un crime passionnel. J’étais très jaloux, Daphné, c’était MA Daphné, MA petite amie donc il était tout bonnement suicidaire qu’un homme veuille s’approcher un peu trop près d’elle. Alors son moment de jalousie, je l’avais parfaitement compris. D’autant plus qu’on m’avait vu avec une blonde et mon ancienne passion pour les blondes n’étaient un secret pour personne ! Il était normal qu’elle ait eu peur que je ne lui sois infidèle. Mais je la rassurais, lui expliquant la situation sans tous les mensonges et rumeurs que les commères avaient écrites.

Une fois fait, je l’embrassais. J’étais soulagé que tout aille mieux entre nous. La voir m’éviter comme elle l’avait fait… je dois avouer que j’avais eu mal. Je commençais presque à me demander si la rupture n’était pas proche. Mais ne trouvant pas de raison qui justifie ce geste, j’avais abandonné cette idée. Bien heureusement, la situation était totalement différente et j’étais loin de la vérité. Dieu merci ! Donc, j’avais enfin pu retrouver ma petite amie. Et dans un sens, je dois avouer que la savoir jalouse me faisait un peu plaisir. Après tout, on éprouve de la jalousie quand on tient un minimum à cette personne non ? Sauf dans le cas des psychopathes mais Daphné n’était pas encore arrivée à ce point.

Daphné m’annonça alors ce que j’attendais depuis si longtemps. Si longtemps que j’avais même du mal à y croire. Non, je devais rêver ou j’avais mal entendu… Du coup, j’essayais de clarifier la situation pour être sûr que je ne me trompais pas… Non parce qu’après, j’allais encore passer pour le gros pervers obsédé par le sexe ! Sauf que sa réponse était lourde de sens. Elle m’invitait à la rejoindre pour vérifier qu’on parlait bien de la même chose. Je la laissais monter… Bah oui, je suis un homme qui matte sa copine. Et je m’en cachais pas du tout !! Finalement, je courais après elle pour la rejoindre dans sa chambre pour avoir droit à ma délivrance !!

Une fois dans sa chambre, je la pris dans mes bras et l’embrassais tendrement. Mes mains caressaient son visage avant de descendre lentement vers sa taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mer 18 Mai - 15:37

Les choses avaient été réglées avec Jake. Et j’avais pu voir le soulagement dans le regard de celui-ci quand je lui avais assuré qu’il n’était pour rien dans mon comportement étrange. C’était de ma faute. C’était moi qui m’étais faite des films et qui étais entrée dans un état de colère injustifiée. Ce dont je me félicitais, c’était de ne pas avoir passé mes nerfs sur lui avant d’avoir pris le temps de réfléchir au calme. Mais je ne me félicitais pas de l’avoir laissé dans le doute pendant quasiment toute l’après-midi. Néanmoins, j’étais heureuse de savoir que la situation était réglée et puis je le croyais quand il m’assurait que la fille avec qui il avait été vu n’était nulle autre qu’une camarade de promotion avec un devoir à rendre en groupe. Moi aussi je devais en faire et je voyais d’autres garçons, et Jake ne m’avait jamais fait un foin là-dessus. Peut-être parce que je le prévenais et que lui ne l’avait pas fait ? Du coup, ça créait des ambiguïtés dont je me serais bien passée. Et lui aussi, j’en étais certaine.

Une fois sûre que la situation était complètement clarifiée, je fis part à Jake de mon envie de passer à l’étape supérieure avec lui. Je savais bien que ça faisait des mois qu’il attendait que ça donc je doutais qu’il me dirait « non ». Et si c’était le cas, je jurerai qu’il serait malade parce que Jake dire « non »… Et bien ce ne serait pas normal. La surprise apparût sur son visage. Bien sur, j’eus le droit à l’éternel réplique du « tu es sûre ? » mais c’était bien le cas, j’étais sûre de moi. Plus amoureuse que moi de mon Jake, ça n’existait pas. Je quittais ses genoux pour me rendre vers l’escaliers, puis je déclarais que s’il désirait la réponse, il allait falloir qu’il vienne à moi. Je me dirigeais aussitôt en haut des marches et m’engouffrais dans la chambre de Jake. J’entendis rapidement ses pas qui résonnaient sur les marches. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres quand je le vis arriver dans sa chambre.

Je n’eus pas le temps de faire grand chose car il attrapa mon visage et m’embrassa. Un sourire amusé termina par se dessiner sur mes lèvres mais très rapidement, je lui rendis son baiser. Quand ses mains glissèrent sur ma taille, je passais mes bras autour de son cou et me collais contre lui. Maintenant que j’en étais arrivée à ce stade, je n’avais pas grande idée de quoi faire… À part exprimer mon envie et le faire venir à moi, je n’avais pas réfléchi à la suite. Peut-être que les premières fois sont un peu plus spontanées que maintenant… Je n’en savais rien. Je me décollais de Jake et plongeais mon regard dans ses yeux bruns. Machinalement, je me mordis la lèvre inférieure. Je songeais encore à ce que je pouvais faire à présent. Puis, je posais mes mains sur sa taille et attrapais les bords de son t-shirt. Je sentais mon cœur battre à mille à l’heure et j’avais l’impression que tout mon corps tremblait, mais je levais le vêtement et le retirais.

Le t-shirt tomba à côté de nous. Je déposais mes mains sur sa peau et allais poser mes lèvres sur les siennes avant de les glisser vers son cou. Je nichais mon visage dans le creux de son cou et me laissais guider par l’instinct autant que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Jeu 11 Aoû - 21:19

Depuis le début de ma relation avec Daphné, je n’avais plus eu de relations sexuelles. Autant dire durant des mois… Ce qui était un record vu ma vie avant que Daphné ne devienne ma petite amie. Avant, j’étais plutôt du genre à papillonner partout où je pouvais. Je n’étais vraiment pas le genre d’homme à avoir une relation sérieuse, à être fidèle, à m’impliquer et tout ce qui en suivait. Tout cela était réellement nouveau pour moi. Du coup, ne pas avoir ma dose de sexe habituelle… J’avais eu un peu de mal à m’y adapter mais j’avais fini par m’y faire. Et dans un sens, j’étais plutôt fier de moi car j’avais été fidèle et patient… Enfin à ma façon, j’étais patient. Et puis, j’avais fini par apprendre à la connaître, à savoir ce qu’elle aimait ou pas, comment la faire rire, la consoler, la calmer. Et puis, j’avais fini par tomber fou amoureux d’elle. Chose qui ne serait jamais arrivé si j’avais couché avec elle dès le premier soir.

Alors maintenant que Daphné acceptait enfin de coucher avec moi… Je n’y réfléchis pas deux fois ! Après l’avoir maté pendant qu’elle allait dans ma chambre, en me suggérant de la rejoindre, je finis par suivre son conseil et allais dans ma chambre. Là, je l’embrassais tendrement en lui caressant le visage puis en la tenant par la taille. Je ne lui avais rien dis, mais c’était la seule et unique femme à avoir pénétré ma chambre… Si l’on ne pas ma mère. Mais ma mère, c’était ma mère !
D’habitude, j’emmenais les femmes dans un hôtel ou les suivais chez elle. Disons que je ne voulais pas prendre le risque qu’elle rencontre ma mère… Mais Daphné était spéciale. Je me voyais la présenter à ma mère. Les deux femmes que j’aimais le plus faisant connaissance… Et je savais qu’elles s’apprécieraient. Elles avaient un peu le même caractère et puis… Leur sujet principal serait moi et ma beauté incroyablement parfaite !

Je voulais que notre première fois ensemble soit spéciale. Bon, je n’avais pas le décor hyper romantique mais je ne voulais pas juste me contenter… De prendre mon pied et de m’en aller avant qu’elle ne se réveille. Non, je voulais lui montrer tout mon amour pour elle. Daphné devait sentir à quel point je l’aimais et la respectais. Coucher avec elle ne serait qu’une étape de plus à franchir dans notre couple. Je ne l’en aimerais que davantage.
Donc, je me montrais doux et attentionné avec elle. Tandis qu’elle me retirait mon t-shirt, je glissais mes lèvres le long de son cou. Je humais son parfum en fermant les yeux… Puis lentement, je lui retirais son haut. Et… Tadaaaa ! Mini Jake était au garde à vous. Surprise ! Enfin pas tellement, Daphné ne savait pas à quel point elle m’attirait !
Je l’entraînais sur mon lit et l’y allongeait tout doucement, à croire qu’elle pouvait se briser. Après avoir embrassé son cou, je déposais des baisers plus bas… Jusqu’à atteindre sa poitrine… J’avais un peu peur qu’elle ne se rétracte ou qu’elle prenne peur. Mais je pris le risque. Tandis que j’embrassais sa poitrine, d’un tour de main, je défis son soutien-gorge et le lui retira. Et presque aussitôt, je lui retirais son pantalon… Plus rapide, tu meurs. Mais je voulais tellement… Bref. Je m’arrêtais soudainement en l’observant. En fait, je contemplais son corps avec fascination… Alors, c’était ça qu’elle me cachait ! Daphné était mince avec ce qu’il fallait pour réveiller mini Jake… Encore plus qu’il ne l’était ! D’ailleurs, je commençais à me sentir à l’étroit… Malgré mon jogging !! Je caressais son ventre, remontant sur sa poitrine. Je pris un de ses seins dans ma paume et me mis à titiller la pointe durcie de son téton. Je penchais alors et soufflais à son oreille…

« Tu es magnifique, Daphné… Je t’aime… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Sam 3 Sep - 19:58

Aujourd’hui, j’avais pris une décision extrêmement importante. J’étais prête à offrir ma première fois à Jake. Autant dire que c’était quelque chose que je prenais très au sérieux, contrairement à beaucoup de personnes de nos jours. Qui était encore vierge à 20 ans ? Très peu de personnes appartenant à la gente féminine. Pourquoi ? Et bien parce que c’était « la honte ». Or moi je ne trouvais rien de honteux à vouloir attendre le bon. Bien au contraire ! C’était une question d’honneur pour nous. Bien sur, je n’étais pas assez vieille fille dans ma tête pour me dire qu’il fallait attendre le mariage mais je voulais au moins avoir un homme avec qui j’étais certaine qu’il n’était pas là uniquement pour que j’écarte les cuisses un soir afin qu’il puisse s’en aller le lendemain matin comme si de rien était.

Contre toute attente, Jake était cet homme. Au départ, j’étais très loin d’imaginer qu’un jour lui et moi nous filerions le parfait amour alors que nous pouvions à peine nous supporter. Et puis les choses avaient changé et nous voilà à l’heure actuelle : moi dans sa chambre, dans ses bras. Sauf qu’à présent, je ne savais définitivement pas quoi faire. Je lui avais dit que j’étais prête à franchir le cap, je l’avais fait venir à moi et maintenant ? Je le laissais m’embrasser sans trop savoir quoi faire. Je me laissais plus ou moins guider par mon instinct. J’attrapais le bas de son t-shirt afin de lui retirer. Jake se montra coopératif et me laissa faire avant de plonger son visage dans le creux de mon cou. Comme à chaque fois que ses lèvres venaient effleurer la peau de mon cou, un frisson me traversa et je sentis mes paupières se fermer. J’adorais les baisers dans le cou. Peut-être bien plus que de raison. Mais peut-être que c’était parce qu’au final, je ne connaissais « que ça » ?

Je passais mes bras autour de sa nuque afin de le garder contre moi tandis que je sentais mon ventre se dénuder. Je m’étais à peine rendue compte que Jake avait attrapé le bas de mon haut pour me le retirer. Je me laissais faire et me retrouvais en soutien-gorge juste devant lui. Ça aurait pu être gênant si ce n’était pas déjà arrivé une fois : à l’université. Je me souvenais précisément de ce jour là comme si cela s’était passé une heure plus tôt. J’avais découvert une foule de sensations qu’il me tardait, au fond, de connaître à nouveau. Et peut-être de façon encore plus intense qu’auparavant. Jake m’entraîna jusqu’à son lit et avec douceur, je me retrouvais allongée sur le dos. Les lèvres de Jake se nichèrent à nouveau dans mon cou avant de descendre plus bas jusqu’à ma poitrine. Je sentis la pointe de mes seins se durcir tandis que dans mes oreilles raisonnaient les battements de mon cœur.

Je ne savais pas du tout quoi faire. J’avais la désagréable sensation d’être inutile. En même temps, je n’avais jamais expérimenté ce terrain là donc pourquoi est-ce que je saurais quoi faire ? Pourtant quand on écoutait certaines filles, ça semblait vraiment facile. Surement avaient-elles lu un manuel avant ? S’il existait tout du moins. En tout cas, je laissais simplement mes mains parcourir le dos de Jake tandis que l’une de ses mains vint se glisser dans mon dos, détachant ainsi mon sous-vêtement. Je le laissais faire, me retrouvant pour la première fois seins nus devant quelqu’un. Mon cœur avait encore accéléré ses battements et mes joues rosirent. Cependant, je n’eus pas le temps de m’en offusquer car Jake me retira aussitôt mon jean. Je me retrouvais ainsi en culotte devant lui. Mon dieu, je ne m’étais jamais sentie aussi mal à l’aise de toute ma vie. Surtout que Jake était entrain de me détailler de la tête aux pieds et brusquement j’eus envie de me couvrir. J’en vins même à me demander si… si je lui plaisais réellement. Enfin, jusqu’à présent, il ne m’avait connu qu’en vêtements et maillot de bain, mais c’était la première fois que je me retrouvais nue devant lui. En fait, c’était la première fois que je me retrouvais nue devant quelqu’un.

Je me sentais trembler et pourtant, Jake ne semblait pas le remarquer. Ou s’il l’avait vu, il n’en faisait pas étale. Pour le coup, je l’en remerciais. La main de Jake vint à nouveau se poser sur moi, au niveau de mon ventre avant de remonter jusqu’à un de mes seins. Je me mordillais la lèvre inférieure tandis qu’une chaleur commençait à naître dans mon bas ventre. Je manquais de souffle quand il me complimenta. Je ne savais pas du tout quoi lui répondre. « Merci » me semblait être… trop banale et surtout mal approprié pour la situation. Sérieusement qui répondrait « merci » maintenant ? Je décollais mon bras du matelas et le passais autour de la nuque de Jake afin de l’attirer à moi. Je l’embrassais comme si ma vie en dépendait et me collais contre lui, m’enveloppant dans sa chaleur et dans la douceur de sa peau. Je glissais mes mains dans son dos et les déposais sur ses reins. Je décollais mes lèvres des siennes et les glissais dans son cou.

- Je t’aime tellement, soufflais-je finalement en réponse.

Je me redressais et attrapais le jogging de Jake que je lui retirais. Je me montrais sans doute un peu maladroite, mais je n’avais jamais déshabillé personne non plus. Je vins ensuite me blottir à nouveau contre lui, retrouvant sa chaleur tandis que mes mains parcouraient son torse, descendant lentement vers son bas ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Ven 16 Déc - 21:33

J’avais toujours pensé qu’aucune femme ne pourrait me faire perdre la tête… Ca c’était avant que Daphné n’arrive dans ma vie. Maintenant qu’elle était à moitié nue dans mon lit, j’avais la sensation que j’allais perdre les pédales. Mini moi ne réclamait qu’une chose, que je le libère de toute cette masse de tissus inutiles. Mes mains voulaient se poser sur chaque parcelle du corps de Daphné. Mes yeux voulaient la contempler durant des heures. Mes lèvres voulaient lui déposer des baisers partout. Bref, j’étais fou d’elle.

Je n’avais pas une grande expérience des relations amoureuses mais pour ce qui était de faire grimper une femme au lit, je savais y faire. Sauf que je voulais faire les choses différemment avec Daphné. Du coup, je me montrais bien plus tendre que ce que je faisais habituellement. Je prenais le temps de l’embrasser, de la caresser. Je ne voulais rien brusquer par peur de passer pour un obsédé… Enfin, plus obsédé que je ne l’étais réellement. On pourrait croire que ça me frustrait mais pas du tout. Découvrir avec lenteur le corps de ma petite amie m’excitait encore plus. Alors c’était tout naturel que je la complimente. Il faut le dire… Ma petite amie était une bombe ! Daphné semblait toucher car elle vint se blottir dans mes bras. Je sentis ses mains effleurer mes reins… Et Mini Jake en aurait fait une cabriole s’il avait pu !

J’entendis Daphné me murmurer qu’elle m’aimait avant de me retrouver en boxer devant elle… Je n’étais pas du genre pudique. C’était d’ailleurs un problème pour ma mère qui ne supportait plus de me voir me balader en boxer dans toute la maison. Du coup, savoir que je finirais nu devant Daphné, ne me gênait aucunement.

Je décidais alors d’aller un peu plus loin. Tandis que l’une de mes mains caressait l’un des seins de Daphné. Mon autre main effleurait son ventre avec douceur. Tout doucement, je la fis descendre sur son bas ventre. Là, je commençais à lui retirer tout doucement sa culotte pour qu’elle me stoppe si jamais elle se sentait gênée ou quoi que ce soit. Voyant aucune réaction, à part ses joues rouges, je continuais à lui retirer. Une fois que ce fut fait, je lui caressais tout doucement son intimité, prenant le temps de lui faire savourer le plaisir que je lui procurais. Puis lentement, mes doigts pénétrèrent au creux de son intimité. Je l’embrassais en même temps, étouffant ses gémissements sous mes baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Sam 31 Déc - 11:06

C’était la première fois que je me trouvais aussi peu vêtue devant quelqu’un. Je rougissais rien qu’en y pensant, et mon corps tremblait tellement j’avais peur. J’avais peur, mais j’avais aussi grandement envie de franchir le cap avec Jake. C’était un moment particulièrement important pour moi. Il prenait le temps de m’embrasser, de caresser la moindre petite parcelle de ma peau. J’avais le droit à une magnifique mise en confiance. C’était ce que j’aimais chez lui : sa capacité à me mettre en confiance. Je tremblais nettement moins qu’au début et ça, c’était grâce à lui.

Suite à son compliment, je ne sus quoi répondre au départ. Je ne pouvais pas lui répondre un simple « merci » car cela ne collait pas à la situation. Et je ne pouvais pas ne rien répondre car cela ferait impoli. Du coup, je lui répondis que je l’aimais. Ce qui était vrai et cela me semblait être la réponse la plus appropriée sur le moment. Je laissais mon instinct me guider et je fis glisser le jogging de Jake sur ses jambes, le laissant ainsi en boxer.

Heureusement que j’avais Jake qui tenait les rênes parce que je ne savais pas du tout ce qu’il fallait faire ensuite. Oh bien sur, j’en avais une vague idée parce que je n’étais pas née de la dernière pluie, mais c’était ma première fois. Alors question initiative j’allais être peu active. J’espère que Jake ne m’en tiendrait pas rigueur. D’ailleurs, il ignorait totalement que j’étais vierge et que ça allait être ma première fois. Peut-être fallait-il que je lui dise avant qu’il ne le découvre de lui-même ? Et si je ne le lui disais pas et qu’il le découvrait de lui-même, est-ce qu’il m’en voudrait de ne rien avoir dit ? Trop de questions tuent la question !

Sauf que je n’eus pas trop l’occasion de trop penser à ça car Jake caressa mon sein mis à nu d’une main et l’autre main caressait mon ventre puis plus bas. Je sentis mon bas ventre réagir à l’approche de sa main et mon cœur continua de s’affoler quand il me retira mon sous-vêtement. Ça y est, j’étais totalement nue devant lui. Je rougis légèrement mais je ne dis rien, appréciant qu’il prenne son temps et qu’il m’offre l’initiative de dire « non » si jamais je souhaitais me rétracter. Mais j’avais réellement pris ma décision : je voulais que Jake et moi fassions l’amour, je voulais que notre relation prenne un nouveau pas.

Une fois démunie de mon dernier vêtement, Jake porta ses doigts à cet endroit que jamais personne n’avait encore touché mis à part lui. Je sentis mon bas ventre s’embraser sous cet effet encore inconnu de moi. Puis, je sentis ses doigts entrer en moi. Mon corps réagit bien avant que je ne réalise réellement la chose. Je me cambrais légèrement et un gémissement s’échappa de mes lèvres. Les lèvres de Jake vinrent écraser les miennes, étouffant mes gémissements provoqués par le va et vient de ses doigts en moi. Mes bras vinrent entourer ses épaules, serrant Jake contre moi. Par moment, je sentais mes ongles venir griffer ses épaules et son dos, aussi quand je m’en rendis réellement compte, je balbutiais :

- Je suis… je suis désolée, je dois te faire mal…

Mais en même temps, je n’avais absolument aucune envie que cela s’arrête. J’aimais la sensation d’avoir ses doigts en moi. Et rien que pour cette raison, j’étais entrain de me demander ce que cela donnerait lorsque ce serait son membre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mar 18 Avr - 20:13

Daphné était la première femme à qui j’offrais réellement du plaisir. Habituellement, j’en donnais juste assez pour en recevoir également. Mais aujourd’hui, je ne voulais qu’une chose, que Daphné soit comblée et tant pis si cela voulait dire que j’allais rester frustré cette nuit. Son plaisir comptait bien plus que le mien… Preuve indéniable que je n’étais plus du tout le Jackson d’autrefois.

J’avais pris mon temps pour qu’elle puisse apprécier le contact de mes doigts au creux de son intimité. Lorsque je l’entendis gémir, je l’embrassais passionnément. Le son de ses gémissements m’excitait tant que j’en eu du mal à me contenir. Je ne souhaitais qu’une chose : retirer mon boxer et ne faire qu’un avec elle. Mais je ne voulais rien brusquer.
Tandis que mes doigts ne cessaient de la titiller, je sentis qu’elle me griffait dans le dos. Mon membre se durcit encore plus, si cela était possible. Je me mordis la lèvre inférieure en fermant les yeux. La sensation de ses ongles me griffant la peau… Si je m’écoutais… Sauf que Daphné cessa brusquement en s’excusant de me faire mal. Je lui embrassais le front avant de lui dire

« Non t’en fais pas, ça ne fait pas mal, tu peux y aller, mon cœur… »

Et j’étais bel et bien sincère. Daphné ne se doutait pas de l’excitation qui s’insinuait dans mes veines. Toutes ses sensations… Soudain, j’eus une pensée. Pour la première fois, je voulais essayer une chose… Je voulais enfouir ma tête entre ses cuisses, y déposer des baisers jusqu’à ce qu’elle hurle de plaisir… Mais voilà, j’avais peur de la choquer… D’ailleurs, je me choquais moi-même. Cette envie, je l’avais jamais eue. Ce n’était pas une chose que je pouvais faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 13 Aoû - 15:47

Mon cœur battait à cent à l’heure et l’émotion était réellement à son comble. Pour la première fois de ma vie, je me retrouvais intégralement nue face à un homme ; face à l’homme à qui j’avais choisi de donner ma virginité. Oui j’avais attendu toutes ces années avant de m’offrir à quelqu’un, mais je tenais vraiment à rencontrer le bon avant de me lancer. Je connaissais certaines personnes qui avaient préféré offrir ça au « premier venu » histoire de ne pas être en retard. Sauf que pouvait-on réellement être en retard à ce sujet-là ? Qu’est-ce qui était mieux ? Une fille respectable qui avait préféré attendre ou une fille qui avait donné ça au premier venu pour en être débarrassé ? Mais qui étais-je pour juger ? Chacun d’entre nous était libre de faire ce qu’il voulait de son corps. Moi j’avais choisi d’attendre et la vie m’avait amené Jake.

Il prenait son temps, y allait en douceur et je ne demandais pas mieux. Parce que je devais bien avouer que j’étais morte de trouille. C’était un grand pas pour moi et je ne pouvais malheureusement pas cacher les quelques tremblements de mes membres. Quand il eut retiré mes vêtements, j’avais bien remarqué qu’il avait pris le temps de me regarder, comme s’il voulait graver cette image dans sa tête au cas où cela ne se reproduirait plus. Le désir avait commencé à monter dès qu’il avait posé ses doigts sur mes seins. Aussitôt, je sentis mes pointes réagir à son contact et s’ériger. Je me sentis audacieuse de lui retirer son jogging mais je n’eus pas encore le courage de lui retirer son boxer… Pour le coup, je me sentais extrêmement timide. Mais Jake semblait comprendre et ne voyait pas vraiment d’inconvénient à mener la danse. Pourtant, il ignorait tout de mon inexpérience et il faudrait bien que je le lui dise avant que ça n’aille plus loin.

Il me retira mon dernier sous-vêtement et je ne bougeais pas d’un poil lorsqu’il le fit. Là, j’allais être définitivement nue. Je sentis l’autre main de Jake descendre le long de mon ventre pour aller se nicher dans le creux de mes cuisses et toucher cet endroit que nul autre n’avait touché jusqu’à ce jour. Quand ses doigts entrèrent en moi, mon corps réagit aussitôt et je me cambrais tout en lâchant un gémissement. Les lèvres de Jake capturèrent les miennes et mes autres gémissements vinrent mourir dans sa bouche. Mes bras entourèrent ses épaules tandis que le plaisir grandissait en moi. Je me rendis aussi compte que sans le vouloir, je m’étais mise à griffer son dos et aussitôt, je m’excusai de lui faire mal. J’ignorais qu’on pouvait avoir ce genre de réaction. Jake déposa un baiser sur mon front et m’affirma que je pouvais continuer. Je hochais la tête.

- Jake, haletai-je tandis que ses doigts continuaient de bouger en moi. Il faut que je te dise quelque chose avant d’aller plus loin…

C’était le moment, non ? Je repoussais délicatement sa main et ses doigts quittèrent mon antre, me laissant pantelante et une sensation de vide en moi assez importante. Cela ne faisait pas de doute que je souhaitais plus mais nous ne pouvions pas continuer sans que je lui dise. Je me redressais légèrement et me mordillais la lèvre inférieure tout en replaçant une mèche de cheveux.

- Il faut que tu saches que… et bien…

Je me frottais le front de nervosité et pris une grande inspiration. Je ne devrais pas avoir honte. Après tout, ça avait été mon choix !

- Je suis vierge. Je l’ai jamais fait avec personne parce que j’ai toujours attendu de rencontrer quelqu’un qui en valait la peine et… et tu en vaux la peine. Je suis désolée si je t’ai fait attendre autant de temps mais je voulais être sûre et certaine que tu sois le bon et… t’es le bon. Donc j’espère vraiment que ça te fait pas flipper, hein ? Parce que moi là je flippe à mort t’imagine même pas combien. Et… je parle trop !

Je m’arrêtais de parler aussi sec et baissais les yeux, ne pouvant pas affronter celui de Jake au cas où il serait mortifié d’apprendre que je n’avais jamais fait l’amour à qui que ce soit auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mar 31 Oct - 23:13


Je sentais bien que Daphné était gênée. J’avais bien compris qu’elle n’était pas aussi naturiste que moi. J’étais le genre de personne qui pouvait se balader nu sans que ça ne le gêne. D’ailleurs, je préférais être nu. Avant que ma mère ne me rejoigne, je passais mon temps nu dans mon ancien appartement. Mais dès que ma mère et moi avions emménagé ensemble… J’avais été contraint à enfiler au moins un jogging. Elle n’aimait pas me voir en boxer parce que j’étais plutôt bien foutu, ce qui laissait très peu de place à l’imagination.

J’essayais alors de la mettre à l’aise, même si je ne pouvais pas m’empêcher d’admirer chaque parcelle, chaque courbe de son corps. Mini moi se sentait de plus en plus à l’étroit dans mon boxer, si bien je me demandais s’il n’allait pas finir par sortir par ses propres moyens.
Rapidement, mes doigts avaient fini au creux de son intimité. J’étais au bord de l’explosion. Elle était si humide, prête à m’accueillir… Et je n’attendais que ça ! Tout ce temps où j’avais attendu ce moment. Sauf que je n’étais pas un sauvage. Je ne voulais surtout pas la brusquer, donc j’y allais petit à petit, la laissant apprécier ce moment. Et lorsqu’elle se mit à griffer mon dos… Je me mordis la lèvre inférieure. Daphné ne savait pas à quel point, elle m’excitait en cet instant. Sauf que je l’entendis me dire qu’elle avait quelque chose à me dire. Au fond de moi, je voulais repousser le moment de la discussion. Non, là tout de suite, il y avait bien plus urgent, s’occuper du muscle turgescent qui était encore coincé sous le mince tissu de mon boxer. Sauf que Daphné me repoussa tout doucement.
Et pour la première fois de ma vie, je commençais à avoir peur. Mon cœur se mit à battre. Je l’imaginais me quitter ou encore me dire que tout ceci n’était qu’une façon de se venger de toutes les fois où je l’avais emmerdé à l’université… Je l’aimais tellement que j’en devins rapidement parano. Mais je décidais de sauver les apparences, en gardant un visage impassible, calme. Même si dans le fond, j’étais terrifié qu’elle m’annonce une mauvaise nouvelle… En même temps, elle avait dit le genre de phrase qui ferait paniquer n’importe qui…
Je me redressais alors légèrement et lui dit :

« Je t’écoute, qu’est qui se passe ? »


Bégaiements. Hésitations. Et mon cœur qui s’emballait. Mes nerfs n’allaient pas tarder à lâcher. Oui, j’allais craquer et faire une connerie. Du style, me rouler en boule par terre ou encore hurler parce qu’il se trouve que j’aurais bien aimé hurler un bon coup. Et soudain, Daphné m’avoua ce que je n’avais pas une seule seconde envisagée. Daphné était vierge. Sauf que soudain, je compris sa gêne, pourquoi elle ne voulait pas coucher avec moi… Tout devint clair. Et à cet instant, elle semblait encore plus mal à l’aise. D’ailleurs, elle n’arrivait plus à arrêter de parler. Je riais doucement avant de la prendre contre moi, en espérant que mini Jake se tienne correctement. Je lui embrassais à nouveau le front avant de lui murmurer à l’oreille :

« Ne me fais plus jamais ce genre de frayeur… »

Je lui caressais alors les cheveux puis je lui dis :

« Non ça ne me fait pas flipper ! Je t’ai toujours aimé pour ce que tu es. Vierge ou pas, tu es la Daphné que j’ai sauvé dans une ruelle sombre, que je faisais chier parce qu’elle n’est pas blonde… Mais ça explique bien des choses… » dis-je en souriant malicieusement.

Je me remis alors à jouer avec la pointe rose de sa poitrine avant de lui murmurer à l’oreille :

« Je ferais très attention à ton plaisir… Je te le promets. »


Je titillais sa poitrine tout en léchant le lobe de son oreille et rapidement, je sentis sa respiration s’accélérer. Lentement, mes doigts descendirent le long de son corps pour atteindre la source de son plaisir. Je titillais son clitoris de mon pouce, ses gémissements me guidant là où je devais aller. Puis, je pris mon courage à deux mains. Je commençais par déposer des baisers sur ses lèvres, je descendais alors plus bas, dans son cou. Je m’attardais sur sa poitrine pour capturer ses tétons entre mes lèvres, chacun leur tour. Je glissais ma langue dessus, les sentant durcir à chacune de mes caresses. Je poursuivis alors mon chemin ne m’arrêtant qu’une fois entre ses cuisses… Je glissais alors ma langue entre les plis de son intimité. Une sensation intense s’empara de moi. L’orgasme menaçait de me prendre mais je tentais de me calmer. Sauf que ma langue dans l’intimité de Daphné me rendait fou. Je glissais mes bras sous ses cuisses afin de mieux la savourer. Plus ma langue la caressait, plus je me sentais durcir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mer 22 Nov - 18:26

C’était la première fois de ma vie que je me retrouvais avec aussi peu de vêtements face à une personne du sexe opposé. En même temps, j’avais toujours attendu de trouver le bon partenaire pour oser franchir le cap. Et ce jour-là était venu. C’était moi qui avais pris la décision de franchir cette étape. Certes, Jake avait fait plusieurs fois des tentatives, mais il avait toujours respecté mon choix et rien que pour ça, il avait atteint la case du mérite. Seulement voilà, je ne pouvais pas m’empêcher d’être gênée, même si jusqu’à présent, il a toujours prouvé que je n’avais pas à l’être. Mais après tout, c’était normal lors de sa première fois, non ?

D’ailleurs, Jake n’était toujours pas au courant de cette partie-là de ma vie. Et il allait falloir que je lui dise si je voulais que ça se passe bien pour moi. L’avantage d’avoir quelqu’un de déjà expert, c’était que je n’avais pas à me poser trop de question, juste à me laisser guider – même si j’avais l’impression d’être une gourde qui essayait de s’en sortir tant bien que mal. Sauf que je n’annonçais pas la couleur à Jake tout de suite. Non, il avait réussi à me perdre dans les méandres du plaisir des préliminaires. Autant avouer que jusqu’à présent, je ne m’étais jamais sentie aussi prête à ne faire qu’un avec une personne. Encore une fois, c’était une preuve pour moi que Jake était la bonne personne et pas juste un gars de passage comme beaucoup on put le vivre dans leur vie.

Quand je sentis le moment fatidique arriver, je pris la décision d’enfin lui parler. Après lui avoir malencontreusement griffé le dos à cause du plaisir ressenti, je l’écartais sentant que si je ne l’écartais pas de moi, Jake ne le ferait pas de lui-même. J’avais tellement retardé ce moment entre nous deux que je pouvais comprendre qu’il en avait assez de discuter. Sauf que là, c’était vraiment important. Quand il m’assura qu’il m’écoutait, je pris mon courage à deux mains. Je ne savais vraiment pas comment aborder le sujet alors je m’emmêlais un peu les pinceaux par moment puis finalement je lâchais l’information comme quoi j’étais toujours vierge… Et Jake se mit à rire. Aussitôt je piquais un fard. Il se moquait de moi… J’en étais sûre et certaine ! Quelle idiote attendait d’avoir 20 ans et quelqu’un de fiable pour avoir son premier rapport ? Il devait sûrement se dire que j’étais trop nulle comme nana.

Au moment où je baissais la tête, honteuse, il m’attrapa pour me serrer contre lui. Surprise, j’écarquillais les yeux tandis qu’il me réclamait de ne plus jamais lui faire une frayeur pareille. Je sentis ses doigts venir caresser mes cheveux tandis qu’il m’assurait que ce n’était pas du tout quelque chose d’effrayant que je sois toujours vierge et que cela expliquait certaines choses. Oui… Comme mon refus d’avoir des rapports intimes avec lui.

- J’aurais aimé te le dire plus tôt, soufflais-je légèrement avant de lâcher un hoquet de plaisir quand ses doigts se remirent à jouer avec une de mes pointes durcies.

La panique quitta mon corps pour laisser à nouveau place aux frémissements de désir. Lorsqu’il me jura de faire attention à mon plaisir, j’eus un léger sourire. Je ne pus rien répondre car Jake lécha le lobe de mon oreille et brusquement, je sentis mon coeur s’accélérer, faisant également accélérer ma respiration. Tandis que j’avais l’impression d’être une marionnette entre ses bras, je sentis ses doigts descendre jusqu’à mon intimité. Il toucha mon point sensible qui me fit me cambrer automatiquement et lâcher des gémissements qui semblèrent indiquer la marche à suivre à Jake. Ses lèvres trouvèrent les miennes et je lui rendis son baiser jusqu’à ce qu’il y mette fin pour venir les poser sur la peau de mon cou. Je frissonnais. J’adorais les baisers dans le cou, ça provoquait toujours des sensations chez moi. Peut-être pas aussi intense que la main de Jake dans le creux de mes cuisses, mais cela s’ajoutait à ce que je ressentais déjà.

La bouche de Jake continua son ascension vers le bas, s’attardant sur ma poitrine, offrant le même traitement à chacun de mes seins. Ma main vint agripper légèrement les cheveux de mon homme. Me cambrant toujours, je donnais l’impression de tendre ma poitrine vers lui pour l’inciter à poursuivre son traitement – non pas que je souhaitais qu’il arrête. Mes pointes durcirent à chacun des passages de sa langue, puis finalement, il se désintéressa de mes seins pour descendre. Machinalement, je me retrouvais allongée sur le lit et Jake se retrouva la tête entre mes cuisses. Un léger malaise m’envahit, mais je l’oubliais assez vite quand sa langue vint se nicher dans le creux de mon intimité. Mon bassin se mit en mouvement, accompagnant chacun des mouvements de langue de Jake. Il était en train de me rendre dingue.

- Jake… soufflais-je.

Je fermais les yeux quelques instants, essayant de reprendre un peu conscience de la situation, puis je continuais :

- Je t’en prie, viens…

Je ne savais pas du tout à quoi je m’engageais en lui demandant de « venir ». Est-ce que même « viens » avait un sens ? Viens, oui, mais où ? Étais-je réellement en train de réfléchir à ça ? Daphné, ce n’est pas le moment, me rabrouai-je. Tout ce que je savais, c’était que j’avais envie de ne faire plus qu’un avec Jake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 3 Déc - 23:13

J’avais toujours senti que ma princesse était différente. Pour commencer, elle n’était pas blonde. Mais aussi, j’avais toujours su que ce n’était pas une fille facile, contrairement à certaines des femmes que j’avais connu. Mais pas seulement… Elle était drôle, elle avait de la conversation. Elle était totalement différente de toutes ces filles que je connaissais… Plusieurs fois, j’avais tenté d’aller plus loin avec Daphné et elle ne m’avait jamais laissé faire… Sauf le soir de son anniversaire où, après qu’elle eut un coup dans le nez, j’avais essayé d’en profiter… Enfin, juste un peu quoi. C’est vrai que dit comme ça, c’était horrible. Mais je n’étais pas du genre à m’en prendre à une femme. Sinon, le fait qu’elle s’endorme ne m’aurait pas freiné.
Mais je ne pensais pas qu’elle était encore vierge… Je n’avais rien vu venir. Quand elle avait commencé à me l’avouer, je pensais qu’elle allait me quitter ou je ne sais quoi. Du coup, j’avais eu réellement peur. Ma réaction initiale avait été de la prendre dans mes bras. J’avais un besoin viscéral d’être rassuré. Je lui demandais alors de ne plus me refaire ce genre de choses.

Mais lorsque je sentis que tout allait mieux, j’en profitais alors pour jouer à nouveau avec sa poitrine. Je la vis en profiter encore. Puis petit à petit, je décidais de la conduire un peu plus aux portes du plaisir. Les lèvres parcoururent son corps lentement du lobe de son oreille, en passant par son cou, descendant entre ses cuisses afin de me noyer dans son intimité. C’était bien la première fois que je faisais ça… Je me laissais guider par ses gémissements et les mouvements de son bassin. Ma langue titilla son intimité avant d’y pénétrer. D’abord hésitante puis avec plus d’assurance et de passion. J’y prenais tant de plaisir, je me sentais encore plus excité. Daphné n’avait aucune idée de mon état… J’étais prêt pour elle… Je ne réfléchissais plus normalement. Soudain, j’entendis Daphné m’appeler dans un murmure, puis elle me dit plus fort de venir.

Honnêtement, je ne savais pas ce qu’elle voulait dire par là mais en réalité, mon corps avait totalement compris ce que voulait ma petite amie. Je me relevais, le bas du visage ruisselant encore du nectar de plaisir de Daphné. Je me passais la langue sur les lèvres. Je me mis sur elle sans trop me laisser aller. Puis, avec la plus grande douceur possible, je ne fis plus qu’un avec ma petite amie.

« Ça va ? Je ne te fais pas mal ? Dis-le-moi… »


Je n’osais plus trop bouger par peur de lui faire mal. Je lui caressais le visage à la place en attendant de savoir quoi faire. Je ne voulais pas avoir plus obsédé que je ne l’étais… Et puis, Daphné devait sentir qu’elle pouvait tout arrêter quand elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mar 19 Déc - 18:18

Ce n’était pas toujours facile d’avouer certaines choses et même si j’étais fière de dire que j’avais attendu le bon pour qu’il soit mon premier, ce n’était pas si facile que ça d’avouer qu’on n’avait absolument aucune expérience en matière de sexe. Mais il fallait bien que je le dise à Jake. Et puis, si j’avais gardé ça pour moi, il aurait bien fini par le savoir puisqu’apparemment, ça se sentait. Enfin, personnellement, je n’en savais strictement rien. J’allais surement le découvrir ce soir. Quoi que ça serait trop gênant de demander à Jake s’il l’avait senti. Enfin, maintenant que j’avais avoué à mon homme que je n’avais jamais été plus loin avec aucun autre, je me sentais soulagée de l’avoir dit. Quant à Jake, il semblait vraiment surpris de ma révélation. Est-ce qu’à aucun moment ça c’était senti que je n’avais jamais franchi le cap avec qui que ce soit ?

En tout cas, je lui avais fait peur pour « pas grand chose ». Enfin c’était ainsi qu’il voyait les choses. Il sembla soulager que ce ne soit que « ça » mon problème et bizarrement, j’étais contente qu’il prenne la nouvelle avec légèreté. Il profita de m’avoir prise dans ses bras pour à nouveau jouer avec ma poitrine, ce qui me fit lâcher un hoquet de plaisir. Puis une de ses mains lâcha un de mes seins pour aller se nicher entre mes cuisses, me faisant à nouveau haleter et gémir. Et finalement, ce fut sa bouche qui vint remplacer ses doigts après avoir parcouru mon corps. Qu’il ait sa tête entre mes cuisses me rendit mal à l’aise quelques instants mais rapidement le malaise s’en alla pour laisser place au plaisir. Mes hanches se mirent automatiquement en marche et suivirent chacun des mouvements de langue de Jake. Mes mains se refermèrent sur les draps du lit.

Quand enfin je me sentis réellement prête, je lui demandais de venir. Je ne savais pas trop si ça voulait dire quelque chose, mais tout ce que je voulais, c’était ne faire plus qu’un avec lui. En tout cas, il semblerait que Jake ait compris parce qu’il quitta mon intimité pour venir se placer au-dessus de moi. Je sentis son membre contre mon intimité et aussitôt, je sentis mon bas ventre se contracter. Finalement, je le sentis plonger lentement en moi. Je sentis mon intimité s’agrandir légèrement au passage de Jake et finalement, je sentis un léger pincement qui m’arracha une légère grimace. Je rouvris les yeux quand il me demanda comment j’allais.

- Ça va, c’est supportable, répondis-je. Laisse-moi juste quelques instants…

En fait, comme Jake ne bougeait plus, je ne savais pas trop si j’avais encore mal ou pas, mais j’appréciais grandement qu’il prenne le temps de m’adapter. Je sentais ses doigts sur mon visage et j’appréciais son contact. Je fermais les yeux quelques instants avant de lui dire :

- Tu peux bouger, si tu veux.

Il n’y avait que comme ça que je pourrais savoir si j’avais réellement mal ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Mer 21 Fév - 22:50

Je n’avais jamais eu à coucher avec une fille vierge… Ma première fois s’était faite avec une fille un peu plus âgée et plus expérimentée que moi. Je n’étais jamais tombée sur une fille vierge, donc j’avais toujours considéré qu’elles ne l’étaient pas… Je n’avais même jamais posé la question… Si je l’avais fait, peut-être que j’aurais compris pourquoi Daphné n’avait pas l’air pressé de me sauter dessus ! Oui, je faisais souvent cet effet là sur les femmes, elles avaient toutes envie que l’Apollon que je suis s’occupe d’elles.
Mais voilà, Daphné était différente et je comprenais un peu plus pourquoi. Elle m’avait, en quelque sorte attendu… Si ça ce n’était pas de l’amour ! Et tête de gland que j’étais, je n’osais pas bouger une fois que j’eus pris les derniers vestiges de son innocence. Je mourrais d’envie de bouger, la sensation que me procurait l’intimité de ma petite amie était si intense que je me faisais violence pour ne pas bouger mon bassin en elle. Je lui demandais si elle allait bien et qu’elle me le dise si elle avait mal. Elle m’assura que c’était supportable… C’est ça être un étalon, il y avait toujours un risque pour que les femmes ne le supportent pas. Etre bien monté n’avait pas que des avantages ! Puis Daphné m’autorisa à bouger… Je m’autorisais donc à respirer car j’avais réellement peur de lui faire mal. Je voulais qu’elle s’en souvienne comme d’un moment agréable. Et pas qu’elle se dise que sa première fois avait été horrible parce qu’un idiot n’avait pensé qu’à son plaisir !!

« D’accord… » murmurai-je à son oreille.

Puis avec douceur, j’effectuais ce mouvement tant attendu, le va-et-vient. Je me mordis la lèvre pour essayer de ne pas trop me laisser aller pour ne pas lui faire mal. Je voulais avant tout qu’elle s’habitue et si je devais accélérer la cadence, ce serait avec plaisir.
Mais Daphné n’avait réellement pas conscience de l’effet qu’elle produisait sur moi. Je n’avais qu’une envie : lui faire hurler de plaisir mon prénom. Je voulais sentir ses ongles s’enfoncer dans mon dos pendant que je la labourai de mes coups de reins. J’avais tellement d’idées perverses… Mais je ne pouvais encore rien mettre en pratique sans craindre qu’elle ne me fuie en criant « PERVERS SEXUEL ! ». Donc je me contentais d’être très doux et tendre avec elle. Je lui caressais les bras, déposais des baisers dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 8 Avr - 20:34

Il fallait savoir surmonter ses peurs et ce n’était pas chose facile. Donner ma virginité à Jake était une des décisions les plus importantes de ma vie. Je ne savais pas encore s’il était LE bon, celui avec qui je vieillirais tout en couvant du regard une ribambelle de petits enfants, mais il était au moins UN bon. Et c’était sans regret que je lui cédais ce bien précieux parce que je savais qu’il ne me ferait jamais de mal sciemment. Sauf qu’une fois ma décision prise, c’était assez compliqué d’exposer la situation. Je m’étais mise à bafouiller dans mon explication avant de réussir à dire à Jake que j’étais vierge. Il était bien pris la chose, alors que moi, je m’attendais à ce qu’un malaise s’installe entre nous parce que nous n’en aurions pas discuté avant. Mais non, il avait eu peur que la « nouvelle » soit encore pire que ça.

Me voilà donc, le moment venu pour moi de perdre mon innocence. J’avais les jambes tremblantes mais j’avais envie qu’il soit en moi. Je le voulais. C’était un sentiment que je ne connaissais pas encore en soit, mais j’éprouvais un profond désir pour Jake. J’avais envie que nos deux corps ne fassent plus qu’un. Je me sentais prête à l’accueillir et Jake obéit à ma demande lorsque je lui demandais de venir. Finalement, je sentis son membre se placer contre mon intimité et pénétrer lentement. Je me sentis écartée par sa virilité jusqu’à finalement sentir un pincement qui me fit grimacer légèrement. Mais cela ne changeait rien au fait qu’il était profondément enfoui au fond de moi. Sans doute avait-il remarqué ma grimace car il me demanda si j’avais mal. Je lui demandais de ne pas bouger pour le moment. La sensation n’était pas désagréable en soit, il fallait juste que je m’adapte à lui.

Je pris quelques instants avant de l’autoriser à bouger. Et quand je lui donnais mon aval pour qu’il puisse bouger, Jake se mit aussitôt en mouvement. Je sentis son membre ressortir de moi avant d’entrer à nouveau avec douceur et délicatesse. La sensation n’était pas des plus agréables mais il semblerait qu’une fois le passage fait, on ne « souffrait » qu’une fois. Les baisers que Jake déposaient dans le creux de mon cou faisaient naître des frissons le long de mon corps. Le va-et-vient de Jake était toujours lent et doux. Il prenait son temps et pour cela, je lui en étais profondément reconnaissante. Mes paupières closes, je m’abandonnais complètement dans ses bras. Je me laissais faire, mon inexpérience n’aidait pas vraiment. Mais je savourais les sensations, essayant de me familiariser avec. Au fur et à mesure des mouvements de Jake, je me surpris à commencer à soupirer de bien-être et à haleter légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Lun 30 Avr - 21:08

Je voulais que Daphné prenne autant de plaisir que moi, si ce n’était pas plus. Après tout, si je lui laissais un agréable souvenir, on pourrait recommencer encore et encore. Si je me comportais comme le dernier des connards, jamais elle ne voudrait que je la touche. Donc, je prenais mon temps. Il faut dire que ce n’était pas la tâche la plus désagréable au monde ! Depuis le temps que j’attendais ça ! Bien sûr que j’aurais voulu accélérer le rythme jusqu’à ce qu’elle hurle durant des heures, que ses jambes tremblent de plaisir et qu’elle finisse par s’endormir dans mes bras. Mais je devais y aller doucement, je ne voulais pas la brusquer. Et puis, j’étais très bien là où j’étais, je n’avais pas à me plaindre.

Pour qu’elle se sente à l’aise et qu’elle se détende, je l’embrassais dans le cou, sentant le parfum de ses cheveux, me noyant dedans. Il faut dire que pour moi aussi, ces sensations étaient nouvelles car d’habitude, je ne prenais pas autant de soin à satisfaire ma partenaire. D’ailleurs, je me montrais assez égoïste. Oui, je donnais du plaisir mais, le mien passait avant le reste. Il n’était pas question de bisous, de tendresse et autres gestes d’affection. Mais comme toujours, avec Daphné les choses étaient différentes. Je savourais le contact de nos peaux, de ce moment où ne formions plus qu’un. Sa fente enserrait mon membre avec tant de pression que je me concentrais pour ne pas me laisser totalement aller en oubliant que je ne devais surtout pas lui faire mal. Je me mordis la lèvre inférieure sentant au plus profond de moi une vague de plaisir monter. Ayant de plus en plus de mal à me contrôler mes coups de reins se firent un peu plus forts, un peu plus profonds. Et lorsque Daphné se mit à soupirer de plaisir, un soupir de plaisir rauque, typiquement masculin, s’échappa de mes lèvres.
D’une main, je me mis à jouer avec l’une des pointes rosies de sa poitrine. Je la titillais du bout des doigts, la pincer tout doucement. Mais même ce petit mouvement ne me calma pas, au contraire. Daphné me rendait fou. Plantant mes deux poings dans le lit, de chaque côté de la tête de ma petite amie, je me relève légèrement, bras et épaules contractés. Mes va-et-vient s’enchainèrent. Plus forts, plus rapides. Attentif à Daphné, je me fiais aux expressions de son visage, à ses mains, sa bouche. Plus elle semblait prendre du plaisir et plus je me laissais aller… Bien que je décidais de ne pas tout lui montrer le même jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   Dim 27 Mai - 17:25

Ma première fois, j’avais attendu un certain temps avant de l’offrir à quelqu’un. Je n’avais pas eu un nombre incalculable de petits amis dans ma vie mais ceux que j’avais pu avoir n’avaient jamais été aussi important que Jake. Et même malgré ça, j’avais mis pas mal de temps à accepter de franchir le premier pas avec lui. Et c’était bête, mais c’était cet article des commères qui m’avait poussé à prendre cette décision. C’était un comportement nul, mais je n’arrivais pas à oublier cet article et surtout la crainte de perdre Jake si je continuais comme ça… Alors j’avais pris la décision qui s’imposait et lui avais exprimé mes craintes et mes doutes. Et surtout que j’avais peur de perdre ce que nous avions à cause d’un manque de satisfaction sexuelle. Heureusement pour moi, Jake était quelqu’un de compréhensif et il avait tout de suite compris où était le problème. Et je le croyais quand il me disait qu’il n’avait pas été chercher ailleurs malgré le fait que je refusais d’avoir des relations intimes avec lui. Et puis ça avait fini par me convaincre que je prenais la bonne décision en lui offrant ma virginité.

Je savais bien que maintenant, la virginité, ça ne voulait plus forcément dire grand-chose pour certaines filles. Pour moi, elle avait de la valeur. Peut-être que j’étais un peu vieux jeu mais tant pis. Au moins, on ne pourrait pas me dire que je n’étais pas une fille bien, respectable et surtout avec un certain sens moral. Sans fausse modestie… des filles comme moi, ça ne courrait plus vraiment les rues. Bien au contraire. Mais les mentalités évoluaient. Moi j’étais restée avec ma mentalité de texane et tant pis parce que j’étais fière de moi et surtout j’étais heureuse d’offrir ça à l’homme que j’aimais. Et celui que j’aimais était actuellement près de moi – ou plutôt au-dessus de moi – et c’était à lui que j’offrais ça. J’ignorais combien de temps est-ce que ça durerait entre lui et moi, mais en tout cas, je ne regretterais pas.

Comme je l’espérais, Jake fit ça avec toute la douceur dont il était possible. Il prenait son temps avec moi, malgré mon inexpérience et surtout malgré mon manque de confiance. Qui pouvait s’improviser expert dans un moment pareil ? Personne. Et puis mon inexpérience devait bien se voir. Ses mouvements de bassin étaient doux et lents. Malgré ça, je ne pouvais pas dire que je ressentais énormément de plaisir. Peut-être parce que c’était la première fois. Je n’avais pas non plus eu aussi mal que ça. Je lui avais juste réclamé quelques instants afin que mon corps s’habitue à cette intrusion nouvelle. À ses mouvements de bassin, Jake m’embrassait dans le cou et tous ces petits gestes firent que je me détendais au fur et à mesure. Je ne savais pas trop si cela avait un effet, mais finalement au bout de plusieurs instants, je me surpris à ressentir du plaisir et ma respiration commença à se modifier au fur et à mesure. Le chemin en moi semblait s’être créer un peu plus car j’avais l’impression que Jake était vraiment au plus profond de moi.

Je me mordillais la lèvre inférieure lorsqu’un son rauque s’échappa des lèvres de Jake. Mon dieu… c’était tellement viril comme son… Je me surprenais même à vouloir l’entendre à nouveau, mais je n’eus pas le temps d’y réfléchir plus en avant car Jake se mit à jouer avec la pointe d’un de mes seins et un léger gémissement s’échappa de mes lèvres. Je voulais plus, beaucoup plus… Je sentis mon bas ventre se contracter, ce qui m’arracha un gémissement un peu plus fort que ceux qui avaient pu s’échapper de mes lèvres. Mes mains remontèrent le long de son dos et allèrent encadrer son visage. Je voulais plonger mon regard dans ses yeux bruns. Il s’était légèrement redresser, me surplombant de toute sa hauteur et là, les événements me dépassèrent car les coups de bassin de Jake se faisaient de plus en plus rapides et surtout de plus en plus puissants. En réaction à ces changements, je sentis mon corps se cambrer face à ce nouvel assaut et surtout je sentis mon bassin accompagner le sien dans ses mouvements.

- Mon dieu, Jake… soufflais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You are what I want [Jake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You are what I want [Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Jake Aaron Buckley
» (M)Au choix ~ Jake Muller
» Jake Gyllenhaal #008 avatars 200*320 pixels
» Jake Harrison - le benjamin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Brooklyn :: Park Slope :: Maison de Jackson et Bobbi DeLaurence-