Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 13 Juil - 17:16

Je tirais une nouvelle latte sur mon joint. Je sentis mon corps se détendre un peu plus. La cause de la tension de mes muscles ? Keringhton, ma petite soeur. Elle était enceinte de son amant du moment et d'après notre dernière conversation téléphonique, elle en était amoureuse. Elle avait dans l'idée qu'elle pourrait le récupérer et ce, malgré le fait que le pauvre homme était fiancé à une autre. Vu tout ce dont ma jeune soeur était capable, je souhaitais bien du courage à son amant. Néanmoins, j'avais souhaité le rencontrer. Ne serait-ce pour voir qui était celui que Keri avait jugé bon de pouvoir partager sa vie.

J'avais donné rendez-vous à Edward au restaurant chinois dans le Queens. Ce n'était pas le grand luxe mais on y mangeait très bien. Je songeais à y emmener un jour Annabelle, comme ça, je ne l'entendrais plus se plaindre de mes délicieux sandwichs au poulet. Ils étaient délicieux mais la jeune femme avait tout de suite dénigré mes magnifiques sandwichs au poulet… Tout ça parce qu'elle s'imaginait que j'allais lui servir caviar… Bon, elle avait dit ça en rigolant mais quand même ! On ne plaisante pas avec le poulet !

J'écrasai mon mégot au sol avant de marcher en direction du restaurant chinois. Comme chaque fois que je sortais, quelques fans me reconnaissaient et me demandaient photos et autographes. Je passais du temps avec eux. Il faut dire que j'avais beaucoup de chance, contrairement à certaines fois, mes fans n'étaient pas du genre à créer des émeutes. Il était rare que je sorte avec des gardes du corps. Je détestais les avoir sur les talons car je n'étais alors plus libre de mes mouvements… Enfin bref, en somme, ce n'était pas le cas ce soir.
J'entrais dans le restaurant et me fit installer à une table pour deux après que j'eus précisé que j'attendais quelqu'un. En attendant, je commandais un verre de vin et demandai à avoir des chips chinoises. Puis, je patientais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Lun 21 Juil - 18:23

S’il y avait bien une chose que j’ignorais encore jusqu’à il y a peu sur Keri, c’était qu’elle avait un frère. Depuis quand, ma Keri avait-elle un frère ?! Depuis toujours apparemment étant donné qu’ils avaient été tous les deux abandonnés et adoptés chacun de leur côté. Toujours était-il que cela m’avait fait un choc de l’apprendre. Jamais je n’aurais cru que c’était possible. Mais enfin, j’étais quand même content pour eux deux qu’ils se soient retrouvés. A mon sens, les frères et sœurs ne devaient pas être séparés. Ce n’était pas une chose à faire, mais malheureusement, les lois n’étaient pas encore ainsi… Enfin, personnellement, j’espérais qu’il n’était pas comme sa frangine parce que sinon… C’était la fin du monde ! Au début, je ne m’en inquiétais pas plus que ça parce que bon, j’avais plein de trucs en tête, mais forcément, les choses ne se passaient pas toujours comme on le voulait !

Très rapidement, j’avais appris que Kasey souhaitait me rencontrer et honnêtement, je n’avais pas sauté de joie. Il devait sans doute être au courant que c’était moi qui avait « engrossé » sa sœur. Très franchement, je craignais qu’il ne s’en prenne à moi pour ça. Bon, bien sur, s’il comptait m’en coller une, je ne comptais pas du tout me laisser faire. Je n’étais pas une lavette ! Alors soit, s’il voulait qu’on se rencontre, on se rencontrerait. Peu importe ce qui se passerait. Puis, peut-être qu’il voulait simplement me rencontrer ? Ouais enfin bon, ne partons pas victorieux non plus ! Si je faisais ça moi, c’était pour Keri. Quitte à avoir un enfant ensemble, autant que ce soit dans de bonnes conditions, non ? Kasey m’avait donné rendez-vous dans un restaurant chinois, situé dans le Queens. Ce serait la première fois que je mettrais les pieds dans ce quartier de New York. Une occasion de « visiter » d’une certaine manière.

Lorsque l’heure du rendez-vous arriva, je me plantais devant le restaurant. J’étais arrivé. L’heure de la vérité avait sonné… Je poussais la porte et entrais à l’intérieur. L’odeur de nourriture envahit mon nez. En partant de chez moi, je n’avais pas spécialement faim, mais en sentant la nourriture, mon estomac se mit en marche et réclamais presque à manger. Sauf que j’ignorais si j’allais réellement manger ou pas. Il m’était déjà arrivé de sauter des repas, mais là pour le coup, ça allait être compliqué de ne pas manger. Surtout que ça faisait un bon moment que je n’avais pas mangé chinois. Pour le coup, j’avais presque envie de dire : journée de merde ! Si ce Kasey venait pour me pourrir parce qu’avec sa sœur on allait avoir un enfant, et bien on n’était pas dans le caca ! Prenant sur moi, je jetais un coup d’œil sur l’ensemble de la salle et mon regard se posa sur un jeune homme qui mangeait des chips à la crevette.

Un serveur vint à ma rencontre et me demanda si j’étais seul. Je lui répondis que j’étais attendu par quelqu’un et le serveur sembla savoir où m’emmener. Comme je l’avais presque deviné, il me fit aller jusqu’au jeune homme que j’avais repéré quelques secondes plus tôt. Automatiquement, je me mis à chercher des traits de ressemblance avec Keri. Cependant, je fis ça assez finement. Personne n’aimait être observé comme une bête curieuse. Quand je trouverai des ressemblances avec sa sœur, et bien nous verrons le moment venu ! Le serveur nous laissa là, l’un en face de l’autre. Et maintenant ?

- Hum… salut ! T’es Kasey, c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 10 Aoû - 18:12

Keringhton me faisait souvent penser à notre mère. Elles étaient aussi fière l'une que l'autre, des têtes de mules à qui l'on ne pouvait rarement faire changer d'avis. Elles détestaient qu'on leur dise non... Bref, elles avaient toutes les deux un caractère de diva. Mais une chose fondamentale les différenciait :  Keri était enceinte et souhaitait le garder, l'élever et l'aimer comme toute mère... Ou plutôt contrairement à notre chère mère. J'étais réellement fier de ma petite soeur car elle avait l'instinct maternelle qui manquait à notre mère. Bon, elle n'était pas aussi mature que je l'aurais voulu mais j'étais rassuré...

Mais il manquait un élément : le père de cet enfant. Keri m'avait parlé de lui. C'était un avocat de L.A. qu'elle connaissait depuis son adolescence. Ils avaient eu une aventure et cette fois-ci, la Nature avait décidé de leur jouer un tour. Si Keri prenait plutôt bien la nouvelle, je voulais voir la réaction d'Edward, s'il le prenait bien lui aussi. Et puis, je voulais voir à quoi ressemblait Edward... Après tout, il entrait dans notre belle et grande famille de tordus...

Je lui avais donc proposé que nous nous rencontrions. J'avais longtemps réfléchi pour le lieu. Le restaurant de luxe auquel j'avais pensé n'était pas approprié pour ce genre de conversation. La boite de nuit était bien trop bruyante. Le resto chinois était parfait, tranquille et j'étais sûr qu'on ne serait pas dérangés par des fans hystériques ou des paparazzis énervés.
Assis devant ma table, j'attendais le père de l'enfant de ma petite soeur adorée. Quelques minutes après que je me sois assis, le serveur arriva accompagné d'Edward. Je me levais. Il était aussi grand que moi, bien bâti. Je lui tendis la main :

- Oui, c'est bien moi. Je te rencontre enfin...

Je lui fis un sourire. J'étais au moins sûr d'une chose, si ma soeur avait des problèmes, ce mec pourrait venir à sa rescousse. Et vu sa poigne, j'étais sûr qu'elle serait en sécurité avec lui. Je me rassis et commandai un verre de vodka.

- Alors, je ne vais pas y aller par quatre chemins... La grossesse de Keri ? Tu la vis comment ?

J'avais évoqué les défauts qu'avaient en commun ma mère et ma soeur, et bien, je leur ressemblais également. Moi aussi, j'étais têtu et fier. Comme elles, j'étais franc quitte à faire mal. Mais contrairement à elles, j'étais plus calme, moins impulsif mais plus bagarreur. Le serveur revint avec nos boissons. Je lui commandais un bol de nouilles, des nems de poulet, des crevettes et du poulet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Jeu 14 Aoû - 16:17

Ma vie prenait réellement un tournant que je ne maîtrisais pas forcément. La nouveauté dans ma vie m’était tombée dessus avec une telle rapidité que du coup, j’avais eu  à peine le temps de m’en rendre compte. Bien sur, je mesurais absolument toute l’ampleur de ce qui allait m’arriver. J’allais avoir un enfant et ce n’était pas avec ma fiancée. Remarquez, nous n’étions plus au XVIIème siècle et ce n’était pas un drame d’avoir un enfant avec quelqu’un d’autre que sa fiancée, étant donné que nous n’étions pas mariés. Enfin, ma relation avec Jessica était quand même assez biscornue. Nos parents avaient décidé de notre futur mariage sans mon accord. Bien sur, elle avait donné le sien, mais moi, la nouvelle m’était tombée dessus sans que je ne puisse rien y faire. Je n’avais aucun sentiment pour Jessica et notre relation était on ne peut plus platonique. Du coup, difficile de faire un enfant à une femme qu’on ne touchait pas. Mais ce qui m’était arrivé avec Keri n’était pas vraiment réfléchi, ni prévu. Mais c’était ainsi.

Je prenais l’entière responsabilité de ce qu’il se passait et j’étais prêt à reconnaitre cet enfant. Lui n’avait rien demandé à personne. Il n’avait pas demandé à être là. Il n’était nullement responsable. Cette nouvelle ferait un choc à tout le monde, j’en avais bien conscience, mais depuis quand est-ce que je suivais le chemin qu’on avait tracé pour moi ? Et puis, se serait encore une preuve que je ne suivais pas ce qu’on me disait et que je n’en faisais qu’à ma tête. Enfin bon, mis à part ça, s’il y avait bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’était que non seulement Keri avait un frère mais en plus de ça que celui-ci souhaitait me rencontrer. Honnêtement, je m’en serais bien passé. Mais après tout, cela ne pouvait pas être pire que d’avoir affaire aux parents de Keri. Bon, je ne parlais évidemment pas des biologiques, hein ? Ceux qu’il y avait le plus à craindre, c’était ceux qui l’avaient élevé. Ce qui était on ne peut plus logique. Keri était devenue leur fille après l’adoption. Du coup, j’avais accepté de rencontrer ce Kasey, même si je ne voyais pas du tout ce qu’il me voulait.

C’était donc dans un restaurant chinois du Queens que nous avions rendez-vous. Je n’avais pas encore mis les pieds dans ce coin de New York, du coup, c’était un peu une occasion de le découvrir en allant à ce restaurant. Les odeurs de nourriture réveillèrent ma faim. Tout ce que je pouvais espérer, c’était que ce frère disparu n’allait pas gâcher ce repas au restaurant parce que se serait vraiment dommage. Je n’aimais pas payer pour rien. Entrant dans le restaurant, le serveur me conduisit jusqu’au fameux Kasey qui me semblait avoir déjà repéré. Ma déduction avait été la bonne. Le regardant, je cherchais une quelconque ressemblance avec Keri, mais honnêtement, il n’y avait rien qui ne saura aux yeux dans l’immédiat, mis à part leur couleur de peau. D’ailleurs, comment savaient-ils tous les deux qu’ils étaient du même sang ? Excellente question ! Je n’avais pas posé la question à la jeune femme. Ca m’était complètement sorti de l’esprit. Et je ne connaissais pas suffisamment Kasey pour poser la question.

En arrivant face à lui, il se leva et je me retrouvais face à un homme aussi haut que moi. Ma foi, nous n’aurons pas de difficulté à nous fixer dans le blanc des yeux. Lorsqu’il me tendit la main, je fixais légèrement cette dernière avant de la saisir. Par contre, ses paroles me firent arquer un sourcil. Keri lui aurait-elle parlé de moi au point qu’il en saurait plus sur mon compte que moi je n’en savais sur lui ? Bizarrement, cela ne m’étonnerait même pas. Il faudrait peut-être que j’ai une conversation avec Keri à un moment ou un autre. Lorsqu’il m’offrit un sourire, je le lui rendis, même si malgré tout, je restais sur la réserve. Je ne savais pas du tout ce qu’il me voulait alors je préférais rester sur mes gardes. Puis, je m’installais sur ma chaise, face à lui. Tandis que lui commandait une vodka, je réclamais un whisky. J’ignorais si j’allais en avoir besoin ou pas, mais dans le doute… Je préférais en avoir un sous la main.

S’il y avait bien une chose qu’on ne pouvait pas reprocher à Kasey, c’était sa franchise. Il avait bien raison de ne pas vouloir passer par quatre chemins car moi-même j’étais plutôt franc et parfois, je ne mâchais pas mes mots pour m’exprimer. M’adossant contre ma chaise, je le fixais pendant quelques secondes.

- Comment je la vis ? Ce n’est pas moi qui ai des nausées matinales, mais merci de demander, répondis-je.

Ce fut à ce moment là qu’on nous apporta nos boissons. Je commandais à mon tour à manger avant de reporter mon attention sur le frère de Keri.

- Sérieusement, pourquoi poser une telle question ? demandais-je tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Sam 23 Aoû - 23:03

Pourquoi j'avais voulu voir Edward ? Sûrement parce que je voulais rencontrer le père de mon neveu ou ma nièce. Et puis, j'en avais marre d'entrer Keri appeler ce mec "Eddy". C'était bien le délire de ma soeur, affubler son entourage de surnoms plus ou moins débiles. Moi, c'était Kasounet... Notre mère, c'était "la génitrice indigne" ou la "connasse" selon ses humeurs. La fiancée du fameux "Eddy" était "sa grognasse"... La seule personne qui n'avait pas un surnom horrible était son enfant. Elle l'appelait de pleins de surnoms d'amour... "Bébé", "mon amour"... Keri m'avait expliqué n'avoir jamais été aussi tendre avec qui que ce soit, sauf ce petit bébé à venir.

Enfin bref, je m'étais face à Edward, nous sirotions nos verres d'alcool. Pour une fois, j'avais demandé un verre de vodka. J'avais demandé à Edward comment il vivait la grossesse de ma petite soeur et Edward me répondit sarcastiquement que ce n'était pas lui qui était enceinte. Un sourire, je lui fis un signe de tête avant de boire une gorgée de vodka.

- Pourquoi je te demande ça ? Disons que j'ai envie d'avoir une autre version de cet événement. J'adore ma petite soeur mais... Je ne connais qu'"Eddy" et pas Edward... Tu vois ce que je veux dire ?

Il me fallait l'avis de son amant. Keri pouvait bien être en train de me mentir... Même si j'en doutais. Mais ça m'intéressait de savoir ce qu'Edward en pensait, comment il prenait la nouvelle... Keri s'était déjà faite à l'idée. La preuve, elle pensait à tout : les prénoms, les vêtements, la chambre du bébé etc. Mais lui, il ne devait pas prendre la nouvelle de la même façon. Et si j'en croyais les dires de BS, Edward retardait son mariage car il n'y tenait pas... Donc, j'en avais conclu qu'il n'avait pas envie de se retrouver bloqué dans une relation...

- J'aimerais savoir comment tu prends la nouvelle... BS le vit super bien. Elle est vraiment heureuse et, alléluia, grâce à ce bébé, elle s'est légèrement assagie... Elle ne se drogue plus, elle ne se bourre plus la gueule et elle pense un peu plus à l'avenir.

Dans un sens, j'étais fier de ma petite soeur car elle avait fini par se calmer. A présent, elle pensait réellement à son avenir et puis elle gagnait en maturité. Moi qui avait peur qu'elle finisse par croire que la vie n'était que ça : faire la fête, boire, fumer... Et puis, il faut se dire la vérité, j'avais peur pour elle... Chaque jour, elle dépassait les limites qu'elle se fixait... Je commençais à me dire que je devrais la faire interner dans un centre de désintox...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mar 2 Sep - 15:08

Je n’avais pas encore d’idée précise sur ce qu’allait être cette rencontre avec le frère de Keri. J’avais limite l’impression que j’allais me marier avec elle d’ici peu de temps et qu’il fallait que je fasse le tour de la famille pour savoir si oui ou non je méritais la demoiselle. Or, me marier, ce n’était pas dans mes projets, même si c’était ce qui risquait de m’arriver à un moment ou un autre avec ces fiançailles que mes parents avaient la gentillesse de m’organiser. Sérieusement, là-dessus, j’étais dans le pétrin. Je ne savais pas encore comment le débarrasser de Jessica. Cette femme était tellement sensible qu’elle serait capable de tomber en dépression juste pour ça. Bien sur, je n’avais pas peur de représailles, mais il fallait faire ça finement, sinon, ça ne servait à rien. Et ça n’arrangeait pas les choses non plus.

Face à Kasey, j’avais du mal à l’imaginer frère avec Keri. Pourquoi ? Parce qu’à mes yeux, Keri avait toujours été fille unique. Ils avaient été séparés étant petits donc bon. Et puis, physiquement, mis à part la couleur de peau, je ne voyais pas vraiment de ressemblance. Peut-être fallait-il que je les ai tous les deux à côté pour pouvoir trouver. Allez savoir ! En attendant quand Kasey m’a demandé comment je vivais la grossesse de la femme qui portait mon enfant, je n’avais pas pu m’empêcher de lui offrir une réponse sarcastique comme quoi je n’étais pas celui qui subissait les nausées matinales. D’ailleurs, grâce à dieu, ce n’était pas moi qui finissais la tête dans la cuvette dès que je me levais. Et dire que chez certains animaux, c’était le père qui portait l’enfant. Comme l’hippocampe et le pingouin qui surveillaient les œufs.

Ma réponse avait eu don de faire sourire Kasey. Bon, au moins, il comprenait le sarcasme. S’il continuait dans ce sens-là, il finirait par me plaire. J’aimais bien les gens qui comprenaient quand on plaisantait et quand on était sérieux. Je bus une gorgée de mon verre de whisky lorsqu’il me répondit sur la raison qui l’avait poussé à me poser cette question. Je hochais la tête, comprenant parfaitement pourquoi il posait la question. Mais une grimace se dessina sur mon visage quand il énonça le surnom débile que Keri m’avait toujours donné. Eddie, ça faisait vraiment ridicule à côté mon prénom. Je levais les yeux au ciel.

- Ouais je vois. Mais je te couperai la langue si tu m’appelles par ce surnom horrible. Je me suis fait à l’idée que ça sorte de la bouche de Keri, mais de personne d’autre.

Autant mettre les choses au clair. Je ne supportais pas ce surnom et j’avais essayé de mille et une façons de faire arrêter Keri, mais c’était une véritable tête de mule et elle avait continué, même quand ça me faisait grincer des dents au point de faire mal aux oreilles. Du coup, j’avais abandonné, mais je continuais d’avoir mal aux oreilles à chaque fois qu’il était prononcé. J’arquais un sourcil lorsque Kasey la surnomma BS. Billie-Satheen, tels étaient les premiers prénoms de Keri, mais tout le monde l’appelait ainsi. On n’avait pas idée de donner 40 000 prénoms à une personne. Moi, j’en avais deux. Le premier étant Edward, je ne voyais pas pourquoi on m’appellerait Christian. Enfin bon, chacun voyait midi à sa porte. Je donnais raison à Kasey sur les bienfaits qu’apportait la grossesse à Keri. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir.

- Je le prends bien, répondis-je. C’est quelque chose qui n’était pas vraiment dans mes projets jusqu’à ce que je l’apprenne. Mais quand je l’ai su, je me voyais mal laisser Keri sans m’en préoccuper. J’ai pour habitude d’assumer mes conneries, si on peut dire ça comme ça. On a pas géré cette fois-là. Le bébé n’a rien demandé à personne donc je ne vois pas pourquoi il en paierait les frais.

C’est à ce moment là qu’un serveur nous apporta notre commande. Je me retrouvais ainsi avec une assiette de plusieurs spécialités chinoises que je mangeais presque à chaque fois que je venais. Je préférais les restaurants buffets, mais Kasey avait choisi donc je ne pouvais que me plier à ce que le restaurant proposait.

- Par contre, je dois bien avouer que je suis un peu moins à fond qu’elle sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 2 Nov - 21:27

Après la description que ma petite sœur m’avait faite de son cher et tendre « Eddy » comme elle le disait, j’étais un peu surpris. En fait, je l’imaginais moins charismatique… Plus du style intello sous le charme de la pompom girl… Sauf que je me retrouvais face au riche milliardaire sûr de lui. Rien que dans sa façon de me répondre, je savais que c’était le genre de mec à ne pas se laisser faire… Il devait en baver avec Keri qui détestait qu’on lui refuse un caprice. Il faut voir comment elle a réagit quand je lui ai expliqué que non je ne lui offrirais pas une île pour son anniversaire (dernière lubie que ma princesse de sœur avait en tête…)… Ce jour-là, je n’avais jamais eu autant d’insultes en quelques minutes… Quoi que quand je lui explique que se goinfrer autant n’est pas si bon pour le bébé, j’en entends pas mal aussi… Enfin bref, je souhaitais bien du courage à Edward.
Lorsque je lui mentionnais le surnom débile que ma sœur lui avais affublé, sa réponse me fit carrément éclater de rire. Moi, l’appeler Eddy… Et puis quoi encore ? J’étais le frère de Keringhton mais en aucun cas je n’étais son double.

« Crois-moi, lui dis-je lorsque je retrouvai un semblant de sérieux, je ne risque pas d’appeler comme ça. Elle risquerait de croire que j’ai viré gay et que je veux lui piquer son homme. Déjà qu’elle m’en veut pour ne pas vouloir lui acheter une île alors ça… Autant signer mon arrêt de mort ! »

Je riais encore un peu. Disons que je savais que ma sœur était un véritable phénomène. Et je la voyais très bien en train de débarquer chez moi comme une furie pour me demander des comptes. Et avec la chance que j’aie, ma chère petite sœur arriverait sûrement au pire moment… Quand je dormirais ou que je serais au pieu avec une nana… En pleine action ! Mais passons. J’expliquais donc à Edward les changements qui s’opéraient chez Keri. Elle s’était assagie. Contrairement à il y a quelques mois, elle ne faisait plus la une du blog des commères… Enfin si toujours mais au moins, elles ne parlaient plus d’elle pour expliquer comment sa dernière cuite s’était finie. Même si Keri restait une femme assez délurée et impulsive, elle pensait avant tout à son bébé ce qui l’empêchait de boire ou de fumer… Il m’expliquait quant à lui bien vivre la situation et à être prêt à l’élever et assumer sa « connerie ». Je hochais la tête. J’aurais fait pareil à sa place… Sûrement parce que ma propre mère m’ayant abandonné, je refusais de le faire vivre un jour à mes enfants… Et c’était aussi ce qui motivait ma sœur. Le serveur arriva avec nos plats. Pour ma part, un bol de nouilles, des nems de poulets, des ailes de poulets et des crevettes. Sans oublier les sauces ! Qui ça ? Moi, je suis un goinfre ? Non, je suis ce qu’on appelle un bon vivant ! Edward me dit alors ne pas être aussi à fond que Keri.

« Ah bon, à cause du fait que tu viens juste de l’apprendre ? »

Devais-je mentionner le fait que ma sœur, me prenant pour sa meilleure amie, m’avait confié qu’Edward était fiancé et qu’elle voulait à tout prix les séparer ? Bon, la deuxième partie, je devais le garder pour moi… Sauf si je voulais me faire crever un œil avec un escarpin à talon de 15cm.
J’attrapais mon bol de nouilles et commençais à manger. J’en vins à me demander si par exemple, j’avais eu la même histoire que les deux tourtereaux avec Annabelle, par exemple… Aurais-je eu la même réaction qu’Edward ? Est-ce que j’aurais été plus heureux de me savoir père ? Aucune idée. Et puis, je voulais également voir si le jeune homme avait un début de sentiment pour ma sœur. Je voulais le voir également pour ça. Si j’avais le moindre doute sur lui, je n’hésiterais pas à lui dire de s’éloigner de Keri et d’en parler à cette dernière… Même si je me doutais que cette tête de mule ne m’écouterait qu’à moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 5
♈ Friandises : 2
♈ A New York depuis : 16/09/2013

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Lun 3 Nov - 20:07

Les Commères

Kasey,
A ce qui parait, nous ne sommes rien sans la famille. Aussi imparfaite soit-elle, on ne peut pas s'en séparer.

Bisous de nous.
THANKS XO MONSTER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 16 Nov - 22:09

Eddy. Ce surnom m’irritait les tympans à chaque fois que Keri le prononçait. Je détestais ça. Je détestais qu’on me surnomme comme ça. Mis à part elle, ma mère avait essayé une fois parce que soi-disant, c’était plus « affectueux ». Je m’en souvenais encore ! Je devais avoir six ans à l’époque et j’avais répliqué : « Appelez-moi encore une fois Eddy et je vous jure que vous regretterez de ne pas m’avoir abandonné à la naissance ». Ouais, c’était méchant comme paroles, mais j’avais six ans et aussi horrible que cela puisse paraître, ma mère avait cessé. Et je n’avais plus jamais entendu ce surnom jusqu’à ce que Keri le prononce. Elle ne l’avait pas fait tout de suite après notre rencontre, mais quand elle a pris la confiance… il m’a été impossible de la faire arrêter. Au début, j’avais pété des piles parce que je ne supporte pas. Et plus le temps passe, plus on tolère. Impossible pour moi de dire que je m’y faisais parce que ce n’était pas le cas. Je ne m’y ferais jamais. Pour cette raison quand Kasey prononça mon surnom, je lui signalais que s’il continuait à m’appeler comme ça, je finirais par lui couper la langue, ce qui eut don de le faire éclater de rire.

- Alors je te laisse ta langue, répondis-je avec un demi-sourire amusé.

Par contre, que Keri fasse la tête parce qu’on refusait de lui offrir une île… C’était bien elle ça ! Elle demandait n’importe quoi et quand on lui disait « non », on en avait pour le siècle à venir. Enfin, ça finirait par lui passer. C’était sans aucun doute sa lubie du moment… Il ne fallait pas y prêter grande attention. En plus, avec les hormones… Elle était capable d’exiger une pizza à la fraise et à l’avocat (l’aliment !).

- Elle ne t’en voudra pas longtemps, ça lui passera quand elle se rendra compte que sur une île, achetée comme ça, il n’y a pas de boutiques. Sauf si elle te réclame Hawaï…

Keri en serait capable. Mais bon, quel intérêt d’avoir une île si celle-ci était déjà peuplée par des milliers de personnes ? Autant en avoir une à soi, tout seul, non ? Mais toujours était-il qu’il n’y aurait aucune boutique, alors à moins de faire venir Christian Dior sur un yacht… Enfin, ne pensons pas aux bonnes idées que cette jeune femme pourrait avoir, surtout avec ses hormones en ébullition… Honnêtement, je m’attendais à beaucoup de caprices venant de sa part dans les prochains mois. Parfois, je me demandais ce qu’il m’avait pris de vouloir absolument avoir ma part de responsabilité… L’intelligence et la raison, Edward, ne l’oublions pas ! Enfin bon, bref, pour en revenir au moment présent, j’étais certain que ce bébé avait une influence plutôt positive sur Keri. Ca ne faisait pas longtemps que j’étais au courant de son existence alors je ne pouvais pas trop affirmer tout ça. Mais bizarrement, je faisais confiance à Kasey quand il affirmait que c’était bien le cas. Du coup, je pouvais lui répondre sur comment moi je prenais les choses.

Il fallait bien que j’avoue que je n’étais pas aussi « à fond » dans l’événement. Peut-être parce qu’au fond, je n’avais peut-être pas assimilé le fait que j’allais devenir papa d’ici quelques mois et que ce n’était pas vraiment prévenu ? Avouons-le, j’étais un maniaque du contrôle. J’aimais bien avoir le contrôle sur ma vie et en ce moment, j’avais surtout l’impression que celle-ci m’échappait plus qu’autre chose et c’était extrêmement frustrant ! Le serveur arriva avec nos plats. La conversation qu’il y avait entre Kasey et moi cessa pendant les quelques instants durant lesquelles il déposa nos commandes devant nous avant de repartir comme il était arrivé. Je bus une nouvelle gorgée de whisky pendant que le frère de Keri me demanda si c’était parce que je venais d’apprendre la nouvelle. Je pris le temps de cogiter un petit peu avant de lui répondre. C’était tellement mélanger au fond de moi que du coup, beh c’était compliqué de répondre à cette question. Enfin bon, je n’allais pas perdre la face face à ça ! Hé, j’étais avocat, je savais improviser quand le moment venait, même dans des situations déconcertantes ! Alors ce n’était pas une question « bénigne » qui allait me faire planter !

- En partie, avouais-je. Mais aussi parce que je ne pensais pas devenir un jour père, tout du moins, ce n’était pas dans mes projets de l’être. Peut-être que j’ai besoin d’un peu de temps pour me faire à l’idée, même si ça ne change absolument à la décision que j’ai prise.

Puis, il fallait bien avouer qu’il ne fallait pas que j’oublie la raison de ma présence à New York ! J’avais un dossier à gagner et je ne comptais pas me laisser couler pour une histoire de bébé. C’était peut-être égoïste, mais après tout, combien d’hommes conciliaient le boulot et les enfants ? J’attrapais un ravioli vapeur que je trempais dans la sauce soja sucrée.

- Mais en fait, comment vous vous êtes retrouvés ? Parce que la dernière fois que je l'ai vu, Keri n'avait aucun frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mar 9 Déc - 20:40

Lorsque j'avais débarqué à New-York, beaucoup avaient pensé que je serais une sorte de Keri masculin. J'avais l'impression que les gens s'attendaient même à ce que je sois une espèce de gay fofolle ! Il a fallu que je montre à tous que je n'étais pas Keri mais Kasey. Un pur hétéro ! Alors, forcément, lorsque Edward me mit en garde sur le fameux surnom que ma soeur lui avait donné, je lui fis bien comprendre que jamais, je n'oserais l'appeler "Eddy"... En plus je trouvais ça franchement moche.

- N'allons pas lui donner des idées pour me pourrir la vie !, répondis-je.

Je savais très bien que Keri serait capable de me réclamer une île, genre Hawaï, Tahiti... Cette femme avait de ses lubies... Et le pire, c'est que si on essayait de la raisonner... Elle explosait.
Rapidement, la conversation dériva sur la grossesse de Keringhton. J'avais bien vu le changement qui s'opérait chez Keri. Elle ne buvait plus, elle avait arrêté de fumer, et même si elle était toujours aussi chiante et folle à lier, peut-être même plus que d'habitude, on ne pouvait pas nier l'évidence, ce nouvel événement, aussi troublant soit-il, lui réussissait beaucoup. Et puis, je devais avouer que l'idée d'être tonton me plaisait bien. J'allais chouchouter ce bébé, faire en sorte qu'il fasse un peu chier sa mère... Quoi ?? N'oublions pas que je suis le grand frère de Keri, pas son meilleur amie. Lorsqu'Edward me donna son avis, je hochais la tête. Même s'il n'avait pas dans ses projets de devenir père, il assumait néanmoins la responsabilité que cela incluait. Bon nombre se seraient enfuis en courant mais Eddy non. Il avait tout mon respect. Keri était chiante de nature, je n'imaginais même pas quand ses hormones lui jouaient des tours.

- Je comprends... Je vais être sincère avec toi... Tu vas en baver ! Mais si tu as besoin, n'hésite pas à venir me voir. J'aurais toujours un joint pour toi, les jours où tu auras des envies de te tirer une balle., terminai-je en riant.

Keri pouvait être un ange comme le pire cauchemar de n'importe qui. Je lui souhaitais déjà bien du courage, je voyais déjà ma soeur m'appeler en me disant qu'Edward était le dernier des imbéciles. Edward aurait sûrement besoin d'un joint. Il en fallait avec Keri qui trouvait tous les jours une nouvelle façon de rendre fou n'importe qui. Cette femme était vraiment un phénomène... En parlant d'elle, Edward me demanda alors comment j'avais fini par retrouver Keri. Je terminais mon nem au poulet trempé dans la sauce nuoc mam.

- Comme tu dois le savoir, nous avons été abandonné à la naissance par notre mère. Disons... Que c'est une femme qui s'amuse sans jamais se prendre la tête. Notre père était marié et comme elle ne voulait pas de nous... Bah c'était deux bonnes raisons de nous abandonner dans une église. Moi, j'ai fini dans un orphelinat avant d'être adopté. Ce sont mes parents adoptifs qui m'on convaincu de retrouver mes parents. Mon père travaille dans un hôpital à L.A. donc il m'a beaucoup aidé et à force de persévérer, j'ai fini par retrouver la trace de notre mère. Sauf que, je la faisais plus chier qu'autre chose... Elle m'a demandé de ne pas aller voir Keri. Jusque là, je ne savais pas que j'avais une soeur... C'était plus facile de retrouver Keri, avec toutes ses conneries.

Je pris mon verre de vodka et le bu d'un trait. Je revoyais encore le visage de ma mère se décomposer en me voyant et ensuite celui de Keri lorsqu'elle avait compris que je n'étais pas un malade voulant juste se foutre d'elle. Ce jour-là, Keri avait d'abord tout nié en bloc. Impossible qu'une femme puisse abandonner ses deux enfants... Et pourtant... Finalement, après le choc, elle avait plutôt bien pris la chose... Je n'étais pas Raven donc, ce n'était pas moi qui allait subir la colère de Keringhton, la colérique !

- Quand je l'ai retrouvé, Keri a d'abord cru que j'étais un espèce de psychopathe qui s'inventait une vie en espérant pouvoir profiter d'elle. Mais j'ai commencé à lui expliquer des détails de sa naissance... L'église où notre mère nous a abandonné, l'hôpital où nous sommes nés etc... J'ai pût rentré chez elle sans qu'elle n'essaye de m'assommer. Mais elle avait du mal à digérer le fait que notre mère abandonne deux enfants... Mais dans le fond, je pense qu'elle ait contente d'avoir un grand frère... Elle me prend pour sa confidente, elle me raconte un tas de trucs, pour "rattraper le temps perdu", dis-je en mimant des guillemets.

J'attrapais un nouveau nem que je plongeais dans la sauce avant d'en prendre une bouchée. Certes, je ne connaissais Keri que depuis quelques mois mais aussi bizarre que cela puisse paraître, je m'étais déjà attaché à elle... Je voulais la protéger, la faire chier... A l'orphelinat, j'avais été un peu le grand frère de tous les orphelins du coup, j'avais gardé certains gestes. Je sentis mon téléphone vibrer dans ma poche. Je le sortis et j'eus le temps de lire le message des commères... Qu'est que me voulaient ces folles ?? Ce blog me répugnait... Cette façon de dévoiler la vie des gens... Il n'y avait que les femmes pour inventer pareil conneries...

- Dis moi Edward, comment tu vis ces histoires de commères et de blog ?

Ces commères devaient lui pourrir la vie... Mais je voulais savoir si j'étais le seul à être fatigué de ce genre d’imbécillités. Certes, je m'en foutais mais c'était chiant à la longue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mar 30 Déc - 22:46

Il était vrai que Keri avait parfois des lubies assez spéciales et il fallait suivre pour ne pas être complètement largué. Je le savais pour l’avoir déjà pratiqué pendant des années. Kasey ne m’apprenait absolument rien sur sa sœur. Il ne la connaissait pas depuis aussi longtemps que moi, mais je pouvais constater qu’il avait rapidement cerné qui elle était. Et c’était une bonne chose. Quand il s’agissait de Keri, mieux valait savoir tout de suite à qui on avait affaire plutôt que de se faire une image complètement fausse parce qu’elle saurait en profiter. A moi aussi, elle m’avait déjà demandé des trucs complètement inimaginables que j’avais refusés. Avec elle, mieux valait instaurer des limites parce que si vous lui tendiez la main, elle était capable de vous prendre le bras dans son intégralité. Je n’allais pas jusqu’à dire qu’à force, elle ne demandait plus rien de loufoque, mais elle savait que quand je disais « non », il y avait très peu de chance pour que je change d’avis.

- Crois-moi, ce n’est pas moi qui lui en donnerais parce qu’elle serait capable de me les réclamer.

Quand la conversation dériva sur la grossesse de Keri et le bébé à venir, je ne pouvais qu’être sincère envers Kasey. Pourquoi mentir ? Si c’était Keri qui m’avait posé la question, je lui aurais répondu la même chose. Et je savais qu’elle était parfaitement conscience qu’être père n’avait pas encore été dans mes projets. Tout du moins jusqu’à ce que j’apprenne qu’elle était enceinte, bien sur ! Cependant, si elle se faisait une véritable joie, moi, j’étais encore un peu plus sur la réserve. Je ne pouvais pas dire que je n’étais pas content parce qu’un bébé dans une vie, c’était censé être fait pour l’illuminer d’avantage, mais je n’étais pas encore préparé psychologiquement. Pour le moment, je prenais vraiment cette situation au sérieux et je m’investissais, mais je n’avais pas encore complètement réalisé que d’ici quelques mois, j’aurais de nouvelles responsabilités. Et il y avait un millier de questions qui me traversaient l’esprit : allais-je être un bon père ? allais-je réussir dans ce rôle, etc…

Kasey sembla apprécier mon honnêteté. Je ne voulais pas me donner le beau rôle, parce qu’hormis dans le travail, ce n’était pas mon genre. A la réponse du frère de Keri, je ne pus m’empêcher de rire avec lui. J’allais en baver ! De ça, j’en étais extrêmement conscient.

- Je pratique Keri depuis des années, tu ne m’apprends rien. Je vais en baver, mais elle sait très bien qu’avec moi, elle n’obtient pas toujours gain de cause. Je suis peut-être une des seules personnes qui arrive à lui tenir tête sans craquer dans la seconde. Mais je te remercie de ton soutien, cependant, je ne fume pas.

J’avais un corps saint de A à Z ! Bon, peut-être pas aussi saint que ça étant donné que je buvais de l’alcool, mais mes poumons n’étaient pas noircis par le tabac.

- Et puis, ce n’est pas malin de me dire que tu as des joints à un avocat, tu ne penses pas ? demandais-je en lui offrant un léger sourire en coin.

Je bus une gorgée de mon whisky. Bien évidemment, je n’allais rien faire contre lui parce qu’il m’avait divulgué cette information. Je n’étais pas comme ça. Il faisait ce qu’il voulait du moment qu’il ne venait pas à commettre un délit grave ou à tuer quelqu’un… Parce que si c’était le cas, je ne pourrais malheureusement pas le représenter puisque je perdrais d’avance le procès. Et les défaites n’étaient pas inscrites dans mon programme. La victoire était tout ce qui m’importait et généralement, dans les cas de possession de drogue, c’était presque perdu d’avance à chaque fois. Commençant à manger ce que j’avais commandé, j’en vins à demander à Kasey comment ils s’étaient retrouvés. Tout en mangeant mes raviolis vapeurs, j’écoutais son récit. Je n’avais pas eu le temps de demander à Keri depuis quand elle avait un frère, ni comment cela se faisait, mais puisque j’avais cette opportunité, je la saisissais. Que ce soit l’un ou l’autre, c’était la même chose, n’est-ce pas ?

Je ris en entendant la réaction de Keri face à l’annonce qu’elle avait un frère. C’était bien son genre de faire un truc pareil. Mademoiselle avait de l’argent, donc forcément, elle pensait que les gens voulaient profiter d’elle. Heureusement pour Kasey qu’il avait toutes les preuves parce qu’elle aurait été capable d’aller porter plainte contre lui et me réclamer comme avocat au passage. Non pas que j’aurais refusé de l’être parce que si je ne faisais pas ça pour Keri, je ne le ferais pour personne, mais on aurait eu l’air bien, le jour du procès avec toutes les preuves comme quoi elle avait bien un frère…

- Tu t’en es plutôt bien sorti, en fait.

Je pris un nouveau ravioli quand il me posa une question que je ne compris pas vraiment. J’arquais un sourcil.

- De quoi parles-tu ?

J’ignorais absolument tout des commères parce que je ne voyais pas du tout ce que c’était. Je n’étais à New York que depuis peu de temps donc je ne pouvais pas tout savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Ven 2 Jan - 16:28

Je n'avais donc pas totalement faux... Keri était une véritable diva pourrie gâtée aux envie complètement délurées et, bien souvent, irréalisables. Je pensais être le seul à subir cela mais visiblement, son entourage le subissait également. Edward me le prouvait en me disant qu'elle serait capable de lui réclamer n'importe quoi, pourvu que ce soit assez délurée pour ma petite soeur. Je hochais la tête en souriant. N'empêche, on ne devait pas s'ennuyer avec elle.

Lorsque nous parlions de la grossesse de Keringhton, je ne pus me retenir de dire à Edward qu'il allait en baver. J'avais découvert, bien assez tôt, que Keri n'était pas le genre de femme facile à vivre, alors je n'osais pas imaginer lorsque ses hormones étaient de la partie... Ce devait être l'horreur. Mais je n'apprenais rien à Edward, il avait des années d'expérience derrière lui, contrairement à moi. Il savait à quoi s'en tenir avec elle. Mais, je lui proposais tout de même un joint, pour les jours où Keri lui mènerait la vie impossible... Enfin plus que d'habitude. Edward m'expliqua ne pas fumer. Je souris. Au moins, contrairement à moi, il ne donnerait pas des envies nocives à Keri.

- L'une des seules personnes à lui tenir tête... Keri est si têtue que ça ? m'étonnai-je.

J'avais cru comprendre que ma petite soeur était une petite terreur dans son genre mais... Je ne pensais pas que les gens cédaient à ses caprices... Bon, j'avais vu que ses parents cédaient mais en dehors d'eux, qui d'autres pouvaient bien céder aux envies de ma soeur ??
Alors que je réfléchissais à cette possibilité qu'il existe des pigeons capables de dire oui à toutes les idées qui traversaient l'esprit de Keri, Edward me fit une réflexion qui me fit sourire. Je n'aurais pas du lui dire que je fumais. Je haussais les épaules.

- Tu sais, ce n'est plus un secret pour personne. Quand tu deviens un personnage célèbre, le moindre de tes faits et gestes est épiés. Grâce à moi, demain, tu feras la une des tabloïds..., je lui montrais du pouce les paparazzis à l'extérieur qui nous mitraillaient avec leurs appareils photos. Bon, je ne sais pas ce qu'ils raconteront mais attends toi à tout sauf la vérité...

Bon, je me doutais bien qu'Edward avait dit cela pour rire mais je le mettais tout de même en garde sur les dangers de m'avoir pour fréquentation. Les paparazzis continuèrent de faire crépiter leurs appareils. Je levais les yeux au ciel. Parfois, je me demandais comment ces gens étaient en dehors de leur job... Etaient-ils bons ? Ou aussi mauvais qu'ils le faisaient croire ? Moi qui pensais avoir la paix ici...

Edward me demanda alors comment j'en étais venu à entrer dans la vie de Keri. Je lui racontai donc notre rencontre. Quand j'y repensais, Keri avait accepté la vérité plus facilement que ce j'avais cru. Moi, j'avais encore du mal à imaginer comment une femme pouvait abandonner deux enfants... Dans tous les cas, je comprenais pourquoi Keri voulait garder ce bébé... Elle refusait de ressembler à notre mère... Même si physiquement parlant... Elle lui ressemblait assez... Alors le caractère... N'en parlons même pas !

- Oui, j'ai évité de me faire fracasser le crâne par une batte de base-ball !

Je terminai mon nem lorsque je reçu un message des commères. Ce blog étrange tenue surement par une bande de femmes enragées ne cessait de colporter toutes les rumeurs possibles et imaginables. J'avais l'habitude avec les tabloïds mais de là à recevoir des messages. Je demandais alors à Edward ce qu'il en pensait. Sauf qu'il semblait ne pas être au courant de ce blog... J'allais alors sur le blog des commères et lui mit le dernier article en date, à savoir celui qui parlait du retour de Keri, de sa grossesse avec Edward. Puis, je tendis mon téléphone à Edward.

- C'est un blog tenu par un ou une anonymes... On ne sait pas comment mais la personne qui tient ce blog est au courant de tout... Et il le divulgue à tout New-York. C'est aussi comme ça que j'ai retrouvé Keri. Elle en fait souvent la une... Mais tout à l'heure, j'ai reçu un message du créateur du blog qui me parle de famille etc. Je sens venir les problèmes...

Je soupirai. J'avais bien une petite idée ce qui allait me tomber dessus mais je préférais attendre de voir les choses se passeraient. Même si je le sentais, je n'allais pas du tout, mais alors pas du tout apprécier la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mar 13 Jan - 17:05

J’allais en baver, j’en étais pleinement conscient. En même temps, il s’agissait de Keri, donc il n’y avait rien d’étonnant là-dedans. On parlerait d’une autre femme, j’aurais répondu quelque chose du genre « qui vivra verra » mais là, on ne parlait pas de n’importe qui. Les hormones allaient être beaucoup plus fortes que sa conscience. Quoi que ça ne changerait pas trop de d’habitude car quand Keri voulait quelque chose, même quand elle n’était pas enceinte, elle se donnait tous les moyens pour l’obtenir. Mais là, ça allait être pire, sans aucun doute. Enfin quoi qu’il en soit, j’étais prêt pour ce qui arriverait. Après tout, ce n’était que l’histoire de quelques mois. Après ça… Et bien là, je pouvais dire « qui vivra verra ». Je savais à l’avance que cet enfant serait chouchouté par sa mère, et pas qu’un peu ! Enfin, j’étais d’accord pour dire que cet enfant faisait grandir Keri. J’étais loin de la gamine que j’avais toujours connu jusqu’à présent, même si je m’amusais encore à la traiter comme telle.

- Keri est extrêmement têtue, répondis-je. Si tu te laisses faire maintenant, c’est foutu pour toi.

Kasey avait sans aucun doute beaucoup de chose à apprendre encore à propos de sa sœur cadette. Mais tout ça, il l’apprendrait au fur et à mesure. Moi-même je continuais à découvrir certaines choses. Et pourtant, ça faisait des années que je la pratiquais ! Comme quoi, l’être humain était toujours plein de surprise. Néanmoins, malgré le fait qu’il ne connaissait pas sa sœur comme moi je la connaissais, Kasey était conscient de qui elle était. Sinon, il ne m’aurait jamais proposé un joint. Enfin, je crois… Mais je déclinais son offre pour la simple et bonne raison que je ne fumais pas et ensuite, dire à un avocat que vous consommiez de la drogue n’était pas une idée géniale. Même si je n’étais pas flic, je faisais parti du domaine de la justice. Mais bon, je ne comptais pas le dénoncer non plus. J’avais dit ça sur le ton de la plaisanterie.

- Oh je sais déjà à quoi m’attendre, fis-je en lançant un bref coup d’œil vers les paparazzis. Il ne leur faudra pas beaucoup de temps pour découvrir que je suis avocat et ils t’inventeront un quelconque souci avec la justice que l’argent ne pourra pas arranger cette fois.

Préférant oublier les nombreux clichés qu’on alimentait ainsi que les fausses idées que se feraient les paparazzis, je préférais demander à Kasey comment il avait fait pour retrouver sa sœur. Après tout, les enfants adoptés retrouvaient très rarement leurs frères et sœurs biologiques. C’était une véritable chance pour eux. J’étais content pour eux. J’écoutais son récit, reconnaissant parfaitement la réaction de Keri qui avait dû le prendre pour un fou quand il s’était pointé chez elle pour lui annoncer qu’il était son frère.

- Une batte de base-ball ? Pourquoi est-ce que ça ne m’étonne pas ?!

Je secouais légèrement la tête en souriant et continuais de manger mes raviolis que je trempais dans la sauce soja sucrée. J’étais entrain de manger le dernier quand Kasey me demanda comment je gérais les commères. Je ne savais pas du tout de quoi il parlait. Du coup, je lui demandais des explications. Il ne sembla pas choqué de mon ignorance. Je pris son téléphone quand il me le tendit. Apparemment, je faisais le sujet d’un article d’un blog. Je lus rapidement le contenu pendant que Kasey m’expliquait en quoi consistaient les commères.

- Je vois. C’est un peu une presse à scandale informatisée. Et personne n’a eu l’idée de faire rechercher l’adresse IP par les forces de l’ordre ?

Je lui rendis son téléphone avant de lui demander :

- Que disait le message ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 8 Fév - 13:32

S'il y avait bien une chose que j'avais vu chez Keri, c'était sa détermination. Lorsqu'elle voulait quelque chose, elle se démerdait comme elle pouvait pour l'avoir. Elle était manipulatrice et d'après ce que j'avais compris, les hommes devenaient rapidement des jouets à sa merci. C'était dans ces moments-là qu'elle me rappelait un peu trop de notre mère. Heureusement qu'elle n'était pas totalement immorale, sinon, ce bébé verrait le jour dans une église et y serait abandonné.

- Et dis moi, comment se fait-il qu'avec toi, elle n'arrive pas toujours à ses fins ? Tu es le seul mec dont elle me parle comme étant le seul qui lui tienne tête. Et après avoir assisté à une de ses crises de furie, je tiens à dire que t'es bien courageux !

Je n'avais pas peur de ma jeune soeur mais disons que quand elle s'énervait, il valait mieux ne pas être sur son chemin. Elle écrabouillait tout sur son passage sans aucune pitié... Tout ça pour obtenir gain de cause. Bon, je ne cédais pas toujours mais parfois il était difficile de ne pas céder. Etant son frère, Keri avait une approche totalement différente avec moi. Elle venait avec un air tout triste et me donnait un tas de surnoms pour me rappeler mon statut de frère aîné. Parfois, elle tentait de me faire culpabiliser et utilisait même le bébé dans ces moments de chantage. Cette fille était folle mais bon... Il fallait reconnaître qu'elle avait beaucoup d'imagination.

Un peu comme les paparazzis qui ne cessaient de nous mitrailler avec leurs appareils photos. Moi qui pensais pouvoir dîner tranquillement, j'avais tout faux. Enfin bon, rapidement la conversation dériva sur ma rencontre avec Keri, comment j'avais découvert notre lien de parenté et comment j'avais tout fais pour la retrouver et tenter de nous créer un lien. Même si nous en voulions à notre mère biologique, nous pouvions avoir un lien. Il n'était pas trop tard.

- Heureusement qu'elle n'a pas eu l'idée de me l'abattre sur la tête. Je serais sûrement encore à l'hôpital à l'heure où je te parle.

Ma soeurette était du genre violente quand elle s'y mettait alors je savais très bien de quoi je parlais lorsque je me voyais allongé sur un lit d'hôpital, la mâchoire en miettes... Alors que nous parlions de la douce Keringhton, mon téléphone vibra. Un message des commères. J'en parlais alors à Edward tout en lui montrant le fameux blog. Il m'avait bien servi à savoir où elle était mais à présent que je vivais à New-York, je redoutais de ce que j'allais moi aussi subir.

- Je dois t'avouer que je n'y ai jamais pensé. Je vis sous les flashs des paparazzis. une rumeur de plus ou de moins ne change pas vraiment dans mon cas. Et je suppose que Keri doit adorer toute cette attention qu'on lui porte.

Keri avait une grosse tête. Tellement énorme que je me demandais comment faisait-elle pour passer les portes. Elle n'allait pas se plaindre d'un blog qui lui consacrait un article à chacune de ses apparitions. Mais pour ce qui était des autres... Je n'en avais aucune idée. Je commençais à me poser de réelles questions en espérant que je me trompais sur ce qui se passait.
A voix haute, je lisais le message des commères à Edward.

- Je pense qu'elles parlent de ma mère... Ma mère biologique. Si elles comptent faire ce que je pense, prépare toi à découvrir une autre facette de Keri...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Ven 13 Mar - 17:26

Avec Keri, il fallait tout de suite imposer les limites. C’était comme ça qu’elle comprenait à qui elle avait affaire et ensuite, elle se calmait. Je me souvenais à quel point elle avait été pénible les premiers temps quand je refusais de faire ce qu’elle me demandait, mais à chaque fois, j’avais tenu bon, et elle m’avait fichu la paix au bout d’un moment. Maintenant… elle insistait encore, mais quand je ne cédais pas, elle cessait son caprice ou bien allait le faire ailleurs. Ca dépendait de ses pigeons du moment, voilà tout. C’était pour ça que je tenais à prévenir Kasey de ça parce que si c’était sa sœur, nouvellement retrouvée, il allait avoir tendance à lui dire « oui » et quand on commençait à dire « oui » à Keri, on lui disait « oui » à vie.

- Parce que je ne cède pas. Je ne dis pas qu’elle n’obtient pas ce qu’elle veut à un moment ou un autre parce que je sais qu’elle va réclamer ailleurs, mais tant que ça ne vient pas de moi, je m’en fous. Je ne pense pas que ça soit du courage que de dire ‘non’ à ses crises. C’est juste un excès d’autorité.

En fait, j’aimais tellement contrôler les choses que du coup, je n’aimais pas quand on me prenait au dépourvu. J’étais trop autoritaire là-dessus. C’était peut-être dû à mon boulot. Non, en fait, c’était surement ça. Etre avocat, ça demandait à ce qu’on ne lâche pas le beefsteak une fois qu’on l’avait en main. C’était bien pour ça que j’avais la réputation de remporter chacune des affaires qui me tombaient entre les mains. Etre victorieux, voilà ce que je voulais. Bien sur, j’étais conscient que je ne gagnerai pas à chaque fois. J’aurais bien des défaites aussi. Mais ces défaites ne seront rien en comparaison avec mes victoires. Je savais que le jour où ça arriverait, les journaux jaseraient, mais il fallait bien que je m’y prépare. Si un jour je perdais, ce ne serait pas sans m’être battu jusqu’au bout.

Honnêtement, Keri faisait surtout plus de bruit que de mal. Je ne disais pas qu’elle ne pouvait pas être méchante, mais c’était surtout ses haussements de voix qui avaient tendance à impressionner les gens. Moi, je le connaissais depuis que c’était une gamine donc j’avais de l’expérience derrière moi. Ce qui m’intéressait surtout, c’était la façon dont Kasey avait retrouvé sa sœur. J’ignorais comme il s’y était pris et j’avais souhaité savoir, chose qu’il fit aussitôt. J’étais surpris qu’elle ne l’ait pas agressé en le voyant débarquer pour lui annoncer qu’il était son frère. Même si elle savait qu’elle avait été adopté, une nouvelle comme celle-ci… ca avait tendance à rendre les gens méfiants. C’était vrai, quoi. N’importe qui pouvait prétendre être son frère et sa sœur et profiter de son argent. Quoi que Kasey avait l’air de tout, sauf de manquer d’argent. Aucun risque qu’il essaie de subtiliser de l’argent.

- Oh… Même mort… Dans un cercueil, sous terre avec des asticots pour compagnie, répondis-je avec mon sourire le plus resplendissant.

Ne jamais sous-estimer Keri et sa force. Et ses hormones en ce moment. Et surtout, ne jamais lui montrer qu’elle faisait peur parce que là, c’était foutu. Non, sinon, Kasey avait de la chance d’être vivant en ce moment. Quand Kasey avait reçu un sms qui semblait surtout le mettre dans l’embarras puis m’expliqua ce qu’était les commères, je lui demandais comment est-ce que ça se faisait que personne n’avait encore fait de recherches sur l’adresse IP des postes. C’était pourtant on ne peut plus légal comme procédure étant donné que ces personnes postaient des choses sur la vie privée des autres, ce qui était illégal et j’en savais quelque chose avec mon métier. Quant à Keri, je n’en avais aucune idée, si elle aimait ou pas des rumeurs que postaient ces personnes. Je haussais les épaules, signe de mon ignorance.

- Aucune idée, elle ne m’en a jamais parlé et c’est bien la première fois que j’en entends parler.

Toujours était-il que je me demandais ce qui pouvait affecter autant Kasey. Ce fut donc sans la moindre gêne que je lui demandais quel message il avait reçu. Sans aucune gêne non plus, il me lut le message et me fit par de ses pensées à propos de ce sms. J’arquais un sourcil de surprise quand il m’avoua penser à sa mère biologique comme sujet principal du sms.

- J’en doute. Je connais surement Keri sur le bout des doigts, je vois déjà ce qu’il va se passer…

Keri était rancunière et Keri était enceinte. Elle n’avait surement pas besoin de ça en ce moment. Cette femme avait vraiment choisi son mauvais moment pour réapparaître. Je passais une main dans mes cheveux et lâchais un soupire.

- Ca va être encore pour moi, ce genre de conneries !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mer 17 Fév - 1:31

Je n'avais appris que récemment que j'avais une petite soeur. Avec Keri, on apprenait à se connaître et l'une des premières choses que j'avais appris sur elle, à part qu'elle était du genre impulsive, voire carrément violente (le coup de la batte m'avait marqué !), c'était qu'elle était très capricieuse et que si je lui montrais le moindre signe de faiblesse... J'étais foutu ! Du coup, j'avais été ferme dès le début avec elle. Bon, il lui arrivait toujours de me réclamer des choses folles ou de faire des crises mais elle savait que je ne céderais pas. Mais d'après ce qu'elle m'avait raconté, elle avait des hommes à ses pieds qui exécutaient le moindre de ses ordres. Heureusement pour Edward, il n'en faisait pas partie. Il me l'avait bien fait comprendre... Mais ce devait être pour ça qu'elle l'aimait autant parce qu'il savait lui dire non, lui tenir tête. Keri avait beau crier qu'elle ne supportait pas qu'on lui résiste, elle adorait savoir qu'il existait un homme sur cette Terre qui soit capable de l'envoyer balader.

- Ouais mais cette fille peut être vachement flippante quand elle s'y met !

Et pourtant, j'en avais connu des filles en colère, genre les fans hystériques qui s'imaginent avoir une relation avec moi et qui pense qu'une de mes danseuses est ma petite amie... Mais aucune n'avait le niveau de Keri.
Lorsque j'expliquais à Edward mes retrouvailles avec ma chère petite soeur et la batte de baseball, il m'assura que j'aurais pût me retrouver mort et enterré... Je déglutis avec difficulté. Ouais cette femme est pas nette ! Mais bon, ça restait ma petite soeur et même si elle avait un sale caractère, je m'entendais bien avec elle, mieux, je l'appréciais de plus en plus. En dehors de ses crises, on rigolait bien ensemble, je la taquinais et nous devenions de plus en plus proches. Je voulais retrouver ma petite soeur mais je ne pensais pas qu'elle m'accepterait dans sa vie et finalement... J'étais super content de découvrir qu'elle m'acceptait pleinement.

- Malgré ses crises, je l'aime bien. Elle a ses bons côtés, heureusement !

La conversation prit un autre tournant après que j'eus parler des commères et de leur blog. Moi, je m'en foutais royalement. Les rumeurs et la célébrité vont de pairs, j'avais appris à faire avec. Avant d'arriver à New-York, j'avais les tabloïds qui me collaient au cul et à présent, j'avais les commères. Qu'est que je pouvais y faire ? Et puis dans certains cas, ça me faisait une publicité bien plus productive que mes apparitions sur des chaînes télé... Certes, tout le monde ne supportait pas les rumeurs comme moi, d'autres devaient certainement mal le vivre. Mais pour moi, ce n'était rien de plus que des bêtises. C'était une passade, bientôt ce blog n'intéresserait plus personne et serait remplacé par un autre truc encore plus con. Le mieux était sûrement de laisser couler.
J'étais persuadé que Keri devait adorer ce genre d'articles. Que les rumeurs soient vraies ou fausses, tant que l'on parlait d'elle, ma petite soeur était contente. J'avais bien compris qu'elle aimait être le centre d'attention. Limite, si elle débarquait dans le restaurant, elle exigerait que chacun la regarde d'un air ébahi... Mais sinon, elle n'a pas les chevilles qui enflent.

- Je pense qu'elle doit tellement en avoir l'habitude qu'elle n'y prête plus une grande attention.. Et elle doit se dire que tu lis les articles... Ils parlent d'elle, tu dois tout savoir d'elle., dis-je en riant.

Je voyais bien Keri lui exiger un résumé de chaque article posté sur elle pour être sûre qu'il les lisait bien. Je riais de la situation néanmoins, je me posais des questions. Si j'avais raison et que ma mère avait débarqué elle aussi à New-York... Autant le dire, une guerre mère-fille allait être déclarée. Lorsque j'avais parlé de notre mère à Keri, elle avait était catégorique. C'était une salope et une mère indigne. Voilà les mots qu'elle avait dit. Keri en voulait énormément à notre mère d'avoir préféré s'amuser plutôt que d'élever ses enfants. Moi aussi, je lui avais longtemps voulu avant de comprendre que ça ne servait à rien car je me faisais du mal à moi-même. Keri n'avait pas eu ma réaction mais je voyais que derrière la colère, il y avait de la peine. Et c'était pour ça qu'elle gardait ce bébé... Pour se prouver qu'elle était différente de notre mère.

- Si elle vient... Heureusement que Keri est enceinte sinon je pense qu'elles en seraient venues aux mains. Quand j'ai parlé de ma rencontre avec notre mère, Keri n'a pas arrêté de l'insulter... Elle tremblait de rage. Je préfère ne pas être là si ça arrive...

Alors que je réfléchissais à la situation qui venait de se compliquer encore plus, Edward fit une remarque qui me fit exploser de rire. Non sérieusement, je ne pouvais pas me retenir, il avait l'air si démoralisé, à croire que c'était son destin que de subir l'arrivée de ma mère. J'en pleurais de rire, il devait souvent vivre des situations de ce genre pour avoir cette réaction. Je récupérais mon sérieux, ou du moins un semblant de sérieux.

- T'inquiète pas va, ma mère... C'est Keri en plus vieille, en cougar... Et en moins responsable... Entre autre. Mais elle n'est pas bien méchante. Au pire des cas, elle essayera de te foutre dans son lit, rien de plus... Sauf si tu lui résiste, là je t'avoue que je ne sais pas quelle sera sa réaction...

C'était quand même dingue de parler de sa mère comme ça. Bon techniquement parlant, je ne la considérais pas comme ma mère. C'était ma génitrice, mais certainement pas ma mère. Raven m'avait pas élevé et si je ne l'avais pas cherché, je n'aurais jamais su qui elle était. Je n'avais aucune raison de l'appeler "maman".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Mer 30 Mar - 19:06

Keri n’était pas aussi terrible qu’elle ne voulait bien le faire croire. Elle était capricieuse tout simplement. Edward l’avait bien compris. Dès l’instant où il avait posé son regard sur elle, il avait su comment était son caractère et dès le début, il avait posé ses limites. Ça ne lui avait pas toujours plus, ça ne lui plaisait toujours pas à des moments, mais elle était obligée de faire avec parce qu’il ne lui laissait pas le choix. Et Edward avait conscience de ce pouvoir qu’il avait sur elle. Un léger sourire s’était dessiné sur les lèvres de l’avocat aux paroles de Kasey. Il ne croyait pas si bien dire. Elle pouvait être effrayante, c’était vrai. Parfois, il arrivait à l’avocat de douter de la santé mentale de la jeune femme et heureusement qu’il savait conserver un visage aussi neutre que possible, ce qui lui avait sans doute sauvé la vie à plus d’une reprise parce que Keri profitait de la moindre petite brèche pour attaquer.

- Le tout, c’est de ne pas se laisser impressionner.

Le ton de sa voix prouvait une habitude vieille comme le monde. En même temps, ça faisait des années qu’il pratiquait Keri donc si jamais Kasey avait besoin d’un ou deux conseils, il pourrait toujours lui en donner. Et gratuitement en plus ! Par exemple comment éviter que Keri l’accueille avec une batte de base ball. Edward ne trouvait absolument rien d’étonnant dans le comportement de la future maman et il lui assura qu’il aurait pu être mort si elle l’avait réellement souhaitée. Il ne plaisantait pas là-dessus, il avait déjà vu pire. Tranquillement, il but une nouvelle gorgée de son verre, donnant encore une fois l’impression de parler de la pluie et du beau temps avec Kasey.

- Elle n’est pas foncièrement mauvaise. Il faut juste arriver à la comprendre. Et si tu veux un petit conseil : plonges toi dans l’art de la négociation si tu veux survivre plus d’une journée face à une de ses crises.

Soudainement, la conversation ne porta plus sur Keri mais plutôt sur les « commères ». Edward ne connaissait pas ce blog parce qu’il ne s’intéressait pas à ce genre de choses mais apparemment, ici, elles étaient connues et suivies par tout le monde. Grande nouvelle. Mais l’avocat n’était pas du style à rentrer dans le moule niveau people. La presse à scandale ne l’intéressait pas. Il s’estimait assez mur pour passer outre des racontars et des vérités sans aucun doute déformées pour le bon plaisir de ces personnes. Il ignorait également si Keri suivait ce blog. Elle ne lui en avait jamais parlé, cela voulait dire qu’elle n’y prêtait peut-être pas plus d’attention que ça.

- Je sais beaucoup de choses sur elle, répondit-il, mais je ne lis aucun article de ce genre là parce qu’ils ne sont pas source de véritables informations.

Néanmoins, à en juger la tête de Kasey, l’article annonçait quelque chose de gros. Mais gros à quel point ? C’était une excellente question. Du coup, il demanda quand même de quoi parlait l’article. Edward s’attendait à beaucoup de choses, mais pas à l’arrivée potentielle de la mère biologique de Keri et Kasey était inattendue. Il connaissait déjà l’avis de Keri sur la question et il savait déjà que les prochains jours allaient être un véritable enfer. Edward n’avait pas fini d’en entendre parler. Même s’il était encore en compagnie de Kasey, l’avocat se préparait déjà psychologiquement à affronter la tornade qu’allait être la future maman.

- Je suis sûr que Keri jugera qu’elle n’est pas assez enceinte pour en venir quand même aux mains, fit-il en se frottant le front. Enfin, ça n’a rien d’étonnant, elle déteste sa génitrice depuis des années. Ses parents sont ceux qui l’ont adopté et élevé, personne d’autre.

Enfin toujours était-il que ça allait être pour lui pour cette connerie et il allait en avoir pour les vingt ans à venir. Sa remarque avait fait rire Kasey, mais lui ne trouvait pas ça drôle pour autant. Il savait d’avance ce qui l’attendait. Lui, Kasey ne le savait pas. Et juste pour cette raison, il avait envie de lui refiler le bébé pour qu’il comprenne un peu sa douleur. La description qu’il fit de leur génitrice n’avait rien de rassurant pour Edward. Une cougar… Allons bon… Il ne manquait plus que ça !

- Il est tout simplement hors de question que je réponde aux potentielles avances de cette femme ! De toute façon, pourquoi est-ce que je la croiserai ?

Edward haussa les épaules et continua son plat qui touchait progressivement à sa fin. Cette femme n’avait absolument aucune raison de croiser la route de l’avocat donc la question ne se posait pas trop concernant cette femme cougar. Il ne s’en préoccupa pas outre mesure. Il avait le temps. Et puis, pour le moment, il ne s’agissait que de rumeurs, elle n’était surement pas encore arrivée. Alors une question se posait : comment les commères avaient-elles eu vent de cette nouvelle ? Excellente question. Aux yeux d’Edward, ce n’était que des calomnies. Des gens avaient dû fouiller un peu dans la vie de Keri et de Kasey. Les gens étaient prêts à quasiment n’importe quoi pour rentrer dans la vie des gens, l’avocat était bien placé pour le savoir. Il avait déjà eu affaire à des gens dont on avait violé l’intimité en faisant des recherches sur eux. Bien sur, la victoire de ce genre de procès ne faisait absolument aucun doute. Edward n’avait pas eu trop de mal à les remporter ceux là. En même temps, on pouvait aussi dire qu’il trichait parce qu’il sélectionnait aussi ses affaires. Il acceptait ou refusait certain procès. C’était son droit, bien évidemment.

- Et toi, tu t’es fait adopter ou… ?

Il n’avait pas envie de poser une question trop indiscrète mais il semblait en savoir beaucoup sur leur génitrice alors c’était à se demander s’il avait été en famille d’accueil ou bien si des parents l’avaient aimé comme n’importe quel enfant méritait de l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Dim 24 Avr - 16:20

S’il y avait bien une chose que j’avais compris chez ma sœur, c’est qu’elle jouait beaucoup sur les apparences. Bon certes, elle avait réellement un côté flippant quand elle s’énervait réellement ou qu’elle se sentait en danger. Mais en dehors de ça, j’avais fini par discerner ses caprices de ses réels moments de colère. Et autant être franc, Keri ne s’énervait pas aussi facilement qu’elle le laissait paraître, c’était une excellente comédienne mais comme je ne pense pas que ma tête résiste à un coup de batte bien placé…. Je m’abstenais de trop jouer avec ses nerfs. Un homme averti en vaut deux, dit-on.

« Je pense que je vais m’y mettre dès maintenant… C’est ma petite sœur, je l’adore, enfin quand elle n’essaye pas de me tuer… Mais parfois, elle a de ces idées. Je me demande où elle va les chercher… »

Edward en parlait tranquillement, sûrement l’habitude. Sauf que moi, je ne connaissais Keri que depuis quelques mois. Alors forcément, je découvrais le personnage… Et disons qu’il était haut en couleurs. Au début, elle m’impressionnait… Et dans un sens, elle continue de le faire car malgré son côté de diva complétement tarée, j’avais vu une femme réellement adorable et prête à tout pour son enfant. Et puis, avec elle, je rigolais bien. Faut dire qu’on avait le même humour donc nous étions faits pour nous entendre… Contrairement à la femme qui nous avait mis au monde puis abandonné.

La conversation que j’avais avec Edward changea du tout au tout. Notre nouveau sujet de conversation était celui des commères mais surtout de ma génitrice.

« Leurs informations ont parfois un peu de vérité. Par exemple, elles vont écrire un article expliquant que l’on s’est vu mais va savoir ce que sera notre sujet de discussion d’après elle… Il y a quelques temps, j’ai aidé une jeune femme. Elle se prostitue mais j’essaye de l’aider à se sortir de cette merde… Un article est paru disant que je couchais avec elle… Tu vois un peu le genre du blog… Méfie toi, un jour, elles s'attaqueront à toi et Keri... »

Je soupirais. Pour moi c’était ridicule… Heureusement que ce site n’était pas pris au sérieux sinon, je n’imaginais pas quel serait le tournant de ma carrière… J’étais un artiste donc j’essayais de ne pas trop déraper. Histoire que les maisons de disque etc ne m’envoient pas sur les roses !

« Et je suis de son avis… Notre génitrice m’a abandonné alors que je n’avais que quelques jours… Mes parents adoptifs sont mes véritables parents. Ils m’ont recueilli chez eux, ils m’ont élevé et m’ont aimé comme si j’étais leur véritable fils. Si aujourd’hui, je n’ai pas fini dans une ruelle, mort des suites d’une overdose, c’est grâce à eux. Nos géniteurs n’ont aucun droit sur nous… J’ai juste peur de la réaction de Keri… Je me demande comment elle va réagir en apprenant qu’elle nous a rejoint… Si jamais elle est jugée, tu pourras venir la représenter ? »

J’étais très sérieux. Personne ne pouvait prévoir la réaction que Keri aurait en voyant sa génitrice débarquer. Moi-même, j’avais eu des envies de la secouer la première fois… Mais je m’étais retenu car étant un homme, je ne pouvais pas lever la main sur cette femme qui m’avait mis au monde… Mais croyez-moi, ce n’était pas du tout l’envie qui me manquait. En voyant la réaction d’Edward lorsque je lui fis une description de ma génitrice, j’explosais tout bonnement de rire. Je riais parce que je n’avais pas à subir les avances de Raven mais quelque chose me disait que si je ne lui avais pas dit que j’étais le résultat de sa partie de jambes en l’air avec son amant, elle aurait essayé… Elle avait un gros problème…

« Raven serait capable de tendre un piège pour te voir. Elle est assez sournoise. Méfie-toi d’elle, elle peut créer de véritables problèmes entre toi et ma sœur. Si jamais tu as besoin de moi, n’hésite surtout pas. Si je peux aider, surtout concernant cette femme… »

Je n’arrivais pas à dire de Raven que c’était ma mère. Tout simplement parce que les Taylor était ma famille, mes parents. Ian et Vanessa. Même si seulement avait pris du temps, je les aimais réellement et je comprenais ce que vivait Keri. J’avais vu pour la première fois Raven parce que ma thérapeute avait pensé que ce serait bon pour moi de lui dire ce que je ressentais et de savoir pourquoi m’avait-elle abandonné. Je l’avais rencontré et il faut dire que oui, ma colère s’était un peu apaisée… Même si je continuais de lui en vouloir. Edward me demanda alors où j’avais été adopté :

« Comme Keri, à Los Angeles. Sauf que moi, j’ai vécu en orphelinat. Mes parents m’ont adopté à 15 ans, malgré mes stratagèmes pour les empêcher. », terminai-je en riant doucement.

A cette époque, j’étais une véritable teigne. Heureusement que mes parents ne m’en voulaient pas. Au contraire, ils se moquaient souvent de moi et de ma période rebelle qui avait failli me tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Lun 23 Mai - 14:42

Je connaissais Keri depuis qu’elle était adolescente donc je pouvais aisément dire que j’étais celui qui la connaissait le mieux en dehors de ses parents, donc j’étais à la rigueur le mieux placer pour offrir des conseils à Kasey en ce qui concernait être sa sœur. S’il voulait ne pas se faire « manger » par sa sœur, le mieux qu’il puisse faire, c’était de ne pas se laisser impressionner quand elle commençait à montrer ses griffes. Finalement, quand on évitait de courber l’échine, Keri était beaucoup moins impressionnante que ce qu’elle veut bien montrer. Après, je n’étais peut-être pas fait du même bois que Kasey donc peut-être que là où moi je résistais, lui ne résisterait pas. C’était possible. Mais je ne m’en faisais pas pour lui. Si vraiment un lien fraternel était entrain de se créer, alors peut-être que Keri ne lui fasse pas vivre un Enfer trop grand.

- J’ai arrêté de chercher, répondis-je.

C’était vrai. Keri était un complexe à elle toute seule. J’avais parfois l’impression que cette histoire de manuel sur les hommes et les femmes existaient parce que j’avais l’impression d’être moins casse-tête à comprendre qu’elle. Mais surement n’était-ce qu’une impression. Quand ça nous concernait, on était rarement objectif. Et la conversation dévia vers un blog, soit disant tenu par des personnes se faisant appeler les commères. Je ne connaissais pas ce blog et les on dit ne m’intéressaient pas. Cependant, ce blog semblait être assez populaire pour faire parler de lui et que certaines personnes le suivent. J’écoutais Kasey m’expliquer en quoi consistait le blog. Somme toute, ce blog était illégal puisqu’il diffusait des informations contre l’accord des personnes concernées. C’était étonnant que personne n’ait encore porté plainte.

Je hochais la tête face à ses explications puis il m’expliqua être venu en aide à une prostituée. C’était étonnant. Enfin… non parce que j’étais certain que Kasey était du genre généreux. Non, c’était étonnant parce que personne ne se souciait vraiment du sort des prostituées alors que lui en fasse cas, c’était bien la première fois que j’entendais une telle chose. Mais par son histoire, il voulait m’offrir un exemple de ce qui pouvait se passer dans ce blog. Déformer la réalité, voilà l’objectif que semblait avoir ces personnes.

- Le jour où elles s’attaqueront à moi, elles peuvent être sûres qu’elles auront les flics au cul et que je leur ferai un procès en bonne et dûe forme. Et elles ne s’en sortiront pas, répondis-je.

Si ce blog parlait de la mère de Keri, alors je pouvais être certain que cette dernière allait en entendre parler. Il allait falloir que je me prépare parce qu’il était certain qu’elle péterait un plomb en apprenant que sa génitrice était à New-York. Enfin, si cette femme essayait de rentrer dans la vie de sa fille, elle allait se retrouver face à un mur parce que Keri n’avait qu’une mère et c’était sa mère adoptive. Je l’avais assez entendu le répéter pour avoir parfaitement enregistré l’information. Un petit rire m’échappa quand Kasey me demanda si je pouvais toujours représenter Keri lors de son procès.

- Malheureusement non étant donné que nous allons avoir un enfant. Je ne peux pas être l’avocat de ceux avec qui j’ai un lien. Mais si jamais elle se retrouve dans une telle situation, elle peut être certaine que je lui trouverai un excellent avocat. Bien sur, j’y mettrais mon grain de sel.

Je bus une nouvelle gorgée de mon verre avant de me révolter quelque peu sur le fait qu’il était hors de question que je réponde positivement aux avances de cette femme, ce qui eut don de faire rire Kasey. Ben grand bien lui fasse parce que moi ça ne me faisait pas rire du tout. Bref cette histoire ne me plaisait pas du tout, mais je ne pouvais rien y faire. Je ne pouvais pas mettre dehors quelqu’un. Je n’étais pas un roi pouvant exiler une personne.

- J’apprécie ton aide, répondis-je. Mais je doute un jour rencontrer cette femme étant donné que je ferais peut-être tout pour ne pas avoir affaire à elle.

Et même si elle désirait me voir, elle ne pouvait pas me forcer à le faire. Contraindre une personne était contre la loi, donc si jamais elle essayait de me trouver, je ferais en sorte qu’elle ne puisse pas. Enfin bon, je préférais passer à autre chose. Aussi, je m’intéressais à Kasey en lui demandant s’il s’était fait adopter ou bien s’il avait grandi en orphelinat toute sa vie. Ça pouvait être une question indiscrète, mais j’avais l’impression qu’il en faudrait un peu plus pour offusquer la célébrité qui se trouvait assise en face de moi. J’écoutais sa réponse et il se trouvait qu’il avait adopté sur le tard. Pourquoi est-ce que ce n’était pas étonnant ? Bizarrement, je me surpris à penser que Keri aurait peut-être agi de la même façon si jamais elle n’avait pas été adopté lorsqu’elle avait été un bébé.

- Pourquoi est-ce que tu ne souhaitais pas être adopté ? demandais-je curieusement. N’est-ce pas, théoriquement, le vœu de chaque orphelin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Jeu 11 Aoû - 23:53

Keri… De ce que j’avais compris, c’était une femme têtue prête à tout pour arriver à ses fins. Depuis qu’elle m’avait expliqué son stratagème pour avoir « Eddy » pour elle seule… J’avais fini par me dire que ma sœur était bel et bien folle. Et surtout folle amoureuse, je me demandais si son amant le voyait aussi facilement que moi. D’ailleurs, je remarquais qu’il devait tenir à elle. Il la connaissait très bien et savait comment se comporter avec elle. Et puis, s’il se fichait d’elle, il ne serait sûrement pas là.
Concernant ma sœur et notre lien, malgré quelques appréhensions, je ne m’en faisais pas. J’avais un sale caractère, quand je m’y mettais, et je n’étais pas non plus facile à rendre docile. Après tout, j’avais eu des sœurs et j’avais fuir tous les parents qui auraient pût vouloir m’adopter, jusqu’à ce que mes parents entrent en scène. A croire que c’était écrit que je devais être avec eux.

La conversation dévia alors sur le site des commères. Personnellement, j’avais l’habitude des rumeurs en tout genre, les tabloïds, les paparazzis. Alors un site tenu par des geeks en manque d’occupation… Franchement, ça me passait au-dessus de la tête mais royalement. Mais ce n’était pas au goût de tous. Edward, par exemple. Il m’expliqua que si elle s’en prenait à lui, il se ferait une joie de les amener devant la justice… Je doutais que ce soit aussi simple. Ce site pouvait être tenu par n’importe qui et il suffisait de se connecter dans un cybercafé ou un endroit où l’accès internet était gratuit pour passer inaperçu. Néanmoins, je savais qu’il avait ses chances de réussir. Il connaissait la loi bien mieux que moi, il trouverait sûrement le moyen de les faire arrêter…

« Je pense qu’elles ont dû te mentionner une ou deux fois. Demande à Keri, si elle prête attention, elle saura sûrement te renseigner mieux que moi. Mais ce genre de site me fait penser aux tabloïds, la guerre est sans fin. C’est un peu comme un combat contre l’hydre. Lorsque tu coupes une tête, deux autres en repoussent. Ces gens trouvent toujours le moyen de te nuire. Mais je pense que tu peux trouver le moyen de les faire taire une bonne fois pour toutes… Tu as la loi de ton côté. »


Je le soutenais dans son idée. Voir sa vie étalée, critiquée et, trop souvent, déformée était lassant. Surtout lorsque cela venait d’un site conçu par des anonymes… Des anonymes qui devaient renseignés par d’autres anonymes… Un gros bazar à vous en donner mal à la tête.
Nous vîmes à parler de ma mère. Enfin, ma mère biologique. J’essayais de mettre en garde Edward. Elle était réellement sournoise et sans limite. Je l’avais compris le jour où je l’avais vu avec ce petit jeune… Enfin ce petit jeune… Il devait avoir mon âge. Et puis, elle ne travaillait pas, elle vivait de ses relations. On aurait presque pu dire qu’elle se prostituait mais bon… La savoir dans les parages ne me laissait pas serein… Je ne savais pas ce qu’elle préparait. Keri l’ignorait également et elle m’avait confié ses peurs. Elle avait vu une ressemblance entre elle et notre mère. J’avais dus la rassurer. La ressemblance était physique, rien de plus. Pourtant, je la sentais réellement effrayée… Ce devait être pour cela qu’elle voulait absolument être là pour son enfant.

« Je vois. Keri peut alors compter sur toi pour l’aider si Raven décidait de s’acharner sur elle… Mais reste quand même sur tes gardes. On ne sait jamais… »

Comme nous parlions de ma mère forcément, la question de mon adoption arriva. Très sincèrement, je n’étais absolument pas gêné d’en parler. Après tout, je n’en avais parlé à la presse. Mais pas seulement. Parfois, il m’arrivait d’aller dans des centres de désintoxication afin d’y conseiller les plus jeunes. Je leur racontais mon histoire, ma descente aux enfers et comment, grâce à l’aide de mes parents, j’avais réussi à m’en sortir. J’étais du genre protecteur, si je pouvais aider d’autres personnes grâce à mon passé et pourquoi pas sauver des vies, je n’hésitais pas à le faire.

« C’est vrai… Au début, j’avais vraiment envie d’être adopté. Mais plus le temps passait et plus je me décourageais. J’ai fini par me résigner et par me dire que ma famille, c’était l’orphelinat. Je protégeais les plus petits, je les consolais, je jouais avec eux…. Mais beaucoup ont été adopté, les plus vieux ont fini par quitter l’orphelinat. Et moi, j’étais un ado en colère. J’en voulais au monde entier, du coup… Je le faisais payer à tout le monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Ven 9 Sep - 20:37

Je pourrais parler de Keri pendant des heures parce que je la connaissais sur le bout des doigts. Je la connaissais depuis des années et sans aucune modestie, je pensais être celui qui la connaissait le mieux. Bien sur, je ne voulais pas du tout prendre le pas sur Kasey qui s’avérait être son frère mais bon, on ne pouvait pas nier l’évidence. Et puis à l’heure actuelle, c’était moi qui étais entrain d’informer Kasey sur qui était sa sœur. Ce qu’il y avait de bien, c’était qu’il s’était rendu compte des choses telles qu’elles étaient réellement. En même temps, je voyais mal Keri s’inventer un caractère. Elle était beaucoup trop franche pour ne pas être naturel. Elle ne passait pas par trente-six chemins pour dire « merde » à quelqu’un, cela pouvait même être la grand-mère du sixième…

Enfin, Keri n’était pas mon problème majeur. J’en avais d’autres sur les bras. Un peu comme cette histoire de commères. C’était bien la première fois que j’en entendais parler et on m’apprenait qu’il était fort probable que j’ai déjà été mentionné par ce site. J’étais honnête quand j’affirmais que si on s’en prenait à moi, je les traînerai en justice. Il devait bien y avoir un moyen pour retrouver ceux qui postaient ça, leurs défenses informatiques ne pouvaient pas être impénétrables. Les cellules informatiques des autorités étaient remplies de crack en informatique alors il devait bien y en avoir un qui réussirait à passer au travers de leur pare-feu… Sinon, la NASA aurait de sérieux problème à se faire !

Que Keri s’intéresse à ce genre de site n’avait absolument rien d’étonnant. Elle adorait tout ce qui était petit potin. Certes, elle adorerait plus encore les articles qui parlaient d’elle, mais si elle pouvait apprendre quelque chose sur Pierre, Paul ou Jack, elle le lirait avec la même soif de savoir. Comme si ça pouvait être flatteur d’apparaître dans ce genre de site… Bien sur, je ne parlais pas non plus du ramassis de conneries qu’on pouvait lire dans les magazines people qui, pour moi, avait exactement la même valeur que les sites à potin. Et je m’en fichais complètement d’apparaître comme étant quelqu’un de vieux jeu ou de rabat-joie. J’avais grandi dans ma tête, j’étais passé au-dessus de tout ça. Si j’étais vantard, je pousserai même à dire que j’étais supérieur à tous ceux qui prêtaient attention à ce genre de choses.

Kasey disait on ne peut plus vrai : j’avais la loi de mon côté. Donc en théorie, ça ne pouvait pas être très compliqué d’arriver à la fermeture de ce site et à la condamnation des petits malins qui prenaient plaisir à écrire n’importe quoi sur les gens. Enfin, la procédure pouvait être longue, ça ne me dérangerait pas. J’étais du genre tenace et je ne lâchais pas le morceau. Ça, mes adversaires s’en étaient rendus compte plus d’une fois : je ne lâchais pas avant d’obtenir gain de cause. Et puis, c’était aussi un peu ce qui avait fait ma réputation : celle d’un avocat impitoyable, prêt à tout pour gagner son procès. Je ne pourrais jamais me représenter moi-même, mais j’étais prêt à payer un avocat pour faire tout le boulot en lui donnant les mérites si nécessaires. Du moment que j’en sortais victorieux, rien d’autre n’avait d’importance.

- Je vais surveiller ça de près. J’espère quand même ne pas avoir à en venir là parce que j’ai d’autres choses à faire que de perdre mon temps.

Si je ne voulais pas perdre mon temps, pourquoi est-ce que je voudrais me lancer à la poursuite de ces gens là alors ? Et bien la réponse était simple : il était hors de question qu’ils diffusent ma vie privée sans mon consentement parce que c’était hors la loi. Or, j’étais la loi. Mais être la loi avait ses limites : on ne pouvait pas représenter quelqu’un de notre entourage par crainte de manque d’impartialité. C’était pour cette raison que j’affirmais que je ne pourrais jamais représenter Keri si jamais elle venait à avoir des soucis avec sa mère biologique. Néanmoins, ce n’était pas parce que je ne pouvais pas la représenter que je ne pouvais pas l’aider. Je n’allais pas la laisser en galère avec une femme sortie d’on ne sait où. J’étais d’ailleurs surpris que cette femme revienne dans la vie des enfants qu’elle avait mis au monde sans la moindre gêne. À croire que les sans gênes étaient de plus en plus nombreux dans ce bas monde…

- Je resterai prudent, répondis-je. Merci de l’info.

Au fil de ma conversation avec Kasey, j’avais de plus en plus de mal à croire qu’ils étaient frère et sœur tellement ils étaient différents l’un de l’autre. J’ignorais qui était le plus âgé des deux, faute de connaître l’âge de l’homme assis en face de moi, mais Kasey semblait être nettement plus mure dans sa tête que Keri. Le vécu n’était pas non plus le même et j’en vins à me demander pourquoi est-ce qu’il n’avait pas voulu être adopté. Je me doutais bien que je rentrais dans le domaine du privé et je comprendrais aisément que Kasey ne désire pas en parler, mais cela ne sembla nullement le déranger quand il m’avoua s’être découragé de trouver un jour une famille mais que finalement, on l’avait adopté. Comme quoi, il ne fallait jamais perdre espoir. J’écoutais sans interrompre ce qu’il avait à me dire tout en hochant la tête de temps à autre pour bien montrer que je comprenais.

- Je vois. Et qu’est-ce qui a fait que tes parents t’ont adopté ? Je suis sûr que tu ne leur as pas offert un magnifique sourire sur un plateau en or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 34
♈ Friandises : 31
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Bronx

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Jeu 12 Jan - 21:23

Le fait qu’Edward arrive aussi facilement à me parler de ma jeune sœur m’ouvrait les yeux sur une chose, triste mais bien réelle… Je ne connaissais pas ma sœur. Certes, ce n’était pas de ma faute si je n’avais pas pu grandir avec elle. Ma mère nous avait abandonné dès la naissance. Peut-être même que j’avais vu Keri à l’orphelinat. Mais je n’avais pas eu l’occasion d’être face à Keri, de la voir grandir etc. Edward avait eu cette chance et dans le fond… Je l’enviais pour cela. Et je haïssais ma mère pour cela… Mais bon, j’avais pu retrouver ma petite sœur et elle acceptait que je sois dans sa vie. Même si ça impliquait devenir son confident et entendre toutes les manigances qu’elle faisait…

De fil en aiguille, nous nous retrouvions à parler des commères. Le fameux site où tous les derniers potins, vrais ou faux, se trouvaient. Je n’y avais prêté attention que parce qu’une fois, Keri m’en avait parlé. Du coup, j’avais fini par fouiller un petit ce site. J’y avais découvert que l’on parlait de moi et du lien fraternel qui m’unissait à Keri. J’y vis également comme ces personnes suivaient les moindres faits et gestes des habitants pour ensuite les étaler sur leur site. Le pire, c’est que dans beaucoup de cas, ce n’était que mensonge… Mais ça… Ce n’était pas du tout leur problème… Tant qu’ils avaient des visites, des commentaires et des sources, ces personnes continuaient d’écrire toutes les conneries qu’ils voulaient. Si Edward voulait faire fermer le site, je le soutenais ! Moi, j’avais les tabloïds sur le dos, je savais à quel point ce harcèlement permanent pouvait être parfois lourd à porter.

« Tu m’étonne ! En tout cas, si tu te tentes quoi que ce soit, je te suis. J’ai assez à faire avec les tabloïds, si en plus, je suis épié par des petits cons en quête de gloire… Franchement, je m’en passerais bien. »

Nous avions fini par parler de mon passé… Je n’avais aucun mal à en parler. Sûrement grâce à l’aide du thérapeute que j’avais vu pendant plusieurs années après mon overdose. Elle m’avait appris à m’exprimer, autrement que par la rage et mes poings. J’avais ainsi pu parler de mon enfance et mon adolescence, faire la paix avec mon passé. Je pouvais en parler parce que ce passé m’avait permis d’en arriver là où j’en étais à présent. Pourquoi en avoir honte ?

« Honnêtement… Je ne sais pas pourquoi mes parents m’ont adopté. J’avais pourtant tout fait pour les repousser. Une fois dans ma nouvelle maison, c’était pire… Je leur en voulais alors qu’ils n’avaient fait que m’offrir un toit. Je ne leur adressais pas la parole et j’ai commencé à me droguer… La descente aux Enfers ! »


Des souvenirs revinrent alors à la surface. Je savais que j’avais été odieux avec mes parents. Bien heureusement, ils m’avaient pardonné et maintenant… Oui, je pouvais dire que je les aimais sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 97
♈ Friandises : 83
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   Jeu 30 Mar - 13:29

Je détestais la simple idée de savoir que des personnes postaient des choses sur mon compte sans me demander mon autorisation ou tout simplement des choses erronées – surement déformées par les on dit. J’allais me renseigner sur ces fameuses « commères », essayant de leur mettre des bâtons dans les roues et surtout faire cesser leur petite entreprise. C’était à cause de personnes comme celle-ci qu’on se retrouvait avec des jeunes qui se suicidaient ; elles ne pensaient pas aux conséquences de leurs actes. Même si j’allais me renseigner, je n’avais pas non plus que ça à faire. J’avais une affaire qui me prenait beaucoup plus de temps que prévu et je n’avais pas envie de me retrouver avec quelque chose de chiant sur les bras. Kasey m’apporta son soutien dans cette entreprise. C’était sympa de sa part, mais je ne savais pas encore si j’allais passer assez de temps à New York pour pouvoir réellement m’y consacrer. S’il fallait, j’allais repartir et laisser ces chers new-yorkais avec leurs commères.

- Nous verrons bien ce que je peux faire.

Je ne comptais pas me lancer dans l’aventure sans savoir où je pouvais éventuellement aller. Et puis, soyons honnêtes, il y avait des choses plus importantes à régler. Finalement, nous changeâmes de sujet de conversation en parlant du passé de Kasey. Je m’intéressais réellement à son parcours. Je connaissais celui de Keri sur le bout des doigts, mais je ne connaissais pas celui de son frère. Ils étaient foncièrement différents. La question que je me posais à présent, c’était pourquoi est-ce que ses parents adoptifs l’avaient adopté. C’était très bien hein ? Mais d’après ce qu’il me racontait, il devait être le seul à ne pas avoir envie d’avoir des parents et finalement il s’était retrouvé avec. Je fronçais les sourcils d’incompréhension.

- En clair, tu leur as fait payer le fait de t’avoir offert une famille ? demandais-je pour bien comprendre. Pourquoi est-ce que tu ne voulais pas être adopté ? Je sais que j’ai déjà posé la question, mais du coup, tu n’y as pas vraiment répondu.

Je terminais mon repas et déposais mes baguettes chinoises dans mon plat. J’attrapais mon verre et bus une gorgée avant de le reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Edward, bienvenue dans la famille… Et bon courage !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue dans ma boutique!
» Bienvenue dans ton nouveau chez toi! [Privé Calendina Nakori et Sora Kujo]
» Bienvenue dans la cour des grands ~
» Thorin Écu de Chêne || Bienvenue dans ma compagnie
» Bienvenue dans votre nouvelle demeure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Queens :: Dragon Garden-