Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Jeu 3 Oct - 20:26

Je sortis de ma chambre et me dirigeai dans la cuisine. Comme toujours, il n'y avait personne à la maison. Papa était sûrement sur le plateau télé, Maman en train de faire une visite d'une de ces maisons luxueuses et Serena devait être à un casting.
Il ne restait plus que Willy à la maison... J'attrapais une pomme dans la coupe. Même les domestiques n'étaient pas là. Sûrement sortis faire des courses ou je ne sais pas où... Je n'avais personne à qui parler. Je soupirais avant de croquer dans ma pomme. Il ne me restait plus qu'à faire comme tout le monde en désertant cet immense appartement, trop grand pour moi.
Tout en dévorant à pleine bouchée ma pomme, j'entrai dans ma chambre. J'enfilais un haut bustier blanc et jaune, un short en jean taille haute. Je mis des baskets plates blanches... Si ma mère me voyait, elle s'en arracherait les cheveux. Selon elle, une femme se devait d'être en talons... Il m'arrivait d'en porter mais rien ne valait le confort de mes baskets ! J'attrapais une veste trop grande pour moi, mon sac et je filais dehors. Je sentais un vent léger soulever mes cheveux ondulés. Je souriais, exactement le temps que j'aimais, ni trop chaud, ni trop frais.
J'entrais dans ma petite voiture. Comme toujours, je me m'étais à l'aise en déposant mes affaires sur le siège conducteur, en réajustant les rétroviseurs etc. Je mis ma ceinture de sécurité puis tournais la clé... La voiture eu un petit bruit assez étrange mais le moteur ne se mit pas à ronronner... Bizarre, je réessayais plusieurs fois avant d'abandonner... La voiture avait gagné. Gémissant de désespoir, je laissais tomber ma tête en arrière. Foutu, j'étais coincée... A moins que... Je me jetais sur mon sac à la recherche de mon téléphone portable. Après avoir sorti un tas d'objets en tout genre, je mis enfin la main sur mon portable. Je connaissais quelqu'un qui était garagiste alors autant y faire appel ! Je composai son numéro. Après quelques sonneries, sa voix grave résonna. Je déclinai mon identité puis lui donnais mon adresse en lui indiquant mon problème. Lorsque ce fut fait, je raccrochai et sortis de la voiture et m'y adossai. Je ne supportais pas de rester sans rien faire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Dim 13 Oct - 17:19

La matinée arrivait à sa moitié quand mon téléphone portable se mit à sonner. Je sortis ma tête du capot dans lequel j’étais penché. J’espérais pour celui ou celle qui m’appelait que c’était pour un souci mécanique et pas pour me proposer un truc. Je ne travaillais jamais avec mon téléphone. S’il restait allumer, c’était simplement pour pouvoir prendre les appels quand quelqu’un avait un souci mécanique. Les amis étaient censés m’envoyer des textos auxquels je répondais quand j’avais le temps. Enfin, c’était ainsi que je fonctionnais et ce n’était pas prêt de s’arrêter pour le moment. J’attrapais un chiffon, qui avait été blanc à une époque, et essuyais mes doigts à la va-vite pour décrocher le téléphone.

Par chance pour la personne, elle appelait à cause d’un souci qui venait de sa voiture. Au téléphone, sa voix ne me disait absolument rien et encore moins quand elle déclina son identité Willow Duchannes. Si elle était blonde, c’était normal que je ne me souvienne pas d’elle. Si elle était brune, cela voulait dire qu’elle était moche. Ou alors, tout simplement : je ne l’avais jamais vu de ma vie. Mais ça, c’était quand même assez rare parce que je connaissais quasiment tout le monde à New York et tout le monde me connaissait. Le contraire était impossible. Comme elle semblait être en grosse galère, j’acceptais de me pointer dans les minutes qui suivent chez elle pour l’aider à démarrer sa voiture. Parfois, c’était juste pas grand-chose.

A bord de mon Audi 5 sport back, je me dirigeais vers chez elle. A cette heure-ci, la circulation dans New York était plutôt fluide, ce qui ne m’empêcha pas d’insulter les abrutis qui avaient obtenu leurs permis de conduire par on ne sait quel miracle. Ces gens-là m’énervaient ! Sérieusement, ils devraient se contenter des transports en commun tellement c’était des dangers publics. Enfin bon après plusieurs minutes de slalom entre les conducteurs du dimanche, j’arrivais à destination. Bien sur, la demoiselle habitait dans un appartement, du coup, il me fallut quelques secondes pour rentrer dans le parking extérieur. C’était assez bête comme système parce que ça ne facilitait pas ce genre d’intervention, même si c’était bien dans le sens où personne ne pouvait rentrer comme ça.

Je trouvais une jeune femme adossée à sa voiture. Et cette fille-là, si je l’avais rencontré, je ne l’aurais pas oublié tellement elle était sexy ! Sérieux, petit short en jean, bustier, une veste un peu trop grande… Franchement, ça laissait place à l’imagination ! Et j’en avais ! Personnellement, j’étais habillé d’un jean, d’une bonne vieille paire de basket et d’un t-shirt bleu clair. Et puis, je n’avais pas oublié de mettre mes lunettes de soleil. Bah ouais, on a la classe ou on ne l’a pas. Sauf qu’Adam Salvatore et classe allaient de paire. L’un sans l’autre n’existait pas. Je me garai juste à côté d’elle et coupais le contact avant de sortir de mo bébé. Ouais, ma voiture c’était toute ma vie. Sérieusement, je l’entretenais comme si c’était ma femme.

Bref, je m’avançais vers le joli petit bout de femme, qui affichait un air plus qu’ennuyer, avec un léger sourire en coin de dessiné sur les lèvres. Je lui tendis poliment la main, même si ce n’était pas forcément d’une poignée de main dont j’avais envie à cet instant. J’avais bien envie de connaître la texture de ses lèvres, sentir son souffle et découvrir, si possible, ce joli petit corps caché par une veste trop grande. Mais, il fallait rester professionnel ! Et penser avec le premier cerveau et pas le deuxième, même si c’était franchement tentant !

- Salut, j’suis Adam. Vous êtes Willow, c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Dim 13 Oct - 19:01

Je m’étais adossée, jambes croisées, contre ma voiture en soupirant. Il n’y avait qu’à moi que ça arrivait ce genre de choses, être coincée à la maison alors que j’aurais voulu sortir… J’étais vraiment poisseuse. Je soupirai encore une fois en y repensant…
J’avais appelé un garagiste dont on m’avait parlé et je l’attendais contre ma voiture. J’espérais qu’il arriverait vite. Je jouais avec mes cheveux en me faisant des nattes. Je chantonnais un air… J’avais un air absent, je m’étais perdue dans mes pensées sur ce que j’allais dessiner en rentrant. Je me voyais déjà dessiner un paysage ou une jeune femme dessinant. Oh oui ! Une mise en abyme ! Je m’extasiais rien qu’en y pensant. J’étais tellement perdue dans mes pensées que je ne vis pas le fameux Adam Salvatore arriver. J’entendis seulement sa voix grave résonner à côté de moi. Je sursautais légèrement. Je posai ma main sur ma poitrine puis une fois ma frayeur passée, je dis :

« Enchantée, Adam. Je suis bien Willow mais appelle moi Willy. »

Je n’avais aucune gêne à le tutoyer… Sûrement parce qu’il ne semblait pas si vieux que ça. Je lui donnais pas plus de la vingtaine donc forcément, je le voyais comme étant de ma génération. Il était plutôt mignon pour un garagiste. Je pouvais voir à travers son t-shirt que son torse était aussi musclés que ses bras. Mais le plus captivant restait ses yeux. Ils étaient d’un bleu hypnotisant… Si seulement il me laissait peindre ses yeux au regard d’azur… Me ressaisissant, je serrai la main qu’il me tendait d’un air plutôt surpris, la tête penchée sur le côté avec un petit sourire. Disons que je ne pensais pas qu’il allait me serrer la main… Bon d’accord, j’admets avoir trop souvent regardé la télé. En fait, j’avais imaginé qu’il allait sûrement être désagréable et allait plutôt s’occuper de ma voiture sans trop faire attention à moi… D’ailleurs, je pensais que ce serait un petit gros poilu au teint buriné puant la sueur et la bière bon marché… Je le voyais dans un bleu de travail sale avec des poils dépassant de son marcel jaune qui, à une époque lointaine, avait été d’un blanc virginal.
Je me tournai vers ma voiture, la tapotai en disant :

« Voilà ma petite voiture… je ne comprends pas le problème. J’ai voulu la démarrer mais sans succès… Je n’y connais rien aux voitures donc je n’ai pas voulu y toucher… »

Je le regardai alors. Lui, il allait forcément s'y connaître plus que moi... En même temps c'était son travail et puis ce n'était pas bien compliqué tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Ven 18 Oct - 19:01

Franchement, parfois, je me disais qu’être garagiste, c’était le plus beau métier du monde étant donné le nombre de jolies nanas qui avaient besoin qu’on répare leurs voitures. Comme cette petite demoiselle-là. J’avais la sensation que la journée allait être bonne. Franchement, voir des jolies filles, ça me motivait toujours pour continuer ce boulot. Ben oui, parce que parfois, ce n’était vraiment pas facile. Sérieusement, il y avait des voitures qui me faisaient péter des plombs. Tellement que parfois, j’avais envie de les casser parce que ça ne servait à rien de les réparer. Mais bon, les gens payaient pour que je répare alors je le faisais, quitte à y passer des heures et des heures tout en lâchant des insultes à gogo. Enfin, si la demoiselle en face de moi m’avait bien décrit le souci, ça ne devait pas être grand-chose.

Je me présentais comme étant Adam et elle fit de même à son tour, sauf qu’elle me tutoya comme si nous étions amis. Ah, bah ouais, pourquoi pas ? Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. Ca ne me dérangeait pas qu’on commence à se tutoyer, elle et moi. Bref, elle disait s’appeler Willow et c’était la première fois qu’une femme me donnait aussi son surnom. Willy… Ouais, pourquoi pas. Enfin, ça lui retirait quand même une dose de sexy. Peu importe, je n’avais qu’à oublier cette petite partie de ces paroles. De toute façon, c’était ce qui arrivait la plupart du temps avec les filles : j’oubliais leur prénom après avoir obtenu ce que je voulais. Finalement, elle me serra la main que je lui tendais et mon sourire s’agrandit. Elle avait la peau incroyablement douce. Le genre de fille qui ne semblait avoir l’habitude des travaux manuels. Pas comme moi.

- Willow… C’est noté, fis-je.

Pour combien de temps ? Allez savoir ! Ce n’était pas spécialement important de toute façon. Pour l’instant, il fallait que je me concentre sur le problème du moment qui était : la voiture. J’étais là pour ça, non ? Me taper une fille ne rapportait pas de l’argent, malheureusement, sinon, je serais déjà riche depuis belles lurettes ! Je la laissais m’expliquer le problème tout en hochant la tête à chaque information qu’elle me donnait. Parfois, il n’y avait pas grand-chose, la batterie et le moteur étaient les deux principales causes du non-démarrage d’une voiture. Pas besoin d’avoir fait de grandes études ou bien toucher une quelconque voiture pour le savoir.

- Je peux ? demandais-je en désignant la portière avant de la voiture.

J’attendis qu’elle se décale pour ouvrir la porte et actionner le bouton pour ouvrir le capot de la voiture. Je le soulevais et jetais un œil. Rien ne semblait anormal. Je levais la tête vers Willow avant de retourner sur le siège conducteur. Tout en tournant la clé dans le contact, je demandais :

- T’as laissé quelque chose allumé ? Le plafonnier, le pare-soleil, les phares, la radio ?

La tutoyer m’était venu naturellement. Après tout, elle ne s’était pas gênée pour le faire alors pourquoi est-ce que je ne le ferais pas, moi aussi ?

- Quel âge a ta voiture ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 12 Nov - 18:37

J’étais le genre plutôt souriante, pas étonnant que je regarde Adam avec un grand sourire. Malgré ma surprise, je lui avais serré la main. Disons que j’avais l’habitude qu’on me fasse la bise. Mais je n’étais pas non plus mécontente, après tout, ça me changeait des habituels bises hypocrites que l’on s’échangeait dans les soirées mondaines ou mes parents adoraient me traîner.
Adam semblait ne pas avoir retenu mon surnom, Willy... Qu'il est nul ! Willy, c'est mignon... Tant qu'on ne pense pas à "Sauvez Willy".

Adam me demanda s’il pouvait jeter un coup d’œil. Bien sûr qu’il pouvait, d’ailleurs, n’était-ce pas recommandé s’il voulait me repérer ma voiture ? Je hochais la tête. Je m’écartais de la portière et le laissai monter dans ma petite voiture. En le voyant au volant, j’eus une impression bizarre… Après tout, c’était ma voiture et le voir comme ça derrière le volant… C’était vraiment étrange. Je repensais alors au jour où j’étais arrivée à la maison au volant de ma voiture… Mes parents avaient cru mourir de honte tandis que ma grande sœur éclatait de rire. J’avais vraiment cru bien faire… Une voiture neuve, une marque assez connue… Mais non, ma petite Audi n’était pas suffisante… Mes parents avaient toujours refusé que je passe mon permis, à quoi servaient les chauffeurs sinon ? Mais en voyant ma voiture, ils pensaient qu’au moins, je viendrais avec une marque véritablement luxueuse… Je les décevais une nouvelle fois… Tant pis, j’avais pris l’habitude.

La voix d’Adam me sortit de mes pensées. Avais-je laissé quelque chose d’allumé ? Je réfléchissais. Je savais que j’étais une tête en l’air donc c’était tout à fait possible. Mais non, pas cette fois, vu qu’en entrant, je n’avais pas eu à éteindre quoi que ce soit… Niant de la tête, je lui confirmai ma pensée :

« Non, je n’ai rien laissé d’allumé… Pas cette fois. », Terminai-je d’un rire cristallin.

Je me mis à jouer nerveusement avec une de mes mèches de cheveux. J’avais peur pour ma voiture, à croire que c’était une personne qui m’était cher qui allait devoir subir une intervention chirurgicale plus ou moins dangereuse. C’était pourtant ridicule d’avoir autant peur, ce n’était qu’une voiture que je pourrais racheter. Avec l’argent de mes parents, j’aurais pût en acheter quinze des comme ça… Mais que voulez-vous, c’était une question d’affection. Je m’étais attachée à ce tas de ferraille. Adam me demanda alors quel âge avait ma voiture :

« Euuuh, je pense quelques mois, elle est toute neuve, je l’ai acheté il y a moins d’un an. »

Je le regardais s'occuper de ma voiture. Je le trouvais plutôt mignon, on aurait dit un père s'occupant de son enfant. Je regardais alors ses bras, et son t-shirt... Alors je lui demandais :

« Dis, c'est ton métier de garagiste qui te muscle les bras ? »

Je penchais la tête sur le côté en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 19 Nov - 9:23

Cette fille était bizarre. Sérieusement, vous en connaissez combien des nanas que vous ne connaissez pas qui vous file tous les surnoms qu’on lui donne ? Personnellement, c’était la première fois que je voyais ça. Ca donnait limite l’impression qu’on était intime elle et moi. Bon, ça me dérangerait pas de la connaître plus en ‘profondeur’ (si vous voyez c’que j’veux dire). Mais pour l’instant, j’allais me contenter de Willow. Peut-être un jour je lui donnerai un surnom. On verra bien. En tout cas, cette fille, c’était sur j’allais me la faire un jour ou l’autre. C’était im-po-ssi-ble de passer à côté d’elle sans lui montrer un peu d’attention. Déjà elle était brune, elle avait le teint légèrement doré et puis elle avait des putains de bonnes jambes !

Bref Adam ! On se concentre sur le boulot ! Ce n’était pas pour la mater et m’imaginer dans plusieurs positions avec elle qu’elle me payait. Je commençais par jeter un coup d’œil pour essayer de voir s’il n’y avait pas un problème sous le capot. Ca aurait pu sauf que je ne voyais rien d’anormal à première vue. Cette voiture pouvait avoir n’importe quoi comme problème. Du coup, en essayant de la démarrer, je lui demandais si elle avait laissé quelque chose d’allumer. Ca pourrait être un problème de batterie. Auquel cas, il faudrait que je retourne au garage pour aller en chercher une. C’était une Audi, et elle avait de la chance, c’était la voiture que je connaissais le mieux, même si j’étais capable de tout réparer. Enfin pour l’instant, il n’y avait eu aucun problème qui m’avait résisté.

- Pas cette fois, hein ? répondis-je un peu narquoisement à sa réponse.

Ca voulait dire que ça lui arrivait. Du coup, ça pouvait être la batterie. A force de subir des trucs comme ça, il fallait bien qu’elle rende l’âme à un moment donné. L’âge aussi, c’était important, mais vu qu’elle m’affirmait qu’elle était neuve et avait plus ou moins un an, et bien j’écartais cette possibilité. Il ne restait plus qu’à voir si la batterie était morte ou pas. Je quittais le siège avant de sa voiture pour me diriger vers la mienne. J’ouvris le coffre pour sortir un appareil que je calibrais avant d’y brancher deux câbles. Je retournais face au capot de la voiture et branchais le calibreur sur la batterie. J’étais entrain de le régler quand Willow me posa une question qui me déconcerta l’espace d’une seconde tellement je ne m’y attendais pas.

- Oui et non, répondis-je néanmoins comme si c’était une question normale.

Après tout, on m’en avait posé d’autres dans ma vie donc je n’allais pas me sentir gêné. Puis au moins, ça prouvait qu’elle me trouvait pas mal. Ouais j’étais narcissique, et alors ? Aimes-toi toi-même avant d’aimer quelqu’un, c’était ce qu’on disait, non ? Bon bah voilà je respectais ça à la lettre. Willow me regardait, la tête penchée sur le côté. Elle semblait attendre un peu plus de ma réponse, du coup, tout en continuant de calibrer ma petite machine en fonction de la voiture (ben ouais, si je calibrais mal, je risquais d’avoir un résultat qui n’a rien à voir et ce n’était pas le but), je répondis :

- Si tu veux tout savoir, je fais du sport assez souvent. Au garage c’est utile quand il faut soulever légèrement une voiture ou la pousser.

Enfin, je m’appelais pas Hulk non plus ! Je soulevais pas une voiture comme je soulevais une plume, mais il arrivait qu’il fallait la soulever légèrement, juste assez pour que quelqu’un passe correctement en dessous. C’était surtout ça avec les voitures trafiquées tunning. Personnellement, je ne voyais pas le but d’avoir une voiture pareille parce que c’était plus galère qu’autre chose. Dès qu’il y avait des cailloux, il fallait passer à cinq kilomètres heure pour pas casser le bas de caisse. Imaginez ce que c’est quand il faut passer une bosse ! Les voitures tunning, ça servait à rien. Puis les types qui conduisaient ça, c’était des fanatiques, encore pire que moi avec ma voiture !

- Et toi, tu fais quoi pour avoir une aussi jolie silhouette ?

Quand j'eus terminé de régler mon appareil, le résultat s'afficha et il était positif. Bon, déjà, ce n'était pas la batterie, j'en informais la propriétaire de la voiture. Je débranchais mes câbles pour les ranger dans la mienne. J'allais essayé de voir si le problème venait d'ailleurs. Je "plongeais" ma tête dans la capot pour essayer de voir si un câble n'était pas débranché tout en attendant une réponse de la part de la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 19 Nov - 16:19

Lorsque je lui expliquais que cette fois-ci, je n’avais rien laissé d’allumer, Adam répéta mes mots. Bah oui, pas cette fois… Je voyais bien qu’il se moquait de moi. Sauf qu’il n’y avait pas de raison. Ca arrivait à tout le monde d’oublier d’éteindre les lumières ou un truc dans le genre, pas de quoi se moquer ! Je haussais des épaules sans un mot. J’avais l’habitude qu’on me dise que je suis tête en l’air, ce n’était un scoop pour personne.

Je le laissais s’activer autour de ma voiture sans un mot. Disons que je n’y connaissais rien aux voitures. Je le regardais donc retourner à sa voiture pour sortir du coffre une machine étrange. Je le regardai revenir vers ma voiture, faire un tas de bidouillage. Je me mis à regarder mes petites mains toutes fines. Je n’étais pas habituée à ce genre de travail, c’était un fait. Je ne le niais pas. J’étais née dans une famille où l’on apprenait aux petites filles qu’elles devaient être les reines du monde… J’en vins à penser à Dylan Townsend. C’était la reine de l’université. Elle, elle aurait fait la fierté de mes parents. Elle était la fille que mes parents auraient voulue. Elle me rappelait un peu ma grande sœur… Fière, narcissique, méprisante… Je soupirai. J’aurais dû naître dans une famille modeste, j’aurais été bien plus heureuse. Comme Daphné ! Elle, au moins, savait que ses parents l’aimaient. Moi, j’en doutais encore !

Finalement, Adam répondit à ma question très simplement, oui et non. Euh, mais encore, ça ne répondait en rien à ma question. Je continuais de le regarder avec curiosité. Je voulais en savoir plus, la curiosité n’est pas qu’un vilain défaut. Voyant mon air curieux, Adam me donna une explication. Il m’expliqua que travailler dans un garage était très physique et faire du sport pouvait bien aider. Il m’expliqua qu’il pouvait soulever légèrement une voiture ou la pousser. Je le regardais, admirative. Bah oui, moi, à la force de mes petits bras, je n’arrivais même pas à soulever des poids de 20kg. C’était déjà trop pour moi. Alors qu’Adam arrive à pousser une voiture… Je l’observais comme s’il était Superman. Je l’imaginais déjà déchirant son t-shirt afin de laisser voir son costume.

« Waouh, t’es fort… Moi, je ne pourrais jamais pousser une voiture ! »

Attrapant une mèche de mes cheveux, je recommençais à jouer avec machinalement. Je regardais la machine du jeune garagiste. Je n’y comprenais absolument rien. Je plissais les yeux en espérant pouvoir comprendre quelque chose, mais rien à faire ! Adam me demanda alors comment je faisais pour avoir une jolie silhouette. Je le regardais avec étonnement. J’avais une jolie silhouette ? Ah bah peut-être. Moi, tant que je n’étais pas trop grosse, je m’en foutais un peu. Alors, quotidiennement, je faisais un peu de sport.

« J’ai un coach sportif qui vient me faire faire des exercices à la maison. Mes parents auraient eu une attaque si je m’inscrivais dans un club de gym… »

Côtoyer le petit peuple était très mal vu. Déjà que d’être dans une faculté « public » les rendait fous alors là… Autant leur tirer une balle dans le crâne ! Adam m’expliqua que ce n’était pas un problème de batterie… Bah qu’est que c’était… Je commençais à songer sérieusement à acheter une autre voiture. Papa et maman me diraient d’arrêter mes bêtises et de me faire conduire en limousine mais dans ce cas, à quoi servait mon permis si durement acquis ? Non, non, c’était hors de question !

« Dis Adam, un jour, tu voudras bien faire du sport avec moi ? On le fera dans ma chambre mais ne t’en fais pas, j’ai tout ce qu’il faut pour une bonne suée. »

Je lui fis un sourire. Ma chambre ressemblait plus à un appartement qu’autre chose. Du coup, j’avais largement d’espace pour y aménager un genre de mini salle de sport. Pourquoi lui demandai-je ça alors que je le connaissais à peine ? Tout simplement parce qu’il semblait bien bâti et il semblait avoir l’habitude de faire beaucoup de sport. Et puis, ça serait certainement plus agréable de faire un peu de sport avec lui qu’avec un coach aussi chaleureux que le pôle nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Sam 23 Nov - 21:02

Je n’étais pas ici pour me moquer de Willow, mais quand elle m’avait dit que juste cette fois, elle n’avait rien laissé allumer, et bien je n’avais pas pu m’empêcher de me moquer d’elle de façon très subtile. Ben oui quoi ! C’était quand même ma cliente, je n’allais pas me moquer d’elle comme ça, sinon, j’allais me faire virer si jamais elle venait se plaindre à la boite que j’avais osé une certaine familiarité avec elle. Certes, ce n’était pas du tout le genre de familiarité dont je voulais avec elle, mais j’allais m’en tenir là pour l’instant. Ce qui était un véritable miracle. Mais je n’allais pas la pousser la petite. Je préférais essayer de trouver le souci de sa voiture qui m’échappait totalement pour le moment. Quoi que j’allais quand même testé la batterie pour voir si elle n’avait pas lâché parce que même si cette fois-ci elle n’avait rien laissé allumé, la batterie pouvait quand même en avoir pris un coup.

D’ailleurs, j’étais entrain de vérifier ça quand elle me posa une question qui me laissa légèrement sans voix parce que je ne m’y attendais pas. Décidemment, cette Willow était vraiment étrange parce qu’elle posait des questions qui l’étaient tout autant. J’avais du mal à la cerner et c’était frustrant ! Enfin, je lui répondis quand même, lui expliquant que le sport m’aidait parfois dans mon boulot. Mais ce n’était pas le garage qui faisait mes muscles. J’avais des collègues aussi épais que des coucous et qui ne feraient jamais fantasmer personne s’ils ne venaient pas faire un petit tour à la salle de sport. Quand je lui annonçais que j’arrivais à soulever un peu une voiture ou à la reculer quand c’était nécessaire, elle me lança un regard admiratif qui ne m’échappa pas. Je la regardais, craignant une réaction de sa part qui serait sans aucun doute excessive par rapport à ce que je venais de dire. Et… BINGO ! C’était le cas !

- Pousser une voiture, c’est à la portée de n’importe qui, quand on n’oublie pas de retirer le frein à main, plaisantais-je.

Là, elle n’était pas forcément visée parce qu’au garage, je m’éclatais parfois à les regarder s’acharner à plusieurs à pousser une voiture. C’était au bout de dix minutes au moins que je leur faisais remarquer que le frein à main était toujours actionné et que se serait peut-être bien de le retirer pour pouvoir la bouger. A mon tour, je lui retournais la question pendant que j’activais le boitier pour la batterie. Elle me parla d’un coach sportif parce que ses parents refuseraient qu’elle entre dans un club de gym. C’est à ce moment là que ma machine indiqua que la batterie était en état de marche. Je l’en informais tout en rangeant mon appareil. Je revins vers le capot de la voiture et « plongeais » ma tête à l’intérieur pour voir s’il n’y avait pas au autre souci. Ca pouvait être tellement petit comme truc que du coup, il valait mieux ne rien négliger. Sauf que c’était à ce moment-là que Willow ouvrit de nouveau la bouche et ce qui en sortit me fit me cogner la tête contre un truc.

Je serrais les dents pour n’émettre aucun son. Je m’étais fait mal quand même, mais ce n’était rien par rapport à l’invitation qu’elle était entrain de me faire. La coquine ! Je m’en doutais que derrière ses petits airs naïfs, elle cachait un esprit pervers ! Comment dire non à une telle proposition ?! Sa chambre, sa cuisine, son salon, je m’en foutais totalement d’où on le ferait du moment qu’on avait « une bonne suée ». Je relevais la tête, faisant comme si de rien n’était quant à mon petit coup sur la tête.

- Et pourquoi pas ? Je suis le meilleur dans le domaine !

Comment ça je me ventais ?! Non je ne me ventais pas ! J’étais on ne peut plus réaliste étant donné le nombre de nanas que j’avais fait grimper au rideau. Elle n’allait pas être déçue, ça je pouvais l’affirmer ! Elle en redemanderait encore et encore comme toutes les nanas que j’avais sautées jusqu’à présent. Pour beaucoup, je ne les avais jamais rappelé, pour certaines, elles avaient eu de la chance de me revoir. Mais celle-là, avec les jambes qu’elle avait, elle aurait peut-être plus de chance que les autres. N’empêche, j’avais hâte de découvrir le reste de son petit corps. J’étais certaine qu’il était aussi parfait que ses jambes. Enfin, il valait mieux que je me concentre sur sa voiture avant que mon deuxième cerveau ne se réveille encore plus que ce qu’il n’était déjà parce que sinon, j’allais finir par avoir une trick d’enfer et ça allait être plus douloureux que plaisant.

Je retournais sur le siège conducteur et retirais la clé du contact pour la réinsérer dedans. Puis, je regardais le volant et là, je compris où était le problème. Je le tournais légèrement puis tournais la clé. Le moteur démarra. Un sourire se dessina sur mes lèvres et je regardais Willow :

- Tu avais bloqué le volant, annonçais-je. C’est une sécurité qui empêche de démarrer la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 25 Nov - 9:19

J’étais tout de même surprise. Je ne savais pas que les garagistes étaient aussi forts. A moins que ça ne soit qu’Adam qui le soit… Je le regardais s’affairer autour de ma voiture. Je pus remarquer qu’en plus d’être bien bâti, Adam avait un joli derrière. Un peu comme les acteurs à la télé. Après un très bref coup d’œil à son popotin, je réfléchissais alors à la possibilité que j’ai de pousser une voiture. D’après Adam, c’était à la portée de n’importe qui, tant que l’on avait retiré le frein à main. Sauf que je secouais la tête en signe de négation avant de lui dire :

« Dans mon cas, c’est tout simplement impossible. Je ne suis pas aussi musclée que toi… Et heureusement, comme ça, je pourrais t’appeler en cas de besoin ! » lui dis-je, toute heureuse de ma trouvaille pour le revoir.

Oui, j’avais envie de le revoir. Il me plaisait bien. Il était gentil avec moi, même s’il venait du petit peuple, comme disent mes parents. D’habitude, les gens me traitaient différemment… Le nom Duchannes est plutôt bien connu… Entre ceux qui me placent sur un piédestal parce qu’ils pensent pouvoir s’attirer les faveurs de mes parents et ceux qui me détestent sans me connaître parce que mes parents ont encore fait leurs caprices de star… Je ne savais plus trop quoi faire, à part me cacher, me faire toute petite pour avoir la paix. Ce qui marchait plutôt bien, la preuve, contrairement à mes parents et ma sœur, je n’étais pas continuellement suivi par des paparazzis déchaînés… Et je m’en portais mieux.
Adam lui, était différent. Il ne se comportait pas avec moi de façon hypocrite et il n’était pas méchant. Il était comme Daphné, simple et sympa. D’où ma proposition de faire du sport avec lui. Bon, nous n’irions pas dans une salle de sport comme l’auraient fait des gens « normaux » mais au moins dans ma chambre, nous serions tranquilles. La plupart du temps, mes parents n’étaient pas là et ma sœur ne vivait quasiment plus à la maison. Et lorsque mes parents étaient là, ils ne s’occupaient pas tellement de moi.
Lorsque je lui fis ma proposition, j’entendis un bruit sourd. Sourcils froncés, je regardais Adam en espérant qu’il ne s’était pas fait mal. Vu la tête qu’il faisait, je compris vite que non. Il était d’accord et m’assurait être le meilleur dans ce domaine. Heureuse qu’il accepte, je lui fis un magnifique sourire avant de lui répondre :

« C’est vrai ?? C’est super ! J’ai tout ce qu’il faut pour faire du sport dans ma chambre. »

Je glissai une main dans ma poche et en sortis mon téléphone et… une sucette ! J’étais une grande gamine et je raffolais des bonbons comme les enfants. Je retirai l’emballage pour découvrir une boule d’un rouge vif. Je souris et la mit dans ma bouche. J’émis un petit gémissement de plaisir en découvrant son parfum. Fraise, parfait. Je la retirai et dis encore à Adam :

« J’ai un vélo, tu sais, ceux qu’on a dans les salles de sports. J’ai des poids aussi, ils ne sont pas très lourds… Je crois qu’ils font maximum cinq kilos. Je n’ai pas de tapis de course donc si tu veux, on pourra courir dans le parc de Brooklyn. »

Je le regardai avec un immense sourire en remettant ma sucette dans ma bouche. Je jouais avec ma sucette la faisant passer d’un côté de ma bouche à l’autre. Adam continuait de s’agiter autour de ma voiture. Il s’installa derrière le volant. Il tourna la clé sans que le moteur se mette en route. Je tournais la tête afin de voir si quelqu’un arrivait lorsque j’entendis le moteur de ma voiture vrombir. Je sursautais légèrement. Adam m’expliqua la raison de cette « panne ». J’ouvris grand mes yeux, surprise, tout en rougissant. Voilà que je ne savais plus du tout où me mettre…

« C’est vrai ? Oh lalalah, quelle cruche… Je suis vraiment désolée de t’avoir fait déplacer pour rien ! Viens avec moi à la maison, je vais me faire pardonner promis… »

Je le regardais d’un air suppliant pour qu’il ne puisse pas me dire non. J’étais penchée vers lui et je posai la main sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Jeu 28 Nov - 14:49

Je ne voyais pas trop ce qu’elle trouvait d’extraordinaire dans le fait que j’étais capable de bouger une voiture. La seule chose qu’il ne fallait pas oublier, c’était de retirer le frein à main. Bon, je voulais bien avouer qu’il fallait aussi y mettre toute sa force pour la faire bouger, parce que ce n’était pas en poussant légèrement que ça allait bouger. N’oublions pas qu’il s’agissait d’objet qui pesait une tonne voir plus. Des filles comme Willow étaient capables de pousser aussi, peut-être avec une certaine difficulté, mais elles y arriveraient. Mais elle semblait persuadée de ne pas être capable de le faire. Je ne répondis rien. Si elle voulait rester persuadée qu’elle ne pouvait pas, c’était son droit. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres. Elle exposait qu’ainsi, son incapacité à faire bouger une voiture serait une bonne raison de pouvoir m’appeler à nouveau. Ah bah oui, vu comme ça… Si ça pouvait me donner une raison de la revoir, j’étais prêt à aller dans son sens !

- Je te ferais un jour bouger ta voiture, si tu veux !

Quand elle me proposa de faire du sport dans sa chambre, je me cognais la tête contre un truc, mais je ne laissais échapper aucun son, même si je m’étais vraiment fait mal à la tête. C’était une douleur un peu sourde, mais je l’oubliais bien vite parce qu’elle me proposait quand même quelque chose d’énorme ! Attendez, ce n’est pas tous les jours qu’une fille vous propose de faire du sport dans sa chambre. Finalement, elle cachait vraiment bien son jeu derrière ses airs de petite fille prude. J’étais totalement prêt à la faire transpirer jusqu’à ce qu’elle en ait des courbatures le lendemain. Surtout que pour le coup, je ne manquais pas d’imagination. Pour le coup, j’étais vraiment entrain de m’imaginer entrain de la prendre dans plusieurs positions toutes plus différentes les unes que les autres et dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Quand je lui affirmais que j’étais le meilleur dans le domaine, elle semblait ravie. Ah bah ouais, chérie, tu sais pas à qui tu as affaire, mais tu vas vite le savoir !

- Oh je suis sur qu’on peut aussi faire du sport dans les autres pièces, absolument tout peu servir !

J’étais entrain de mesurer sa batterie quand je l’entendis pousser un gémissement qui me fit redresser la tête et pas que ça car mon deuxième cerveau venait à nouveau de se réveiller et cette fois-ci, de façon un peu plus virulente. Je la regardais lécher sa sucette au sucre rouge. Je fixais les mouvements de sa langue autour et soudain, ce ne fut pas vraiment sa sucette à la fraise que je vis entre ses lèvres. Je la voyais à genou, sa mignonne petite bouche autour de ma… Bref, je n’écoutais absolument plus ce qu’elle était entrain de me dire ! Mais alors plus du tout ! Mon cerveau (celui que j’avais dans la tête !) s’était mis sur pause et le deuxième (celui que vous imaginez bien !) fonctionnait à plein régime ! Je ne l’entendais pas m’expliquer tout ce qu’elle avait dans sa chambre. Je m’en foutais ! Son lit, c’était amplement suffisant ! On pouvait déjà faire plein de trucs dessus. Le reste, on verrait plus tard.

Ce fut avec une énorme difficulté que mon cerveau (celui de ma tête) se remit en marche et quand il le fit, j’allais m’installer à nouveau sur le siège conducteur. Je me sentais à l’étroit dans mon jean. Je jetais quand même un petit coup d’œil vers mini-Adam qui réclamait quelques attentions, et constatais que ça allait, la bosse n’était pas trop visible. Restons professionnel ! Tout du moins, autant que possible parce que si elle continuait comme ça, ce n’était pas dans sa chambre que j’allais faire du sport avec elle, mais dans sa voiture ! Ca pouvait marcher aussi ! Ben oui, Rose et Jack dans Titanic, ils n’ont pas trouvé mieux que la voiture. Il fallait que je me reconcentre sur autre chose, du coup, j’essayais de trouver le souci de sa voiture qui m’apparut assez rapidement en jetant un œil sur son volant. Il était bloqué, empêchant ainsi le démarrage de la voiture. Quand je l’annonçais à Willow, elle me fixa avec ses grands yeux pleins de surprise.

Elle s’excusait de m’avoir fait venir pour rien et je secouais la tête légèrement, faisant fi de ses excuses. Ce n’était pas grave, ça arrivait à tout le monde. Par contre, quand elle se pencha vers moi tout en me demandant de venir chez elle pour qu’elle puisse se faire pardonner, je fus de nouveau plus capable de penser. Mon étroitesse qui se trouvait un peu plus bas s’accentua. Là, il faudrait être aveugle pour ne plus le voir, j’étais foutu ! Mais je ne me dégonflais pas ! Il semblerait que Willow était disposée à commencer sa leçon de sport maintenant, m’autorisant ainsi à arranger le petit souci qui se trouvait au niveau de ce qui faisait de moi un homme 100% viril ! Mes yeux étaient rivés sur sa poitrine, légèrement dévoilée maintenant qu’elle était penchée en avant, juste sous mon nez. Je sentis ma bouche devenir légèrement sèche et quand je l’ouvris pour répondre, je sus que j’allais dire une connerie plus grosse que moi. Un truc du genre Ouagadougou. Non mais… ADAM ! Je suis Adam ! Pas un puceau de bas étage !

- Beh ma foi, si c’est pour te faire pardonner, pourquoi pas ? répondis-je avec toute l’assurance dont j’étais capable. Au moins, je n’aurais pas tout perdu comme ça.

Je sortis de sa voiture, lui rendant ses clés avant d’aller fermer le capot de sa voiture. Voilà, j’étais prêt à la suivre jusqu’à chez elle. J’espérais que son appartement était bien insonorisé parce qu’avec l’envie qu’elle m’avait donné, c’était certain qu’elle allait crier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 6 Jan - 18:09

Pour moi, pousser une voiture relevait tout simplement de l’exploit vu la force que j’avais dans les bras. Je faisais un peu de sport pour rester en forme mais je ne cherchais pas à développer ma force. Après tout, pourquoi l’aurais-je fais ? Lorsqu’Adam approuva mon idée qu’il vienne pousser ma voiture en cas de besoin, je lui fis un sourire rayonnant. Un rien me faisait sourire, un vrai petit rayon de soleil !

Alors que je lui proposai un jour de venir me coacher dans ma chambre, Adam accepta immédiatement. C’était vraiment sympa de sa part d’être aussi enthousiaste à l’idée de faire du sport avec moi. Sauf que lorsqu’il me parla de faire du sport dans les autres pièces, je penchais la tête sur le côté d’un air interrogateur. Comment faire du sport dans une pièce… Sans les appareils adaptés ? Autant le lui demander, sinon, je risquais de m’endormir bête.

« Comment on va faire ? Tout le matériel de sport est dans ma chambre… Mes parents n’en font pas et ma sœur va dans une salle de gym spécialisée… Enfin quoi que… Je crois avoir vu un tapis de course dans une des chambre d’amis… Je devrais vérifier » dis-je d’un air songeur, perdue dans mes pensées à la recherche d’un tapis de course.

Je suçais ma sucette avec délice. Vous pouvez en penser ce que vous voulez, mais je restais une grande enfant. J’adorais les bonbons et les sucettes à la fraise restaient les meilleurs bonbons. Adam m’écoutait parler presque avec admiration. C’est fou comme cet homme était très professionnel. Et très gentil. J’étais là à débiter un tas de paroles et lui, il ne faisait que m’écouter attentivement.
Puis, Adam se mit derrière le volant lorsqu’il trouva le problème à ma voiture… Je n’avais pas déverrouillé mon volant donc le démarrage était impossible. Comment se sentir plus ridicule. Aussi rouge que ma sucette, je me confondis en excuses. Après tout, je l’avais fais venir pour rien. Si ça se trouvait, il avait d’autres demandes bien plus sérieuses que la mienne. Rolalalah, j’avais vraiment honte. Avec des yeux suppliants, je me penchais vers lui pour qu’il accepte de monter avec moi à la maison. Après un temps d’hésitation, Adam accepta. Il sortit de la voiture en me tendant les clés puis alla refermer le capot de ma voiture. Je pris le temps de la verrouiller puis j’attrapais Adam par la main et l’emmena avec moi dans le hall de l’immeuble. En nous apercevant, Elliott, le majordome du hall, me fit un clin d’œil avec un sourire malicieux. Fronçant les sourcils, j’essayais de comprendre ce qu’il lui prenait… Il avait peut-être bu ! J’emmenais alors Adam dans l’ascenseur. Jusqu’à ce qu’il nous emmène au dernier étage, je restais silencieuse. Non mais quel toupet, ce Elliott.
Lorsque les portes s’ouvrirent, je me dirigeai vers l’unique porte du couloir. J’insérai la clé puis ouvris la porte. Je retirai ma veste puis tirai un peu sur le haut de mon bustier avant de dire à Adam :

« Fais comme chez toi. Dis moi, quel est ton parfum de glace préféré ? »

Bah oui, c’était ma façon à moi de m’excuser, lui offrir une glace… Ce n’était peut-être pas assez… Il fallait que je trouve autre chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mer 15 Jan - 16:43

Willow ne se sentait pas capable de pousser une voiture, aussi, je lui proposais de lui faire pousser sa voiture, à l’occasion. Bon, se serait aussi l’occasion de l’avoir penchée juste en dessous de moi, ses fesses bien mise en évidence. Oh le rêve ! Sauf que ça, bien sur, je ne lui dis pas. Je n’avais pas envie qu’elle me repousse parce que ça allait me frustrer de ne pas pouvoir me la faire. Sérieux, une fille aussi bandante qu’elle, on ne pouvait qu’être frustré de ne pas pouvoir la connaître dans son plus simple appareil. Sérieux, elle devait vendre du rêve et j’avais bien envie de connaître ça ! Le sourire qu’elle m’offrit en gage de réponse me motivait. Elle allait adorer, ça je n’en avais absolument aucun doute !

Et puis, bien sur, il n’y avait pas que sa voiture, il y avait l’ensemble des pièces de chez elle. Si seulement elle savait à quel point je rêvais de la prendre dans toutes les positions possibles qu’offriraient les lieux. L’entendre gémir, la voir se cambrer de plaisir devait être sacrément excitant ! Sauf qu’il allait falloir que je freine mes pulsions parce que sinon, mon mini moi allait se réveiller très rapidement et nous n’irons pas plus loin que la banquette arrière de sa voiture. Ca ne me dérangerait absolument pas de commencer là et de finir ailleurs. Quand je lui suggérais qu’on ne serait pas obligé d’être dans sa chambre pour faire du sport, elle me demanda comment faire. Devais-je comprendre qu’elle ne l’avait fait qu’allongée sur un lit ? La pauvre… Si seulement elle savait qu’il y avait d’autres endroits encore plus excitants ! J’étais un veinard, j’allais pouvoir lui apprendre tout ça. Rien que pour ça, je la rappellerai. Je ne pouvais décidemment pas la laisser dans cette ignorance !

- T’en fais donc pas pour ça, je te montrerai le moment venu !

Plus ça allait, plus cette fille me rendait dingue. Encore plus quand elle se mit à sucer sa sucette. Aussitôt, je m’étais imaginé autre chose et je sentais mon deuxième cerveau se réveiller de plus en plus. En même temps, elle ne faisait pas grand-chose pour m’en empêcher. Elle était diablement sensuelle et elle en jouait ! Je ne l’entendais même plus me parler, je ne pouvais pas m’empêcher de fixer le jeu de sa langue autour de cette sucette. Elle devait être excellente avec un tout autre genre de sucette ! Si ça continuait comme ça, j’allais avoir une trique d’enfer pendant toute journée. Du coup, j’essayais de me concentrer sur le problème de sa voiture et je le trouvais beaucoup plus rapidement que prévu : elle avait bloqué le volant. Ce fut à ce moment-là qu’elle m’invita à monter chez elle pour se faire pardonner ! OH OUI !

J’acceptais avec joie. Je n’allais peut-être pas rester sur mon envie toute la journée alors ! Ca c’était cool ! Bref, une fois les voitures verrouillées, je suivis la demoiselle. Je n’eus pas vraiment le choix car elle m’attrapa la main. Elle avait la peau douce et chaude. J’avais hâte de parcourir tout son p’tit corps de mes mains pour découvrir la douceur de l’ensemble de sa peau. Dans le hall de son immeuble, un type lui adressa un clin d’œil et un sourire pervers. Je fronçais les sourcils. Quoi ?! Lui aussi il rêvait de se la taper ?! Ben non ! Pour le moment, elle était à moi. C’était moi qui lui ferais découvrir le plaisir suprême ! Il était hors de question que quelqu’un s’y prenne avant moi ! Je lui lançais un regard noir et continuais de suivre Willow. Quand nous fûmes dans son ascenseur, je regardais la cabine puis les boutons des étages et trouvais le bouton « stop ». Oh ouais ! Faire ça dans un ascenseur, se serait cool aussi !

L’ascension jusqu’à son étage fut des plus long. Manque de pot, elle habitait au tout dernier. Bon dieu, si je pouvais, on commencerait là si seulement je n’avais pas eu un maximum de maîtrise. Un puceau en chaleur se serait déjà rué sur elle et la pauvre n’aurait même pas pris son pied. T’inquiète ma jolie, tonton Adam s’occupe de tout ! Finalement nous arrivâmes à destination et je la suivis à l’extérieur de la cabine vers une seule et unique porte. Une fois à l’intérieur de chez elle, je regardais autour de moi. C’était chicos ici ! Willow avait beaucoup plus d’argent que je n’aurais cru, mais ça, on s’en foutait. Je regardais les meubles, les coins, tout ! J’analysais pour savoir ce que je pourrais lui faire connaître. Je sortis de ma contemplation quand elle me demanda quel était mon parfum préféré.

- Vanille, répondis-je.

Willow avait-elle un fantasme qui concernait la glace ? Rêvait-elle de me faire manger de la glace sur elle ? Oh p*tain je rêve aussi ! Bon pas trop de glace alors parce que je voulais aussi connaître le gout de sa peau. Il ne fallait pas que la glace casse tout non plus !

- C’est chouette chez toi ! Et ça offre pleins de possibilité, ajoutais-je malicieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 3 Fév - 1:29

J'étais perplexe... Elliott m'avait fait un clin d'oeil mais je ne comprenais absolument pas pourquoi. Sans un mot, j'avais donc entraîné Adam à la maison. Une fois que je déverrouillais les portes, je laissais Adam entrer et refermai derrière lui. Je retirai ma veste, remontai mon bustier légèrement. Je regardai Adam et il semblait vraiment content d'être là. Il devait aimer les glaces autant que moi. Je lui fis un sourire avant de lui demander quelle était son parfum de glace préféré. Il me répondit vanille.


« Je reviens avec ta glace alors... Installe toi, Adam.»

Je lui fis un sourire rayonnant avant d'aller dans la cuisine. J'ouvrais le frigo puis le coffre à glace. J'en sortis un pot à la vanille et un autre au chocolat, pour moi. Je prie deux grosses cuillères. Je mis le tout sur un plateau avec des chips et du jus d'orange ainsi que des verres. Je n'étais pas sûre pour le jus d'orange mais étant donné que je ne buvais pas d'alcool... Je pris mon plateau et apportai le tout au salon. Si mes parents me voyaient... Je posai mon plateau sur la table basse et me laissais tomber sur le canapé en prenant la main d'Adam afin qu'il me suive. Je m'assis à côté de lui puis me penchais pour prendre mon pot de glace et ma cuillère.


« Je suis désolée, je ne savais pas ce que tu bois mais si tu veux, je peux te proposer autre chose. Mes parents ont des tas de bouteilles d'alcools en tout genre. » lui dis-je avant de mettre dans ma bouche la cuillerée que j'avais préparé. Quand je mis la cuillère dans ma bouche, je ne pus m'empêcher de laisser échapper ce petit gémissement de plaisir que j'avais à chaque fois que je mangeais une sucrerie. Je tournai la tête vers Adam... Il avait l'air perdu dans ses pensées. Je m'approchais un peu et posai ma main sur son genou.


« Adam, t'es avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mer 5 Fév - 16:55

Je voyais d’un mauvais œil la façon dont ce type dans le hall de son immeuble lui avait fait un clin d’œil. Aujourd’hui, elle était à moi. Je ne partageais pas. Un plan à trois avec moi et deux filles, il n’y avait pas de problème. Mais partager une fille avec un autre ? Ah ça non ! C’était hors de question. J’étais beaucoup trop dominant pour ça. Je n’y pouvais rien, j’étais ainsi fait. Du coup, je fusillais le type du regard et continuais de suivre Willow jusqu’à son ascenseur. Le bouton « stop » m’avait fait de l’œil tout le long de l’ascension et du coup, je ne pus m’empêcher de me demander si elle l’avait déjà fait dans un ascenseur. C’était la première fois que je voyais un bouton qui permettait d’arrêter l’ascenseur et de le bloquer. Pourquoi est-ce que j’en avais jamais eu des comme ça d’ascenseur avant ? Le nombre de nana que j’aurais pu me taper là-dedans… Pendant le voyage jusqu’à l’étage, il y avait quelques secondes de préliminaires, mais jamais assez pour aller jusqu’au bout. Peut-être qu’avec cette fille j’aurais de la chance de satisfaire cette envie ?

La première chose qu’elle me demanda, en arrivant chez elle, c’était quel était mon parfum de glace préféré et la première chose à laquelle je songeais, c’était qu’elle allait me faire vivre un de ses fantasmes, se retrouver avec de la glace sur elle Alors là, franchement, elle ne pouvait pas me rendre plus heureux si elle faisait un truc pareil. Du coup, je lui sortis le premier parfum qui me vint en tête : vanille. Je ne mangeais pas souvent de glace, du coup, j’avais sorti le parfum le plus basique qui soit. Mais je devais bien avouer que cette fille était faite pour une saveur beaucoup plus sucrée. Je n’arrivais pas à oublier de quelle façon elle s’était mise à lécher sa sucette quand elle l’avait mise dans sa bouche. Et je n’arrivais pas à oublier, non plus cette image que j’avais eue de sa langue s’enroulant autour d’autre chose que sa sucette. Je hochais la tête quand elle m’annonça qu’elle allait chercher la glace que je souhaitais. Reviendrait-elle nue, avec de la glace sur elle ? Oh j’adorerai !

En attendant qu’elle revienne, je regardai autour de moi à nouveau, songeant à tout ce que je pourrais lui faire dans chacun des coins de son loft. A force de penser à des trucs de ce genre-là, mon mini moi commençait à être de plus en plus présent et il faudrait peut-être que je me calme, mais je n’en étais pas capable. Cette nana était un appel à la luxure, il n’y avait pas à dire. Elle m’attirait énormément. Peut-être même plus que d’autres. A cause de son innocence dans chacun de ses mots ? Ouais, c’était fort probable. Au bout d’une minute ou deux, Willow revint avec un plateau et toute habillée. J’étais légèrement déçu pour le coup. Mais peut-être qu’elle voulait que je lui en étale moi-même ? Ca pouvait se faire aussi. Cependant, quand je vis le contenu du plateau, je fronçais légèrement les sourcils. Qu’est-ce qu’elle voulait que je fasse avec les chips et le reste ? Je la laissais me prendre la main tandis qu’elle m’entrainait sur son canapé.

Je venais d’avoir une profonde révélation sur Willow. Et honnêtement, j’étais frustré ! Comment une fille comme elle pouvait faire des sous-entendus pareils sans avoir une once de perversité dans la tête ? Avec toutes les suggestions qu’elle m’avait faite, je me rendais compte qu’elle m’avait invité à bouffer de la glace. Bon ok, Adam, respire ! Peut-être qu’elle attend de voir comment t’es avant de te proposer à faire du sport de chambre. Ouais, peut-être ! J’étais totalement perdu dans mes pensées que je l’entendis à peine parler. Par contre, j’entendis parfaitement son nouveau gémissement quand elle fourra sa cuillère de glace dans la bouche. Et bien évidemment mon mini Adam avait décidé de continuer à se manifester. Quelque chose me disait qu’il n’allait pas être satisfait tout de suite celui-là… J’avais le droit de gueule ma frustration au point de faire peur à Willow ? Je manquais de sursauter quand elle posa sa main sur mon genou. Je baissais les yeux sur sa main et je me mis à avoir une nouvelle image dans la tête : sa main remontant un peu plus haut jusqu’à ma… BREF !

- Hein ? … Ouais, désolé, j’pensais à un truc, lui répondis-je avec un léger sourire.

Je me retins de soupirer et attrapais le pot de glace à la vanille, je plantais assez rageusement ma cuillère dans la glace et en pris une cuillère que je fourrais la cuillère dans ma bouche, essayant de me refroidir un peu les idées. Mon corps avait commencé à monter en température. Il fallait que je me calme. De toute façon, même si je ne lui passais pas dessus aujourd’hui, se serait un autre jour. Ca c’était une promesse que je me faisais. Aucune fille ne me filait entre les doigts et Willow ne serait pas l’exception à la règle. Je me le refusais. Après être légèrement calmé, je repris :

- Dis-moi, tu vis avec tes parents, mais t’as jamais rêvé de prendre ton indépendance ? Vivre chez ton propre chez toi ? Ou en colocation ?

C’était un moyen pour moi de savoir si elle avait un copain ou pas. Si c’était le cas, ça ne serait pas vraiment un problème. Se ne serait pas la première fois que je me ferais une fille déjà en couple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mer 5 Fév - 20:06

A la maison, j'avais entraîné Adam avec moi. Il semblait légèrement perdu. Bon, il n'avait peut-être pas l'habitude que toutes ses clientes l'emmènent chez elle... Ca devait être ça. Je l'abandonnais quelques instants dans le salon pour disparaître dans la cuisine. J'étais partie chercher de quoi manger. Mon plateau en main, j'entrais dans le salon et vis bien le visage d'Adam. Il semblait vraiment déçu. Je baissais la tête sur mon plateau... Il était beau mon plateau !

Malgré tout, je m'approchais et posais mon plateau sur la table basse avant de prendre la main d'Adam pour l'amener avec moi sur le canapé. Affalée, les jambes repliées, je lui faisais néanmoins face. Adam n'avait pas dit un mot, en dehors de son parfum de glace qu'il préférait. Je commençais à me demander si j'avais fais quelque chose de mal... Je me penchais pour prendre mon pot et ma cuillère en m'excusant de ne lui offrir qu'un verre de jus d'orange. Je lui précisai que s'il voulait quelque chose d'alcoolisé, mes parents avaient assez de bouteilles pour ouvrir un bar... Sauf qu'Adam semblait totalement ailleurs. Je posai ma main sur sa cuisse afin de le ramener vers moi.
J'avais raison car immédiatement, Adam s'excusa. Il pensait à autre chose. Curieuse comme j'étais, et surtout heureuse d'entendre de nouveau sa voix, je lui demandais :


« Ah et tu pensais à quoi ?, lui dis-je avec un sourire. »

Je mangeais une nouvelle bouchée de glace. Adam m'imita mais... Il semblait en vouloir à la glace. Pourtant, il m'avait bien précisé vouloir de la vanille... Ah peut-être qu'il voulait des copeaux de chocolat ! Je pensais à aller lui chercher des copeaux de chocolat ou quelque chose qui pourrait accompagner sa glace lorsqu'Adam me posa une drôle de question. Il voulait savoir si je n'avais jamais pensé à prendre mon indépendance, avoir mon propre appartement... Je soupirai en me laissant aller contre le canapé. Je lui dis alors :

«
Tu sais, je vis avec mes parents et ma grande soeur mais ils sont quasiment absents. Mon père est un ancien acteur devenu présentateur télé, ma mère est agent immobilier et ma soeur passe ses journées à courir après les castings... Ils ne sont jamais chez moi donc d'une certaine façon, je l'ai déjà. Et puis, je suis très indépendante ! Je n'ai pas de petit copain qui m'oblige à l'embrasser ou à lui faire des câlins ! »


Je levais les yeux vers lui et voyais bien qu'il n'allait pas bien. Au début, Adam avait l'air très enthousiaste à l'idée de venir manger de la glace avec moi... Je baissai les yeux vers ma glace. Finalement, je n'avais plus tellement envie d'en manger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 10 Fév - 14:27

Avait-on le droit d’être jaloux de quelqu’un quand on était même pas en couple avec la personne « exploitée » ? Bien sur que oui ! Je n’étais pas en couple avec Willow et je ne comptais pas du tout l’être, mais cela ne changeait absolument rien au fait que la demoiselle était à moi tant que je ne serais pas pleinement satisfait ! C’était moi qui l’avais vu en premier donc tant que je n’avais pas décidé que j’en avais fini avec elle, je n’autoriserai personne à poser ses mains sur elle. Pas même ce type dans le hall de son immeuble. Enfin, moi qui croyais que cette histoire allait être très vite réglée dans le sens où elle m’avait emmené dans son appartement pour qu’on passe directement par la case sport, mais apparemment, j’étais le seul à avoir un esprit déplacé… Quoi qu’elle ne pouvait pas être aussi innocente que ça avec tous les sous-entendus qu’elle m’avait faits depuis que j’étais arrivé dans son parking !

Petit à petit, je me demandais si elle était aussi perverse qu’elle le laissait montrer… J’étais entrain d’envisager les choses sous un autre angle pendant qu’elle me parlait de je-ne-sais-trop-quoi. Ouais, je n’écoutais plus. Peut-être me parlait-elle de jus d’orange ou un truc comme ça. Enfin, on s’en foutait. Qu’elle m’ait invité ici pour qu’on fasse du sport à deux ou juste pour bouffer une stupide glace, Willow était sur ma ligne de mire et tant que je n’aurais pas obtenu satisfaction, il était hors de question que j’abandonne ou que quelqu’un d’autre la touche. Elle allait devenir, en quelque sorte, ma propriété. Pour un temps, pas plus ! Après le reste… Et bah elle pourrait se faire tous les mecs qu’elle voulait, je n’en aurais absolument rien à faire. La demoiselle me ramena à la réalité en touchant ma cuisse tout en me demandant si j’étais toujours avec elle. Question qu’elle prononça par simple politesse puisqu’elle s’était rendue compte que je n’étais vraiment pas avec elle.

Bien sur, comme un abruti, je lui avais répondu que j’étais simplement entrain de penser à un truc, et bien évidemment, elle voulut savoir à quoi. Voilà, c’était bien fait pour moi ! Maintenant, je n’avais plus qu’à réfléchir sur ce que j’allais bien pouvoir lui sortir comme excuse. Adam, t’es le roi des crétins !

- Euh… Rien de bien intéressant, répondis-je. Des trucs et d’autres !

Quoi ? Je n’allais tout de même pas lui répondre que j’étais entrain de nous imaginer entrain de faire des folies de nos corps, non ? Elle allait flipper et appeler les flics. Et je pourrais dire adieu à mon boulot ! Sérieux, faire de la mécanique, c’était le seul truc que je savais faire, donc il était hors de question que je perde mon emploi. Du coup, pour bien faire, j’attrapais le pot de glace à la vanille et plantais assez rageusement ma cuillère dans la glace. D’accord, la glace n’y pouvait rien, mais c’était quand même rageant cette prise de conscience ! J’essayais de me calmer en lui demandant pourquoi elle vivait toujours chez ses parents plutôt que dans son propre chez elle. Cette fois-ci, j’écoutais sa petite explications et à la fin, elle tomba dans le panneau : elle n’avait pas de petit ami. BINGO ! Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres.

Bon, elle aurait très bien pu avoir un petit ami que ça ne changerait absolument rien. J’avais déjà eu affaire à des nanas en couple et franchement, qu’elles soient mariées ou fiancée ou totalement amoureuse, ça ne m’avait jamais freiné. Et elles non plus d’ailleurs car aucune ne m’avait dit « non » assez longtemps pour que j’abandonne. Oh mais non, attendez… je n’abandonnais jamais !

- Quoi ? Tu n’aimes ni les bisous, ni les câlins ? demandais-je en souriant.

Allons bon, une frigide ! Là, c’était du défi ! Ce serait bien la première fois que j’aurais affaire à une frigide. Hé, ce serait l’occasion de prouver à tout le monde que j’étais le meilleur dans ce domaine ! Ce n’était pas tout le monde qui pouvait faire grimper aux rideaux une nana frigide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 10 Mar - 21:01

Je ne comprenais pas du tout la réaction d'Adam. Avant que l'on arrive à la maison, il s'était montré impatient et une fois sur le canapé, il semblait comme perdu dans ses pensées et parfois, en colère... A croire que la glace lui avait dit une insulte particulièrement grossière... Pourtant, elles étaient bonnes mes glaces ! Je le sentais parti très loin de moi, alors, avant de ne le perdre totalement, je posai ma main sur son genou en lui demandant s'il allait bien. Sortant des méandres de son esprit, Adam me répondit que tout allait bien et qu'il pensait. Bah oui, je voulais savoir à quoi mais je n'obtins pas une véritable réponse. Je fis une moue boudeuse. Comment ça Adam me donnait une réponse aussi évasive ? Je retirai ma main de son genou.

Je m'étais lancée dans une explication sur mes relations. J'étais presque seule et abandonnée. La seule personne qui était réellement présente dans ma vie était Daphné, ma meilleure amie. C'était la seule que je voyais chaque jour, à qui je racontais chaque moment de ma vie. Par exemple, ma rencontre avec ce garagiste très gentil mais très lunatique serait mon sujet principal de conversation avec ma meilleure amie.

Après mon petit discours, Adam me demanda avec un air amusé si je n'aimais pas les bisous et les câlins. Je fronçais les sourcils en réfléchissant... Puis, je finis par rougir. Je n'avais jamais eu de petit ami. Non pas que je n'attirais pas... Non, en réalité, je n'avais jamais eu vraiment envie. Je savais que j'étais hétérosexuelle, mais je n'avais jamais rencontré un homme qui me donne envie d'essayer d'avoir une relation. Jouant avec ma glace et ma cuillère, je murmurai alors :

« Je ne sais pas... Je n'ai jamais eu de petit ami, je n'ai jamais su ce que ça faisait... »


Je n'étais pas du genre timide mais sur ce coup, je me sentais assez gênée. Mes parents et surtout ma grande soeur me charriaient souvent sur le fait que je n'avais jamais eu de petit ami... A croire que c'était une obligation d'avoir un petit ami. Daphné m'avait dit que non et que j'en aurais un le moment venu, quand je me sentirais prête. Pourtant, parfois, je me sentais comme une fille bizarre, pas comme les autres. Je posai mon pot sur la table basse et me mis à me faire des nattes avec mes cheveux. Je n'osais même plus regarder Adam... Je m'attendais déjà à l'entendre rire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Dim 16 Mar - 20:33

Je ne pouvais décidemment pas lui dire ce que j’étais entrain de penser. Surtout que ça la concernait et franchement, mes pensées, envers elle, étaient très loin d’être pures. Au contraire ! Elle flipperait à coup sur ! Comment je le savais ? Hé ! Comme si je l’avais faite ! Je ne la connaissais que depuis même pas une heure et à tous les coups, j’étais certain que si je lui disais que quand elle m’avait parlé de glace, ce n’était pas de manger de la glace dans un pot ce dont j’avais pensé, elle allait me prendre pour un violeur. Chose que je n’étais pas ! Je ne prenais que des filles totalement consentantes. Bon, certaines, il fallait les convaincre un peu plus que les autres, mais je savais me montrer convainquant au final et elles en redemandaient toujours plus. Parfois beaucoup plus, chose que je ne pouvais pas leur donner.

Du coup, quand elle me demanda ce que j’avais, je lui sortis la première réponse qui me vint à l’esprit « des choses et d’autres ». Le truc sans importance. Je me doutais que ce n’était pas la réponse qu’elle attendait. Et cela se confirma quand je vis une mine boudeuse se dessiner sur sa jolie frimousse. Je lui offris un sourire désolé. Non, décidemment, je ne pouvais pas lui répondre honnêtement. Pas envie de finir en taule. Surtout que je n’avais encore rien fait, ni rien tenté. Même mon entre-jambe avait commencé à ‘dégonfler’ légèrement. Mais il faudrait quand même que je gère ce petit souci également parce que sinon, j’allais être grognon jusqu’à ce que je puisse satisfaire cette petite envie. N’importe quelle fille ferait l’affaire, mais il me faudrait Willow à un moment ou un autre.

En lui posant une petite question innocente sur le fait qu’elle vivait toujours chez ses parents et si elle ne souhaitait pas prendre son indépendance, j’espérais qu’elle m’informe sur son statut actuel et elle était tombée dans le panneau. Je faillis avoir un sourire victorieux quand elle me dit qu’elle n’avait actuellement pas de petit copain. Par contre, je tiquais quand elle me parla de bisous et de câlins fait par la « contrainte ». Et merde, une frigide ! Enfin, une frigide, ça pouvait représenter un vrai défi parce que si j’arrivais à la faire aimer tout ça, alors là, tout le monde saurait qu’Adam James Salvatore était le meilleur coup de monde et j’aurais toutes les filles que je voudrais ! Oh ouais ! Le pied ! Sauf les blondes… Je n’aimais pas spécialement les blondes. Elles pouvaient se teindre les cheveux, elles ne pouvaient pas tout teindre non plus.

Mais avant de me lancer dans la conclusion hâtive qu’elle était réellement frigide, je lui demandais si elle n’aimait réellement pas ça. Cette fois-ci, je lui posais la question en souriant. Là, je la vis froncer les sourcils puis réfléchir. Quoi ? Ma question n’était pas si dure que ça, n’est-ce pas. Et finalement, elle se mit à rougir. Oh, oh, oh ! Très intéressant ! J’allais enfin en savoir plus. Je lui prêtais une très grande attention, attendant qu’elle me dise enfin pourquoi elle rougissait et la réponse à ma question qui arriva quelques secondes après. Cette fois-ci, c’était à moi de froncer les sourcils. Comment ça, elle ne savait pas ? Puis quand elle m’annonça qu’elle n’avait jamais eu de petit ami, j’écarquillais les yeux. Une vierge ! Oh bordel ! Vierge de toutes les manières ! Pas de premier baiser, pas de première fois en bas. Que dalle ! UNE VIERGE !!!

- Mon dieu, ça existe encore, ça ?! m’étonnais-je à haute voix.

Et quand je captais que j’avais parlé à voix haute, j’espérais qu’elle n’allait pas m’en vouloir. Je posais ma glace sur le plateau qu’elle avait posé sur la table basse et m’installais un peu plus au fond du canapé tout en me tournant légèrement vers Willow pour mieux la regarder. Je posais mon bras sur le haut du canapé et demandais de façon innocente :

- Et tu ne te sens pas curieuse ? Je ne sais pas moi, de savoir ce que ça fait d’être embrassée et tout ? Personnellement, ça m’intéresserait de savoir ce que ça fait.

Voilà comment demander de façon innocente l’autorisation de l’embrasser. Oh faite qu’elle dise oui et surtout qu’elle veuille savoir ! Parce que sinon, elle me mettrait un vent magistral et ce, sans le savoir en plus de ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 15 Avr - 13:36

J'étais de nature curieuse. Alors lorsque je vis qu'Adam gardait le silence, je me sentis frustrée. J'ouvris la bouche dans l'intention d'insister mais je la refermais. A quoi bon ? S'il ne voulait rien me dire... Je le sentais bien qu'il ne me dirait pas ce qui lui trottait dans la tête. Sa réponse n'était pas à la hauteur de mes attentes... Forcément, il le vit sur mon visage. J'étais du genre expressive. Parfois, tout se lisait sur mon visage, je n'avais pas besoin de parler... Adam me fit un sourire désolé. Finalement, mon visage abandonna cette moue boudeuse que j'avais adopté.

Adam me posait des questions sur ma vie personnelle. C'était un sujet très sensible pour moi... Tout simplement parce que j'étais vierge... Et pas seulement sexuellement parlant. Je l'étais tout court. Je n'avais jamais eu de petit ami. Contrairement à ma soeur ainée, je n'étais pas du genre à attirer l'attention sur moi, à regarder les garçons etc... Non, moi j'étais plutôt du genre à m'amuser avec mes amis, à étudier... Sauf que plus je grandissais et plus les hommes m'effrayaient. Je n'avais pas l'habitude d'être avec eux, de les séduire... A présent, je voyais à quel point j'étais différente. Adam s'étonna avec tant d'ardeur que j'attrapais un coussin et enfouis ma tête dedans dans l'espoir de disparaître dedans... Je n'osais pas lui répondre. Qu'est que j'aurais pût lui dire ?
Je sentis Adam bouger. Je baissais un peu mon coussin et vit qu'il s'était tourné vers moi, le bras sur le haut du canapé. Forcément, il devait me voir comme une bête de foire...

Evidemment, il me posait des questions pour savoir si je n'étais pas curieuse de savoir ce que ça faisait de se faire embrasser etc. Je baissais le coussin. Je fronçais les sourcils en réfléchissant à la réponse que j'allais donner à Adam. Bien sûr que si je voulais savoir ce que ça faisait... J'avais d'ailleurs posé la question à Daphné, ma meilleure amie. Elle sortait avec Jackson, l'un des playboys de l'université alors question bisous, elle devait être servie... Sauf qu'elle n'avait pas réussi à m'expliquer la sensation... En dehors du fait que ça faisait comme des papillons dans le ventre... Je me demandais d'ailleurs comment elle faisait pour savoir la sensation que faisait des papillons dans le ventre... Peut-être qu'elle en avait déjà mangé... Enfin bref. Je finis par lui répondre :


« Si bien sûr que je suis curieuse mais bon... Ca n'existe pas les garçons tests, dis-je en riant doucement. Et puis, je ne sais pas embrasser, je ne veux pas me ridiculiser...»

Sauf qu'avec ce raisonnement, je risquais de ne jamais embrasser personne mais bon... Ce n'était pas bien grave... Enfin peut-être que si...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 15 Avr - 19:07

Une vierge. Une vierge de tout. C’était sans aucun doute la première fois de ma vie que j’en voyais une. Outre les filles à l’école primaire, bien évidemment. De nos jours, je pensais que toutes les filles avaient embrassé au moins une fois un garçon ou une fille. Mais apparemment, Willow faisait exception à la règle. Je la vis attraper son coussin pour enfouir son visage dedans. Pourquoi faisait-elle ça ? Pour cacher son embarras ? Honnêtement, moi, je trouvais ça cool ! Pourquoi ? Parce que je comptais bien remplir mon objectif ! Si je pouvais être le premier à l’embrasser, alors je serais le premier à lui passer dessus ! CQFD ! Héhé ! C’est qu’il y en avait dans ma p’tite tête de mécano ! Enfin bon, pendant qu’elle avait sa p’tite tête brune au fin fond de son coussin, je me tournais un peu plus vers elle et posais mon bras sur le haut du canapé pour mieux la regarder.

Dans mon regard, on pouvait voir une lueur amusée. Non mais sérieusement, cette fille devait être le dernier spécimen de son espèce ! Même les nonnes avaient embrassé au moins une fois un homme ! D’ailleurs, leur expérience s’était tellement mal déroulée que du coup, elles s’en étaient remises à dieu. Mais il n’y avait pas de raison que Willow aille se convertir après qu’elle ait vécu ses expériences avec moi parce que dans mon genre, j’étais le meilleur dans le domaine ! Je lui demandais si elle n’était pas curieuse de connaître la sensation que procurait un baiser, et le reste quoi. Mais commençons doucement. Je n’avais pas envie de l’effrayer non plus. Ce n’était pas le but de la manœuvre. Je la vis baisser son coussin et réfléchir à ma question. J’attendais donc tranquillement qu’elle trouve une réponse à me fournir.

Bon, sérieusement, elle avait quoi ? Une vingtaine d’année ? Elle devait bien se sentir curieuse, avoir des envies etc… Il arrivait bien un moment ou un autre où les hormones travaillaient et réveillaient des désirs. Comment avait-elle fait pour survivre jusque là ? Personnellement, quand j’avais ce genre de besoin, je ne pouvais pas rester sage très longtemps. Quoi que là, même si elle avait su réveiller mes instincts les plus primaires, je pouvais attendre encore un peu. Il n’y avait pas qu’un seul poisson dans l’océan. Mais cette fille, je l’aurais et ce, avant tout le monde ! Finalement, elle me répondit qu’elle était curieuse, mais que le problème était son manque d’expérience. J’arquai un sourcil et répliquais :

- Il n’y a qu’en forgeant qu’on devient forgeron !

Encore un dicton que j’avais entendu à l’orphelinat ! Enfin bref, on s’en foutait ! Je réfléchissais une dizaine de secondes à ce que Willow venait de me dire et enfin, une idée se fit dans mon cerveau. Aujourd’hui, il semblerait que j’avais une poussée d’inspiration !

- Moi je veux bien être ton garçon test ! clamais-je. Je suis sérieux ! Ca peut vraiment pas être pire que ce que j’ai déjà vu, crois moi !

Bon, jusqu’à présent, aucune fille que j’avais embrassé ne bavait de trop , donc sérieusement, je n’avais pas eu de mauvaises expériences à proprement parlé. Mais comment voulez-vous que je la convaincs si je lui disais que je n’avais jamais embrassé de fille sans expérience ? Il fallait se la jouer subtile ! Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres et je tendis une main vers elle. Elle alla se poser sur sa joue et doucement, avec mon pouce, j’allais caresser sa lèvre inférieure avant de lâcher.

- Et avec une bouche comme la tienne, je suis sur que tu te débrouilleras bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Jeu 19 Juin - 20:03

J'étais rouge. Rouge tomate... Ou peut-être poivron. Non sûrement piment parce que le piment a une couleur plus vive que les poivrons et les tomates. J'essayais de cacher mes rougeurs en enfouissant mon visage dans un coussin. Je savais bien que j'étais bizarre... Je n'avais jamais de petit ami. Je n'en avais jamais ressenti le besoin. Aujourd'hui encore, je ne le ressentais pas, même si, j'étais curieuse de savoir ce que les filles trouvaient aux garçons. Je ne savais pas ce que l'on ressentais lorsqu'on embrassait un garçon, lorsqu'il faisait un câlin... Et en voyant le choc d'Adam, je venais à vraiment me demander quel effet un garçon pouvait procurer à une fille.
Lorsqu'Adam me demanda si je n'étais pas curieuse, je lui fis part de mes pensées et de ma peur de mal faire. On dit que le ridicule ne tue mais quand même, ce n'est pas toujours drôle de se ridiculiser. Adam me dit alors un proverbe de forgeron... Je ne voyais pas le rapport entre embrasser un garçon et forger... À moins qu'on ait besoin d'un forgeron... Avant que je n'ai eu le temps de lui demander pourquoi aurions-nous besoin d'un forgeron, Adam se porta volontaire pour être mon garçon test. Je le regardais avec une lueur d'espoir dans les yeux. Mais rapidement, le doute s'installa et je lui demandais

« Mais pourquoi tu m'aiderais ? Tu vas pas te moquer hein ? »

Oui, j'étais inquiète. Je ne voulais pas paraître ridicule. Mais vraiment pas. Adam posa sa main sur ma joue et caressa ma lèvre. Je sentis que mes joues rougirent encore. S'il laissait sa main sur ma joue, je risquais de le brûler ! Je n'osais pas le regarder. Il semblait persuadé que j'embrassais bien... Alors que je ne l'avais encore jamais fais !

« Alors, tu veux bien être mon garçon test... Bon eh bien allons-y... »

Mon cœur cognait contre ma poitrine. De plus en plus fort. Je n'étais pas du tout en confiance. Je n'y connaissais rien en baiser.. Bon je savais que les gens fermaient les yeux... Dans les films en tout cas, ils le font. Du coup, je me disais que je devais sûrement le faire.
Je fermais donc les yeux en espérant ne pas faire de bêtise. Lorsque je sentis les lèvres d'Adam sur les miennes, je me laissais soudain aller. Et je sentis quelque chose de bizarre dans le ventre... Ça devait être les papillons de Daphné. Sans réfléchir, je me rapprochais d'Adam. En fait, je ne réfléchissais plus, je cédais aux envies de mon corps. Et la, ils avait décidé que je devais me rapprocher d'Adam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 1 Juil - 10:08

Tout vient à point à qui sait attendre. C’était ce que disait le dicton. Sauf que la patiente et moi, nous n’étions pas des amis. Nous étions même plutôt ennemis étant donné le nombre de fois où j’avais pété un câble parce que quelque chose n’arrivait pas assez vite à mon gout. Mais avec Willow, j’allais devoir faire preuve de patience et je sentais bien que ça n’allait pas être facile tous les jours ! J’avais affaire à une vierge. A une vraie vierge ! La fille qui non seulement n’avait jamais couché avec personne, mais en plus de ça, elle n’avait jamais embrassé personne. C’était donc tout naturellement que je lui avais proposé d’être son garçon test afin qu’elle s’y essaye. Au fond de moi, j’espérais qu’elle aimerait tellement ça qu’elle en demanderait plus jusqu’à arriver à l’objectif voulu. Mes propositions la mettaient un peu mal à l’aise, je le voyais bien. Elle était toute rouge.

Néanmoins, une lueur de victoire brillait dans mon regard parce qu’avec toutes mes propositions, je savais que Willow se sentait curieuse et c’était exactement ce que je voulais. Du coup, je fis tourner ma proposition comme un but purement lucratif et bénéfique pour elle, pour le jour où elle aurait un petit copain. Des conneries ! Willow me posa une petite colle en me demandant pourquoi je l’aiderai. Ce qu’elle ne savait pas encore, c’était que je ne faisais jamais les choses pour rien. Si je faisais tout ça, c’était pour moi hein ? Mais si jamais mes initiatives la menaient vers un autre type… Il allait falloir que je la surveille ! Il était hors de question qu’un gars prenne ma place. C’était moi qui préparais le terrain pour mon compte personnel, pas pour celui d’un autre ! Non mais !

- Pourquoi je t’aiderai ? Parce que je me sens d’humeur généreuse et au moins, j’aurais l’impression de ne pas être venu pour rien dans cette histoire de voiture, répondis-je avec un demi-sourire. Et puis, non, je ne me moquerai pas, c’est promis.

Une fille que je pourrais moi-même façonner ne pourrait être que parfaite au final. Elle n’y connaissait rien donc c’était plus facile que lorsqu’on avait affaire à une femme qui en avait déjà vu quelques unes et qui savait déjà ce qu’elle acceptait de faire ou pas. Le plus tendrement possible, je posais ma main sur sa joue et caressais sa lèvre inférieure avec mon pouce. Ses joues devinrent encore plus rouges et elle fuyait mon regard. C’était bien dommage ! Je lui certifiais qu’elle se débrouillerait bien parce qu’elle avait LA bouche qu’il fallait. Hé ! Quand on voyait comment elle léchait une sucette, c’était difficile d’imaginer que se serait catastrophique avec autre chose ! Lorsqu’elle accepta ma proposition d’être son garçon test, un sourire victorieux se dessina sur mes lèvres, mais je le fis disparaître tout aussitôt avant qu’elle ne s’en rende compte. Après tout, elle aurait pu suspecter quelque chose.

Je l’observais pendant quelques instants. Elle n’avait pas l’air bien dans ses chaussettes ! Nerveuse le p’tit cœur ? Possible ! Un gars plus ou moins normal lui aurait proposé de tester une autre fois, si ça n’allait pas, mais je n’avais pas fait tout ce chemin-là pour reculer maintenant ! Ah ça non ! J’avais obtenu ce que je voulais et quand Adam obtenait, Adam prenait ! C’était aussi simple que ça ! Lentement, j’approchais mon visage du sien, la main toujours posée sur sa joue pour éviter qu’elle ne se dérobe. J’aurais l’air d’un con si je me mettais à embrasser le vent ! Puis, on ne me faisait pas ça à moi ! Néanmoins, je surveillais tout de même chacune de ses réactions et la vis fermer les yeux. Un léger sourire se peignit sur mes lèvres et je franchis l’espace qui nous séparait encore. Mes lèvres vinrent se poser sur les siennes.

Willow avait les lèvres encore plus douces que ce que j’avais pu constater lorsque je lui avais caressé du pouce. J’opérais plus ou moins seul pendant quelques secondes jusqu’à ce qu’enfin, elle se laisse aller et ne me rende réellement mon baiser. Ma main quitta sa joue pour lui attraper le menton tandis que je la sentais se rapprocher de moi. Oh oh ! Allais-je obtenir ce que je voulais beaucoup plus rapidement que prévu ? Mini-Adam semblait plus que content à cette perspective ! Très content même ! Mon autre main vint se poser dans son dos avant de descendre lentement dans le creux de ses reins afin de la rapprocher un peu plus. Elle ne sembla pas hostile à ce geste si bien que je franchis une énorme étape en l’attrapant afin de la faire venir s’installer sur moi, à califourchon. Mes mains se posèrent sur ses hanches afin de la maintenir là où elle était et lentement, je libérais ses lèvres.

- J’avais raison, tu ne te débrouilles pas si mal, fis-je en déposant un baiser sur sa joue. Alors, cette première impression ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Lun 14 Juil - 14:05

J'étais curieuse. Par exemple, cette histoire de papillons dans le ventre me trottinait dans la tête. Adam avait-il mangé des papillons qu'il allait me donner ? Je n'y comprenais absolument rien… Et comme je détestais rester sans réponse, je savais que j'allais accepter l'aide d'Adam mais avant ça, je voulais tout de même savoir pourquoi il voulait autant m'aider. Après tout, pourquoi perdre son temps avec une débutante comme moi ? Les femmes plus expérimentées devaient être à ses pieds… Il m'expliqua être d'humeur généreuse et puis ainsi, d'une certaine façon, il n'aurait pas fais le déplacement pour rien. Je hochais la tête sans rien dire. C'est vrai que je l'avais fais venir un peu pour rien…

Adam caressait ma lèvre avec son pouce. Je n'avais jamais été aussi proche d'un garçon alors forcément, mes joues rougirent et je détournais mon regard. Les coussins captivaient soudainement toute mon attention. Adam m'affirma que je me débrouillerais bien. Qu'est qu'il en savait d'abord ? Si ça se trouve, il était voyant ! Il ne me laissa réfléchir à cette possibilité que je le vis s'avancer vers moi. J'avais vu dans les films que les gens fermaient les yeux quand ils s'embrassaient donc je fis de même. Je sentis les lèvres d'Adam se poser sur les miennes. Au début, je me sentis perdue mais mon corps prit les commandes, laissant mon cerveau loin derrière.

Je rendis à Adam son baiser, tandis que je sentais sa main me rapprocher de lui. Je le laissais faire. La sensation bizarre dans mon ventre se changea en une douce chaleur qui m'envahissait. Soudain, Adam me prit et me mit à califourchon sur lui. Je posai mes mains sur son torse et put constater qu'il était musclé. Mon coeur cognait contre ma poitrine et cette sensation de chaleur qui augmentait. Alors que j'y prenais vraiment goût, Adam s'éloigna doucement de moi… Je le laissai faire en me mordant doucement la lèvre inférieure. Adam me rassura alors, je m'étais bien débrouillée. Il m'embrassa la joue et je lui souris tandis qu'il me demandait ce que j'en avais pensé.

« C'était bien… j'aime bien en fait… on peut recommencer ? », demandai-je timidement.

Je me penchais alors vers le visage d'Adam et posai mes lèvres sur les siennes. J'adorais en fait les sensations qui m'envahissaient. C'était doux, nouveau et grisant. Je me rapprochais de lui, les mains sur son torse lorsque je sentis une bosse. Rouvrant les yeux et m'écartant brusquement, je lui demandais :

« Ca va, je ne t'ai pas fais mal ? Tu veux que j'appelle un médecin ? »

Prudemment, je me relevais et constatai qu'il avait une grosse bosse juste entre les jambes. Je devais être trop lourde ! Je lui avais fais mal mais il ne semblait pas s'en inquiéter. Je me dirigeai vers le téléphone fixé au mur prête à appeler les secours… Oh mon Dieu, j'allais finir en prison !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 63
♈ Friandises : 47
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Queens

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Mar 22 Juil - 20:23

Proposer à Willow d’être son garçon test était vraiment une idée de génie. Je m’étonnais même que cette idée soit sortie de mon cerveau. Comme quoi, je n’étais pas si mauvais que ça ! En même temps, j’étais de ceux qui étaient déterminés à tout faire quand ils souhaitaient quelque chose et je voulais vraiment cette jeune femme. Elle était vierge de tout et c’était la première fois que j’avais affaire à une fille qui n’avait jamais embrassé personne. Au fur et à mesure que je passais du temps avec elle, je sentais ma convoitise pour elle augmenter au fur et à mesure et petit à petit, je souhaitais devenir son premier pour absolument tout. Avoir affaire à une vierge de toute chose avait un avantage non négligeable, je pouvais la façonner pour mes envies et mes désirs. C’était une idée franchement excitante !

Je n’avais pas pu m’empêcher de caresser ses lèvres de mon pouce lorsqu’elle accepta que je sois son garçon test. Surtout que je lui assurais qu’elle se débrouillerait très bien. Et puis j’ajoutais que j’étais d’humeur généreuse et que c’était une façon de rendre mon déplacement moins inutile. Je n’avais pas pu faire grand-chose pour sa voiture étant donné qu’elle avait simplement bloqué le volant la dernière fois qu’elle l’avait utilisé. La voyant tout gênée, je ne pus m’empêcher d’être subitement attiré par ses belles lèvres rouges. Lentement, j’approchais mon visage du sien afin de l’embrasser. Néanmoins, j’y allais tranquillement, si jamais elle ne voulait pas ou plus. Mais en la voyant fermer ses paupières, je sus que j’eus son feu vert et posais mes lèvres contre les siennes.

Au départ, je la sentis un peu figée, inactive, mais très rapidement, il semblerait que son instinct ait pris le dessus et elle me rendit mon baiser. Je la sentis se rapprocher de moi et un sentiment de victoire s’empara de moi presque instantanément. Peut-être allais-je avoir ce que je souhaitais avant l’heure ? Rien qu’à cette perspective, je ne pus empêcher mon corps de réagir et je me sentis commencer à durcir pile à l’endroit qui faisait de moi un homme. Posant ma main dans le creux de ses reins, j’attirais Willow un peu plus vers moi pour l’installer à califourchon sur mes jambes. Posant mes mains sur ses hanches, je la sentis poser les siennes sur mon torse. Cela contribua à me faire réagir un peu plus fortement. Je sentis la chaleur typique de l’excitation m’envahir. Avant que cela n’aille plus en avant, je libérais les lèvres de Willow.

Ce n’était pas l’envie qui me manquait de continuer à l’embrasser parce qu’elle avait des lèvres agréables à embrasser, mais si elle continuait de me chauffer comme ça, j’allais finir par l’allonger de ce canapé pour lui retirer ses vêtements et la faire mienne beaucoup plus rapidement que prévu. Je repris la parole en lui assurant qu’elle se débrouillait plutôt bien. Après avoir déposé un dernier baiser sur sa joue, je lui demandais ses impressions. Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’elle me demanda si on pouvait recommencer. Je hochais la tête et aussitôt, je la vis se pencher vers moi pour poser à nouveau sa bouche sur la mienne. Je recommençais à l’embrasser et alors qu’elle se rapprochait un peu plus de moi, je la sentis s’écarter aussitôt de moi si bien que j’écarquillais un peu les yeux, ne comprenant pas du tout pourquoi elle s’écartait d’un coup !

Je la vis baisser les yeux et automatiquement, je fis de même sans vraiment comprendre pourquoi elle regardait en bas. Puis je vis la bosse qui déformait mon jean. Ah bah ouais ! Ca faisait ça quand quelqu’un me faisait de l’effet et Willow m’en faisait énormément ! C’était des choses que je ne pouvais pas vraiment contrôlé. J’affichais un air surpris quand elle me demanda si je voulais qu’elle appelle un médecin. Je mis quelques secondes avant de comprendre pourquoi elle voulait téléphoner à un toubib. Ces quelques secondes lui permirent d’aller prendre son téléphone, mais je me levais précipitamment pour lui retirer le téléphone des mains et le raccrocher.

- Non !  Ce ne sera pas nécessaire ! Mais alors vraiment pas ! fis-je aussitôt.

Si elle expliquait mon problème au médecin, allez savoir ce qu’il allait penser. Soit il la prendrait pour une idiote alors qu’elle était simplement innocente, soit il croirait que je voulais la violet et auquel cas, ça ne sentait vraiment pas bon pour moi ! Allez expliquer ça après ! Offrant un sourire qui se voulait rassurant envers Willow, je ne résistais pas à l’attirer vers moi pour serrer son corps contre le mien.

- Te tracasses pas, c’est on ne peut plus normal, soufflais-je à son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 58
♈ Friandises : 56
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : manhattan

MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   Ven 8 Aoû - 17:35

Même si son idée m'avait beaucoup plût et que j'en redemandais, je me sentais un peu mal pour lui. Après tout, je l'utilisais. Oui, il m'avait donné mon premier baiser et j'en étais contente mais n'était-ce pas mal de se servir des gens ? Soudain, une vague de culpabilité m'envahit. Je n'aurais peut-être pas dû accepter son idée de garçon test. Malgré ça, lorsque je lui demandais si l'on pouvait recommencer, Adam accepta, preuve que je n'avais pas à me sentir mal... Si ?

J'avais posé mes mains sur le torse du jeune homme avant de poser mes lèvres sur les siennes. Cette nouvelle sensation de papillons dans le ventre m'envahit. C'était vraiment un drôle d'effet mais j'adorais la sensation. Sûrement parce que c'était tout nouveau pour moi. Jamais encore je n'avais été aussi proche d'un garçon. Encore moins d'un parfait inconnu car c'était un peu ce qu'il était, non ? Un homme que je venais à peine de rencontré et à qui j'avais ouvert ma porte et à qui je racontais ma vie... Ce n'était pas comme ça que commençait les films d'horreur ? Bizarrement, je n'avais pas peur d'Adam...
Assise sur ses genoux, je n'éprouvais ni peur, ni doute. J'étais très bien. Si bien, que j'avais pris en quelque sorte les commandes. Sauf qu'un élément vint noircir mon joli tableau aux couleurs printanières. Je sentis une chose bizarre juste devant moi. Je m'écartai brusquement et découvris une bosse assez grosse pour que je l'aperçoive tendre son pantalon. Les mains sur la bouche, je m'inquiétais. C'est moi qui lui avait fais ça ? Avait-il mal ? Je me voyais déjà en prison pour avoir blessé un homme innocent. Je proposai à Adam d'appeler un médecin mais il refusa, même, il raccrocha le téléphone. Je n'étais pas rassurée. Ca avait l'air sérieux... Je regardais Adam toujours inquiète. Il tenta de me rassurer d'un sourire mais je fronçais les sourcils.

« Tu es sûr ? Tu n'as pas mal ? », demandai-je timidement.

Je croisais les bras sur ma poitrine et observais Adam d'un air songeur. C'était impossible qu'il n'ait pas mal... En tout cas, moi j'avais mal pour lui ! Adam m'attira contre lui. Je me laissai faire en me laissant aller. Je fermai les yeux, la tête contre son torse. Il murmura à mon oreille que ce n'était rien et bizarrement, cette fois, je le croyais. C'était de l'hypnose, un tour de magie, j'en étais sûre et certaine. Il n'y avait pas d'autres explications pour que je change aussi facilement d'avis. J'enfouis alors mon nez dans son t-shirt qui sentait plutôt bon. Une odeur de parfum d'homme. Mais j'aimais bien. Moi qui était persuadée que tous les garçons sentaient mauvais comme Papa quand il sortait de la salle de sport sans prendre de douche...
Lentement, je levais la tête pour regarder Adam. Il était vraiment beau avec ses petits yeux bleus. Et sans demander, sans attendre, je me hissai sur la pointe des pieds pour l'embrasser. J'en voulais encore et toujours plus. Je n'arrivais pas à m'expliquer cette envie qui me prenait. Ca devait être pour ça que Daphné et Jackson passaient leur temps à se bécoter... C'était trop bien. Si je pouvais, j'aurais séquestré Adam... L'idée devint de plus en plus séduisante dans mon esprit si bien que...

« Dis, si tu disparaissais, quelqu'un te chercherait ? »

Oui, je pensais sérieusement à le garder enfermé chez moi. Je le garderais dans une chambre d'amis avec tout ce qu'il aime... Un peu comme un hamster. Sauf que je viendrais souvent pour qu'on s'embrasse pendant des heures. L'idée était plus que séduisante... Bon ok, je n'allais peut-être pas le faire... Enfin, il fallait que j'en parle à Daphné pour savoir si c'était une bonne idée ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu répares ma voiture hein ? ( Adam )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Voiture de Djakout-Mizik impliqué dans un autre accident de la circulation
» Qui a tiré sur la voiture du président Préval ?
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» Tu fais quoi la! hein!!!
» I'm PERFECT. [Adam Carter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Manhattan :: Upper East Side :: Appartement des Duchannes-