Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Jeu 19 Sep - 21:37

Cette journée était celle de l'anniversaire de Daphné. Ayant eu cours toute la journée, je n'avais pas pût lui organiser une sortie mais j'avais prévu le coup pour ce soir. Tout au long de la journée, je n'avais cessais de lui montrer que je n'avais pas oublié son anniversaire. C'était simple : l'attendre près de son casier et lui souhaiter un bon anniversaire, lui rappeler qu'elle était la reine de cette journée, bref, je voulais la faire sourire.
D'ailleurs, je remarquais le changement à l'université. Tous savaient qu'une guerre avait éclaté entre moi et Daphné et soudain... On était rentré main dans la main, en amoureux. J'osais même l'embrasser, contrairement à ce que l'on aurait pût penser. Autant le dire, je voulais que notre relation soit officielle. Je voulais que Daphné sache que je tenais vraiment à elle et que je ne m'étais pas moqué d'elle. Et puis comme ça, je faisais d'elle ma petite amie officielle donc adieu les histoires sans lendemain juste le temps d'une nuit. Il y avait eu beaucoup de déçues. Mais il fallait bien un début à tout.
Après les cours, j'envoyais un message à Daphné pour lui dire de ne rien prévoir de sa soirée, de se faire belle, ce qui ne serait pas difficile, et d'être prête pour disons 19h. Je rentrais rapidement chez moi pour me préparer. Je vérifiais que tout était prêt. Devant mon miroir, je stressais un peu, ce qui n'était pas dans mes habitudes. Disons que j'avais organisé un rendez-vous en amoureux avec ma petite amie... Et n'ayant pas l'habitude, j'espérais vraiment que tout serait parfait. J'enfilais une chemise noire, un jean et des chaussures classes. J'hésitais entre mettre une veste en jean ou mon blouson de cuir... Ni l'un ni l'autre, j'attrapais mon trench-coat. Bien plus classe et plus adapté à la soirée. Une fois prêt, j'envoyais un nouveau message à Daphné pour la prévenir que j'arrivais. J'attrapais tout ce dont j'aurais besoin et sortis de ma villa en chantonnant.
Dans ma voiture, je mis la musique à fond pour me détendre un peu. Je passais chez le fleuriste. Je n'allais pas me présenter chez Daphné les mains vides. Je lui pris des roses. Je savais que ma mère adorait ces fleurs alors j'espérais qu'elles plairaient à Daphné. Je me remis en route. Je commençais à avoir l'habitude d'aller chez elle, pensais-je avec amusement. Comme à chaque fois, je me rappelais la première fois que j'étais venu ici. Jamais, je n'aurais pensé que notre guerre finirait ainsi.
Je rentrais dans son immeuble, pris l'ascenseur et arrivais devant la porte de chez elle. Je soufflais un coup puis je sonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:25

Aujourd’hui, j’avais vingt ans. Je changeais de dizaine et ça me faisait bizarre de me dire que vingt ans s’étaient écoulés depuis ma naissance. Quand je faisais le récapitulatif de ma vie et bien ça semblait à peine croyable. En me levant ce matin, j’avais eu la surprise de me retrouver face à mon père qui m’avait préparé un petit déjeuné. J’ignorais totalement à quelle heure il était rentré, mais en me couchant hier soir, il n’était pas là. Après m’avoir souhaité un joyeux anniversaire, il déposa devant moi un énorme ours en peluche avec un nœud rouge autour du coup. Légèrement surprise, j’arquais un sourcil quand il me fit comprendre que parfois, il oubliait que je devenais une grande fille, mais que cette fois-ci, l’ours n’était pas le cadeau principal, mais seulement un plus pour mettre en valeur mon vrai cadeau d’anniversaire.

En effet, mon ours en peluche avait un paquet cadeau entre les « mains ». Je le pris pour le déballer et découvris un nouvel objectif pour mon appareil photo. Un cri de joie s’échappa de ma bouche en le découvrant. J’avais enfin l’objectif idéal pour prendre en photo des détails ‘minuscules’. Je remerciais mon père un nombre incalculable de fois tout en le serrant dans mes bras. Maintenant, je n’avais plus qu’une hâte, c’était de l’essayer. Sauf que l’université m’appelait et je devais attendre un autre moment pour me précipiter dans les rues de New York pour pouvoir essayer de nouveaux clichés. J’allais devoir me refaire une main et j’adorais ça ! Non pas que je m’ennuyais avec mes autres objectifs parce que prendre des photos, j’adorais ça, mais essayer des nouveaux trucs représentaient toujours un nouveau défi et j’adorais ça.

Ce fut donc avec un léger regret que je quittais l’appartement une fois que je fus prête. Léger ? En fait, ce regret là se dissipa très rapidement quand Jake apparut dans mon champ de vision, m’attendant à mon casier pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Je l’avais embrassé pour le remercier. Au début, nous avions toujours le droit aux regards des autres tellement ça les choquait que lui et moi puissions être en couple sachant qu’avant, c’était limite si on ne se frappait pas dessus. En fait… je l’avais déjà giflé une fois. Mais ça, ça ne se reproduira plus. Je me souvenais des toutes ces têtes qui s’étaient tournées vers nous quand nous étions arrivés à l’Université, main dans la main. Les murmures qui s’étaient élevés etc… Ca avait été le moment le plus intimidant de toute ma vie !

Je me rendais bien compte que beaucoup me détestait. Surtout les… blondes ! Bref, j’avais eu le droit à toute sorte de remarque dans le genre que je n’étais pas faite pour lui et tout le blabla habituel. Au bout d’un moment, je m’y étais faite et j’avais appris à ne plus y faire attention. Ca me passait par-dessus la tête, maintenant. Enfin, mis à part ça, ma journée se passa relativement calmement. Quelques « joyeux anniversaire » tombèrent de la part des personnes que je connaissais mais sinon, c’était une journée relativement banale. Jake et moi avions deux horaires différents aujourd’hui, aussi, il termina avant moi et en cours d’histoire, je reçus un message de sa part, me demandant de ne rien prévoir pour la soirée. Un sourire se dessina sur mes lèvres avant de lui répondre qu’il n’y avait pas de problème.

Quand les cours se terminèrent, je rentrais directement chez moi. Je ne savais pas du tout ce que Jake avait derrière la tête, mais j’allais respecter ses conditions en me faisait « belle ». Sauf que ça s’avéra beaucoup plus compliqué que prévu quand je me retrouvais devant mon placard. Qu’est-ce que j’allais me mettre ? Ca, c’était une excellente question. Et de plus, j’étais dans le plus gros doute… J’avais une heure et demi pour me préparer et même si c’était quatre-vingt-dix minutes, j’avais l’impression que s’en était trente. Voyant le temps passer, je me décidais à sortir absolument toutes les robes que je possédais. Je laissais tomber les robes d’été. Ce n’était pas la saison et puis, je doutais fort que c’était ce que je devais porter.

Après de nombreux essayages devant mon miroir à plein pied, j’optais pour une robe à jupe tournante, couleur saumon. Ouais, ça ferait l’affaire, pensais-je en la mettant devant moi. Je la posais sur le lit avant de foncer dans la salle de bain pour prendre une douche revigorante. Je me lavais également les cheveux. Je fis le plus rapidement possible avant de sortir de la douche et d’enfiler mon peignoir. Je m’essorais les cheveux dans une serviette avant d’attraper le sèche-cheveux afin de les sécher. Je me dépêchais au maximum et une fois qu’ils furent secs, je quittais la salle de bain. L’horloge dans ma chambre m’indiquait qu’il me restait moins de vingt minutes avant que Jake n’arrive. Super, ça me laissait le temps de finir de me préparer. J’enfilais donc ma robe le plus rapidement possible tout en veillant à ne pas la déchirer, non plus.

Alors que j’étais entrain de me coiffer, ramenant mes cheveux de devant vers l’arrière, le téléphone sonna. Oh non, non, non, non ! Ce n’était vraiment pas le moment ! Néanmoins, je décrochais avant de retourner dans la salle de bain. C’était mes grands-parents. Eux aussi, ils choisissaient bien leur moment… Comme tous ceux qui m’avaient appelé durant cette journée, ils me souhaitèrent un bon anniversaire avant de prendre quelques nouvelles. Se coiffer (enfin essayer) et répondre au téléphone en même temps, c’était vraiment une chose difficile et c’était un véritable miracle que j’y arrive. Il me restait peu de temps, si bien que je mis court à la conversation en leur disant que je les aimais beaucoup, mais que là, tout de suite, je ne pouvais pas m’étendre sur ma vie et que je les rappellerais pour leur donner tous les détails qu’ils voulaient.

Pour cette occasion, je me maquillais légèrement. Je n’étais pas une adepte du maquillage alors du coup, je n’avais pas grand-chose, mais j’avais le stricte nécessaire et c’était amplement suffisant. Une fois que ce fut chose faite, je rangeais le tout très rapidement et descendis les escaliers en courant, escarpins blancs en main. C’était vraiment la course. J’étais entrain de les enfiler en sautillant sur place quand la sonnette retentit. Je me figeais sur place en regardant la porte. Quoi ?! Déjà ?!

- J’arrive ! criais-je juste assez pour qu’on m’entende de l’autre côté de la porte.

Je me remis à sautiller sur place jusqu’à ce qu’enfin mes deux chaussures soient enfilées. Je me dirigeais donc vers la porte et pris une grande inspiration avant d’ouvrir la porte. Jake apparut sur le seuil de ma porte vêtu d’un trench-coat. Mon dieu ce qu’il était beau. Je restais sans voix pendant quelques secondes avant qu’un semblant de lucidité ne revienne.

- Oh… Waouh ! Tu… tu es… classe, fis-je un peu bêtement.

Mon dieu, Daphné, on ne fait pas plus débile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:29

Stressé ? Pourquoi ? Ce n'était qu'un rendez-vous, une petite surprise pour son anniversaire, rien d'autre alors pourquoi devrais-je être stressé ? Peut-être parce que c'était la première fois que j'organisais ça ? Que j'avais peur de faire ou de dire un truc qui ne fallait pas ? Que je savais très bien que j'allais finir par avoir envie de la toucher plus qu'il ne fallait ? Non, je n'étais pas le moins du monde stressé. Non, j'étais carrément angoissé, névrosé et même tétanisé. Mais j'allais bien me garder de lui montrer, ce n'était pas digne du gentleman que j'étais. Après avoir pris mon courage à deux mains, soufflé, je sonnais enfin à la porte. J'entendis la voix de Daphné me dire qu'elle arrivait. J'eus un petit sourire. Même si j'avais peur, je savais que j'allais passer un bon moment avec elle.
Quelques minutes plus tard, Daphné apparut dans l'entrée. Elle portait une belle robe rose (oui, je ne savais pas faire la différence dans les teintes de rose). Je remarquais qu'elle s'était un peu maquillé. Juste assez pour mettre en valeur son magnifique visage. Je pense aussi que sa coiffure y était pour quelque chose. Je ne parlais pas tant je la trouvais belle. Apparemment, Daphné était dans le même état que moi. Sauf qu'elle réussi à me dire que j'étais classe. Si ma mère avait été là, elle m'aurait secoué. Je devais la faire craquer, aujourd'hui était son jour donc, elle devait avoir l'impression d'être une princesse. Je lui fis un magnifique sourire en lui disant :

"Bonsoir princesse, tu es magnifique dans cette robe."


Je l'embrassais tendrement avant de lui tendre le bouquet de roses. J'espérais vraiment qu'elles lui plairaient et qu'elle ne trouverait pas ça trop gnangnan...

"Un petit cadeau, ma belle..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:37

Honnêtement, j’avais été plus que surprise que Jake m’annonce de ne rien prévoir ce soir. Mais comme je n’avais absolument rien de prévu, je n’avais pas eu trop de mal à lui dire que c’était d’accord. Et puis, j’étais contente de passer à nouveau du temps avec lui, même si c’était mon anniversaire. Heureusement que je n’avais pas besoin d’un jour exceptionnel pour passer un moment agréable avec lui, mais ça faisait quand même une bonne occasion. Je ne savais pas vraiment ce qu’il avait prévu, mais il m’avait demandé de me faire belle, alors du coup, j’avais obéi bêtement.

J’avais passé plus de temps dans la salle de bain que j’en passais en temps normal. Je ne savais pas trop ce qui m’avait poussé à me donner vraiment à fond pour être présentable à ce point. D’habitude, je faisais en sorte d’être présentable de façon normal, mais là, c’était vraiment autre chose. Pour Jake, je voulais me faire jolie. Après tout, il m’avait bien dit que je l’étais, même si par moment, je me remettais en question. Enfin, pas dans le sens où je ne me trouvais pas jolie, c’était faux. Je n’étais pas trop mal, mais j’étais banale donc bon. C’était ainsi que je m’étais toujours vue.

Mon cœur s’était emballé quand j’avais entendu Jake sonner à la porte. Il était là et maintenant, je n’avais plus le droit de faire marche arrière. Je l’avais fait patienter quelques secondes, histoire de pouvoir enfiler mes escarpins et quand j’ouvris la porte, je ne fus vraiment pas déçue de ce que je voyais. Il était magnifiquement bien habillé si bien que le voir vêtu de cette façon me donna un sérieux de temps de réaction. Il sembla aussi surpris que moi en fait. Du coup, je fus la première à reprendre la parole et ce ne furent pas vraiment des paroles spécialement intelligentes qui sortirent de ma bouche, mais c’était mieux que rien.

Ce que je ressentais en ce moment, c’était vraiment assez étrange. Je n’avais pas vraiment de mot pour dire tous ça, si ce n’était plutôt une série de mots. Une addiction, des palpitations, une envie d’être toujours près de lui, mon sourire quand je le regarde, un sentiment de plénitude, une envie de le voir sourire, de le voir rire, de le toucher, d’être touchée, une envie de l’embrasser sans jamais m’arrêter, une vie de faire son bonheur, une pointe de jalousie quand on s’approche trop de lui. Tout ça représentait ce que je ressentais pour Jake c’était un peu de tout ça et encore tellement de choses, mais la série serait longue pour l’exprimer complètement.

Finalement, Jake retrouva l’usage de sa parole et me complimenta sur la robe que je portais et sur comment elle m’allait. Je sentis mes joues rosir légèrement face à ce compliment. C’était toujours ainsi que je réagissais quand il me faisait un compliment. Je n’arrivais pas à faire en sorte que mes joues gardent leur couleur habituelle. Au moins, ça prouvait que j’étais réactive aux choses qu’il me disait. En même temps, j’étais loin d’être indifférente à lui. Sinon, nous n’en serions pas là en ce moment-même. Auprès de lui, je découvrais de sensations qui m’étaient encore inconnues et qu’il fallait que j’apprenne à connaître.

- Merci, répondis-je sans trop savoir quoi dire.

Je n’eus pas grand-chose d’autre à dire, en fait, car Jake captura mes lèvres pour un baiser tendre que je lui rendis. Comme à chaque fois que ses lèvres entraient en contact avec les miennes, j’avais une envolés de papillons dans mon ventre et mon cœur accélérait les battements de mon cœur. Pouvait-on être aussi mordu de quelqu’un en si peu de temps ? Je n’allais pas dire que j’espérais que non parce que ça aurait été mentir. Je ne savais pas vraiment encore à quel point j’étais accro à lui, mais en tout cas, il était certain que je ressentais des sentiments pour lui et des sentiments assez profonds.

Dès que ses lèvres quittèrent les miennes, une sensation de manque m’envahit parce que je pourrais faire ça pendant des heures, mais je me contentais de sourire. Et puis, c’était dur de ne pas sourire dans un moment pareil. Surtout quand votre petit copain tendait vers vous un magnifique bouquet de roses. Je pris les fleurs dans mes mains et les observais pendant quelques secondes avant de relever les yeux vers lui avec un sourire encore plus grand. C’était la première fois qu’on m’offrait des roses.

- Elles sont magnifiques, merci.

Grâce à mes escarpins, je n’eus pas besoin de me hisser sur la pointe des pieds pour lui déposer un nouveau baiser sur les lèvres pour le remercier encore. Je décollais mes lèvres des siennes au bout de quelques secondes, et aussi parce qu’il le fallait bien y mettre fin à un moment. Je me décidais à aller mettre les fleurs dans un vase qui se trouvait rangé dans la commode du salon. C’était le préféré de maman et le seul que je possédais en fait. J’avais bien fait de ne pas m’en débarrasser pendant notre déménagement. Je remplis d’eau à moitié avant de déposer le vase sur le comptoir et de plonger les roses dedans.

Je revins vers Jake qui n’avait pas vraiment bougé de l’entrée. J’attrapais une veste qui allait avec ma robe et mon sac avant de lui offrir un nouveau sourire.

- Hum… Je suis prête à te suivre n’importe où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:39

Pour un premier rendez-vous, il se passait plutôt bien, même très bien. Pourtant, lorsque j'avais parlé de mon idée pour l'anniversaire de Daphné, mes amis m'avaient reproché d'en faire bien trop. Disons qu'ils avaient l'habitude d'emmener leur copine dans des fast-food, un café... Alors que moi, j'avais décidé de l'emmener dîner dans un restaurant raffiné et ensuite la ramener chez elle et pourquoi pas passer un peu de temps avec elle avant de rentrer chez moi. Oui, j'avais vu les choses en grand.
Daphné me remerciait pour le compliment que je lui avais fais. Je vis ses joues rosirent. J'eus un sourire. Elle était adorable avec cet air gêné. Plus d'une fois, je m'étais dis que je devais la prendre en photo quand elle avait cet air. Mais je savais qu'elle ne se laisserait pas faire. Daphné était plutôt du genre à tenir l'appareil photo qu'à être devant l'objectif. Mais tant pis, je trouverais un moyen de la prendre en photo...
J'avais fini par céder à mon envie en l'embrassant. J'avais glissé mes mains autour de sa taille. Une douce chaleur envahissait lentement mon corps, me rappelant à quel point les lèvres de ma petite amie m'avait manqué. Lentement, nous nous écartions. Je venais tout juste d'assouvir cette envie que je ressentais déja le besoin de l'embrasser à nouveau. Ses lèvres m'attiraient, c'était fou ! Je lui avais alors donné le bouquet de roses. Je retenais ma respiration en attendant le verdict. J'avais vraiment peur qu'elle se moque ou encore qu'elle m'annonce qu'elle ne supportait pas les fleurs ou un truc du genre. Et lorsque je vis le sourire de Daphné, mon corps se relâcha. Le bouquet lui avait plût. Elle me remercia une nouvelle fois et vint m'embrasser. Ce n'était pas aussi long que je l'aurais voulu, mais ça m'aiderait à tenir jusqu'au prochain. Je la vis rentrer dans le salon pour aller y mettre les roses. De nouveau, je souriais. Chaque fois qu'elle passerait près du bouquet, Daphné penserait à moi et à la soirée que je lui réservais. Elle revint et m'annonça qu'elle était prête à me suivre n'importe où. Je lui montrais alors mon bras pour qu'elle le prenne tout en lui disant :

"Ah oui, tu me suivrais même au bout du monde ? Fais gaffe, je risque de te prendre au mot !"
Lui dis-je avec un sourire malicieux.

Bon, j'exagérais avec mon histoire du bout du monde. Mais j'aurais bien pût le faire. Non, en réalité, je me contenterais de l'emmener avec moi en vacances... Tiens, je devrais lui parler le moment venu. Incroyable comment ce petit bout de femme avait réussi à changer l'homme que j'étais. Avec Daphné, j'étais devenu bien plus naturel. Je n'avais plus aucune femme qui me couraient après. Enfin si, mais elles se faisaient discrètes sachant que je céderais pas à leurs avances. D'ailleurs, j'avais même fini par ne plus être aussi attiré par les blondes. Enfin disons, qu'elles n'avaient plus le même effet... Normal, je n'avais d'yeux que pour Daphné. J'étais devenu plus calme. Sauf lorsqu'un de mes amis, chiants comme ils sont, décidaient de me titiller. Une fois, l'un deux avait dit qu'il la trouvait à son goût et qu'il essayerait bien... En fait, je n'ai jamais su ce qu'il voudrait essayer parce que mon poing avait mystérieusement rencontré sa mâchoire. Je lui avais lancé un regard assassin, ce qui l'avait vite refroidis. Dans ces moments là, je redevenais un homme de croc-magnon dont le langage s'arrêtait à "Moi Jackson, Daphné à moi. Pas toucher. Sinon toi mort."
Mais une fois que Daphné était présent, je devenais son chevalier servant. J'étais prêt à me plier en quatre pour elle. Un peu comme maintenant. Je lui avais ouvert la porte de la voiture, lui avais tenu la main pour qu'elle y monte et avais refermé la portière, en prenant garde de ne pas lui coincer la robe. Je fis le tour avant de m'installer derrière le volant. Je démarrai. Je jetai un coup d'oeil à Daphné avant de lui demander :

"Alors, comment s'est passé ta journée ? Tu as eu des cadeaux ? Des cartes ?"


Je ne lui avais toujours pas offert mon cadeau. Tout simplement parce qu'une fois encore, j'en faisais trop. Je comptais le lui offrir au restaurant, après le dessert. Je posais alors ma main sur sa cuisse. J'avais besoin de la sentir tout près de moi. Elle avait beau être à côté de moi, je ne pouvais pas rester comme ça, sans la toucher, c'était juste impossible pour moi. Sauf que sentir sa cuisse sous ma main réveillait mes envies... Je voulais me comporter en parfait gentleman, sauf que mon cerveau, enfin mon deuxième cerveau me rappelait sans cesse qu'il y avait un moment que je n'avais pas satisfais mes besoins primaires. Du coup, ce qui faisait de moi un homme, se réveilla lentement. J'étais bien content d'être assis avec mon trench-coat. Il cacherait un peu le colonel qui se mettait au garde à vous. L'avantage d'être au restaurant, c'est que je serais obligé de bien me tenir... Sauf si je voulais passer la nuit au poste pour exhibitionnisme... Et sachant que Daphné ne serait pas du même avis que moi, ça passerait pour une tentative de viol... Finalement, l'époque préhistorique ne devait pas être aussi chiante qu'on le pense...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:44

J’avais la très nette impression que cet anniversaire-là serait très différent de tous ceux que j’avais pu connaître jusqu’à présent, mais je savais aussi qu’il serait l’un des meilleurs. Je m’étais faite à l’idée que Jake et moi sortions ensemble. Ca n’avait pas été une chose particulièrement simple au début étant donné que nous étions sans aucun doute le couple le plus improbable de toute l’année. Même moi je n’aurais jamais cru que ce serait possible étant donné qu’il avait été très loin d’être une personne que j’appréciais. Mais je m’étais trompée sur lui et je le reconnaissais. En même temps, il fallait bien avouer qu’il n’avait pas vraiment fait en sorte que je l’aime en sa valeur, au début. Mais maintenant que j’avais découvert le véritable Jackson, et bien il s’avérait qu’il était quelqu’un de formidable.

J’étais contente que ma tenue lui plaise. Quelle fille ne serait pas contente que son copain lui dise qu’elle était jolie dans sa robe ? Aucune. Et je ne faisais pas exception. Comme toujours, je rougissais, ou rosissais, face aux compliments. Surtout ceux de Jake qui avaient un impacte plus important sur moi que n’importe lesquels. De plus, c’était la première fois qu’on m’offrait des roses dans ces circonstances. Et elles étaient vraiment magnifiques. Peut-être que j’étais comme toutes les filles, à aimer les roses rouges, mais celles-ci m’allaient vraiment droit au cœur. Plus que n’importe lesquelles. Je le remerciais d’un nouveau baiser sur les lèvres. Avec les chaussures que je portais, c’était drôle de voir que j’étais plus grande et que je n’avais plus besoin de me hisser sur la pointe des pieds pour l’embrasser.

C’était assez bizarre de ne pas le faire, d’ailleurs, moi qui avais pris l’habitude. Mais c’était comme un tout, je m’y ferais. Pour éviter que nous trainions trop à la maison, je fis au plus vite pour les mettre dans un vase et de l’eau que je déposais sur le comptoir. Je savais que quand papa verrait ça, il me poserait un millier de questions et que je serais obligée d’y répondre. Je ne cachais pas du tout ma relation avec Jake, bien au contraire, mais c’était plus facile de parler à une mère de ces choses-là plutôt qu’à un père. Mais je n’avais plus que lui alors il allait falloir qu’on trouve un moyen de se concorder tous les deux. Nous y arriverions bien, à condition qu’il y mette un peu du sien au passage.

Je terminais de me préparer en attrapant mon sac et ma veste que j’enfilais avant de déclarer que j’étais prête à le suivre absolument n’importe où il le voulait. Jake m’offrit mon bras que j’acceptais immédiatement pendant qu’il m’assurait d’éviter de parler trop vite parce qu’il était capable de me prendre aux mots. En premier lieu, un sourire amusé se dessina sur mes lèvres tandis que nous sortions. Je verrouillais rapidement la porte de la maison avant de m’accrocher à nouveau à son bras. Je n’avais pas l’impression d’être une fille collante, pour le coup. J’avais déjà croisé des filles qui collaient leurs copains H24 et sans les laisser respirer. Ce n’était peut-être qu’une impression de ma part, mais je ne me qualifiais pas dans ce groupe-là. Jake était libre de faire ce qu’il voulait de son côté (dans certaines limites, bien sur, mais je n’avais pas besoin de les citer pour qu’il sache de quoi je voulais parler) et moi, de mon côté, je faisais de même. Je n’exigeais pas de rapport détailler de sa journée quand il n’était pas avec moi.

- Ca ne me ferait pas peur, répondis-je tout de même alors que nous entrions dans l’ascenseur.

Nous arrivâmes rapidement à sa voiture et en parfait gentleman, Jake m’ouvrit. Je déposais un léger baiser sur ses lèvres avant de grimper en voiture. Je ramenais ma robe correctement pour qu’il puisse fermer la portière sans risque de la coincer et de la salir au passage. Je bouclais ma ceinture pendant qu’il s’installait au volant, demandant au passage des nouvelles de ma journée et des potentiels cadeaux que j’avais pu recevoir. La voiture avançait déjà quand je répondis à ses questions :

- Pas trop mauvaise, répondis-je. Pour ce qui est des cadeaux, papa m’a offert un nouvel objectif qu’il faut que j’essaie le plus rapidement possible. Il est presque équivalent à celui d’un microscope, ce qui fait que je vais pouvoir prendre en photo les choses le plus minuscules qui soient et en avoir un gros plan.

Quand on me lançait dans le sujet « photo », je ne pensais pas qu’il y ait quelqu’un qui puisse m’arrêter de déblatérer tout mon blabla. Je n’y pouvais rien si j’adorais la photographie. Par contre, je détestais être devant un objectif. Parfois, il fallait bien pour des photos souvenirs, mais si je pouvais être derrière, je me sentais mieux. Allez savoir pourquoi ça me fait cet effet-là. Enfin, j’allais épargner à Jake des heures et des heures de discours photographique. Automatiquement, quand il avait posé sa main sur ma cuisse, j’avais posé la mienne dessus. Il y avait des gestes, comme ça, qui se faisait sans qu’on y pense. Des petites habitudes, en quelque sorte, car cela ne m’empêcha pas de continuer :

- Hum… Ensuite, j’ai eu des sms de la part de Carrie, Jude etc… Et peu de temps avant que tu n’arrives, mes grands-parents maternels m’ont appelé pour me souhaiter un bon anniversaire. Mais je crains leur avoir presque raccroché au nez puisque je courrais un peu partout pour finir de me préparer en temps et en heure.

Je caressais le dos de sa main avec mon pouce tout en regardant distraitement par la fenêtre pendant quelques secondes avant de reporter mon attention sur Jake, qui du coup, conduisait d’une main.

- Et ta journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:49

Alors comme ça, Daphné n'aurait pas peur si je venais la kidnapper dans l'idée de l'emmener au bout du monde avec moi ? Intéressant ! Je lui souriais tandis que je l'emmenais hors de son immeuble. Je me sentais comme un prince charmant emmenant sa belle princesse au bal. J'étais vraiment fier de moi.

Dans la voiture, je lui demandais comment sa journée s'était passée et si elle avait eu des cadeaux ou des cartes. Moi, je m'étais contenté de lui souhaiter un joyeux anniversaire , réservant ma surprise pour le soir. Daphné m'expliqua alors que sa journée ne s'était pas trop mal passée. Son père lui avait offert un nouvel objectif. D'après ce que j'avais compris, c'était un objectif très performant. Je l'écoutais parler de cet objectif. Grâce au feu rouge, je pût tourner la tête pour l'observer parler. Elle avait l'air si passionnée qu'elle n'en était que plus belle. J'eus un petit sourire. Je pouvais l'écouter parler pendant des heures.
Puis presque par automatisme, je posais ma main sur sa cuisse. C'était un geste anodin, je l'avais fais sans même réfléchir, mais la réaction ne se fit pas attendre. Je sentis une folle envie s'emparer de moi. C'était plutôt compliqué pour moi. D'un côté, je voulais vraiment faire les choses bien avec Daphné, lui montrer que j'étais sincère et que je tenais réellement à elle. Mais en même temps, je restais un homme et j'avais réellement très envie de ma petite amie. Normal, elle était tellement attirante. Plus elle en doutait et plus j'avais envie de lui prouver le contraire.
Daphné avait posé sa main sur la mienne en m'expliquant avoir reçu des messages de la part de Carrie, Jude... Ah j'en vins à me demander si elles allaient bien. Disons que depuis quelque temps, j'avais braqué toute mon attention sur Daphné. Elle m'expliqua ensuite avoir reçu un appel de ses grands-parents mais elle avait dût raccrocher plus tôt que prévu car elle se préparait. Ensuite, elle me demanda si ma journée s'était bien passée. J'en vins à me remémorer ma journée... Rien de bien spéciale. Je levais la main de sa cuisse pour tourner à deux mains le volant. Ensuite, je lui répondis :

"Hey bien, ma journée a été très calme, assez banale je dois dire..."

Je vis le parking du restaurant. Je vins devant le parking et sortis de la voiture. Je confiais ma fabuleuse voiture au voiturier en lui recommandant de faire attention à mon petit bijou. Je passais de l'autre côté et ouvris la porte à Daphné et lui tendant ma main. Une fois qu'elle sortit, je fermais la porte et lui tendais mon bras. Je la menais donc dans le restaurant avec l'assurance et la confiance d'un prince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 16:55

Honnêtement, je n’avais pas du tout peur de partir avec Jake au bout du monde s’il le fallait. Ca faisait peut-être un peu bête dit comme ça, mais c’était la vérité. J’avais une totale confiance en lui et ça, je ne pouvais pas le nier et il le savait parfaitement. Mais enfin… je savais que ça allait lui donner des idées et du coup, j’espérais qu’il n’allait pas mettre cette idée à exécution immédiatement. Non pas que ça me dérangerait, mais je me voyais mal faire le tour du monde avec ma robe actuelle. Je préférais avoir une valise avec moi, même si je n’y mettais pas grand-chose. Contrairement aux autres filles, je ne partais pas avec toute ma penderie quand je quittais mon chez-moi. Je savais prendre le stricte nécessaire quand il y avait besoin.

En attendant, je racontais rapidement ma journée à Jake qui n’était pas aussi extraordinaire que ça, même si c’était mes vingt ans. Enfin, je savais qu’il voulait surtout savoir ce que j’avais reçu de la part des autres comme cadeaux. Du coup, je me contentais de lui raconter que ça. De toute façon, il n’y avait pas grand-chose d’autre à raconter sur le reste : les cours. Ce n’était pas forcément très intéressant Je me laissais un peu emporter sur le cadeau que m’avait fait mon père qui était vraiment le plus beau que j’avais reçu jusqu’à présent. Comment faisait-il pour savoir les objectifs qu’il me manquait ? Je n’en savais rien. Peut-être fouillait-il dans mes affaires ? Si c’était le cas, c’était assez flippant quand même parce que c’était ma chambre…

Mais enfin, peu importait. Ce n’était pas comme si j’avais quoi que ce soit à cacher. En tout cas, je me freinais un peu pour ce qui concernait le sujet de la photographie. Ce n’était pas vraiment passionnant pour quelqu’un qui ne s’intéressait pas à ce sujet. Du coup, j’essayais dans dire le moins possible, sauf que c’était vraiment plus fort que moi. Je me contrôlais un maximum et je réussis à mettre un point final à mon petit discours sur l’objectif en ne disant que le stricte nécessaire. Du coup, je passais à la suite en parlant simplement des messages de Carrie et Jude puis de l’appelle de mes grands-parents que j’avais coupé court parce que j’étais entrain de me préparer pour sortir. D’habitude, j’étais un peu plus respectueuse envers eux, mais là… ils me pardonneront !

La main posée sur celle que Jake avait posée sur ma cuisse, je regardais un peu le paysage dehors avant de reporter mon attention sur lui et de lui demander comment avait été sa journée. Ce n’était pas parce que c’était mon anniversaire que le monde tournait autour de moi. Ca me plairait bien, mais quand même. Et puis, ce n’était pas mon genre de ne parler que de moi. Bien au contraire. Avant de me répondre, Jake retira sa main de ma cuisse et je le laissais faire. Et oui, on avait besoin de ses deux mains parfois pour conduire. Je joignis mes deux mains et écoutais sa réponse à propos de sa journée. Elle avait été banale. Un peu comme la mienne, hormis les « joyeux anniversaire » et les typiques « Alors ça fait quoi d’avoir vingt ans ? ».

- Rien d’autre ? demandais-je.

Il pouvait me raconter absolument n’importe quoi, j’étais sure et certaine que ça m’intéresserait. Même ses entrainements de football en venaient à m’intéresser. Et pourtant, je détestais ce sport. En fait, je détestais tous les sports. Je n’étais pas une grande sportive déjà à la base, alors… Mais quand ça venait de Jake, et bien ça m’intéressait. On pouvait peut-être croire que je faisais un effort ou quoi, alors que pas du tout. Enfin c’était compliqué à expliquer. Mais j’étais vraiment sincère quand j’écoutais Jake me raconter un entrainement. D’ailleurs, par moment, je m’étonnais qu’il ne revenait pas avec des os fracturés ou entier. La seule fois où j’avais eu affaire à ce sport, je m’étais cassée la cheville.

Nous arrivâmes à un restaurant et quand il y tourna, j’arquais un sourcil. Je le regardais avec ce même air surpris mais il ne me retourna pas mon regard. Il s’arrêta juste devant l’entrée du restaurant pour en sortir. Personnellement, j’étais en état de stupéfaction en voyant un voiturier s’avancer et prendre les clés que Jake lui tendait si bien que quand il vint m’ouvrir la porte, j’avais la bouche ouverture en un O quasiment parfait. Là, j’étais vraiment très impressionnée ! Je pris la main qu’il me tendait et sortis de la voiture. Je regardais autour de moi avec des yeux écarquillés. Je levais la tête vers l’entrée du restaurant puis tournais la tête pour voir disparaitre la voiture de Jake.

- Tu lui as confié ta voiture ? Waouh !

Je le taquinais, bien évidemment. Mais ça me faisait rire de voir combien les hommes tenait à leurs voitures. Ca ne s’expliquait vraiment pas, mais là, je n’avais pas pu m’empêcher de sauter sur l’occasion et de l’embêter avec ça. Est-ce que ça faisait de moi une personne mauvaise ? J’espérais bien que non ! Je suivis Jake dans le restaurant tout en tenant son bras. Finalement, j’avais bien fait de mettre cette robe et pas une autre ! Sinon, je l’aurais supplié de me ramener à la maison pour que je puisse me changer. Il aurait dit que non, je le connaissais, mais bon. Enfin, pour le moment, la question ne se posait pas puisque j’avais la robe qu’il fallait. Enfin… peut-être ? Honnêtement, je n’avais jamais été dans un restaurant comme celui-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 17:04

J'avais passé une journée assez banale. Banale voulait dire, aller en cours, me faire chambrer par mes potes pour un ou pour un non, entraînement de football, un peu de musculation histoire d'entretenir ce corps d'Appolon qu'était le mien et ensuite aller retrouver celle qui avait réussi à faire de moi un homme heureux d'être enfin en couple. Alors lorsqu'elle me demanda si c'était tout, je compris que Daphné voulait vraiment que je lui raconte ma journée. J'adorais cette femme, elle s'intéressait à moi autant que je m'intéressais à elle. Je lui fis un sourire et résistais à l'envie de lui déposer un baiser sur ses lèvres. Je ne pensais pas qu'un accident comme cadeau d'anniversaire aller lui plaire.

"Alors voyons voir, j'ai eu un cours de droit. C'était plutôt intéressant même si je trouve que le système juridique est encore plein de lacunes. Je me vois mal aider des mères de familles qui se font battre par un abruti si il y a toujours certaines contraintes débiles, je soupirai puis repris. J'ai eu un entraînement de football, tu te rappelle de Smith ? Celui qui a fait que je t'emmène à l'infirmerie. Eh bah cette fois-ci c'est lui qui a fini à l'infirmerie. Il s'est foulé la cheville en retombant. Et malgré ça, il trouvait encore le moyen de se moquer de nous. Ce mec est atteint." terminai-je en riant

Nous arrivions devant le restaurant. Je confiais ma voiture au voiturier. Je n'aimais pas du tout cela... Confier mon petit bijou à un parfait inconnu qui risquait de me l'abîmer. Rien que d'y penser, je voulais récupérer mes clés et allais garer moi-même ma voiture. Mais je me retins et aidais Daphné à sortir de ma magnifique voiture. Daphné en profita pour me lancer une petite pique. Je levais les yeux au ciel, avant de de déposer un baiser sur son front. Je lui répondis :

"Oui mais je l'ai prévenu, si ma voiture a la moindre égratignure, je risque de lui faire avaler son noeud papillon..."
lui dis-je en souriant.

Le pire, c'est que j'étais sérieux. Je comptais vraiment lui faire manger son noeud papillon si ma voiture me revenait dans un sale état !
Le bras de Daphné sur le mien, je l'emmenais à l'intérieur du restaurant. Je me dirigeais vers l'accueil. J'indiquais mon nom de famille et un homme nous amena à notre table. Je tirais la chaise de Daphné puis m'assis face à elle. J'aimais bien cette place, elle était un peu à l'écart, nous laissant un brin d'intimité tout en restant visible au cas où nous aurions besoin du personnel. On nous donna le menu puis le serveur s'en alla. Je souris et demandai à Daphné :

"Si je commande du champagne, il ne va pas te monter à la tête et te faire faire n'importe quoi dis moi ?"
Lui dis-je avec un sourire plein de malice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 17:11

Jake m’avait fait un résumé très bref de sa journée alors que moi, je lui avais donné presque tous les détails des gens qui m’avaient souhaité un joyeux anniversaire ainsi que les cadeaux que j’avais reçu. Je voulais bien accepter que j’étais la reine de la journée, si on pouvait dire cela de cette façon. Mais ce n’était pas pour autant que je n’allais pas m’intéresser à la vie des autres et encore moins à celle de Jake. Du coup, je lui avais demandé si c’était tout et il avait très bien compris que je voulais en savoir plus que ça. Je l’avais donc poussé à se délier la langue. Je l’écoutais me raconter son cours de droit. Je venais de découvrir quelque chose sur lui que j’ignorais jusqu’à présent.

Cependant je ne dis rien et continuais de l’écouter jusqu’au bout. La suite était l’entraînement de football. Je savais qu’il était dingue de cette activité. Depuis que Jake et moi, ce sujet venait à m’intéresser alors que je détestais le sport en temps normal. Mais tout semblait passionnant quand ça sortait de la bouche de mon petit copain. Parfois, ça me faisait bizarre de me dire que Jake et moi, nous sortions ensemble. C’était quelque chose que je n’aurais jamais cru si on me l’avait dit quelques mois plus tôt. Mais les choses étaient parfois surprenantes. Et j’aimais bien ce genre de surprise. Je hochais la tête quand il me demanda si je me souvenais de Smith.

Je ne pouvais que me souvenir de lui puisqu’à cause de lui, je m’étais foulée la cheville. Mais au passage, cette foulure m’avait permis de me rapprocher de l’homme à côté de qui j’étais assise. Je ris légèrement en l’entendant m’annoncer que c’était à son tour de se fouler la cheville. Je ne le connaissais pas plus que ça, même si j’avais pris l’habitude d’attendre Jake à la fin de ses entraînements du coup, j’échangeais toujours quelques paroles avec les gars de son équipe. Mais quand il s’agissait de Smith, c’était toujours plus que quelques paroles parce qu’il avait aussi trouvé le chic de m’embêter. C’était toujours gentiment, mais parfois, je me demandais s’il n’avait pas de limite ? Il fallait croire que non.

- C’est ce qu’on appelle le revers de la médaille ! répondis-je en riant avec Jake.

Nous arrivâmes au restaurant et en voyant Jake confier sa voiture je ne pus qu’être très surprise puisque je savais à quel point il l’aimait sa voiture. A peu près comme tous les garçons aimaient leurs voitures, d’ailleurs. Mais qu’il ne la gare pas lui-même, c’était vraiment une grande première, si bien que je ne pus m’empêcher de lui en placer une qui était plutôt bien senti, mais rien de bien méchant pour autant. J’étais incapable d’être méchante avec lui. Et puis, il pouvait prendre toutes les décisions qu’il voulait avec sa voiture, ce n’était pas moi qui allais le lui reprocher. C’était un grand garçon. Un sourire se dessina sur mes lèvres quand je sentis les siennes sur mon front avant de rire de sa réponse.

- Là, je te retrouve !

Mais je savais aussi qu’il était capable de lui faire manger son nœud papillon si jamais sa voiture revenait dans un sale état ou bien avec une petite rayure. Je pris le bras qu’il m’offrait et je le suivis à l’intérieur du restaurant. Une fois à l’intérieur, je ne savais vraiment plus où regarder, du coup, je laissais Jake me guider jusqu’à l’accueil. Décidemment, il avait fait dans la dentelle et pour le coup, j’avais l’impression d’être la personne la plus importante du monde. C’était la première fois que je ressentais ça. Nous suivîmes le serveur qui nous mena à notre table et celui-ci s’éclipsa une fois que nous avions pris connaissance de notre table. Jake me tira la chaise et avec un sourire, je m’assis tout en le remerciant.

S’installant en face de moi, je me mordillais la lèvre inférieure parce que j’avais l’impression de vivre un véritable conte de fée. Tout ce que j’espérais, c’était qu’aux douze coups de minuit, tout ne disparaitrait pas. Je pris la carte quand le serveur arriva et je l’ouvris automatiquement à la première page, mais sans vraiment la regarder puisque Jake me demandait, plus ou moins, quelle était ma résistance à l’alcool. Houlà !

- Je boirais avec modération alors, répondis-je avec un grand sourire.

Je n’étais pas une grande buveuse et l’alcool me montait vite à la tête, mais quand c’était avec modération, il n’y avait pas vraiment de raison à ce que je me mette à faire n’importe quoi. J’évitais parce que je savais ce que ça pouvait donner et honnêtement, je n’avais pas envie d’être ridicule.

- Dis-moi, je n’ai pas relevé tout à l’heure, mais… tu ne m’as jamais dit que tu comptais devenir avocat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 17:22

Je lui racontais ma journée, même si, ce n'était pas vraiment une journée incroyable. Mais j'aimais ces petites attentions de la part de ma petite amie. Je lui parlais alors de mes cours puis de mon entraînement. Je savais bien que le sport et Daphné, ça faisait 75 mais je savais que je pouvais lui raconter ce qui s'y passait tant que je n'entrais pas trop dans les termes un peu trop techniques. Lorsque je lui parlai de ce bon vieux Smith, ma chérie se rappela de qui je parlais. Bon en même temps, c'était un peu grâce à cet idiot si j'étais fier de dire que je sortais avec Daphné. En tout cas, comme ma petite amie quelques mois auparavant, Smith s'était foulé la cheville. Ce qui fit rire Daphné. En même temps, il ne l'avait pas volé. Avec les mecs de l'équipe, on se disait souvent qu'il méritait une bonne correction celui-là mais on l'adorait.
Dans le restaurant, je tâchais de me montrer très galant envers Daphné. C'était sa soirée, je voulais qu'elle s'en souvienne toute sa vie. Je n'avais pas lésiné sur les moyens, je pouvais me le permettre autant que ma petite amie puisse également en profiter. J'ouvrais le menu tout en demandant à Daphné si elle tenait l'alcool. Moi, je n'avais aucun souci de ce côté là. Je tenais plutôt bien l'alcool et il fallait plus que du champagne pour me rendre ivre. Non, moi j'avais besoin de quelque chose de bien plus fort pour cela. Mais l'heure n'était pas à la beuverie mais à un dîner d'anniversaire romantique.

"Un peu de champagne, ça devrait aller alors ?" Lui dis-je avec un sourire charmeur.

Un serveur passait et je l'appelais et lui demandais une bouteille de champagne. Bien sûr, je voulais un champagne qui est un bon goût, pas un champagne bon marché. Le serveur me fit un sourire et disparu. Il nous fit attendre quelques minutes et lorsqu'il revint, il poussait un petit charriot. Posé dessus, il y avait un seau rempli de glaçon, la bouteille trônait au milieu. Il nous servit une première flute et nous laissa dans notre petit moment d'intimité. Je pris ma flûte, je la levais et dis en regardant Daphné avec un sourire de parfait amoureux :

"A ton anniversaire, je ne te souhaite qu'une chose, du bonheur en abondance. Et si je pouvais en être responsable, j'en serais heureux."

Je tapais mon verre tout doucement contre le sien avant de boire une gorgée puis je reposais mon verre. Daphné me dit alors qu'elle ne savait pas que je voulais devenir avocat. Tiens, je pensais pourtant lui avoir déjà dis. J'approuvai de la tête avant de lui dire :

"Oui... Quand j'ai été en âge de comprendre l'horreur que ma mère avait vécu, j'ai compris que beaucoup de femmes vivaient ce calvaire. Ma mère est une femme forte qui s'est battue et a fini par s'enfuir avec moi pour me protéger mais toutes les femmes n'osent pas le faire... J'aimerais vraiment pouvoir les aider à sortir de cet enfer... C'est pour ça que je ne supporte pas les hommes qui s'en prennent physiquement aux femmes."

Et c'était aussi la raison qui m'avait rendu fou de colère le soir où Daphné s'était faite agressée par les trois abrutis. J'étais de ces hommes qui ne pouvaient pas voir une femme en danger sans intervenir, c'était plus fort que moi. J'avais vu ce les dégâts qu'un homme peut causer sur le visage d'une femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Ven 20 Sep - 19:15

Je m’estimais extrêmement chanceuse d’avoir un petit copain comme Jake. Sérieusement, plus je le connaissais, plus je le trouvais bourré de qualités alors qu’avant, je n’avais qu’une très piètre opinion de lui. En même temps,
avant que je ne me foule la cheville (avec l’aide de ce fameux Smith), nous n’avions jamais eu l’occasion de nous parler, de nous connaître tout simplement. Mais à présent, c’était différent. Je ne pouvais pas vraiment prétendre voir des choses chez lui que les autres ne voyaient pas, mais plus le temps avançait, plus je découvrais des choses, plus je m’attachais à lui. Si demain tout s’arrêtait, il était clair que je serais anéantie parce que je ne voyais plus mon quotidien sans sa présence près de moi.

A présent que j’étais assise à une table pour deux du restaurant, je ne pouvais toujours pas m’empêcher de continuer à regarder un peu autour de nous. Si on pouvait avoir des étoiles dans les yeux, c’était clair qu’à l’heure actuelle, j’en aurais pleins. Déjà que je ne pouvais pas m’empêcher de sourire. Honnêtement, je ne m’attendais pas à ce qu’il m’emmène dans un restaurant comme celui-là. Vous ai-je déjà dit que j’avais le meilleur des petits copains ? Oui ? Bah c’est pas grave, je le redis ! On venait de nous donner les menus afin que nous puissions faire notre choix sur le repas et ce fut à ce moment-là que Jake me demanda ce que je pensais du champagne. Je pris quand même quelques minutes avant de lui répondre.

Oui, car l’alcool et moi, bien souvent, nous faisions un nombre assez grand. Je n’avais pas une très grande résistance à l’alcool en règle générale. Du coup, j’évitais de trop en boire pour éviter de devenir complètement saoule et dire ou faire n’importe quoi. On rêvait mieux pour son anniversaire. Et puis, vingt ans, on ne les avait qu’une seule fois dans sa vie, du coup, je lui répondis quand même que ce serait avec modération pour moi. Je ne tenais pas à gâcher le repas sinon, j’aurais la honte de ma vie et c’était la dernière chose que je souhaitais. J’opinais du chef quand Jake me demanda si un peu de champagne, ça irait. Je n’eus pas besoin d’en dire plus car il intercepta un serveur et lui demanda une bouteille.

Je le laissais faire sa petite requête et baissais les yeux sur les différents plats et menus que ce restaurant proposait. Je ne voulais pas regarder les prix parce que je savais que sinon, je n’allais rien manger. Je me sentais toujours mal quand on m’offrait à ce point, mais je ne disais rien parce que ça me faisait vraiment plaisir d’être avec Jake, assise à une table en tête à tête. Je parcourais le tout des yeux quand le serveur revint avec la bouteille que souhaitait mon amoureux. Du coup, je reportais mon attention sur ce qui se passait autour de moi. Le serveur nous servit deux flutes du liquide doré pétillant. Je le remerciais avant qu’il ne disparaisse à nouveau et levais ma flute en même temps que Jake tout en l’écoutant porter un toast.

- Si cela peut te rendre heureux, sache que tu contribues énormément mon bonheur, répondis-je en trinquant avec lui.

Je bus une petite gorgée de mon verre et je dus avouer que le champagne était excellent. Au moins, on ne s’était pas moqué de nous en nous assurant qu’on n’aurait pas un mauvais champagne. Je reposais ma flute et aussitôt, je posais la question que je me posais depuis que nous étions dans la voiture. Il avait parlé de défendre les mères de famille et jusqu’à présent, je n’avais pas jamais su qu’il souhaitait devenir avocat. Du coup, je lui avais fait la remarque. Bien sur, je ne lui reprochais rien ! J’étais juste surprise, c’était tout. En même temps, nous n’avions jamais vraiment abordé ce sujet-là. Mais je devais bien avouer que ce que je venais d’apprendre ne me surprenait pas en fin de compte. C’était même prévisible, on va dire.

- Je comprends, c’est un but très louable, lui répondis-je avec un sourire.

Et puis, c’était aussi compréhensible avec ce qu’il avait vécu… J’aurais été pareil si j’avais eu à vivre la même chose. Enfin, j’étais quand même fière de lui. Et j’étais persuadée qu’il pourrait y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:19

Etant du genre consciencieux, j'avais pris soin de bien organiser toute la soirée. J'avais choisi ce restaurant car le service était impeccable, la nourriture excellente et que je savais que je pourrais avoir une bonne table pour passer une belle soirée avec ma petite amie. Je devais avouer que je voulais également l'impressionner. Pas pour lui en mettre plein la vue mais plutôt pour lui faire avoir un anniversaire qui la ferait sentir comme une véritable princesse. Donc je n'avais pas hésité à employer les grands moyens car après tout, Daphné le méritait amplement.

Je décidais donc de commander une bonne bouteille de champagne. On nous l'apporta assez rapidement. Lorsque je bus à la santé de Daphné, j'eus un petit sourire. Il était excellent. Exactement ce qu'il nous fallait. Je reposais lentement ma flûte puis je posais un regard séduisant sur Daphné et lui dis :

"Oui, ça me rend heureux de savoir que je contribue à ton bonheur."


Bien sûr, je souriais de toutes mes dents. Entendre celle que l'on aime dire qu'on la rend heureuse est un sentiment... Indescriptible. J'étais tout simplement heureux. Je reprenais mon menu tandis que Daphné abordait la question de mes ambitions professionnelles. Je lui expliquais donc ce qui me motivait à évoluer dans cette voie et pas dans une autre. On aurait pût croire que je rêverais de devenir joueur professionnel... A une époque, j'y avais songé mais je m'étais rendu compte que j'avais un besoin que le football ne remplissait pas : celui de se sentir réellement utile. Quand j'étais sur les bancs de la fac, à travailler dur pour devenir avocat, je sentais bien que c'était pour une grande et noble cause. Je savais bien que je ne faisais pas tout cela en vain alors que lorsque je participais à un entraînement de football ou à un match... Je ne le faisais dans un unique but, celui de me détendre, de m'amuser. Un but purement égoïste.
Je fis un sourire à Daphné. Je savais qu'elle me comprenait. Ce devait être pour cela que je lui avais expliqué en détails mes intentions. Mon regard s'attarda sur son visage, gravant dans ma mémoire chaque trait de son visage. Cette soirée allait être mémorable.

"Tu as choisis ce que tu vas prendre, princesse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:30

Jake était vraiment beaucoup plus proche de la vérité qu’il ne le pensait en formulant son toast. Depuis que j’étais arrivée à New York, il y avait maintenant cinq ans de cela, je n’avais jamais été aussi heureuse. Bien sur, avant qu’il n’arrive dans ma vie comme il l’avait fait, je ne pouvais pas dire que j’avais été malheureuse parce que c’était bien sur totalement faux ! Mais je venais de remplir ma case sentimentale si bien qu’il ne me manquait plus rien pour être pleinement heureuse. Surtout qu’il était très loin d’être un abruti plein de muscles et sans cervelle ! Je l’avais réellement pensé à une époque parce qu’il avait le don de me mettre en colère, mais maintenant, tout ça c’était différent et j’en étais réellement plus qu’heureuse.

Un sourire vint illuminer le visage de Jake quand je lui affirmais qu’il jouait un rôle vraiment important dans mon bonheur. En même temps, comment cela aurait-il pu en être autrement ? C’était impossible ! Et puis, on ne pouvait pas dire qu’il ne faisait pas le maximum pour me combler. Dire le contraire aurait été purement malhonnête. Enfin, je ne pouvais pas dire que nous ne respirions pas la félicité étant donné que nous étions tous les deux entrain de sourire à en avoir mal aux joues. Malgré ça, j’engageais la conversation puisqu’il m’était nécessaire de lui demander si j’avais deviné juste en devinant qu’il souhaitait devenir avocat. Et apparemment, ce fut le cas.

Il ne m’avait pas été bien difficile de le deviner puisqu’il avait dit qu’il souhaitait protéger ces mères de familles qui n’avaient pas assez de volonté pour quitter l’homme qui les frappait. Je comprenais parfaitement les raisons qui le poussaient à vouloir être le héro de ces dames. Il y avait tellement de femmes à sauver, que du coup, je savais que Jake tirerait une grande satisfaction de sauver au moins une partie de ces femmes. Cependant, il ne fallait pas oublier qu’il y avait aussi des hommes battus et ils étaient beaucoup plus nombreux que ce qu’on pourrait croire. Peut-être moins que les femmes, mais il y en avait aussi. Mais je n’avais pas spécialement envie de lancer un débat là-dessus, même si mon avis allait de paire avec celui de Jake.

Je reportais mon attention sur le menu afin de trouver ce que j’allais pouvoir prendre pour dîner. Je regardais également le détail de chacun des plats. Etant végétarienne, je n’avais pas spécialement envie de tomber sur un plat avec de la viande. Je repérais néanmoins quelques pats qui me tentaient plutôt bien mais je ne savais pas encore lequel je prendrais au final. J’avais la tête de légèrement de penchée sur le côté, ce qui montrait, en règle générale que j’étais concentrée sur quelque chose. Sauf quand je prenais des photos puisqu’il fallait quand même garder la tête droite. Je relevais le nez de la carte que j’avais en main quand Jake me posa une question.

- Peut-être oui, enfin, il faut que je me décide une bonne fois pour toute, je crois. Et toi, tu as réussi à faire un choix ?

Oui, réussir parce qu’ils proposaient tellement de plats différents que le choix pouvait être vraiment difficile. Et tout manger était impossible. Du coup, ça donnait presque l’impression qu’il fallait tirer le numéro gagnant pour être sur que ce qu’on aurait dans notre assiette serait excellent. Cependant, j’étais à des kilomètres de penser que les autres plats étaient loin d’être bon, bien au contraire. C’était juste l’impression que ça donnait. Mais c’était pareil pour tous les restaurants. A croire que c’était un dénominateur commun à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:34

Comment expliquer mes choix ? Il n'y avait qu'à voir l'enfance et l'adolescence que j'avais eu, l'éducation que ma mère s'était efforcé de me donner, les principes qu'elle m'avait inculqué pour comprendre mes choix. J'aurais pût finir comme certains de ces hommes qui avaient vécu une expérience similaire à la mienne. Dans beaucoup des cas que j'avais étudié, les hommes violents envers les femmes avaient grandi dans un foyer où la femme était battue. Voyant leur père ou beau-père lever la main sur leur mère, ils reproduisaient le même geste. C'était un cercle vicieux car leurs fils risquaient de faire exactement pareil. Bien sûr, il y avait des cas particulier comme les hommes en mal de virilité qui s'imaginaient gagner en virilité en battant les femmes... Pathétique. Autant le premier cas pouvait se comprendre mais autant le deuxième était tout simplement ridicule ! Surtout que pour gagner en virilité, il suffit de plusieurs heures à passer dans une salle de musculation. Avec tout la testostérone dégagée, même une femme pourrait se sentir homme. Enfin bref, j'exposais donc mon point de vue à Daphné qui semblait d'accord avec moi. En même temps, quelle femme serait pour les violences faites aux femmes ?
Nous commencions à regarder le menu lorsque je m'aperçus que Daphné semblait avoir beaucoup de mal à choisir. Ah oui, c'est vrai qu'elle était végétarienne, elle devait donc faire attention à ne pas commander un plat fait avec de la viande. Je respectais beaucoup son choix et même je l'en admirais. Je ne me voyais pas renoncer à mon steak frites. Et puis, si je voulais avoir du muscle, il fallait que je mange de la viande. Mais j'avais pourtant essayé, sans rien lui dire, de me tenir à un régime végétarien... Je n'avais même pas tenu la journée. Une fois arrivé devant un Macdo, j'avais couru commander des sandwich fait avec toutes sortes de viandes. J'étais un incorruptible omnivore... Enfin selon ma mère, j'étais plus carnivore qu'omnivore mais ne nous attardons pas sur ce sujet. En regardant la carte, je dois avouer que moi-même je ne sus pas trop quoi prendre. Finalement, j'optais pour quelque chose que j'étais sûr d'apprécier. Je commandais donc des raviolis aux artichauts comme entrée, on commence tout doucement. Puis, je pris en plat principal de la poitrine de poulet avec cette sauce que je n'arrivais jamais à prononcer mais si bonne. Puis comme dessert, j'hésitais. J'étais un petit gourmand donc bien sûr, tous les desserts m'appelaient et me demandaient de les manger. Après quelques minutes de délibération avec moi-même à me dire le pour et les contre des desserts, je finis par choisir un dessert tout chocolat. Je ne savais pas ce que c'était mais j'espérais vraiment qu'il soit tout chocolat.
Fier d'avoir put choisir ce que j'allais manger sans avoir mis trop longtemps à choisir, je regardais Daphné avec un sourire et lui dis avec un air de gosse aux anges :

"Voilà, je sais ce que je vais manger. Je te conseille, les raviolis aux artichauts. Tu le sais que je n'aime pas beaucoup ça les légumes, mais dans des raviolis, c'est vraiment bon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:35

Je pensais sincèrement qu’on choisissait un métier en fonction de ce que nous avions vécu dans notre vie. Il n’y avait pas vraiment de mystère, là dedans, même s’il devait bien y avoir quelques exceptions, j’étais certaine que dans chaque cas, nous pouvions trouver une cause à effet qui faisait que telle ou telle personne exerçait tel ou tel métier. Du coup, ça n’avait rien d’étonnant que Jake veuille devenir avocat pour pouvoir défendre les gens des injustices dont ils étaient victimes. Et puis avec ce que je savais de son passé, je me doutais qu’il se spécialiserait dans la branche des femmes/hommes battus (oui parce qu’il existait même des hommes battus et il y en avait beaucoup plus que ce qu’on croyait). En tout cas, il pouvait exercer le métier qu’il voulait, il pouvait être certain que je l’épaulerai.

Cependant, je devais bien avouer que si je ne le connaissais pas autant que je le connaissais maintenant, j’aurais juré qu’il aurait continué dans la branche du football. Il en était tout à fait capable aussi. Mais il aurait plus de chance de percer dans le domaine du droit que dans celui du sport (comment ça c’est une réflexion d’une fille qui n’est pas sportive pour deux ronds ?). Pour en revenir à l’instant présent, j’étais entrain de regarder le menu afin de trouver de quoi manger et qui n’ait pas de viande dans l’assiette. Beaucoup de restaurants ne pensaient pas aux végétariens alors que nous étions beaucoup plus nombreux que ce qu’on pouvait croire. Mais celui-ci avait l’air d’avoir une certaine réputation donc je pensais vraiment que je pourrais trouver mon bonheur sans devoir dire « sans viande s’il vous plait ».

Quand Jake me demanda si je savais quoi manger, la réponse ne fut pas vraiment positive. Il y avait du choix, à n’en pas douter et c’était limite si ce n’était pas frustrant de ne pas toucher à tout (sauf la viande pour ma part). Jake n’ignorait pas que je ne mangeais pas de viande et jamais il n’avait fait la moindre remarque là-dessus. Pour cela, je pouvais lui dire un grand merci parce que quand les gens l’apprenaient c’était « Ah bon ? Comment tu fais ?! » ou « Tu manges pas de steak haché ? » Bref, parfois, c’était déprimant ! Mais pour ce qui était de Jake, non. Je me souvenais vaguement qu’il m’avait sorti un « d’accord, pas de problème » ou un truc dans ce gout là. Du coup, je prenais vraiment plaisir à manger en sa compagnie parce qu’au moins, il ne regardait pas mon assiette avec des yeux ronds et il ne me posait pas la question : « Et c’est tout ? T’es sure que tu ne veux pas un morceau de steak ? ».

Je continuais un peu d’analyser la carte quand Jake mon conseilla un plat. Aussitôt, du regard, je me mis à chercher les dits raviolis aux artichauts. Je devais bien avouer que ça avait l’air plutôt pas mal ! Je les avais déjà vus à ma première lecture, mais s’il me les conseillait, cela voulait dire que c’était bon. Un rire s’échappa de mes lèvres quand il me fit par de son amour pour les légumes. Ca, j’avais pu remarquer, mais il mangeait encore ce qu’il voulait donc s’il préférait les féculents, à sa guise. Il pouvait manger de toute façon, j’étais certaine qu’il ne prenait pas un gramme avec tout ce qu’il dépensait. Si j’étais du genre fainéante, je pouvais être certaine que lui, il bougerait pour deux.

- Alors je prendrais ça aussi, répondis-je. Et en plat ce sera des tagliatelles de courgette.

Je ne connaissais pas ce plat-là, donc du coup, pourquoi pas essayer ? Des pâtes, de la courgette, j’aimais les deux, donc ensemble, ça ne devait pas donner un truc trop mauvais, non ? Enfin, il fallait tester pour le savoir donc c’était ce que j’allais faire. En attendant, je pris mon verre de champagne pour boire à nouveau une gorgée de ma flute qui arrivait presque à la fin. Il fallait que je boive tranquillement, si je ne voulais pas finir debout sur la table entrain de chanter ou que sais-je encore ce que je pourrais faire avec un peu trop d’alcool dans le sang. Et puis, je n’avais pas envie de mettre la honte à Jake qui m’avait quand même invitée au restaurant, donc il fallait que je fasse un minimum attention.

- Tu pense qu’on peut commander, ou pas ? demandais-je à tout hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:37

J'observai Daphné... J'essayais de me rappeler la première fois où je l'avais vu... Si mes souvenirs étaient bons, c'était quelques jours après la rentrée. J'étais sûrement avec mes coéquipiers. On s'amusait à se lancer un ballon de football. J'avais remarqué que les filles nous regardaient en gloussant alors je m'amusais à faire le beau. Je m'amusais à lancer le ballon plus loin et plus fort, histoire de me faire remarquer. Et puis, j'avais tourné la tête et j'avais aperçu Daphné. Bon ça ne s'était pas passé comme dans les films : je m'arrête, tout avance au ralenti autour de moi, je ne cesse de la regarder et je suis ramené à la réalité par un ballon. Non, en réalité, je l'avais aperçu et une voix, qui ressemblait étrangement à celle de ma mère, me disait que Daphné était belle et bien plus attirante que toutes ces blondes que je ramenais dans mon lit. J'avais essayé de lutter contre cette voix. De quelle manière ? Après qu'on se soit amusé, avec mes amis, nous étions rentrés dans l'université. Lorsque j'avais aperçu Daphné, je l'avais bousculé, faisant tomber ses livres par terre. Je n'avais même pas pris la peine de me retourner et je riais avec mes amis... Quand je repensais à ce que je lui avais fais vivre, je m'en voulais... Tout ça pour une couleur de cheveux. Mais ce qui m'avait encore plus attiré était que Daphné ne s'était jamais laissée faire. Et jusqu'à maintenant, elle savait quand il fallait me remettre à a place. Sous ses airs de gentille fille, c'était un bout de femme avec un sacré caractère... Tout le contraire des blondes que je choisissais habituellement.
Aujourd'hui, j'étais fier de dire que j'étais son petit ami. Certes, tout n'avait pas été rose entre nous mais avec le temps, tout c'était formidablement arrangé. Au final, j'étais heureux avec celle dont je m'attendais le moins. Comme à chaque fois que j'étais avec elle, je tendis la main vers celle de Daphné. J'avais déjà choisi ce que je comptais manger, je buvais un peu du champagne qui restait dans ma flûte.

"Je reste persuadé que tu es une alien pour autant aimer les légumes... Je déteste ça, lui dis-je en riant."

Bah, j'avais tendance à dire que les légumes étaient faits pour les lapins et non pour un Jackson DeLaurence. Daphné me demandait s'il l'on pouvait commander. Je vis n serveur et lui fis signe d'approcher. Lorsqu'il arriva à notre table et nous demanda si nous avions commandé, je lui répondis :

"Oui, pour moi, ça sera en entrée des raviolis aux artichauts, puis de la poitrine de poulet avec sa sauce et un dessert tout chocolat. Et serait-il possible de nous laisser la bouteille de champagne, terminai-je avec un sourire." Il me fit un petit oui de la tête. Je regardai alors Daphné et demandai :

"Et toi princesse ? Qu'est que tu prendras ?"


Pendant que Daphné commandait, je terminais ma coupe de champagne. Maintenant que je savais que j'aurais la bouteille, je ne m'inquiétais pas de finir mon verre? Je continuais d'observer le visage de Daphné. De son sourire adorable à son regard pétillant. Oui, quand j'étais avec elle, plus rien ne comptait... Ca m'effrayait un peu mais ce sentiment était réellement grisant si bien que je m'en délectais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 2 Oct - 20:38

C’était la première fois de ma vie qu’on m’invitait au restaurant pour mon anniversaire. Jusqu’à présent, ça avait toujours été un repas à la maison un peu plus conséquent que les autres soirs puis un repas avec toute la famille durant le week-end. Mais depuis que nous étions arrivés à New York, je n’avais plus eu le droit au repas familial. Quant au repas du jour-même, ça n’avait plus réellement existé depuis que ma mère nous avait quitté. C’était toujours elle qui avait cuisiné. Papa s’était toujours plus occupé des barbecues qu’autre chose au niveau de la nourriture. Mais faire un barbecue dans un appartement, c’était assez compliqué. Surtout pour mon anniversaire puisque je ne mangeais pas de viande. J’étais la seule de ma famille à ne pas en consommer, mais jamais on ne m’avait regardé de travers parce que je ne faisais pas comme tout le monde. Ce qui était tout le contraire de Jake qui ne comprenait pas comment je faisais.

- Tu dois bien en aimer quelques uns, non ? Sauf que tu ne t’en souviens plus parce que tu manges des féculents, répondis-je avec un demi-sourire.

Tout le monde aimait au moins un légume, ce n’était pas possible autrement. Il y avait un strict minimum à respecter. Honnêtement, j’aimerai bien voir sa tête si un jour je lui préparais un plat uniquement composé de légumes. Ca devait être drôle à voir. Il faudrait que j’essaie un jour et surtout que j’ai l’appareil photo à porté de main pour pouvoir immortaliser cet instant à jamais. Mais pour le moment, je laissais cette idée de côté et me concentrais à nouveau sur l’instant présent. Jake venait de prendre ma main dans la sienne aussi j’entrelaçais mes doigts avec les siens. Machinalement, je caressais du pouce le dos de sa main. Je regardais encore quelques instants la cartes des menus avant d’exprimer mon envie de commander. Je n’étais pas particulièrement pressée, bien au contraire, j’avais toute la nuit si besoin, mais étant donné que nous étions tout de même relativement nombreux, c’était juste histoire que nous n’attendions pas trop longtemps.

Jake avisa un serveur qui ne fut pas long à venir vers nous. Je ne pouvais réellement pas cacher mon épatement. Jamais de ma vie je n’avais interpellé un serveur parce que je savais que les serveurs ne se tournaient jamais les pouces. Ils n’avaient pas le temps. Comment est-ce que je le savais ? Moi-même je l’étais, dans un petit café-bar de New York. Certes, ça n’avait rien du grand restaurant où nous étions, et ça ne payait pas forcément de mine, mais nous avions tout de même de nombreux clients, en plus des habitués. Enfin la clientèle entre ce restaurant et mon lieu de travail n’avait strictement rien à voir. Ce n’était pas du tout pareil. Ici, on ne devait pas avoir affaire à des gars qui avaient légèrement trop bu et qui ne savaient plus articuler quand ils parlaient. Pour cette raison, je détestais être du soir. Fort heureusement, ça arrivait peu souvent. Bref ! Je laissais Jake passer sa commande puis quand vint mon tour, je répondis :

- Je vais également prendre une entrée de raviolis aux artichauts et en plat se sera des tagliatelles à la courgette. Pour ce qui est du dessert, je prendrais la même chose.

Je levais la tête pouvoir voir le serveur terminer de noter ma commande puis il ramassa les menus avant de s’éclipser à nouveau. De ma main libre, je pris ma coupe de champagne et bus une nouvelle gorgée du liquide dorée et pétillant. Je n’étais pas une grande consommatrice de champagne, mais je devais bien avouer que celui-ci était très bon. De toute façon, dans un restaurant comme celui-ci, il ne pouvait qu’être bon, n’est-ce pas ? Cependant, je sentis mes joues qui commençaient à chauffer un peu à cause de l’alcool. Je n’étais pas une grande résistante, et j’avais prévenu. Il n’y avait pas besoin de me servir une grande quantité de verres pour que l’alcool réagisse. D’ailleurs, en regardant Jake, j’avais l’impression que lui, il allait bien, comme s’il buvait du jus d’orange. Moi, l’effet de l’alcool commençait sérieusement à monter.

- Tu ne trouves pas qu’il fait chaud ? demandais-je à tout hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Sam 5 Oct - 23:33

Pour ce premier anniversaire à passer ensemble, j’avais voulu faire les choses en grand mais surtout pour être sûr que quoi qu’il arrive par la suite, Daphné puisse s’en souvenir comme étant un beau moment. Je tenais sa main, je la sentais qui caressait la mienne de son pouce. J’eus un petit sourire en sentant sa peau contre la mienne. Daphné se moquait de mon dégoût pour les légumes. Je fis une petite grimace avant de lui répondre :
«
Non, je ne me souviens pas aimer un légume. Mais je sais que ma mère me forçait à en manger état plus petit… »

En y réfléchissant, oui, je me revoyais enfant, boudant devant une assiette de légumes. Mais en général, je boudais lorsque ma mère ne me faisait pas un de mes plats préférés : les frites ou les pâtes à la carbonara. Eh oui, la gourmandise a toujours fait partie de mes vilains défauts.
J’avais fini par appeler un serveur afin de lui donner ma commande. Je savais comment ça se passait dans ce restaurant j’y étais à l’aise. A tel point, que je connaissais le prénom de certains serveurs, ça pouvait toujours servir non ? Après que nous ayons passé notre commande, le serveur nous laissa. Je tendis la main vers ma flûte et en bus une nouvelle gorgée. Le liquide pétillant coula dans ma gorge, faisant naître un peu de chaleur en moi. C’était une douce sensation qui prouvait que ce champagne était excellent. Je vis Daphné faire pareil. Je souriais en voyant ses joues rosir, elle n’avait pas menti, l’alcool semblait lui monter très vite. Elle me demandait s’il ne faisait pas chaud… Allais-je profiter pour la faire boire en lui faisant croire que ça la rafraîchirait ? Non, bien sûr que non, je n’étais pas comme ça.

« Non, ce n’est qu’un effet du champagne, c’est normal… Mais, je ne sais pas si c’est conseillé que tu en boives à nouveau… Mais bon, c’est ton anniversaire, je conduis donc profites-en ! »

Voilà ma technique, l’inciter à en boire et non pas la tromper. Bon, j’avoue avoir mon idée en tête. Ce n’était pas super sympa mais au moins, elle allait s’amuser… Même si demain, elle allait peut-être se réveiller avec un mal de tête. Je terminai finalement d’un trait ma coupe et la laissais. Je ne m’autorisais qu’un verre lorsque je devais conduire. On ne sait jamais ce qui peut arriver sur la route, et puis, il fallait qu’il y ait un de nous deux qui soit en possession de tous ces moyens… Et j’avais plus de chances de pouvoir aider Daphné s’il fallait faire usage de la force….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Dim 13 Oct - 19:58

Que Jake ne se souvienne pas de la dernière fois où il avait avalé un légume ne m’étonnait pas le moindre du monde. Pourquoi est-ce que cela serait étonnant ? J’avais toujours su son aversion contre cette nourriture. Pourtant, je ne la comprenais pas. Ce qui nous mettait sur un pied d’égalité : lui ne comprenait pas comment je faisais pour me passer de viande, moi je ne comprenais pas pourquoi il détestait tant que ça les légumes. Enfin, non pas qu’il ait besoin de manger équilibré pour être parfait. Il n’y avait qu’à voir la façon dont il était constitué pour comprendre qu’il n’avait pas besoin de manger des légumes pour entretenir son corps. Un léger rire s’échappa de mes lèvres quand il m’avoua que sa mère le forçait à en manger. Je l’imaginais très bien, enfant, avec son air boudeur, assis sur une chaise devant une assiette dont la couleur de son contenu était verte.

- Plains-toi ! Tu es toujours en vie, non ?

Jake devait s’estimer heureux d’être le genre de personne à pouvoir manger ce qu’il veut sans que cela n’ait d’influence sur sa morphologie. Certaines personnes mangeaient et prenaient considérablement du poids. D’autres ne mangeaient pas beaucoup et pourtant n’en perdent pas. Bref, c’était un mystère de la nature qui était assez difficile à comprendre. La constitution des uns n’est pas forcément la constitution des autres. Jake pouvait manger ce qu’il voulait, ce n’était pas moi qui allais lui mettre des barrières. Quoi que ce serait drôle de lui cuisiner un plat à base de légume, un jour, juste pour voir ce que ça pourrait donner. Sadique, moi ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. J’aimais bien l’embêter, tout comme lui aimait bien le faire sur certains sujets dont je ne m’étendrais pas.

Après avoir passé notre commande, je remarquais qu’il faisait incroyablement chaud dans cette salle. Je ne portais que ma robe, j’avais retiré ma veste et pourtant, j’avais l’impression d’être comme dans un sauna. Aussi, je fis la remarque à Jake en toute innocence et celui-ci eut la décence de m’avouer que c’était le champagne. Ah mais oui ! L’alcool ! Bizarrement, ça m’était totalement sorti de la tête cette histoire d’alcool. Pourtant, je l’avais prévenu que je n’avais pas de grande résistance face à lui. Je devais bien avouer que Jake avait tout de même raison : c’était mes vingt ans et puis, j’avais un chauffeur rien que pour moi. Où était le mal à dépasser légèrement la limite ?

- Tu as raison. Et puis, je vais manger aussi, donc ça va éponger au passage.

Je terminais ma coupe et laissais Jake m’en servir une deuxième. De toute façon, la bouteille était là alors il fallait bien la finir, non ? Elle serait payée dans tous les cas et franchement, j’aurais mauvaise conscience s’il devait la payer pour deux simples flutes… Voilà, j’avais trouvé ce que je boirais tout au long du repas de A à Z : du champagne. C’était un bon plan. J’avais toujours une main dans celle de Jake et machinalement, mes doigts caressaient lentement le dos de sa main. A cet instant, je pus me dire que j’avais un petit copain en or. Un copain que j’avais traité de gros tas de muscles sans cervelle avant de prendre le temps de le connaître. Je regrettais sincèrement toutes les paroles que j’avais pu prononcer à son encontre, tout comme lui regrettait surement d’avoir fait de ma vie un enfer pour une simple couleur de cheveux.

- Dis, tu crois que si tu ne m’avais pas bousculé ce jour-là, dans les couloirs, on en serait là ?

C’était ainsi que j’avais rencontré Jake, la première fois. Il m’avait bousculé et fait tomber tout ce que j’avais dans les mains puis avait continué sa route, en se moquant de ma maladresse du moment. On ne pouvait pas refaire le passé, alors à quoi bon songer à ce qui aurait pu arriver, me direz-vous ? Et bien j’étais tout simplement curieuse de connaître son point de vue des choses. Tout ce que je pouvais connaître de lui, je le prenais comme étant une information de la plus haute importance. Je ne voulais absolument rien manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mar 19 Nov - 10:51

Daphné se moquait de mon aversion pour les légumes. Bah oui, il faut de tout pour faire un monde : ceux qui adorent les légumes et ceux qui rêvent de les brûler dans un immense feu de joie en dansant autour la danse de la joie en lâchant un rire diabolique… Non, je n’exagère pas. D’ailleurs, je n’exagère jamais ! Je pris un faux air scandalisé, posant une main sur mon torse, je lui dis :

« Ne te moque pas de moi, voyons, j’ai survécu à une attaque légumaire ! »


Je finis par sourire. En général, je disais beaucoup de bêtises uniquement pour voir le sourire de Daphné. Après lui avoir expliqué que cette soudaine montée de chaleur était sûrement due au champagne, Daphné m’approuva… En même temps, c’était la seule explication et en plus, elle était vraie. Elle me dit alors qu’elle allait manger, histoire d’évacuer l’alcool qu’elle buvait… Pourquoi faire hein ? Elle aurait pût tout aussi bien garder tout cet alcool non ?
Daphné termina d’un trait sa flûte et me la tendis. A vos ordres, votre Altesse. Sans attendre, je lui versai encore un peu du liquide pétillant. C’était son anniversaire, des occasions de boire ne se présenteraient pas de sitôt alors autant qu’elle en profite. Moi, je ne m’étais autorisé qu’un verre.
Je sentais les doigts de Daphné me caresser le dos de la main. Je lui fis un sourire tendre. J’eus envie de glisser mes doigts dans ses cheveux… Qui n’étaient pas blonds. Comme quoi, ma mère avait raison. J’avais fini par tomber amoureux mais pas d’une blonde. Daphné me demanda alors si nous serions ici si je ne l’avais pas bousculé… Je mis un certain temps à lui répondre. Pour moi, la réponse était oui, sans aucun doute. Mais il fallait bien que je lui explique pourquoi… Bon, autant être franc avec ma petite amie et lui dire toute la vérité.
Je hochais la tête avant de lui répondre :

« Bien sûr… Quand tu es arrivée, je t’ai vu. Je me suis dit que tu étais magnifique. Je t’ai suivi du regard mais toi, tu ne me voyais pas… Bon, en même temps, j’étais avec mes coéquipiers. En fait, c’est à ce moment-là que je me suis dit que quelque chose clochait, que tu n’étais pas blonde donc que je ne devais même pas remarquer ta présence… Sauf que, je n’arrêtais pas de penser à toi et au fait que malgré tout ce que je voulais bien me dire, tu m’attirais. Et j’avoue que je ne voulais pas donner raison à ma mère. » Terminai-je en riant doucement.

Dans tous les cas, j’avais remarqué Daphné et que je l’ai bousculé ou non, j’aurais fini par lui parler… Peut-être que la manière douce aurait été préférable mais je me demandais si notre relation aurait été la même ? Peut-être bien mais même si je regrettais de m’être comporté comme le dernier des crétins, j’étais heureux de la tournure des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Jeu 21 Nov - 10:23

Embêter Jake était devenu très facile pour moi maintenant depuis que je le connaissais. Petit à petit, j’apprenais quels étaient les sujets sensibles, ceux avec qui on pouvait plaisanter et ceux avec lesquels on ne pouvait pas. Mais malgré ça, c’était assez dur de le faire marcher parce qu’il prenait tout à la plaisanterie (ou presque). Du coup, c’était bien souvent moi la perdante. Néanmoins, j’avais face un moi un bon sujet pour essayer de tirer une mine boudeuse à mon petit copain, mais encore une fois, il avait réussi à me contrer. Bon, l’attaquer sur son aversion pour les légumes, et bien ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux car il trouvait toujours un moyen de me contrer. Ce n’était pas bien compliqué pour lui, en même temps. Mais je trouvais son aversion assez drôle en même temps parce que je ne voyais pas du tout ce qu’il trouvait de répugnant dans cette nourriture.

- Et quelle attaque ! répliquais-je. Moi j’en mange tous les jours, tu crois que je suis immunisée ?

Ce que je ne pouvais pas nier, c’était que Jake me faisait rire avec ses plaisanteries et sa façon d’avoir réponse à tout. Honnêtement, je l’admirai pour son sens de la répartie parce que je ne pensais pas en avoir une aussi développer que la sienne. Quoi que j’arrivais à avoir la langue bien pendue quand je buvais un verre, même si c’était un malheureux verre de champagne. Techniquement, ce n’était pas l’alcool le plus fort que j’avais bu au cours de ma vie. Mais généralement, il ne suffisait pas de grand-chose pour que je sente la chaleur s’installer à mes joues. Enfin, comme le disait Jake, c’était mon anniversaire alors ce n’était pas parce que je supportais mal l’alcool que j’allais me priver de boire un petit peu. D’ailleurs, pour parfaire mes paroles, je lui tendis ma flûte pour qu’il me resserve. Et puis, ce n’était pas comme si j’allais simplement boire sans rien manger. J’allais avoir un vrai repas donc l’alcool allait être épongé.

Machinalement, je caressais la peau de la main de Jake. C’était un geste que j’avais pris l’habitude de faire à chaque fois qu’il me tenait la main. Une pensée m’effleura et je ne pus m’empêcher de lui poser la question. S’il m’avait bousculé, serions-nous ensemble en ce moment ? Je n’en avais aucune idée. Peut-être que oui et peut-être que non. L’avenir était tellement incertain. Du coup, je voulais savoir ce que Jake en pensait. Comme je m’y attendais, il ne me répondit pas tout de suite. C’était une demande qui méritait réflexion, j’en avais parfaitement conscience. Tout ce que j’espérais, c’était que ça n’allait pas gâcher l’instant présent. Ce dîner à deux était vraiment le meilleur cadeau qu’on m’avait offert, même si n’importe qui penserait qu’il s’agissait de l’objectif que mon père. C’était vrai que j’étais toute excitée à l’idée de bientôt pouvoir l’essayer, mais le dîner n’avait aucune valeur égalable.

Finalement, Jake me répondit que oui. Je fus curieuse de savoir pourquoi il pensait ça. Je n’eus pas besoin de lui demander de m’en dire plus car il enchaina et je l’écoutais avec la plus grande des attentions. Son récit fit accélérer les battements de mon cœur. La fin de son récit me fit légèrement rire. Défier sa mère, c’était bien lui. Je ne la connaissais pas, mais je l’admirais pour avoir su le supporter. Aussi gentil qu’il pouvait être quand il ne jouait pas aux machos pleins de muscles, il savait être insupportable. Jusqu’à présent, je n’avais eu affaire à ce Jake là, mais je savais qu’un jour je le verrais. Cela ne m’énervait pas d’avance parce que je voulais le connaître de la façon la plus complète qui soit. La rougeur de mes joues s’était accentuée avec cette histoire. J’étais réellement touchée qu’il me dise une telle chose.

- C’est mignon, fis-je. Mais pour rien au monde je ne changerai le présent. Les choses sont très biens ainsi, non ?

Je lui adressais un grand sourire avant que le serveur ne revienne à notre table avec nos entrées en main. Les raviolis aux artichauts fumaient dans les assiettes et rien que dans l’aspect, ça m’ouvrait l’appétit. J’avais l’air d’avoir bien fait d’écouter Jake. Je remerciais le serveur qui nous souhaita un bon appétit avant de s’éclipser. Je fus contrainte de lâcher la main de mon petit ami pour pouvoir manger. J’attrapais ma fourchette et piquais dans un ravioli. Si c’était aussi bon que ça semblait être, je n’allais pas attendre dix ans avant de manger. Quand je pris une première bouchée, je fus stupéfaite. Mes papilles se réveillèrent aussitôt et un grand sourire se dessina sur mes lèvres. Je levais les yeux vers Jake et m’exclamai :

- C’est juste trop bon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Mer 27 Nov - 13:13

J’avais pris certaines habitudes depuis j’étais en couple avec Daphné. Par exemple, j’étais devenu très galant. Je lui tenais les portes, je l’aidais à descendre de ma voiture. Le matin, quand je n’allais pas la chercher chez elle, je la retrouvais à l’université. Souvent devant les casiers. Je l’accompagnais à sa salle avant d’aller à la mienne. Quand je marchais avec Daphné, souvent, je lui prenais la main ou je la prenais par la taille. Quand elle s’asseyait dans ma voiture, je posais la main sur sa cuisse et généralement, elle posait sa main sur la mienne. Et puis, j’avais découvert également que j’avais un instinct d’homme des cavernes… Il arrivait parfois que dans mon esprit, les choses semblaient bien plus simples quand il s’agissait de Daphné. Du style, Moi Jake, toi Daphné, toi à moi. Bref, depuis qu’elle était entrée dans ma vie, Daphné avait chamboulé mes habitudes et les avait remplacées avec d’autres habitudes.

Mais malheureusement pour elle, Daphné n’avait pas réussi à remplacer mon habitude de carnivore. J’aimais beaucoup trop la viande pour m’en passer… Et je détestais les légumes ! Heureusement pour moi, je n’avais encore jamais eu de problèmes liés au fait que je n’en mangeais pas assez. Oui, j’en mangeais de temps en temps… Du style, de la salade dans un hamburger. Quoi, ça ne compte pas ?? Quoi qu’il en soit, Daphné se moquait de moi et de mon aversion pour les légumes. Ce que j’aimais avec elle, c’est qu’elle était très simple mais surtout authentique. Daphné ne se privait pas pour se moquer de moi, pour m’embêter. Et ça, j’adorais ça. Même si devant elle, je jouais l’amoureux au cœur brisé. J’étais un bon comédien, dans mon genre.

« Moque toi, mais en attendant, ne pas en manger m’a plutôt réussi ! J’ai des abdos et des fesses en béton. Toi, vaut mieux que tu en manges, vu que tu ne manges de viande ! Donc, je pense que tu es immunisée… T’as de la chance ! Moi, c’est perdu d’avance ! » Lui dis-je en riant.

J’étais plutôt sérieux, j’avais vraiment des abdos et des fesses en béton. Mais ce n’était pas que grâce à la viande. C’était aussi grâce au sport. Si jamais je n’arrivais pas à atteindre mon but d’être avocat, je savais dans quoi me reconvertir. J’avais d’ailleurs longtemps hésité entre les deux vocations. Puis, j’avais fini par me dire qu’il était plus important pour moi d’aider ces personnes qui se faisaient battre par une ordure, plutôt que de devenir célèbre en faisant du sport. Et puis, rien ne m’interdisait de faire du sport à côté de ça.

Daphné m’avait demandé alors si tout serait pareil si je ne l’avais pas bousculé. Pour moi, tout aurait été pareil parce que je l’avais remarqué bien avant. Alors si je ne l’avais pas poussé, j’aurais certainement fais autre chose. Daphné semblait apprécier ma réponse, ce qui me fit sourire. Tandis qu’elle m’expliquait qu’elle était heureuse de ce que nous avions, je pris sa main et l’embrassai avant de lui répondre :

« Même si notre rencontre n’a rien d’un film à l’eau-de-rose débile, je suis heureux de la tournure que les événements ont pris… On va seulement espérer que tu ne gâcheras pas tout en devenant blonde, sinon, c’est sûr, je t’appelle Barbie. » Terminai-je avec humour.

Je la taquinais sur sa couleur de cheveux car j’avais longtemps pensé que c’était ça le problème. En réalité, c’était surtout le fait que je ne voulais pas reconnaître que ma mère avait raison : c’était finalement une brune qui avait su attirer mon attention. Comme quoi, les mamans avaient souvent raison… Mêmes celles qui abandonnent leurs fils pour aller voir un amant invisible !! Je chassais ces pensées. J’allais régler ça avec ma mère, une fois que j’arriverais à l’avoir une journée pour moi…

Le serveur nous ramena nos entrées. Comme toujours, les plats étaient servis dans de la vaisselle délicate et bien coûteuse. Bon ça, je m’en foutais royalement, tant que ce que contenait mon assiette était à la hauteur de mes attentes. Lorsque je pris ma fourchette et commençai à manger, je pu constater avec délice que c’était toujours aussi bon. Daphné était du même avis que moi. J’avalai la nourriture avant de lui dire :

« Même si je n’aime pas les légumes, ici, je peux en manger. Ils sont plutôt bons. Régale-toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Dim 8 Déc - 20:08

Je n’essayais pas de changer Jake. Je ne voulais pas qu’il change. Je l’aimais comme il était, même si parfois, il me faisait penser plus penser à un homme primitif qu’autre chose, mais il restait malgré tout Jackson. Alors s’il n’aimait pas les légumes, je m’en fichais. Il pouvait bien manger ce qu’il voulait, ça ne changerait absolument rien à ce qu’il était. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de le taquiner sur le fait qu’il fuyait les légumes verts. Personnellement, je ne comprenais pas pourquoi il trouvait ça tellement dégoutant. Il y en avait qui était excellent. La preuve, je n’aimais pas tous les légumes qui existaient : les brocolis par exemple. Ca, c’était clair que je ne pourrais jamais en avaler ! Ou alors, il faudrait réellement que je crève de faim et qu’il n’y ait plus rien au monde à manger !

Je sentis mes joues rougir légèrement quand il fit mention de ses abdos et de ses fesses « en béton ». J’avais déjà pu sentir les muscles qui peuplaient son torse à diverses reprises, mais pour ce qui était de ce qui se trouvait derrière… Et bien je n’avais jamais eu l’occasion de voir ça et honnêtement, je ne me sentais pas assez ‘courageuse’ pour voir ça sans aucune pudeur. Enfin, je laissais ça de côté pour me concentrer sur la conversation. Certes, je ne mangeais pas de viande et du coup, il fallait parfois que je comble les protéines par d’autres choses. A ses yeux, j’étais une véritable survivante de l’attaque légumaire. Ben voyons, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre… Toute excuse était bonne à fournir, il fallait croire. Ce qui me fit lever les yeux au ciel, mais en souriant. Je savais qu’il plaisantait.

- A ce titre-là, il faudrait que je sois traitée comme une véritable princesse, répliquais-je.

La conversation dériva sur un autre sujet qui m’occupait l’esprit de temps à autres. Et bien sur je n’avais pas pu m’empêcher de lui poser la question. Bon, la situation ne s’apprêtait pas vraiment à ce genre de conversation mais je voulais tout de même savoir et la curiosité avait été plus forte, sur le coup… Et surtout, je voulais savoir ce que Jake en pensait. Je voulais savoir si tout aurait été pareil si les choses avaient été différentes. Après tout, il m’avait avoué que s’il s’était montré aussi odieux avec moi, c’était simplement parce que je ne répondais pas à son genre de fille. Plus je côtoyais Jake, plus j’en apprenais sur la façon dont il m’avait perçu la première fois, plus mon attachement pour lui grandissait. Néanmoins, il avait raison : avant qu’il ne me bouscule, je ne l’avais jamais réellement remarqué. En même temps, je venais d’arriver et j’étais bien plus souvent concentrée sur le chemin que j’empruntais que sur les gens que je croisais.

Personnellement, j’étais plutôt satisfaite de la tournure des événements. La façon dont les choses avaient tourné n’était pas déplaisante. Certes, ce n’était pas commun, mais pour rien au monde je ne changerai le présent. D’ailleurs, je fis par de ça à Jake. Je n’avais pas besoin que les choses se soient passées différemment. Même si j’avouais avoir souhaité plus d’une fois lui arracher les yeux pour qu’il arrête avec son comportement de gros macho sans cervelle. Mon sourire s’élargit lorsqu’il prit ma main pour poser ses lèvres dessus. Un léger frisson me parcourut. Jake avait un certain effet sur moi, je ne pouvais pas le nier, mais je ne montrais rien pour le moment. Si jamais il le voyait, je sentais que ça n’allait pas rester sans conséquence. Je grimaçais quand il me défendit de devenir blonde et encore plus quand il me menaça de m’appeler Barbie.

- Ca, ça ne risque pas d’arriver ! Très peu pour moi, j’aime beaucoup ma couleur de cheveux. Il me semble te l’avoir déjà dit, non ?

Je faisais référence au jour où il m’avait emmené à l’hôpital pour ma cheville. Je lui avais déjà dit qu’il était hors de question pour moi que je change ma couleur de cheveux pour lui faire plaisir ou pour rentrer dans ses critères. J’étais châtain et je comptais bien le rester ! Quand le serveur arriva avec nos entrées, je lâchais à contre cœur la main de Jake. J’avais besoin de mes deux mains pour manger, mais si un jour je découvrais une façon de manger sans le lâcher, je mettrais en œuvre cette pratique. C’était la première fois que je goutais aux raviolis aux artichauts et je n’étais vraiment pas mécontente d’avoir écouté les conseils de Jake. D’ailleurs, je constatais qu’il mangeait des légumes. Comme quoi, il en mangeait malgré ce qu’il disait plus tôt. Je terminais ma bouchée avant de lancer :

- Fais gaffe, j’ai entendu dire que les artichauts préparaient leur assaut d’ici peu. Ce serait bête que tu meurs après avoir survécu aux autres attaques !

Je lui adressais un grand sourire innocent avant de prendre un nouveau ravioli et de le manger. Embêter Jake était vraiment une passion !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   Dim 19 Jan - 18:30

Ce qu'il y avait de marrant dans cette conversation, c'est que Daphné ne comprenait pas pourquoi je vouais une aversion aux légumes et moi, je n'arrivais pas à m'imaginer une vie sans viande. Chacun exposait ses questions et on finissait par en rire... Faut dire qu'avec mon habitude à ne rien prendre au sérieux et à rire de tout...

Lorsque j'avais parlé de mon corps parfait, je remarquais que les joues de Daphné prirent feu. Je souriais. J'adorais la voir rougir ainsi, elle était tout simplement adorable. Je tendis la main et caressai la sienne avec tendresse. L'amour rend réellement bête... Je n'aurais jamais cru trouver un jour ça mignon qu'une femme rougisse. Et pourtant, ce soir, cette certitude venait de s'envoler. Alors, je continuais en lui expliquant qu'elle était bien courageuse d'affronter la horde de légumes toute seule ! Bah oui, ils sont dangereux et vicieux ! Daphné leva les yeux au ciel en souriant. Je provoquais souvent cette réaction chez ma petite amie. Quand je disais une bêtise mais qu'elle trouvait ça drôle. Si ça ne l'avait pas été, elle m'aurait lancé un regard noir comme si elle allait m'étrangler.

« Oui, c'est vrai. D'où ce dîner fabuleux et une autorisation de boire car ce soir, je serais le chauffeur de mademoiselle. » lui dis-je avec un sourire.

Quand j'y repensais, parfois, je me disais que si j'avais été aussi chiant avec Daphné se devait aussi être en partie parce que cette demoiselle ne m'avait pas remarqué comme je l'avais remarqué. La première fois que je l'avais vu, elle filait vers l'administration. Sauf qu'elle regardait droit devant elle et moi... Bah, je l'admirais. Je l'avais croisé à de nombreuses reprises sans que jamais Daphné ne semble me remarquer... Pourtant, j'étais connu pour être l'un des nombreux Don Juan et l'un des plus beaux mecs... Mais c'est comme si je n'existais pas... Et ça, je n'en avais vraiment pas l'habitude ! Mais vraiment pas ! Alors, j'avais trouvé une autre façon de me faire remarquer. Pas très romantique mais quand même...

Puis, je l'avais embêté sur sa couleur de cheveux, qui au départ m'avait vraiment perturbé... Maintenant, je m'y étais fait, mieux encore, je l'adorais. Pour rien au monde, je ne voudrais voir ma petite amie blonde... En plus, ça ne lui irait pas. Je la prévins que si jamais l'envie lui prenait, je l'appellerais Barbie. La menace suprême !

« Oh, je te le dis au cas où, l'idée te traverserait l'esprit... Et je te préviens, je me teindrais aussi en blond comme ça, on serait le couple Barbie et Ken...» dis-je d'un ton sérieux avant d'exploser de rire.

Moi, en Ken ? Ma mère me raserait la tête dans mon sommeil, mes coéquipiers ne me rateraient pas et pour ce qui est des commères... Leur blog me descendrait en flèche ! Non, mais moi en blond... Même pas pour un déguisement ! Je préférais encore être en Bozo le clown !
Le serveur arrivait avec nos entrées. Je sentis les doigts de Daphné s'échapper de ma main. Je n'aimais pas ça mais il fallait bien que l'on se nourrisse. Le serveur posa nos assiettes puis s'éclipsa. Sans attendre, j'attaquai mon entrée. Comme toujours, elle était super bonne. J'aimais ce restaurant, la cuisine était excellente, il servait un excellent vin et le service était irréprochable. Tout pour me faire revenir !
Alors que j'avalai ma bouchée, Daphné se mit à me taquiner sur le fait que les artichauts préparaient une invasion... Je plissais les yeux et répliquai :

« Si jamais ils viennent te chercher pour faire de toi l'un des leurs, je t'abandonnerais à ton sort, chérie. » Lui dis-je avant de mettre une nouvelle bouchée dans ma bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Joyeux anniversaire ma princesse bien trop sexy qui se laisse pas toucher ( Daphné )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Joyeux anniversaire au chef adoré
» joyeux anniversaire Leetha.
» Joyeux Anniversaire Roberto !!!!!
» Joyeux anniversaire floc!
» Folie Meurtrière ♥ Joyeux anniversaire ! ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Manhattan :: Les restaurants-