Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Non, c'est non [Pv Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mar 21 Oct - 22:07

Ca faisait un bon bout de temps que je voulais enfin sauter le pas avec Daphné. Contrairement à ce que l’on pouvait croire, le sexe n’était pas une priorité dans ma relation avec Daphné. Elle me comblait de bien d’autres façons. Avec elle, je pouvais parler de tout et de rien. Elle me tenait tête, me conseillait bref, notre relation était complète. Malheureusement, mon corps reprenait le dessus sur mon esprit. Et ces derniers temps, il semblait avoir très envie de Daphné. Je ne pouvais que le comprendre, Daphné avait ce côté sexy qu’elle ne semblait pas soupçonner qui l’a rendait encore plus attirante.

Alors lorsqu’elle semblait oublier où nous nous trouvions et semblait prête à enfin se donner à moi, je ne me fis pas prier et laissai tous mes désirs me guider. C’est ainsi que je retrouvais au-dessus de la jeune femme torse nu, lui déposant des baisers sur chaque coin de peau dévoilée. Rapidement, son haut suivit le mien… Quelque part, par terre ou sur une chaise, peu importait, tant que rien ne se mettait entre ma bouche et la peau si douce de Daphné. J’avais poussé le vice en déposant des baisers sur sa poitrine. J’en vins à me rappeler la première fois que j’avais vu Daphné en tenue légère. Elle venait de se faire agresser, je passais par là et je l’avais aidé en me battant avec les mecs qui avaient eu la connerie, et je pèse mes mots, de la toucher. Je l’avais alors ramené chez elle. Ce jour-là, j’avais décidé que je me devais de la protéger coûte que coûte. Elle tremblait de peur et j’avais tenté de la rassurer… C’était aussi ce soir-là que nous avions échangé nos premiers baisers... Ces chastes baisers semblaient bien lointains…

Voyant que Daphné ne me repoussait pas, je ne m’arrêtais pas. Mieux encore, je passais une main sur sa poitrine. A travers le tissu de son soutien-gorge, je caressais son sein avec tendresse. J’avais beau être à l’agonie, je n’étais pas un de ces porcs se jetant sur une femme sans même prendre soin d’elle. Loin de là, j’avais l’intention de montrer à Daphné comment je pouvais être aux petits soins avec elle. Ne voyant toujours aucune résistance, le gamin qui sommeillait en moi se mit à danser la danse des canards tant j’étais heureux. Daphné passait son temps à me dire « Non, Jake, pas de sexe ce soir. » « Non, Jake, pas de sexe dans la voiture. » « Jake, je t’interdis de coucher avec une femme qui me ressemble ! »… Bon ok, pour le dernier, j’avais dit ça juste pour la faire un peu chier. Mais bon, vous l’avez compris. Avec Daphné, j’enchaînais une série de refus qu’aucun homme du 21ème n’avait dût subir… D’ailleurs, allez savoir pourquoi, mais ce n’était jamais le bon moment ou le lieu idéal… Ça devait être un test de fille… Vous savez, le genre de test qu’on trouve dans leurs magazines bidon du style « Comment savoir si mon copain m’aime en dix étapes ». Et si jamais Daphné m’avait fait subir un de ces tests idiots… J’allais me venger ! Je ne sais pas encore comment, mais cet affront ne resterait pas impuni. Enfin bref, je commençais à envisager sérieusement de passer à la vitesse supérieure, lorsque Daphné me demanda de m’arrêter. Et ce n’était pas comme la première. Ce n’était pas un murmure donc je ne pouvais pas faire semblant de ne pas l’avoir entendu. Sans pour autant m’arrêter, je remontai le long de sa poitrine pour atteindre son oreille et lui chuchotai :

« Qu’est qu’il y a, princesse ? »

Oui, oui, même dans un moment aussi torride, je ne pouvais m’empêcher d’appeler Daphné « princesse ». Je soupçonnais l’homme amoureux, ce côté de moi que j’avais tenté de fuir, de parler à chaque fois que j’étais face à ma petite amie. C’était plus fort que moi, je lui avais donné ce surnom et il lui collait à la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 2 Nov - 21:56

Les sensations que Jake faisaient naître en moi étaient toutes nouvelles. Jamais de ma vie je n’avais ressenti tout ça pour une seule et même personne. Je l’aimais. C’était un effet. Je l’aimais même au-delà des mots. Il me faisait me sentir bien, il me faisait planer à quatre milles mètres au-dessus du ciel. Ses sensations allaient dans l’ordre logique des choses, et pourtant, je me retrouvais aussi effrayée qu’excitée par ce qui était entrain de se dérouler. Une partie de moi continuait de lutter tandis que l’autre partie s’abandonnait à ses caresses, à ses mains et à ses lèvres. Si j’avais su que c’était si bon de se sentir adorée physiquement… Quoi que non, j’avais mes raisons de rester sur ma réserve à ce sujet. Bon sang, j’étais vierge et Jake me touchait comme personne d’autres avant lui n’avait eu l’autorisation de me toucher jusqu’à présent.

Chacune des nouvelles caresses qu’il exerçait sur moi me faisait perdre la tête, m’embrumait le cerveau. Je n’avais pas vraiment peur de me retrouver si peu vêtue face à lui alors que, quelque part, c’était la première fois qu’il me voyait avec une couche de vêtements en moins. Sa main sur mon sein me rendait folle. Qu’est-ce que se serait quand se serait plus ? Un plus que je lui avais toujours refusé. Certes, aujourd’hui, c’était la première fois qu’il me demandait vraiment qu’on aille plus loin. Avant, c’était des taquineries que je n’avais pas vraiment prise au sérieux, comme la fois où il m’avait demandé si j’étais d’accord pour qu’il couche avec une fille qui me ressemble. Mais je me rendais compte que j’avais loupé ses nombreuses propositions et il avait fallu qu’il soit sérieux pour que je capte ses envies.

Envie qu’il était justement entrain de me refiler, mais ma conscience continuait de lutter encore et encore jusqu’à ce que le voile de brume se disperse un peu, me donnant assez de volonté pour lui demander d’arrêter. Même si c’était infiniment bon, je ne pouvais pas coucher avec lui comme ça. Pas pour ma première fois. C’était vrai que c’était excitant de vouloir faire ça ici parce qu’il y avait le risque qu’on nous trouve, ou qu’on soupçonne quelque chose. Mais une première fois… Non, ce n’était pas ainsi que je la voyais, bien que l’idéal n’existe pas réellement. Ca se faisait, comme ça. Ca venait naturellement. Mais là, pour moi, ce n’était pas ‘naturel’. Jake m’entendit cette fois. Sa bouche remonta de ma poitrine à mon oreille. Son souffle me fit frissonner. De la volonté, Daphné, de la volonté !

- On peut pas faire ça, comme ça, fis-je doucement.

Reprenant doucement conscience de ce qui nous entourait, je remarquais que je tremblais légèrement. L’appréhension du moment se mélangeait avec la crainte que Jake ne s’énerve parce que je lui refusais ce qu’il voulait. Quoi qu’il ne savait pas que j’étais vierge donc il n’aurait aucune raison de convoiter ma virginité, mais il voulait que notre relation passe à l’étape supérieure. Si je n’avais plus été vierge, oui, peut-être que ça se serait passé comme ça et ici, mais ce n’était pas le cas. Je cherchais à capter son regard, bien que la sensation de son corps sur le mien n’était pas désagréable. Au contraire, je me sentais protégée. Gigotant légèrement, je frottais sans le vouloir mon bassin contre le mien et quand je m’en rendis compte, je me figeais.

- Désolée… C'était pas... voulu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Ven 14 Nov - 22:19

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas échangé de tels baisers aussi passionnés, des caresses aussi torrides. Depuis que je sortais avec Daphné, je n'avais eu un seul geste déplacé. Je me tenais à carreaux par peur de lui faire peur ou de me faire encore recaler. Je devais avouer que l'épisode de l'agression de Daphné était toujours dans un coin de ma tête... J'avais toujours un peu peur de lui rappeler ce moment... Et puis, depuis le jour de son anniversaire où elle s'était endormie sans aucune pitié pour son chevalier servant, je ne voulais pas me faire des idées pour les voir s'évaporer...

Et d'ailleurs, je sentais qu'à nouveau, tous mes espoirs s'évaporaient dans les airs... Pourtant, aujourd'hui, j'étais allé plus loin que mes précédentes tentatives... Mais malgré cela, elle avait réussi à me résister. Il fallait que je finisse par trouver la faille... Le petit truc qui déclencherait tout sans que Daphné ne se pose de questions. Aujourd'hui, j'avais pourtant fais ce que je pouvais, enfin, dans la limite du possible, car je ne savais pas jusqu'où elle me laisserait aller. J'avais réussi à faire comme si je ne l'avais pas entendu la première fois mais à la seconde... J'étais réellement obligé de faire au moins semblant de prêter attention à ce qu'elle disait... Même si je sentais que j'allais vite le regretter. Alors que je continuais de l'embrasser dans le cou, je l'entendis chuchoter qu'on ne pouvait pas le faire comme ça... Oh non, non pas encore ça ! Je me relevais lentement pour l'observer... Elle était en soutien-gorge allongée sur un bureau... Croyez-moi, plus excitant, tu meurs ! Le deuxième cerveau que je possédais, situé plus bas, avait bien du mal à se rendormir. En fait, j'étais dans un réel état d'excitation... Une douche froide n'aurait pas suffit à me calmer...

- Pourquoi ?, lui dis-je presque d'un ton larmoyant.

Oui, j'étais sur le point d'exploser. Si j'avais eu des galipettes récemment, j'aurais pût conserver un semblant de virilité mais là... J'avais l'habitude de coucher avec la première bimbo venue, autant dire que j'étais rarement en manque. Mais à présent, avec Daphné... J'avais connu plusieurs long mois d'abstinence... Donc adieu la logique, la maturité et bonjour les enfantillages et les caprices...
Je sentis alors Daphné s'agiter sous moi. Bon, il faut dire que je n'avais pas vraiment bougé d'un pouce et qu'à côté d'elle, j'étais plutôt imposant. Donc pour pouvoir se dégager, elle était obligée de se tortiller... Sauf que ça eut pour effet de m'exciter, il faut bien l'avouer, bien plus encore, si c'était possible. Je me mordis la lèvre inférieure en fermant les yeux et fis un très gros effort pour ne pas recommencer à essayer de pousser Daphné dans ses retranchements. Je devais avouer que j'adorais la sensation que ma petite amie me procurait. Son corps contre le mien, ses mains sur ma peau, nos lèvres scellées... Et c'est avec un effort surhumain que je me levais, la libérant ainsi de mon poids. Je récupérai mon t-shirt et le remis sans un mot... Je risquais de pleurer de rage comme un gosse à qui on refusait des bonbons...

Je m'assis sur une table, reprenant mon souffle et en essayant de me calmer... Sauf que voir Daphné se rhabiller, me rappelait que je venais de vivre les instants les plus torrides que j'avais eu avec elle. Il fallait que je sorte avant de recommencer. Je mis ma veste, repris mon sac.

- Je vais y aller ça vaut mieux...

Si j'avais pût, j'aurais tapé du pied par terre comme un enfant. Merde quoi, elle ne se rendait pas compte de l'effet qu'elle avait sur moi. J'attendis néanmoins que Daphné soit dans une tenue décente avant de sortir de la salle. Si je ne pouvais pas voir ma petite amie en petite tenue, et encore moins en tenue d'Eve, personne n'avait le droit d'en profiter. Lorsque je sortis, le couloir était désert. Tant mieux, je n'avais pas besoin que l'on m'observe en se demandant ce que j'avais bien pût fabriquer dedans... J'étais sorti encore plus frustré qu'en y rentrant... Je n'en voulais pas à Daphné, seulement, il fallait que je m'éloigne sinon, je risquais de devenir un homme des cavernes, traînant sa petite amie par les cheveux pour l'emmener dans sa grotte. J'avais l'intention de me défouler dans la salle de sport en faisant de la musculation. Les femmes pensent que les hommes font du sport uniquement pour être musclés... C'était aussi un bon moyen d'évacuer la frustration sexuelle... Je savais bien que de quoi je parlais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mar 2 Déc - 22:33

Je me sentais en émoi. Jake avait réussi à faire naître des choses en moi que jamais personne jusqu’à présent n’avait réussi à me faire sentir. J’avais ce besoin irrépressible de plus de contact avec lui. Or, une partie de moi-même était encore sur la réserve à ce propos-là. Je me rendais compte qu’il allait vraiment falloir que je réfléchisse à ce que Jake m’avait demandé et à ce qui était entrain de se passer. J’avais chaud, j’avais le cœur qui battait à cent à l’heure au point que j’avais l’impression d’avoir couru le marathon du siècle, et j’avais cette sensation étrange qui s’était nichée dans le creux de mon ventre. Il m’apparaissait évident que j’en avais envie, mais ce serait ma première fois et honnêtement, perdre sa virginité dans une salle de cours… Je rêvais de mieux. Pouvait-on m’en vouloir ? Sauf que bien sur, Jake ignorait ce point à mon sujet. Jamais je n’avais osé le lui dire et aussi… nous n’en avions jamais réellement parlé. J’avais vingt ans et j’étais toujours vierge… Difficile d’annoncer ça comme ça.

Quand je lui avais demandé d’arrêter, il avait accédé à ma demande alors que, autant l’avouer, si je n’avais rien dit, nous étions bien partis pour le faire. Ses baisers dans le creux de mon cou auraient pu me faire flancher, mais j’avais pris une décision et lui mieux que personne savait qu’une fois mon idée en tête, je ne l’avais pas ailleurs. Lorsque je lui fis remarquer qu’on ne pouvait pas faire l’amour de cette façon, je le sentis se décoller de moi. Aussitôt, la chaleur de son corps ne m’enveloppait plus. Je sentis la chair de poule commencer à apparaître sur mes bras et je réprimais un frisson. Mon cœur loupa un battement quand Jake me demanda « pourquoi ». Je me mordillais la lèvre inférieure, sans vraiment savoir quoi lui répondre. En fait, si, je connaissais la réponse, mais… était-ce le moment de lui annoncer que je n’avais jamais fait l’amour avec personne et que du coup, il allait être mon premier et que j’avais une trouille bleue ? Probablement. Cependant, ce n’était pas allongée sur un bureau que je pouvais lui dire ça.

Essayant de me dégager légèrement, je gigotais un peu et sans m’en rendre compte, je frottais mon bassin contre le sien. Ce fut en le voyant fermer les yeux et se mordre la lèvre que je compris ce que j’étais entrain de faire. Aussitôt, je me figeais, les yeux écarquillés. Aïe ! Forcément, ce genre de chose n’arrivait qu’à moi… mais vraiment qu’à moi… Je m’excusais pour ce geste malheureux et sans rien dire, Jake se dégagea complètement, me laissant libre. Une boule d’appréhension remplaça la chaleur de mon bas ventre. Ne disant rien, je me redressais à mon tour. J’avais l’impression que l’ambiance était glaciale entre nous et je n’aimais pas ça. Je détestais ça, surtout… J’attrapais mon haut et l’enfilais aussi silencieusement que lui qui venait de remettre son t-shirt. Dégageant mes longs cheveux afin de les sortir de sous mon vêtement, je sentis les larmes naître dans mes yeux quand il m’annonça qu’il allait partir. Dos à lui, je ne me retournais pas. Je n’avais pas envie qu’il me voit dans cet état.

Je l’entendis quitter les lieux, si bien que je me retrouvais seule dans cette salle de classe vide. Essuyant les larmes qui menaçaient de couler avec les manches de mon haut, je pris une grande inspiration afin de me calmer. Il fallait que je reste calme. Et il faudrait aussi que j’ai une discussion avec Jake sur tout ça. Mais pour l’instant... Le cœur battant à toute allure, j’étais dans tous mes états. J’avais tellement peur de le perdre que s’en était angoissant. On, ou plutôt, je ne pouvais pas rester sur un silence pareil. C’était impossible. J’attrapais mon sac et sortis de la salle. Je jetais un œil d’un côté puis de l’autre avant de repérer Jake qui s’était déjà pas mal éloigné. Sans plus attendre, je m’élançais à sa poursuite et arrivant à sa hauteur, je passais mes bras autour de lui et nichais mon visage dans son dos, entre ses omoplates. Je m’agrippais à lui, craignant qu’il ne me fasse le lâcher. Les larmes que j’avais réussi à refouler revinrent au triple galop, mais j’essayais de tenir bon.

- Je t’en prie, ne me laisse pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 28 Déc - 18:33

Daphné était une de ces femmes magnifiques, belles, attirantes, sexy... Mais qui l'ignorent. Et c'est ce qui me plaisait tant chez elle. Son sourire, son regard, son rire, son corps... Tout en elle me donnait envie. Cela faisais plusieurs mois que j'arrivais à faire taire mes envies primitives mais plus nous avancions ensemble et plus j'avais réellement envie de coucher avec elle. J'en arrivais même à me demander comment j'avais bien pu tenir autant de temps lorsque j'étais puceau... En même temps, je n'avais pas Daphné donc, c'était plus simple.

Malgré ma réticence, j'avais fini par me lever et par laisser Daphné se relever. Mais je tentais de me calmer, ce qui n'était pas une mince affaire. Après des mois d'abstinence, je venais de goûter aux prémices du plaisir charnel... Mais Daphné ne m'avait pas laissé aller jusqu'au bout. Mais le peu que j'avais eu, m'avait mis l'eau à la bouche. Avec Daphné, je connaîtrais les moments les plus torrides de ma vie. J'en étais persuadé. Sauf qu'en attendant, je ne pourrais que fantasmer. Rien que d'y penser, mon membre recommença à faire des siennes. Je comprenais qu'il valait mieux que je m'éloigne. Après que Daphné se soit habillée, je quittai la salle de cours. Bon ok, c'était super con de la laisser en plan. Elle risquait de se faire des idées sur mes intentions mais en réalité, je ne lui en voulais pas du tout... Quand on y pense, je n'allais pas coucher avec ma première petite amie sur un bureau... Non, je me devais d'être un peu plus romantique... Oui, il fallait que je calme mes ardeurs avant de retrouver ma petite amie.

J'avançais dans le couloir désert lorsque je sentis des mains s'agripper à moi. Sans même me retourner, je savais que c'était Daphné. Bon, je n'étais pas plus calme mais je risquais moins de lui sauter dessus. En entendant ses paroles, je m'en voulu... Je devais lui avoir fais de la peine. Je pris ses mains, les embrassai avant de me retourner pour lui faire face.

- Tu es sur ? Je t'avoue que, je ne suis toujours pas calmé...

Je tentais vaguement de lui faire comprendre... Poupée, si tu reste à côté, je risque de ne plus répondre de mes actes. Mais malgré ça, je la pris dans mes bras. Je ne supportais pas l'idée qu'elle puisse se sentir mal. Surtout par ma faute. Je lui embrassai le front.

- C'est juste que... Tu te rends pas compte de l'effet que t'as sur moi... J'ai du mal à me contrôler... Je le fais pas exprès, je te le promets !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mar 6 Jan - 18:11

Ce que Jake et moi faisions, ce n’était pas bien. Nous risquions beaucoup en faisant cela. Nous risquions d’être virés de l’établissement et pour moi, les études de photographie étaient importantes. Bien sur, Jake aussi était important mais j’étais encore vierge alors… je ne me voyais pas faire ça allongée sur une table de salle de cours. D’accord, c’était excitant, mais… quand même. Je méritais une première fois correcte, non ? Le truc c’était qu’il ignorait que je n’avais jamais passé le cap avec un homme. J’avais eu quelques petits copains, mais jamais je n’avais été aussi loin. Jamais aucun d’entre eux n’avait vu en sous-vêtements. Jake si. C’était quand même un ‘signe’ n’est-ce pas ? Mais dans une salle de cours ? Non, ce n’était pas comme ça que je voyais les choses. J’avais peur de dire à Jake que j’étais encore vierge alors la seule chose qu’avais réussi à faire, c’était de lui demander d’arrêter.

J’avais bien vu qu’il prenait très mal mon refus. Et quand il me laissa toute seule dans la salle de classe, je ne pus empêcher les larmes monté à mes yeux. Cependant, je ne les laissais pas couler. Je réussis à les refouler du mieux que possible. Quand je sortis de la salle de cours, je repérais Jake qui était déjà à plusieurs mètres de moi. Il s’éloignait sans un regard en arrière. Mon cœur se serra. C’était une douleur insupportable. Je l’aimais sincèrement et je ne pouvais pas imaginer que cet événement nous séparerait. Pourtant, c’était bien ce qui était entrain de se passer. Il était hors de question que je laisse une telle chose se produire si bien que je me mis à courir dans sa direction. Une fois que je fus à sa hauteur, je passais mes bras autour de lui et m’y agrippais comme si ma propre vie en dépendait. Les larmes que j’avais tenté de refouler remontèrent au grand galop pour revenir dans mes prunelles.

J’avais craint qu’il ne me fasse le lâcher, mais au lieu de quoi, il ne tenta absolument rien pour que je m’éloigne de lui. C’était bon signe, non ? Je lui demandais de ne pas me laisser. Quand je sentis ses mains sur les miennes, je me raidis légèrement. Il allait vouloir que je le lâche, c’était certain ! A nouveau, j’en eus mal au ventre mais je me détendis un tant soit peu parce qu’il les porta à ses lèvres pour les embrasser. Puis il se tourna pour me faire face. Je n’osais pas vraiment le regarder, du coup, je fixais son torse. Dire que quelques instants plus tôt, j’avais osé lui retirer son haut… Il n’était pas calmé…

- Je suis désolée, soufflais-je.

Après quoi, il me prit dans ses bras. Je passais mes bras dans son dos et posais ma tête contre lui. Je fermais les yeux pendant quelques instants et les rouvris après qu’il m’eut déposé un baiser sur le front. Il m’expliqua ce qui l’avait poussé à faire ça. Je relevais la tête et me détachais de Jake.

- C’est pas grave… Je… Peut-être qu’il vaut mieux qu’on…

Qu’on quoi ? Qu’on s’évite comme si on était deux lépreux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 11 Jan - 14:57

Honnêtement, je ne savais pas m'y prendre avec les femmes. Enfin si, je savais manipuler les femmes mais uniquement les femmes faciles, celles qui acceptaient de coucher avec un homme qu'elles connaissaient à peine. Mais pour les relations de couple... Je n'y connaissais absolument rien. Du coup, ma réaction avait été brusque. J'avais laissé Daphné en plan sans penser qu'elle risquait de mal interpréter mon départ.

Daphné m'avait vite rejoint. Sans même me retourner, j'avais su que c'était elle qui s'était agrippée à moi. Je m'étais alors retourner. Je m'en voulais. Daphné avait les larmes aux yeux et c'était de ma faute... Je venais de la faire pleurer. Sans réfléchir, je lui embrassai le front. Daphné s'excusa. Je lui fis un sourire tendre.

- Tu t'excuse d'être sexy ? C'est bien la première fois que j'entends ça...

Je la pris dans mes bras afin de la consoler. Je lui caressai les cheveux lentement. Même si mini Jake était toujours bien réveillé, je me sentais bien plus calme. Assez pour prendre Daphné dans mes bras sans que mini Jake ne nous dérange. Sauf que Daphné évoqua une possibilité. Elle n'avait pas besoin de finir sa phrase. Je voyais déjà ce que ma petite amie avait en tête. Sauf que c'était tout bonnement inenvisageable. Je m'écartais doucement d'elle et lui pris le menton entre mes doigts. Je lui relevai la tête.

- Il vaut mieux quoi ? S'éviter ?

Moi, ne plus voir ma petite amie... Et puis quoi encore. Je n'allais absolument pas la laisser partir aussi facilement. S'il fallait que je l'attache dans ma chambre, j'étais prêt à le faire. Daphné était la première femme dont j'étais réellement amoureux et il était tout simplement hors de question que je la perde à cause d'une histoire de pulsions difficiles à contrôler !
Sauf que ma réaction n'eut rien à voir avec ma carrure... Et mon âge. Je tapais du pied en croisant les bras, une moue sur le visage.

- Nooooon, non et non ! On va pas s'éviter ! J'suis pas d'accord moi !

Ouais, j'avais eu une réaction assez gamine... Digne d'un enfant de cinq ans sauf que là... Daphné réveillait non pas l'homme mais l'enfant capricieux. Ce côté de moi que seule ma mère connaissait pour m'avoir souvent sermonné etc.
Je regardais Daphné avec un air boudeur. Non, mais non ! Ma seule petite amie qui voulait m'éviter... On aura tout vu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Lun 19 Jan - 17:14

Quelque chose avait changé au fond de moi, je le sentais. Mon attachement pour Jake se faisait de plus en plus fort au fur et à mesure que notre histoire se traçait. Je l’aimais, c’était indéniable et il était temps que je réfléchisse à cette suite qui impliquait un contact beaucoup plus profond. Il fallait que je m’y prépare, je ne pourrais pas éternellement lui dire « non ». J’avais réussi à le repousser avant qu’on aille plus loin, mais quand je voyais où ça nous avait conduit, je craignais qu’il ne m’abandonne à force. Or, je ne voulais pas le perdre. C’était ma hantise. Je ne supportais même pas qu’il m’ait tourné le dos pour me laisser toute seule alors songer à pire… C’était inconcevable ! Je m’étais excusée quand il m’avait affirmé ne pas être calmé. Ca avait été instinctif. Toujours serrée contre lui, je me sentis légèrement rassurée quand il posa ses lèvres sur mon front.

- Je ne suis pas…

Je n’eus pas vraiment le temps de finir ma phrase car Jake me serra dans ses bras. Je posais ma tête contre son torse tandis qu’il me caressait les cheveux. Il m’expliqua au passage l’effet que je produisais sur lui. Je voulais bien le croire. Avec un certain effroi, je commençais à émettre la possibilité qu’on devrait s’éviter pendant quelques temps, mais je ne pus aller au bout de mon idée parce qu’au fond, je ne voulais pas qu’on en arrive à ce stade-là. Ce fut Jake qui termina ma phrase. Je me pinçais les lèvres honteusement pendant qu’il me relevait la tête pour que je le regarde en face. Lentement, je hochais la tête. C’était bien l’idée que j’avais commencé à émettre, mais je n’avais pas pu aller jusqu’au bout. Je ne voulais pas que ça arrive et il semblerait ne pas être seule dans ce cas là car Jake se détacha de moi pour taper du pied et prendre une allure boudeuse.

Face à ses paroles, je ne pus m’empêcher d’éclater de rire. D’un homme de 23 ans, je me retrouvais brusquement face à un enfant de 5 ans à qu’on venait de priver de glace. Je ne pouvais plus m’arrêter de rire. J’avais même noué mes bras sur mon ventre. Quand je pus enfin m’arrêter de rire, j’essuyais les larmes qui avaient légèrement coulé sur mes joues. Je reportais mon attention sur Jake qui continuait de bouder encore.

- D’accord, d’accord ! Tu as gagné ! Je n’étais pas pour mon idée de toute façon.

Je m’approchais de lui et passais un bras autour de son cou pour l’embrasser. Je me doutais bien que l’idée ne serait pas accueillie avec joie. Mais je ne m’attendais pas du tout à une telle réaction.

- Ne boudes plus, je n’y pensais pas vraiment. Je te le jure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 8 Fév - 13:29

Daphné était prête à nier mon compliment. Je lui lançais un regard interrogateur. Comme ça elle ne serait pas sexy... J'avais un avis totalement différent. Demandez à mini-Jake, il vous assurerait le contraire. Sauf que Daphné ne termina pas sa phrase. Elle ne se voyait pas comme je la voyais. Les femmes répétaient que les hommes étaient de gros obsédés, je le savais parce que parfois, ma mère le disait quand elle revenait d'un rendez-vous qui s'était mal passé. Eh bien, l'obsédé que j'étais était plus qu'heureux d'être avec Daphné.

Sauf qu'elle évoqua la possibilité que l'on puisse s'éviter... Et cette possibilité était juste à oublier. Je refusais de l'éviter. Tout simplement parce que j'aimais trop Daphné pour faire comme si je ne la voyais pas quand je traverserais les couloirs de la fac. Sauf que ma réaction... Bah, ce n’était pas celle d’un jeune adulte ! J’eus une réaction digne d’un gosse de cinq ans. Le genre de réaction que j’avais avec ma mère lorsqu’elle décidait de me voir comme un bébé et non un jeune homme beau, grand et fort. Je n’avais même pas fais attention à si il y avait du monde autour de nous. Sachant que nous étions le couple le plus populaire de la faculté, je savais par avance que tout le monde nous observait et rapporterait sûrement les faits aux commères… Si elles n’étaient pas elles-mêmes présentes sur les lieux.

Daphné explosa de rire en voyant ma réaction. Ah c’est vrai qu’elle n’avait jamais vu cet aspect de ma personnalité. J’avais tendance à me comporter comme un enfant capricieux lorsque je ne contrôlais pas la situation. Pas tout le temps, n’exagérons rien, mais souvent lorsque ma mère me refusait quelque chose, il m’arrivait de faire le bébé capricieux. Une fois, je m’étais accroché à sa jambe et refusais de la lâcher jusqu’à avoir ce que je voulais. D’après ma mère, j’étais un véritable phénomène. J’étais du genre à ne jamais rester en place avec elle et je la rendais folle. Etant plus jeune, je veillais sur elle, je ne vivais pas réellement ma vie d’enfant car j’avais trop souvent peur pour elle. Lorsque nous avions quitté l’Australie, j’avais pu respirer et être enfin tranquille. Je savais que le salopard qui battait ma mère ne nous retrouverait jamais ! Et s’il le faisait, à présent que j’étais un homme, j’allais lui faire payer toutes ces années où il levait la main sur la femme qui m’avait mise au monde. Ma mère. Je l’aimais plus que tout au monde.

Enfin bref, je fis ma crise de nerfs à Daphné et devinez quoi ? J’eus ce que je voulais à savoir qu’elle n’allait pas s’éloigner de moi. Comme quoi, mes techniques pour faire céder ma mère pouvaient bien marcher sur ma petite amie. Je continuais néanmoins à bouder afin qu’elle comprenne que je n’étais pas prêt de laisser tomber. Daphné s’approcha alors de moi et entoura mon cou de ses bras. Je décroisais les miens pour enserrer sa taille avec douceur. Elle m’embrassa et me demanda de ne plus bouder. Finalement, je cessai mon numéro pour lui dire d’une voix plus adulte.

- Si jamais tu essayes de t’éloigner de moi, je n’aurais pas d’autres choix que de te retrouver et de t’attacher à mon lit. Et je suis très sérieux…

Je laissais le doute planer sur mes intentions… J’aurais bien étais capable si la situation l’exigeait. Mais je l’aurais fais pour des raisons un peu plus sérieuses… Du style, Daphné qui tente de s’enfuir du pays sans moi. Ou encore si sa vie était en danger…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Ven 13 Mar - 17:24

Je ne savais pas trop ce que Jake voyait chez moi, mais j’étais loin d’être une fille sexy. Jolie, peut-être. Mais personnellement, je me trouvais plutôt banale. Je ne me flagellais pas quand j’affirmais ça, bien au contraire. Je restais objective. Après tout, il y avait tellement de filles beaucoup plus jolies que moi et surtout, beaucoup plus sexy. Mais si Jake m’avait choisi moi, parmi tant d’autres, je devais bien avoir quelque chose pour moi, même si, hormis ma banalité, je ne voyais pas trop quoi. Néanmoins, je m’estimais chanceuse. Pour rien au monde je ne céderai ma place. Je l’aimais beaucoup trop pour ça. Je n’imaginais même pas ma vie sans lui, alors c’était pour dire… Je savais aussi que Jake refuserait de m’entendre dire que je n’étais pas sexy, du coup, je ne pris même pas la peine de terminer ma phrase.

La tension entre nous était grandissante. Plus le temps passait, plus nous avions besoin d’être plus proches l’un de l’autre. J’en avais parfaitement conscience. Le plus dur, c’était sans aucun doute pour lui étant donné qu’il était habitué à avoir des relations charnelles avec des femmes. Etre avec moi devait être un véritable supplice. Je m’en voulais d’être aussi trouillarde là-dessus parce que du coup, on en arrivait à des situations telles que celle que nous vivions actuellement. Même si je n’en avais aucune envie, peut-être qu’il valait mieux qu’on s’éloigne pendant quelques temps, mais étant donné sa réaction presque comparable à celle d’un enfant de cinq ans me surprit dans un premier temps avant que je ne me mette à rire. Toujours en riant, je lui signifiais que ce n’était pas mon désir non plus. Du coup, j’étais bien contente qu’il ait réagi comme un enfant pour le coup.

M’approchant de lui, je passais mes bras autour de son cou tandis que les siens se refermèrent sur moi. C’était là que je me sentais le plus en sécurité : dans ses bras. Après avoir déposé un baiser sur ses lèvres, je lui demandais de cesser de bouder. Je le trouvais certes trop craquant quand il faisait sa petite mine de boudeur, mais là, la situation était un peu différente que lorsqu’il plaisantait ou bien faisait exprès pour m’embêter. Ma demande fut exaucée puisqu’il cessa aussitôt de faire son enfant pour reprendre son air sérieux. J’arquais un sourcil.

- Désolée, je ne crois pas être attirée par ce genre de pratique, répondis-je.

En fait, je n’en savais strictement rien vu que je n’avais jamais pratiqué la chose. Etre attaché n’était pas forcément lié au sadomasochisme. Ce n’était pas parce qu’on était attaché qu’on se prenait des coups. Apparemment, certaines personnes avaient aimé être attaché, ou simplement, libre avec les yeux voilés. Est-ce que Jake me ferait vivre une telle chose ? Rien qu’à cette pensée, je sentis mes joues s’empourprer. C’était malsain de penser à une telle chose en cet instant. Surtout que je ressentais encore les effets de ce que Jake m’avait fait vivre dans la salle de cours. J’en avais encore des palpitations. Bizarrement, cela ne m’aurait presque pas dérangé qu’on aille plus loin si la situation avait été autre. Cela m’étonnait de ne pas m’être sentie « honteuse » de me retrouver en soutien-gorge devant lui. Peut-être que nous avions avancé dans notre relation beaucoup plus rapidement que ce que je pensais. J’étais un peu prise au dépourvu mais en y repensant, j’avais trouvé ça agréable. A nouveau, je rougis encore plus fort et machinalement, j’allais cacher mon visage contre le torse de Jake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mar 23 Juin - 21:31

En voyant que ma réaction de bébé avait marché, je gardais en tête que les caprices marchaient aussi bien avec ma mère qu'avec Daphné. J'avais une théorie sur ma technique pour obtenir ce que je voulais : réveiller l'instinct maternelle des femmes. Et comme ces dernières n'arrêtaient pas de répéter que les hommes sont des enfants... Autant en profiter. Les femmes avaient bien leurs techniques pour nous faire céder... Réveiller la virilité d'un homme ou faire les yeux doux... Genre, elles réveillent le chevalier servant prêt à secourir sa dame. En tout cas, moi quand Daphné me faisait ses yeux de biche avec la bouche en coeur, j'avais du mal à résister. Moi, le grand costaud, je ne savais pas dire non à la petite Daphné... Bon, faut dire, pour ma défense, que Daphné avait un charme fou donc je ne pouvais que céder.

Daphné était dans mes bras quand elle m'expliqua ne pas être attirée par l'idée d'être attachée... Hahaha, comme si elle aurait le choix. Non parce qu'elle ne semblait ne pas avoir compris qu'elle m'appartenait et que donc, si jamais elle tentait de s'éloigner de moi, même pour quelques heures... Elle finirait attachée. La séquestration ne me faisait absolument pas peur. Ok, maman n'allait pas apprécié mais quand je lui expliquerais la situation, elle comprendrait, non ? Enfin, je crois...

- Femme, tu n'auras pas le choix ! Tu n'as plus aucune possibilité de t'enfuir maintenant que tu m'appartiens ! Tu es à moi, terminais-je en prenant une voix rauque.

Je lui fis tout de même un sourire en approchant mon visage du sien et en l'embrassant tendrement. Qu'est que je l'aimais cette jolie brune. Oui, je ne couchais pas encore avec elle. Je savais que ça viendrait un jour, mais pour le moment, je profitais de nos chastes moments. Et puis, je devais bien avouer, le fait de ne pas avoir couché avec Daphné dès le premier soir avait crée un lien que je n'avais jamais eu avec aucune autre femme avant elle. J'avais appris à la connaître, à rire, à parler avec elle. Oui, certains couples couchaient ensemble très vite et finissaient par être tout aussi heureux. Mais chaque couple avait son secret pour être solide. Moi et Daphné, c'était ça... Sa manière de me résister m'attirait mais aussi... Me remplissait de fierté et surtout de respect. Daphné n'était pas une femme facile, contrairement à celles que j'avais connu, forcément, je n'en étais que plus amoureux. Mais je savais que le jour où je coucherais avec elle, mes sentiments pour elle ne changeraient pas, ou sinon grandiraient. Tout simplement parce qu'elle avait su me tenir et me faire l'aimer sans sexe. Alors avec, ce serait le carnaval de Rio avec les danseuses travesties et tout le tralala... Image étrange, tout de même !!
Je sentis la tête de Daphné se poser sur mon torse. Je baissais mon regard et eus le temps de voir que ma copine rougissait... Quoi, mini-Jake était encore sensible ? Bon, en même temps, il se réveillerait facilement en ce moment. Je n'étais pas tant gêné que ça, c'était bien normal d'être attiré sexuellement par sa petite amie. Sinon, c'est qu'il y avait un souci quelque part. Mais comme je ne comprenais pas trop, je lui demandais tout de même :

- Eh, princesse, qu'est qui ne va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 25 Juin - 18:10

J’en apprenais tous les jours sur Jake. Chaque jour apparaissait une nouveauté et aujourd’hui, je venais de voir Jake dans le rôle d’un enfant de cinq ans qui piquait sa crise pour obtenir ce qu’il voulait. Et ça avait fonctionné. Bêtement, j’avais tenté de suggérer qu’on prenne un peu nos distances histoire de calmer et ça avait provoqué sa crise. Bien évidemment, je ne pouvais plus concevoir ma vie sans lui, c’était impossible. J’avais trop besoin de sa présence, mais voilà, notre relation était en proie de passer à une étape supérieure et je n’étais pas encore forcément prête. Tout du moins, pas totalement. J’étais encore assez effrayée par ça mais il fallait bien que ce jour arrive non ? J’étais certaine que Jake méritait d’être mon premier parce que je l’aimais sincèrement. Et n’était-ce pas ce que j’ai toujours voulu pour ma première fois ? Le faire avec la personne que j’aimais ? Tout se rejoignait, mais j’étais encore trop froussarde pour ça. J’étais pitoyable, avouons-le…

Mais j’étais soulagée que Jake refuse notre éloignement parce que j’aurais eu l’air bien moi après, malheureuse comme les pierres… J’étais prête à réfléchir sérieusement à la question en ce qui concernait l’étape que Jake souhaitait franchir avec moi. Mais j’avais tellement peur de le décevoir à cause de mon inexpérience. Il avait le triple d’expérience par rapport à moi et j’avais peur d’être complètement nulle ou de ne pas réussir à le satisfaire. Enfin ce genre de chose me faisait flipper. Mais je n’arrivais pas à lui confier ça. Pas encore. Il faudrait que je lui en parle mais… plus tard. Là tout de suite, je profitais du fait que les choses s’arrangeaient avec Jake. Je ris quand il m’annonça que si j’essayais encore de m’éloigner de lui, je me retrouverai attachée à son lit. Je ne pus m’empêcher de répliquer que je n’étais pas fan de ce genre de pratique, même si enfin de compte, je n’en savais rien du tout. Je ne pouvais pas parler d’expérience étant donné que je n’en possédais aucune…

Je ris en l’entendant dire que je lui appartenais. Cette idée me convenait parfaitement. Très honnêtement, je ne pensais pas que je retomberai un jour amoureuse comme je l’étais de Jake. Pour cela, j’étais certaine que c’était lui le bon, et personne d’autre.

- Et que fais-tu de mes droits de citoyenne ? demandais-je.

Je lui rendis son baiser lorsqu’il vint apposer ses lèvres sur les miennes. Plus jamais je ne voulais le voir s’éloigner de moi, comme ça. Je ne le supporterai pas. Mais quand je repensais à ce qu’il s’était passé dans la salle de cours, je ne pus m’empêcher de rougir. C’était la première fois que je ressentais ce genre de chose et ça avait été vraiment agréable comme sensation. Mes joues me semblèrent prendre feux. J’essayais de cacher ça en posant ma tête contre le torse de Jake tandis qu’un petit sourire se dessinait sur mes lèvres. C’était vraiment gênant. Bon sang, si je m’écoutais, j’étais presque partante pour recommencer… Houlà ! Mon cœur se mit à battre encore plus vite dans ma poitrine. Ce n’était qu’une question de seconde avant que Jake ne remarque quelque chose et à peine eus-je le temps de penser à ça qu’il me demanda ce qu’il se passait.

- Non rien, tout va bien, répondis-je. C’est juste que j’ai eu une drôle de pensée.

Je cachais mon visage dans mes mains et me mis à rire nerveusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 2 Aoû - 16:10

A quel moment j'avais envisagé la possibilité que Daphné puisse avoir le choix ? Non, quand je l'appelais "Femme", elle n'avait aucun droit, aucun choix, aucune liberté !! Je décidais pour elle et elle devait s'y plier, tout simplement. Et si ça ne lui plaisait pas... Bah, tant pis, c'était comme ça... Si ma mère m'entendait, elle m'arracherait les yeux hahaha. Disons que j'avais un très grand respect pour les femmes et j'étais le premier à reconnaître qu'elles étaient capables de faire aussi bien que les hommes. Je l'avais vu grâce à ma mère qui avait eu le rôle de père et de mère et qui avait toujours su s'en sortir. Pendant la période où sa famille l'avait ignoré, ma mère avait toujours tout fait pour que je ne manque de rien ! Pourtant, je n'étais pas du genre à réclamer mais elle savait ce qui pouvait me faire plaisir et elle se tuait au boulot pour que je puisse l'obtenir.

Enfin bref, étant donné que j'avais décidé d'embêter Daphné, je pouvais bien lui dire les paroles les plus sexistes que je voulais, tant que nous savions tous les deux que je ne le pensais absolument pas. Elle savait que je jouais souvent la comédie. Là où beaucoup me prenaient au sérieux, Daphné savait que je plaisantais. Encore une raison de l'aimer cette petite.

- T'es pas une citoyenne, t'es ma chose ! Mon mienne ! Je choisis pour nous deux maintenant, tu ne savais pas ça ?

J'avais pris un faux air sérieux. Sauf que j'avais un sourire en coin donc, je n'étais absolument pas crédible et je devais sûrement ressembler à un petit pervers... Mais comme j'avais Daphné en face de moi, je me foutais un peu de quoi j'avais l'air. Je ne lui cachais rien... Même pas les têtes de con que je pouvais faire. Autant qu'elle sache à quoi s'attendre avec moi !

Je l'avais prise dans mes bras mais je sentais comme si quelque chose n'allait pas du coup, je lui demandais. Mais Daphné me répondit qu'il n'y avait absolument rien. Je faillis y croire jusqu'à ce qu'elle se cache le visage entre ses mains et se mit à rire nerveusement. Je penchais la tête sur le côté et lui demandais :

- Euh... Oui, il n'y a rien à part que tu glousse... Je sais que je peux avoir une tête de gland, selon ma mère, mais il va falloir quand même que tu m'explique...

Oui, ma mère adorait m'appeler tête de gland, allez savoir pourquoi. Du coup, c'était peut-être ce qui la faisait rire, ma tête de gland...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Sam 8 Aoû - 17:53

Jake pouvait être extrêmement macho quand il le voulait et bien souvent, il n’y avait pas besoin de beaucoup pour que l’homme des cavernes qui sommeillait en lui fasse surface sans plus attendre. Parfois, il suffisait juste qu’un de mes camarades masculins me disent « bonjour » que Jake se mettait à bomber le torse. Un peu plus et il lèverait la patte pour me faire pipi dessus pour indiquer à tout le monde que c’était chasse garder. Bon, c’était un petit peu exagéré, mais ça résumait plutôt bien la situation. Même s’il était très protecteur vis-à-vis de moi, je n’avais jamais eu trop à me plaindre parce que malgré tout, il savait ne pas franchir les limites qui rendraient la situation pénible. Certaines femmes seraient peut-être lassées de ce comportement, mais Jake ajoutait toujours cette touche d’humour qui rendait la situation amusante. C’était un peu… comme sa marque de fabrique. Et puis il ne serait pas lui s’il n’était pas un macho dans l’âme.

D’ailleurs, c’était précisément cette facette-là qu’il était entrain de me montrer quand il m’affirmait que si jamais je souhaitais m’éloigner de lui, il n’hésiterait pas à m’attacher à son lit. Je n’hésitais pas à lui rappeler mes droits de citoyenne américaine, mais il ne voulait rien savoir. Je levais les yeux au ciel. Ben voyons ! Pourquoi est-ce que cela ne m’étonnait pas ? Je ris et lui collais mon poing dans le ventre. Sachant pertinemment que ça ne lui ferait rien puisque il avait plus de muscles que moi et que mes petits points ne pouvaient pas lui faire du mal.

- Ah oui ? Et qu’est-ce qui te fait croire ça ?

J’arquais un sourcil attendant de savoir ce qu’il allait bien pouvoir trouver à me répondre. Je ne doutais pas une seule seconde qu’il trouverait quoi dire. Jake avait toujours réponse à tout, même si ses réponses étaient plus bêtes que pleines d’intelligence, bien que quand le sujet de conversation était réellement sérieux, il savait l’être aussi. Mais le sérieux n’était pas de rigueur dans la conversation.

Dans ses bras, je me sentais bien. Je me sentais en sécurité. Mais en étant proche de lui, je ne pus m’empêcher de me souvenir de ce qu’il s’était passé dans la salle de cours. Ca avait été… si intense. Bon, faire réellement l’amour avec quelqu’un était peut-être beaucoup plus intense que ça, mais c’était la première fois de ma vie que j’étais réellement aussi proche d’un homme, mais c’était déjà un début pour la pauvre petite vierge que j’étais. Mes joues rougirent aussitôt puis je me mis à sourire. Bien sur, ça n’avait pas échappé à Jake et lui dire ce à quoi je pensais… Et bien c’était vraiment difficile. Je lui affirmais qu’il n’y avait rien avant de me mettre à rire de façon nerveuse. Je m’enfonçais toute seule dans ma boulette. Mon rire s’amplifia quand il m’annonça savoir qu’il avait une tête de gland.

- Je t’assure c’est rien, c’est juste une pensée bizarre par rapport à tout à l’heure c’est tout.

Je déposais un baiser sur sa joue.

- Si tu es une tête de gland, alors tu es ma tête de gland, fis-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Sam 3 Oct - 17:52

Je venais d'expliquer à Daphné qu'elle était mienne et donc que ça annulait tous les droits qu'elle avait pût acquérir auparavant. Et oui, j'avais autorité sur elle, j'avais droit de vie et de mort sur sa personne. Forcément, la nouvelle ne fut pas très bien accueilli. Daphné me donna un coup de poing dans le ventre. J'avais beau ne pas avoir mal, je ne pus m'empêcher de faire semblant d'avoir mal. Sauf qu'avec mon énorme sourire, je n'avais pas l'air d'avoir réellement mal ! Un jour, je trouverais le moyen de lui faire croire qu'elle avait réellement réussis à me faire mal au ventre...

- Je le sais, c'est tout. J'en ai décidé ainsi donc tu dois te plier à mes ordres, jeune demoiselle !

Daphné se tapait des fous rires sans moi, forcément, je me disais qu'elle se foutait de moi. Ma mère m'appelait la tête de gland donc, si ça se trouve ma tête était réellement en forme de gland et ça lui faisait rire... Elle m'expliqua avoir eu une pensée bizarre qui l'avait faite sourire. Bon... Je continuais de la regarder. Je devais avoir l'air soucieux car elle me fit un bisou sur la joue avant d'ajouter que j'étais sa tête de gland

- Eh oh, je suis pas une tête de gland, je suis le plus bel homme que la Terre ait jamais porté !

Evidemment, je recommençais à jouer les machos prétentieux. Je ne l'étais pas vraiment mais j'aimais faire croire le contraire. Ca me faisait toujours marrer de voir la tête que faisait les gens en me voyant réellement sérieux. On me prenait souvent pour un de ces sportifs aussi bêtes qu'une oie incapable de réfléchir de lui même. Mais lorsqu'il me voyait sérieux ou apprenait que j'étudiais le droit... Bizarrement, les gens avaient une façon bien différente de me voir et se comportait différemment....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 8 Oct - 16:13

Appartenir à Jake. Pouvait-on réellement avoir la prétention d’avoir une complète possession sur une personne ? Je n’en savais rien mais en tout cas, lui ne se privait pas pour dire que je lui appartenais. Pouvais-je à mon tour déclarer mon droit d’appartenance sur sa personne ? Si lui le faisait, je pouvais le faire aussi, n’est-ce pas ? Sauf que je ne me sentais pas assez présomptueuse pour affirmer de telles choses. J’avais encore du mal à croire que l’histoire que je vivais avec Jake était réelle. Par moment, j’avais vraiment l’impression que j’allais me réveiller d’une seconde à l’autre dans mon lit et que tout ceci serait faux, qu’il serait encore ce garçon qui me détestait tant et qui prenait un malin plaisir à me tourmenter ou alors que toute ma vie à New York n’était qu’un simple rêve… Je me sortis cela de la tête et me convainquis que c’était vrai, parce que ça l’était, même si lui et moi n’appartenions pas au même monde. Autant l’avouer, la quasi-totalité des filles se retournaient à son passage tandis que moi, les garçons ne se retournaient pas quand je passais. Les seuls qui avaient montré un intérêt pervers à ma personne, c’était ces gars dans la ruelle. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas pensé à eux et un frisson d’effroi me parcourut. Je me blottis un peu plus contre Jake car c’était le seul endroit où je me sentais en sécurité.

Mes bras enroulés autour de sa nuque, j’arquais un sourcil quand il affirma que je lui devais obéissance. Vraiment ? Je trouvais qu’il affirmait un peu trop vite ses paroles ! Je voulais bien que mon cœur lui appartienne, mais de là à ce que je lui doive une quelconque obéissance, il y avait un monde !

- Et bien je trouve que tu as pris un peu trop la grosse tête ! répliquais-je.

La preuve était que si je devais faire tout ce qu’il voulait, peut-être qu’on serait encore dans cette salle de cours à faire… Je n’osais même pas y penser ! Et dire que j’avais été à presque deux doigts d’accepter de perdre ma virginité dans cette salle de classe alors que ce n’était pas du tout ainsi que je concevais ma première fois. Néanmoins, je devais bien avouer que je l’avais laissé me toucher comme jamais je n’avais laissé quiconque le faire jusqu’à présent et ça avait été agréable. Même plus qu’agréable car ça avait été aussi assez fort. Je ne pouvais pas envisager qu’on puisse aimer quelqu’un à ce point. De ma vie, je n’avais eu que des aperçus de l’amour à travers d’autres personnes, je ne l’avais jamais réellement expérimenté jusqu’à Jake et encore, j’étais certaine que je ne connaissais pas tout parce que nous ne vivions pas notre relation à fond à cause d’une barrière que je nous imposais parce que je me posais trop de question.

Mes joues rougirent en souvenir à notre étreinte dans la salle de cours et un rire nerveux m’échappa avant de se transformer en rire. Jake ne comprenait pas pourquoi je rigolais toute seule et moi je ne voulais pas lui dire la vraie raison de mon rire parce que je n’avais pas envie qu’il me fasse à nouveau des avances poussées pour que je craque et lui dise oui. Face à mon silence, Jake en conclue que c’était parce qu’il avait une tête de gland, selon sa mère. Je ne l’avais jamais rencontré mais j’étais certaine qu’elle en valait le coup étant donné les choses qu’il me racontait parfois. Déposant un baiser su sa joue, j’affirmais qu’il était ma tête de gland si c’était le cas. Sauf qu’il suffisait de rentrer dans son jeu pour qu’il affirme encore être l’être le plus magnifique au monde. Je levais les yeux au ciel.

- Y a-t-il un jour où la modestie t’étouffera ? demandais-je avec un petit sourire.

Nous étions toujours au beau milieu du couloir quand j’entendis le bruit de pas caractéristique d’une fille portant des talons aiguilles. Et à en croire le son que cela produisait, c’était une fille qui avait l’habitude d’en porter. Je ne m’en préoccupais pas outre mesure, mis à part que c’était probablement la seule manifestation qu’il y ait jusqu’à présent depuis que nous étions sortis de la salle de cours. La tête posée contre son torse, je profitais d’un instant câlin quand brusquement, la voix de cette fille vint tout gâcher quand elle salua ‘Jackson’. Sa voix s’était faite mielleuse à souhait si bien que je me crispais. Machinalement, je tournais la tête vers cette fille. Si j’étais belle et bien présente, elle ne fit guère attention parce que je ne vis absolument aucune gêne quant au fait que Jake n’était pas seul à cet instant précis mais en ma compagnie. Raison de plus pour continuer à penser que j’étais bien une fille complètement transparente qui avait, par je ne sais quel miracle, attiré l’attention d’un homme réputé.

Elle continua sa route tandis que moi je me détachais de Jake et serrais les poings. Pourquoi est-ce que quand tout me semblait aller pour le mieux, il fallait que tout foire ?! Pourquoi est-ce que les gens continuaient à penser que je n’étais qu’une passade ? Non parce que je n’étais pas idiote, je savais ce qu’on disait derrière mon dos… Tout le monde se plaisait à dire que lui et moi, ça ne durerait pas.

- Alors quoi ?! Je suis si transparente que ça ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mer 17 Fév - 1:43

J'aimais rappeler à Daphné qu'elle était à moi, ma propriété. Sûrement une façon de me rassurer moi-même. Jusqu'à maintenant, je n'avais eu que des histoires d'un soir ou deux. Je n'étais pas le genre de mec à m'attacher alors forcément lorsque j'avais commencé avec Daphné, j'avais eu un peu peur des sentiments qui grandissaient en moi... Tout comme j'avais eu la peur qu'un jour, elle rencontre un mec qui lui correspondrait peut-être mieux que moi. Un genre de photographe qui comprendrait tout le jargon... Et puis, je m'étais ressaisi. Daphné avait craqué sur moi. Pas à cause de l'image que je projetais (en même temps, j'étais un vrai petit con avec elle) mais pour la personne que j'étais réellement... C'était la seule, en dehors de ma mère, à savoir que je fuyais les hôpitaux. J'avais fini par me montrer faible d'une certaine façon... Et je pense que c'est ce qui lui avait montré que je n'étais pas le mec imbuvable que je laissais paraître à la fac...
Et puis si jamais un autre mec s'approchait un peu trop près d'elle, je lui pèterais toutes ses dents ! Bah oui, je suis un peu trop direct comme mec !

Comme toujours, j'aimais l'embêter, la taquiner. Du coup, j'affirmais qu'elle me devait une obéissance absolue... En sachant très bien que jamais Daphné me serait totalement obéissante. C'était d'ailleurs pour cela que je l'aimais. Elle avait du caractère, malgré son air délicat et timide. Elle savait s'imposer même face à moi. Monsieur Muscles n'en menait pas large face à elle. Il faut dire qu'en réalité, j'étais bien plus tendre et obéissant quand j'étais face à elle. Les apparences sont trompeuses, Daphné n'était pas aussi timide et douce qu'elle en avait l'air.

- Je ne prends pas la grosse tête ! Tu me dois obéissance et fidélité, femme !

Je prenais un air hautain. Celui qu'elle avait tant détesté parce que je la rendais complètement folle de rage. N'empêche, je lui en avais vraiment fais voir de toutes les couleurs avec tout ça ! Enfin bref, je la sentis se blottir un peu plus contre moi. Je lui caressais doucement les cheveux, avec tendresse. Qu'est que je l'aimais...
Sauf qu'elle se mit à rire. J'étais un peu perdu sur ce coup, à ne pas comprendre pourquoi elle riait. S'ensuivit une discussion sur le fait que j'avais une tête de gland. Enfin d'après ma mère. Oui, elle aimait me le dire quand je faisais une bêtise ou que je l'énervais. Oui, ma mère était aussi une victime de mes taquineries. Sauf quand elle tenait une cuillère en bois. Je risquais de me la prendre en pleine tête !!

- Modestie est mon deuxième prénom, ne le savais-tu pas ?

Je haussais les sourcils en souriant comme un idiot. Non, mon deuxième prénom était Eiden mais comme j'aimais raconter n'importe quoi... Alors que Daphné retrouvait sa place initiale, c'est-à-dire dans mes bras, le bruit de talons aiguilles retentit dans le couloir. Je ne fis pas attention. Ce pouvait être n'importe qui. Eleve comme professeur. Sauf que lorsque la propriétaire des talons s'approcha, je vis une jolie blonde approcher. Elle me salua dans un murmure. Je lui fis un sourire bref. Il faut dire que son sourire à elle en disait long sur ses intentions. Elle avait dût me déshabiller du regard. Avant ça ne m'aurait pas gêné. Je l'aurais certainement entraîné dans les toilettes ou une salle de classe, j'aurais fais ce que j'avais à faire avec elle et je l'aurais abandonné, oublié. Mais aujourd'hui... J'étais mal à l'aise avec cette idée. J'avais une petite amie que j'aimais réellement et le fait que tout le monde voit notre couple comme une passade me faisait réellement chier ! Pour la simple et bonne raison que les filles continuaient à me tourner autour comme si Daphné n'était rien...
En parlant de ma belle brune, elle s'était détachée de moi, l'air réellement énervée. Je la comprenais... Mais je ne savais pas quoi faire... On avait beau ne pas se cacher et être ensemble depuis des mois, les gens continuaient de penser qu'on allait se séparer tôt ou tard... Je pris la main de Daphné. Je la ramenais vers moi et pris son visage par le menton, entre mon pouce et mon index.

- Mlle Gracey, vous allez m'écouter attentivement. Transparente ou non aux yeux des autres, vous ne l'êtes pas pour moi. Vous êtes bel et bien visible. Surtout vu de dos. (L'humour, encore et toujours !). Mais surtout...


Je pris une voix plus douce.

- Ne te préoccupe pas de ce qu'ils peuvent penser. Tant qu'on croit à notre histoire, pourquoi est-ce qu'on leur accorde une importance qu'il ne mérite pas. Tu sais pourquoi elle t'a ignoré ? Tout simplement parce qu'elle sait que tu es la seule pour moi. Si vraiment tu étais transparente, elle n'aurait pas hésité à me sauter dessus. Elle ne le fera jamais... Elle sait que tu lui aurais arraché les yeux... Mais par contre si tu pouvais être transparente aux yeux des mecs, ça serait cool !

Daphné avait beau ne pas avoir confiance en elle, j'étais un mec et je savais ce que certains devaient penser. Simplement, ils avaient l'intelligence de ne pas en parler quand j'étais à proximité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Lun 11 Avr - 20:23

S’il y avait bien une chose qui ne m’arriverait jamais, ce serait d’obéir aux ordres de quelqu’un. Même s’il s’agissait de Jake, jamais je ne serais une femme soumise. Et je savais que ce n’était pas ainsi qu’il me voulait. Après tout, il voulait se battre pour les femmes battues par leur conjoint, ce n’étais pas pour m’imposer à moi une quelconque dictature, je le savais très bien. Il plaisantait. C’était son côté homme des cavernes qui ressortait et par moment ce n’était pas du tout pour me déplaire. J’aimais bien son côté macho même si à chaque fois, je m’évertuais à le rabaisser. Bien sur, ce n’était jamais méchant parce que je ne rabaissais jamais les gens pour les rabaisser, c’était uniquement pour plaisanter et Jake le prenait de cette façon. Encore une fois je déclarais que Jake avait attrapé la grosse tête. Je levais les yeux au ciel quand il continua son manège. Je soupirais et tapotais son torse.

- On verra ça le jour où on sera mariés toi et moi, hein ?

Il était un peu, beaucoup, tôt pour parler de mariage ou un truc dans ce genre là, mais ça me faisait rire. J’allais me blottir dans ses bras et soudainement, je me retrouvais à rire nerveusement de ce qui s’était passé dans la salle de cours. Je n’y pouvais rien si ce souvenir me revint en tête de façon fugace. Jake faisait naître en moi des sensations que je ne connaissais pas encore mais que, bizarrement, il me plaisait de vivre. Je n’osais pas lui dire ce à quoi je pensais parce que je n’avais pas envie qu’il revienne là-dessus et n’essaie à nouveau de m’enfermer dans une salle de cours. Très franchement, j’ignorais si je pourrais à nouveau résister comme je l’avais fait. La conversation dévia sur la tête de Jake que sa mère assimilait à un gland. Sa présence m’apportait une certaine sérénité, ainsi que son éternelle modestie.

- Ah oui ? M’aurait-on menti ? Je croyais que c’était Eiden !

Je retrouvais ma place dans les bras de Jake, là où je me sentais si bien. Tout était parfait. Enfin ça jusqu’à ce que le bruit de talons aiguilles résonne dans le couloir où nous nous trouvions. Je n’y prêtais pas spécialement attention jusqu’à ce que la blonde ne salue Jake comme si je n’existais pas. Ce fut à ce moment là que je vis rouge. Transparente. Voilà ce que j’étais aux yeux de ces filles qui s’habillaient uniquement avec de la marque et qui écartaient les jambes dès qu’un être un tant soit peu masculin se présentait à elles. Agacée, je me détachais de Jake et mes poings se serrèrent. Le pire dans tout ça, c’était que j’étais consciente de ce qu’il se disait dans notre dos, que nous n’étions pas faits pour durer et tout le tralala. Et moi, ça m’agaçait profondément. D’habitude, je n’y faisais pas spécialement attention parce que je n’étais pas vraiment là pour assister à un tel spectacle, mais là…

Je ne fis même pas attention à la main de Jake qui vint prendre la mienne. Mon regard se porta sur lui quand il prit mon visage entre ses doigts. Mes joues étaient en feu mais j’écoutais ce qu’il avait à me dire. Je me mordillais la lèvre inférieure tandis qu’il parlait. Très sincèrement j’aurais pu me mettre à pleurer d’une seconde à l’autre mais au fur et à mesure de ses paroles, je sentis les battements de mon cœur se calmer. J’eus un léger sourire sur la fin de ses paroles.

- Oh pour ça, tu n’as rien à craindre puisque je me demande comment tu as fait pour me voir, soufflais-je. Oh non j’oubliais, c’était mes cheveux !

Je pris une grande inspiration et soupirais. Je posais ma main sur la joue de Jake.

- Merci pour toutes ces belles paroles.

Je m’approchais de son oreille et soufflais :

- La prochaine qui fait un truc comme ça, je lui casse les chevilles.

Je déposais ensuite un baiser sur sa joue et lui adressais un sourire.

- Alors dis-moi, monsieur Jackson, maintenant que tu m’as empêché d’aller en cours, que souhaites-tu qu’on fasse ?

Je n’avais plus vraiment envie d’aller en cours maintenant alors autant faire quelque chose. Seulement voilà, j’ignorais quoi. Je n’étais pas du genre sécheuse donc… Je croyais même que c’était la première fois de ma vie que j’étais absente pour une autre raison que la maladie ou bien le deuil. J’étais vraiment trop sérieuse comme fille par rapport aux autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 17 Avr - 19:18

S’il y avait bien une chose qui n’avait pas changé entre moi et Daphné, c’était ma capacité à l’embêter. Bon, avant, je le faisais dans le but de la faire enrager, aujourd’hui, je le faisais simplement pour rire. Et dans les deux cas, j’arrivais toujours à mes fins : la faire enrager ou la faire rire.
Depuis que nous étions en couple, je m’amusais à jouer l’homme des cavernes. J’aimais la taquiner, faire comme si elle pouvait m’être un jour totalement soumise, obéir à tous mes ordres. Mais soyons réalistes, ce jour béni n’arriverait jamais ! Jamais Daphné ne serait sous mes ordres… Et je devais avouer que si ce jour devait arriver, j’espérerais que ça ne dure pas car à la longue, Daphné ne serait plus drôle. Je l’aimais aussi parce qu’elle me tenait tête et osait m’envoyer balader quand j’abusais. Elle savait me calmer quand je commençais à perdre la tête.

- Continue, je te fais ma demande tout de suite pour voir si tu tiendras parole… D’ailleurs, tu me dois fidélité, mariés ou pas… Sinon, ton amant, je lui brise les… Jambes.

Je fis un petit sourire sadique. J’étais protecteur, ça Daphné le savait depuis le jour où je l’avais aidé dans cette ruelle… Et que je lui avais avoué mes sentiments pour elle. Mais elle n’avait pas eu l’occasion de voir ma jalousie à l’œuvre, même si elle devait se douter que j’étais un gros jaloux, possessif et égoïste quand il s’agissait d’elle ou de ma mère. C’étaient mes deux femmes et je refusais de les partager.
Soudain, j’eus en tête une vision… Et si je venais à me marier un jour avec Daphné… Je n’y avais jamais pensé. D’ailleurs, avais-je déjà pensé à me marier ? Non, jamais. Mais pour la première fois, j’y pensai. Et l’idée que Daphné devienne officiellement Madame Jackson DeLaurence me plaisait vraiment bien. Une espèce de fierté gonfla dans ma poitrine alors que nous n’étions même pas à l’étape emménagement ensemble… J’étais un peu trop rapide pour le coup mais l’idée me plaisait assez.

- Ca c’est une couverture, en réalité, je m’appelle Jackson Modestie DeLaurence !

Evidemment, je ne ratais jamais une occasion de faire l’imbécile et Daphné me tendait une perche, donc je la saisis et me mis à raconter des bêtises. Je savais qu’elle en rigolerait donc, je continuais avec plaisir.

- Je lui tiendrais les bras pour qu’elle ne puisse pas se débattre, lui dis-je en souriant.

N’était-ce pas mon rôle ? La protéger, la rassurer et l’aider à enterrer un cadavre dans une forêt par une nuit noire et orageuse ? Je lui avais dit ce que je ressentais pour elle mais surtout, je voulais lui faire comprendre qu’elle n’avait rien à faire. A mes yeux, elle était la seule qui comptait. Je ne voyais plus ces filles, elles m’apparaissaient soudain fades et sans intérêt. Avec Daphné, je pouvais avoir une véritable conversation, des fous rires mais surtout, avec elle je refrénais ma libido débridée ! C’était une bonne chose car j’avais appris à connaître Daphné. Elle m’avait toujours plut physiquement, mais j’étais tombé amoureux de sa personnalité.

- Qui ça ?? Moi je t’ai empêché d’aller en cours ?? Pas du tout ! Alors que dirais-tu d’un après-midi romantique avec ton amoureux dans les jardins de Brooklyn ? On va se chercher des trucs à grignoter, on se trouve un coin tranquille et tu me masse tout l’après-midi cet homme au cœur d’Apollon qui te sert de petit ami.


Qui ça ?? Moi ? Prétentieux ? A peine !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mer 18 Mai - 13:49

La soumission ne faisait pas partie de mon vocabulaire. Mais je savais que Jake disait tout ça uniquement pour m’embêter. Il adorait ça et honnêtement, Jake ne serait plus Jake s’il ne le faisait plus. Je me demandais même si je n’appellerai pas les secours si jamais il ne m’embêtait plus. Il avait débloqué un côté homme des cavernes qui m’amusait. Ça ne m’empêchait pas de l’envoyer sur les roses de temps à autre quand il était vraiment lourd, mais habituellement ça ne me gênait pas outre mesure. Parfois, il se faisait un plaisir de me rappeler le rôle d’une femme dans les années préhistoriques et je lui rappelais que lui et moi nous n’étions pas mariés et que je ne lui devais absolument rien tant qu’il ne m’aurait pas passé la bague au doigt. Sauf que Jake étant Jake, il avait toujours réponse à tout.

- Je ne suis pas obligée d’accepter ta demande en mariage, répondis-je. Quant à mon amant, promis, je vais lui envoyer un sms pour le prévenir de ce qu’il risque si on est découvert lui et moi.

Tromper quelqu’un ce n’était pas mon genre. Et puis, j’aimais trop Jake pour aller voir ailleurs. Je ne comprenais pas les gens qui éprouvaient le besoin d’aller tromper la personne avec qui ils sont. Surtout pour rester avec eux et les poignarder dans le dos à chaque fois… Je partais du principe que s’il n’y avait plus d’amour, il valait mieux se séparer et refaire sa vie plutôt que mener une double vie soit disant palpitante.

La modestie ne semblait pas vouloir étouffer Jake. Pourtant, parfois, il en aurait bien besoin. Juste histoire qu’il se rappelle que dans ce bas monde, il n’était pas grand chose d’autre qu’un être humain comme n’importe qui. Je levais les yeux au ciel. Je croisais les bras sous ma poitrine.

- Je préfère Eiden, répondis-je.

L’instant fut gâché par une espèce de greluche qui fit exprès de faire comme si j’étais inexistante. La colère monta aussitôt, mais je pus compter sur Jake pour me calmer et me rassurer. Parfois, j’avais vraiment l’impression d’être transparente parce qu’aucune fille ne faisait un tant soi peu semblant d’être consciente de ma présence auprès de mon petit copain. D’ailleurs, j’en vins même à lui demander comment il avait fait pour me voir mais la réponse arriva aussi sec dans ma tête et dans ma bouche : mes cheveux. Du coup, je le remerciais pour ses paroles et promis que la prochaine qui ferait ce petit numéro subirait ma colère. Je jurais de lui casser les chevilles et Jake m’assura qu’il m’aiderait en la tenant. Je ne pus m’empêcher de rire en imaginant la scène.

- Un peu plus et on passerait pour Bonnie & Clyde ! Je marquais une petite pause avant de lancer : Je serais curieuse de te voir dans un costume des années 30. Je suis sûre que ça t’irait comme un gant.

Ça faisait un petit moment qu’on trainait dans les couloirs maintenant et du coup, le cours auquel je souhaitais vraiment participé avait commencé et je savais que si je me pointais maintenant en classe, j’allais me prendre une réflexion qui me suivrait jusqu’à mon diplôme. Du coup, je demandais à Jake ce qu’il souhaitait faire.

- Oh si tu m’as empêché d’aller en cours en nous enfermant dans cette salle de classe, répliquais-je.

Je ne rougissais plus en parlant de ça, même s’il était évident que j’avais passé un bon moment. Intense, certes, mais… agréable. Bizarrement, ça ne me dérangerait pas de recommencer mais je savais que je n’étais pas prête à aller plus loin dans ce domaine. Des câlins et des bisous, je voulais bien mais plus… Enfin…

- Attend, attend, répète un peu ? Moi, te masser tout l’après-midi ? Tu te paies ma tête c’est ça ? Apollon ou pas, ton massage, tu te le feras tout seul, comme un grand garçon. Par contre, toi, pour te faire pardonner, tu auras le droit de me payer un de ces supers burgers végétariens qu’il y a dans la sixième avenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 11 Aoû - 21:20

Je savais bien que jamais je ne pourrais soumettre totalement Daphné. Bon, à la limite, je pourrais la séquestrer chez moi dans l’espoir qu’elle finisse par céder mais ce n’était pas sûr… Elle était si têtue parfois… A s’en arracher les cheveux. Un peu comme avec mes envies sexuelles que je devais réfréner car mademoiselle en avait décidé ainsi…. Je ne pouvais même pas avoir un aperçu de ce qui m’attendait…
Alors que je lui parlais de notre éventuel mariage, je me mis à songer à ce que ma vie pourrait ressembler… Et honnêtement ? Je me voyais bien dans un quartier de Brooklyn, une grande maison avec un jardin, deux enfants et un chien. Et bien sûr, Daphné à mes côtés… L’idée était excellente, à mes yeux… Mais nous n’en avions jamais parlé. Bon, de base, c’était un exploit que Daphné est réussi à faire de moi un homme en couple et heureux. Alors penser au mariage…

« Bien sûr que si, tu es obligée ! Jackson ne rime plus à rien sans Daphné donc, ils vont se marier et avoir pleins de mini Jake et de mini Daphné… Et un chien ! Oui, je veux un chien depuis longtemps mais ma mère m’a dit non… Elle est très méchante avec moi tu sais… »
terminais-je, une fausse moue sur le visage.

Comme toujours, je jouais le prétentieux faussement modeste. Bien sûr, quiconque me connaissant un minimum savait que je passais mon temps à jouer l’imbécile. J’aurais dû être acteur vu comment je jouais souvent la comédie… Il était très rare que je sois sérieux, je préférais de loin rire et faire rire mon entourage plutôt que de trop prendre la vie au sérieux.

Je devais avouer que je n’avais jamais réellement remarqué à quel point les filles pouvaient être désagréables avec Daphné. Elles ne s’attaquaient jamais ouvertement à elle, tout le monde savait que je pouvais devenir rapidement hors de contrôle quand il s’agissait de ma petite amie. Non, elles se contentaient de l’ignorer royalement. Quelque chose me disait qu’elles auraient été capables de me draguer ouvertement sous ses yeux, si je les laissais faire… Je commençais alors à prendre conscience que cela pesait à Daphné. Au début, je n’y avais pas prêté attention. Que le monde pense que notre histoire était une passade, je m’en foutais royalement. Mais si on commençait à prendre ma petite amie pour un fantôme…

« Bonnie & Clyde… Je dois avouer que l’idée me plait bien. Je pourrais porter un borsalino et fumer un cigare. J’aurais un air de mafioso, dis-je en haussant les sourcils d’un air prétentieux avant de rire. Ecoute, tu sais ce que l’on va faire ? Ou plutôt ce que je vais faire. Je vais les ignorer autant qu’elles t’ignorent… La plupart de ces filles n’étaient même pas mes amies alors qu’elles soient là ou pas… Ca ne change rien à ma vie. Comme ça, je ne me concentrerais que sur toi et ton corps de déesse que tu refuses de m’offrir sur un plateau d’argent !! »


Je savais qu’elle en rirait, c’était le but. Je ne voulais pas qu’une de ces pimbêches puissent lui ôter son beau sourire. Tout ce qu’elles attendaient, c’était un signal qui pourrait leur faire croire que j’étais de nouveau libre. Mais ce n’était pas prêt d’arriver, bien heureusement !

Alors que je prenais la main de Daphné en lui expliquant que je l’autorisais à me masser, après tout, toucher mon corps d’athlète était un privilège, cette dernière me rembarra en beauté. Moi qui pensais me faire masser à l’ombre d’un arbre… Le monde est si cruel avec moi !

« Tu es si méchante, j’ai mal partout à cause de l’entraînement, tu pourrais au moins me masser les épaules… Bon, puisque les désirs de son altesse sont des ordres, je vous emmène donc manger un hamburger végétarien. »

Je lui tendis alors ma main avant de lui dire d’un ton pompeux :

« Si sa majesté veut bien se donner la peine de me suivre. »


Lorsque je sentis sa main dans la mienne, je lui fis un clin d’œil taquin avant de l’emmener avec moi hors de l’université.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Lun 5 Sep - 12:08

Parfois mes conversations avec Jake partaient définitivement dans tous les sens. Me voilà à inventer un amant à qui j’allais envoyer un sms afin de le prévenir qu’il risquait ses deux jambes si jamais Jake nous découvrait. Avouons que c’était du n’importe quoi parce qu’il était tout simplement hors de question que je le trompe avec qui que ce soit. Mes sentiments pour lui étaient beaucoup trop réels pour que cela soit possible. Et puis, même, la tromperie n’était pas dans mes habitudes, ni même dans mon éducation. Enfin bref, tout ça pour dire que la conversation avait dérivé sur le mariage. Honnêtement, je n’avais jamais songé à ce que ma vie pourrait être dans le futur. Bien sur, dans un avenir idéal, on pouvait aisément imaginer que je finirais mariée avec des enfants dans une maison à la barrière blanche, mais qui avait dit que l’avenir était forcément idéal ? On ne pouvait jamais être sûr de quoi demain allait être fait. Allais-je me marier avec Jake ? Qui pouvait le prédire ? Bien évidemment, je n’avais aucune envie qu’on soit séparé mais je ne savais pas de quoi allait être fait demain, alors je préférais vivre l’instant présent sans trop penser à un quelconque avenir. Le seul avenir que je prévoyais c’était mon futur métier de photographe. J’aimerais devenir une photographe dans la découverte du monde. Aussi, je devrais voyager. Est-ce que Jake serait près à me suivre là-dessus ? Je n’en savais rien. En revanche, Jake voyait déjà notre avenir à deux et au fond, cela me réchauffa le cœur. J’étais vraiment flattée qu’il imagine son avenir avec moi. Je pouffais de rire quand il m’avoua que sa mère n’avait jamais voulu qu’il ait un chien et que par conséquent, elle était méchante.

- Oui, ça se voit que tu as été un enfant très malheureux, répondis-je en continuant de sourire.

Je ne connaissais pas la mère de Jake, mais à chaque fois qu’il m’en parlait, je ne pouvais m’empêcher de sourire. C’était des petites anecdotes rigolotes et pour le coup, j’avais vraiment envie de la connaître. Et puis… oh mon dieu, je devrais stresser à l’idée de rencontrer la mère de mon petit ami. Rien que d’y penser, je stressais ! Normalement, c’était le genre de choses qui arrivait dans un couple normal, non ? Ça faisait quelques mois qu’on était ensemble maintenant donc c’était une étape normale dans la vie d’un couple. Du coup, cela voudrait dire qu’il faudrait que je présente Jake à mon père. Oh mon dieu… C’était limite encore plus stressant que l’idée de rencontrer la mère de Jake parce que je savais comment était mon père et qu’il ne ferait que le détailler de haut en bas dans un silence plus qu’embarrassant.

Enfin je n’avais plus eu trop le temps de penser à tout ça quand cette greluche était passée et avait fait en sorte de tout gâcher en m’ignorant royalement. Cependant, heureusement que Jake était là pour me remonter le moral. Il ne me laissa pas déprimer plus en avant sur ce sujet car il m’assura qu’il était prêt à tenir ces filles pour que je puisse leur briser les chevilles. Du coup, je nous comparais à Bonnie & Clyde, le célèbre couple de brigands. Du coup, j’imaginais Jake dans un costume des années 30 et j’étais certaine que ça lui irait comme un gant. Sauf que Jake cassa tout en parlant de ses airs de mafieux. Je ne pus m’empêcher de sourire et de secouer négativement la tête. N’empêche qu’il avait raison, les costumes d’époque faisaient penser à ceux qu’on voyait dans le films Le Parrain donc dans un sens, oui, il avait raison. Mais ça cassait quand même un peu le romantisme du Bonnie & Clyde.

- Tu sais que tu es le meilleur ? lâchais-je en me lovant dans ses bras.

Je savais bien qu’il allait prendre la grosse tête en entendant ça, mais c’était vrai que Jake était le meilleur. Qui l’aurait cru ? Pas moi si on se projetait quelques mois plus tôt. C’était vrai que je lui refusais mon corps – qui était loin d’être celui d’une déesse – pour l’instant et quelque fois, je m’en voulais parce que je changeais ses « habitudes ». Apparemment, quand on y avait gouté une fois, il était difficile d’y résister. Mais ce n’était que de l’apparemment… Je n’y connaissais rien.

À présent que les cours étaient bien commencés, je demandais à Jake ce qu’il souhaitait qu’on fasse. Passer l’après-midi avec lui était une idée vraiment alléchante par contre, quand il m’annonça que j’aurais l’honneur de le masser, je ne pus m’empêcher de répliquer que c’était lui qui m’avait empêcher d’aller en cours et que par conséquent, c’était moi qui devrais avoir ce que je veux. D’ailleurs, je lui fis savoir que je désirais manger un burger végétarien. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, ils étaient divinement bons. Et puis, il fallait arrêter de croire que les végétariens ne faisaient que manger de la salade. C’était un cliché particulièrement pénible. Je pris la main qu’il me tendait et le suivis jusqu’à sa voiture.

- On va passer un accord, si le burger que tu vas m’offrir est divinement bon, je promets de te faire un massage, ça te va ?

En fait, si je lui avais dit « non » pour son massage, je n’y pensais rien. Pourquoi est-ce que je ne lui en ferais pas un ? J’entrelaçais mes doigts avec les siens et lui offris un énième sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 12 Jan - 21:12

Sincèrement, je n’avais jamais pensé au mariage. Même une fois en couple avec Daphné. Je l’aimais sincèrement. Mais le mariage n’avait jamais fait partie de mes projets. Déjà que me poser avec une femme était quasiment impossible à mes yeux alors le mariage. Maintenant que nous en parlions, même si c’était en riant, l’idée me paraissait séduisante. En plus, je savais que ma mère en serait heureuse… Toute les mamans veulent voir leurs enfants grandir, se marier et avoir des enfants. Sauf que jusqu’à maintenant, j’avais toujours pensé que ce genre de vie n’était pas fait pour moi… J’aimais bien les enfants mais de là à en faire un bien à moi… Ca me semblait impossible. Mais depuis que j’étais en couple avec Daphné… Tout était possible.
Je parlais souvent de ma mère à Daphné et vice versa. En même temps, elles étaient les deux femmes les plus importantes de ma vie. Et même si elles ne se connaissaient qu’à travers moi, je savais qu’elles s’adoreraient. Daphné était une fille simple, belle et authentique… Mais elle était aussi drôle, très intelligente, observatrice, tendre… Et puis fragile. J’avais ce besoin de la protéger. Si je m’écoutais, Daphné passerait le restant de ses jours dans ma chambre, à l’abri de tout danger. Mais avec cette fragilité, Daphné possédait une force incroyable… Cette fille avait vraiment réussi à me mettre le grappin dessus… Enfin bref, Daphné connaissait beaucoup de petits détails de ma vie avec ma mère. Je lui en racontais beaucoup, surtout les plus drôles.

« Oui très malheureux… Des fois, maman est très méchante ! » dis-je avec un faux air triste.

Moi malheureux ? Seulement durant les années que nous avions passé avec son ex petit-ami. Mais une fois que nous nous sommes enfuis… J’étais plus qu’heureux, même si nous passions notre temps à fuir. A l’époque, je savais déjà que c’était pour notre bien. Mais pour le reste du temps, j’avais toujours était très heureux comme enfant. Maman avait toujours tout fait pour que je sois heureux et que je ne manque de rien.

Pourquoi n’avais-je jamais remarqué ce que Daphné vivait ? Sûrement parce que je ne prêtais pas attention à ces filles qui me tournaient autour. Depuis que j’étais avec Daphné, je ne voyais pas pourquoi y faire attention. Surtout que j’étais du genre à me dire que je me foutais royalement de l’avis du monde entier. Tant que ma mère n’était pas contre ma relation avec Daphné, je ne voyais pas pourquoi je devrais faire attention à ce que pensaient les gens. Sauf que lorsque je m’aperçus que ces mêmes personnes se permettaient d’être désagréables avec Daphné, je n’étais pas d’accord. Je trouvais ça tellement débile… J’avais encore le droit de choisir avec qui je voulais être… Enfin bon, je pris alors la décision de les ignorer autant qu’elles ignoreraient ma petite amie. Ce n’était pas une grande perte. Mes amis proches, à savoir mes coéquipiers, n’avaient aucun mal à parler à Daphné donc pour le reste…

« Quelle question ? Bien sûr que je sais que je suis le meilleur. » dis-je d’un air fier.

Je la tenais dans mes bras et sincèrement, j’aurais voulu pouvoir la cacher du reste du monde. Je voulais la garder pour moi tout seul, en gros jaloux possessif que j’étais. Mais comme si elle avait perçu mes envies de la séquestrer, Daphné me parla d’aller manger. Du coup, je l’embarquais par la main et l’emmenais manger un hamburger végétarien.

« Rien que pour ça, je mettrais le prix qu’il faudra pour avoir mon massage ! »

Bah quoi ? Je le voulais mon massage. A défaut de ne pas pouvoir toucher son corps, je lui laissais le plaisir de tripoter le mien. Personnellement, je n’y voyais aucun inconvénient à ce qu’elle me masse toute la journée…
Arrivés à ma voiture, je lui ouvris la portière et attendis qu’elle soit bien installée pour refermer derrière. J’allais alors m’installer à l’avant, bouclais ma ceinture avant de démarrer la voiture. Je tournais la tête vers Daphné.

« Prête à aller manger le meilleur burger de toute ta vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 9 Fév - 21:56

Jake était l’exemple même de l’enfant maltraité par sa mère – ironiquement parlant. Sérieusement, avec un fils pareil, cette femme avait eu du courage parce qu’il avait beau être gentil, il était aussi très pesant quand il avait décrété de faire son bébé. J’aimais beaucoup quand il me racontait des anecdotes de vie avec sa mère ou encore quand il m’annonçait qu’il s’était encore fait traiter de tête de gland. Apparemment, c’était le surnom favori de sa mère à son égard. Mais quand elle l’appelait ainsi, c’était parce qu’il y avait une bonne raison. On n’attribue pas un surnom à quelqu’un comme ça sur un coup de tête : il y avait toujours une raison.

- Mon pauvre, fis-je avec un air faussement compatissant. Peut-être souhaites-tu que j’appelle enfance volée ? Peut-être qu’ils pourront faire quelque chose pour toi.

Je n’ignorais rien des malheurs qu’il avait vécu avec l’ex petit-ami de sa mère, mais cette période était terminée et la belle vie s’était offerte à lui dès l’instant où ils avaient pris la poudre d’escampette.

Malgré l’état d’énervement dans lequel j’étais entrée quand la midinette avait fait exprès de faire comme si je n’existais pas, Jake avait réussi faire redescendre la pression avec ses paroles. Il savait comment me calmer et quoi dire quand il le fallait. Je ne doutais pas de lui, ni du couple que nous formions. Non j’avais une totale confiance en tout cela. Ce qui m’inquiétait c’était que les autres faisaient comme si de rien était et ne se cachaient pas le moins du monde pour draguer Jake ouvertement. Elles puaient les phéromones à des kilomètres. Il ne faisait plus attention à elles mais moi je ne pouvais pas les louper. J’avais la désagréable impression qu’elles faisaient exprès de me narguer pour essayer de se prouver qu’elles ne me craignaient pas ou je ne sais quoi. Peut-être une question de fierté féminine ?

Je lui fis le compliment qu’il était le meilleur petit copain qu’on pouvait trouver sur cette planète. Ce n’était pas tout le monde qui proposait de tenir la fille pendant que je faisais mes griffes. Ni même qui rentrait dans votre délire sans savoir où est-ce qu’il allait mener. Bonnie et Clyde, nous ? Ça pourrait être drôle. Je conservais l’idée dans un coin de ma tête pour une quelconque fête déguisée. J’allais trouver refuge dans ses bras et quand il m’encercla, je me sentis aussitôt en sécurité. Comme si c’était ma place depuis toujours. Par contre, je ne pus empêcher le roulement de mes yeux quand il joua encore les grands modestes.

- Ta modestie t’étouffera un jour, lâchais-je en riant légèrement.

J’étais extrêmement assidue comme élève : je n’étais jamais en retard en cours et je ne les manquais que si j’étais malade au point de ne pas réussir à me lever. Mais pour la première fois de ma vie, j’avais envie de passer du temps avec Jake plutôt que d’aller assister aux cours qui avaient déjà commencé depuis plusieurs minutes. Je passais un petit deal avec lui : s’il m’offrait un burger végétarien à en damner un saint, il aurait le droit à son massage. Je ris face à sa réponse.

- Oh je n’ai aucun doute sur le fait que tu es capable de parcourir tous les Etats-Unis pour m’offrir ce que je souhaite, répondis-je. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour un massage, hein ?

Je me laissais entrainée à sa suite en direction de la sortie de l’Université. À force de parler de cet hamburger, et bien cela m’avait donné faim. Je le suivis jusqu’à sa voiture et je m’installais sur le siège passager. Jake, en parfait gentleman, m’avait gentiment ouvert la portière, comme à chaque fois que je montais en voiture avec lui. Je mis ma ceinture de sécurité pendant qu’il s’installait à côté de moi, derrière le volant.

- Je suis toujours prête ! lançais-je. Mais tu as intérêt à ce que ce soit le meilleur burger de toute ma vie, sinon, pas de massage.

Je lui tirais légèrement la langue tandis qu’il démarrait pour quitter le parking. Une fois que nous fûmes lancés dans le trafic, je lui demandais :

- Tu as déjà une idée de l’endroit où tu vas m’emmener ?

J’étais curieuse de savoir s’il connaissait déjà un restaurant qui proposerait un hamburger végétarien. Ce serait étonnant étant donné qu’il était allergique aux légumes – ou plutôt convaincu qu’ils voulaient sa mort… Mais avec JAke, je n’étais jamais au bout de mes surprises !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 140
♈ Friandises : 136
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 3 Déc - 23:12

« Oui, appelle-les, ils seront très intéressés de savoir que ma mère est indigne ! Me faire ça à moi ! » lui répondis-je d’un air faussement affligé.

Ma mère était mon héroïne. Une femme incroyablement forte. Malgré tout ce qu’elle avait vécu, elle était restée fière et surtout, elle avait su s’occuper de moi à merveille. Je n’avais jamais manqué de rien, pas même lorsque mes grands-parents ne nous aidaient pas encore. Ma mère avait tout fait pour que je sois un petit garçon tout ce qu’il y avait de plus normal. Je n’avais pas souffert de la présence d’une figure paternelle. Ma mère avait fait en sorte d’installer le respect entre nous… Et malgré que je la dépasse d’une tête et demi, voire deux, elle me faisait toujours aussi peur. Ma mère m’avait prouvé à maintes reprises que la taille n’était pas le plus important… Oui surtout, lorsqu’elle me menaçait avec son balai de me réduire en bouillie pour ne pas avoir fait la vaisselle la veille…
Et pourtant, malgré la folie qui se dégageait de cette femme, je l’aimais plus que tout.

« Je t’ai déjà dit que Modestie était mon deuxième prénom, mais tu n’as pas l’air de vouloir me croire. » lui dis-je en haussant les épaules.

Sincèrement, je détestais réellement comment certaines personnes de mon entourage se comportait avec ma petite amie. Mes amis l’avaient parfaitement intégré et accepté. Après, ils arrivaient qu’ils me charrient sur notre rencontre, le fait que je lui avais rendu la vie difficile pour une couleur de cheveux etc. Mais rien de bien méchant. Une fois, Pierce m’avait avoué qu’il m’enviait. Il aurait voulu avoir une petite amie aussi adorable que la mienne. Bien sûr, il ne l’avait dit qu’à moi, jamais il ne l’aurait avoué devant les autres.

Mais voilà, les filles qui, avaient fait partie de mon entourage, avaient beaucoup plus de mal à l’accepter. Certaines avaient tout simplement décidé de couper les ponts avec moi, ce qui n’était pas pour me déplaire. D’autres semblaient ne pas prendre au sérieux ma relation avec Daphné, à l’instar de la jeune femme qui était passée. Le pire dans tout cela… Cette fille semblait me connaître et avoir une idée très précise sur ce qu’elle attendait de moi… Alors que moi… Je ne savais même pas qui elle était. Je ne savais même pas qu’elle était étudiante ici… D’ailleurs, je ne me rappelais plus où j’avais bien pu la rencontrer… Si ce n’était pas décourageant…

Sachant que je ne pourrais pas changer l’opinion publique… Je doutais que demander ma petite amie en mariage soit efficace… Enfin bref, j’avais décidé de l’emmener où son altesse le désirait. J’étais comme ça avec ma petite amie. J’avais beau jouer les machos, je restais un homme amoureux et prêt à rendre sa petite amie heureuse.

« Surtout si ce sont tes jolies petites mains qui me massent, alors là… Je pourrais tuer pour un de tes massages ! »

Et j’étais sérieux, je pouvais tuer pour Daphné. Pas forcément pour un massage mais pour la protéger… J’étais capable du meilleur comme du pire. Allez demander ça aux idiots qui s’en étaient pris à elle.
Je lui avais donc proposé d’aller manger et tout de suite, elle avait mentionné un des restaurant de Manhattan proposant des hamburgers végétariens. Ils étaient plutôt pas mal alors j’acceptais d’emmener ma petite amie en échange d’un massage.

« Je t’avoue que je ne sais pas encore, on verra laquelle des enseignes qui nous attirera le plus, princesse. »

Je démarrai la voiture et nous emmenâmes vers la rue. J’avais déjà mangé dans l’un de ces restaurants, il ne faisait pas que du végétarien donc je pouvais me faire plaisir. Et puis, quelque chose me disait que Daphné allait sûrement aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Non, c'est non [Pv Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Jake Aaron Buckley
» (M)Au choix ~ Jake Muller
» Jake Gyllenhaal #008 avatars 200*320 pixels
» Jake Harrison - le benjamin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Brooklyn :: Université de New-York-