Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Non, c'est non [Pv Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 20:56

Voilà maintenant plusieurs semaines que Jake et moi étions devenus un couple normal dans le sens où on ne se retournait plus forcément à notre passage. Bien sur, il y avait toujours les mauvaises langues qui ne se faisaient pas prier pour continuer à critiquer, mais mis à part ça, nous ne faisions plus forcément la une des potins et c’était vraiment un pur bonheur ! Je n’aimais pas attirer l’attention sur moi du coup, ça me faisait du bien un peu de normalité. Bon, tout n’était pas aussi rose que je l’aurais souhaité par moment puisque la plupart du temps j’étais seule à l’appartement étant donné que mon père continuait à être aux abonnés absents. Quand il rentrait, c’était parfois un véritable miracle.

Enfin, je n’allais pas trop me plaindre puisque comme ça, Jake pouvait passer souvent à la maison sans qu’on soit sous le regard inquisiteur de mon père. Même s’il ne donnait pas forcément l’impression d’être quelqu’un de présent, je connaissais tout de même mon père et s’il apprenait qu’un garçon passait plus de temps que lui sous son toit, il finirait par ne plus en décoller. C’était ainsi. Parfois, moi-même je ne le comprenais pas, et pourtant, ça faisait maintenant vingt ans que lui et moi on se connaissait. Cependant, il ignorait toujours qui était Jake, bien qu’il soit au courant. Je n’avais pas encore vraiment eu l’occasion de lui présenter, mais ça m’arrangeait parce que les silences gênant… C’était gênant !

Bref, malgré ça, je vivais un véritable conte de fée. J’avais le petit copain parfait dont n’importe quelle fille pouvait rêver. Je ne craignais même pas qu’on me le vole. De nature, je n’étais pas d’une jalousie maladive, sinon, je serais déjà morte, mais il y avait quand même des limites à ne pas franchir. Jusqu’à présent, je n’avais jamais eu à faire de scène et j’espérais que ça allait être ainsi pendant encore quelques temps. J’avais une confiance aveugle en Jake. Pour illustrer ça, s’il jurait de me rattraper, j’étais capable de monter sur le toit de l’Université et de sauter. Mais c’était une image, hein ? Je me voyais très mal le faire parce que la physique avait démontré qu’on finissait toujours en crêpe à l’arriver.

En arrivant à l’Université, je ne vis Jake nulle part. Sa voiture n’était pas sur le parking. Du coup, je rentrais directement dans le hall pour partir en direction de mon casier afin d’y prendre mes affaires manquantes. Je ne m’inquiétais pas vraiment de son absence puisque je savais qu’il arriverait à un moment ou un autre. De plus, je ne lui avais pas mis de laisse autour du coup, il pouvait arriver à l’heure qu’il voulait, je n’allais pas en mourir. J’ouvris la porte de mon casier après avoir fait la combinaison et ouvris mon sac pour en sortir mon appareil photo qui était soigneusement bien rangé dans son étui. La photographie était mon dernier cours de la journée du coup, je le déposais dans mon casier pour qu’il reste en sécurité.

Mes appareils photos, je les traitais comme s’il s’agissait du trésor le plus précieux au monde. Je n’y pouvais rien, j’aimais trop la photographie pour négliger mes objectifs et les appareils. Je voulais devenir photographe et je travaillais dur pour ça. On m’avait proposé journaliste, mais courir dans des scènes de crime, des faits divers etc… ça ne m’intéressait pas. Et ne parlons même pas de la presse people ! Les filles qui se prenaient pour les reines, il y en avait plein dans les couloirs de l’Université et j’en croisais tous les jours. Non merci ! J’étais entrain de prendre un livre que je voulus ranger dans mon sac quand soudain, on se retrouva derrière moi si bien que je sursautais légèrement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 21:35

Depuis quelques semaines, ma mère avait décidé de quitter l'Australie pour venir me rejoindre ici, à New-York. Je l'adorais. Ma mère, c'était tout simplement la femme de ma vie. Elle représentait tout pour moi. Avant que Daphné n'entre dans ma vie, c'était la seule femme brune qui était dans ma vie. Malgré tout l'amour que je lui portais, ma mère avait un don... Me couver au point de me faire oublier que j'avais 22 ans et non pas 5. Dans ces moments là, elle arrivait à me faire faire n'importe quoi. Je pouvais très vite me transformer en gamin capricieux. Est-ce que ça dérangeait ma mère ? Non, elle adorait s'occuper de moi.
Enfin bref, ce matin, je m'étais réveiller à l'heure. Lorsque j'entrais dans ma cuisine, ma mère était déjà debout, elle préparait le petit déjeuner. J'attrapais un toast, un morceau de bacon pendant qu'elle avait le dos tourné. Je comptais m'éclipser lorsqu'elle éleva la voix sans même se retourner pour m'ordonner de poser mon joli petit cul sur un chaise et de prendre un véritable petit déjeuner. Oui, elle refusait de me laisser partir sans manger. Comme un gosse, je m'exécutais. Maman s'assit en face de moi et nous discutâmes de tout et de rien, de la météo, de mes cours, du sport, de la jeune fille qui occupait mes pensées. Maman me taquinait. Ouais, ouais, j'avais fini par me poser avec une brune comme elle me l'avait déjà dit. D'après elle, j'allais forcément être attiré par une fille qui aurait des points communs avec elle... Je haussai les épaules en avalant un verre de jus. Lorsqu'enfin je terminai mon petit déjeuner, j'attrapais mon sac, mes clés de voiture. Je déposais un baiser sur la joue de ma mère et m'éclipsais avant qu'elle n'ait l'idée de me faire porter un pull. Ma tenue ne lui plaisait pas... Comment osais-je sortir avec un simple tshirt ? Bon, j'avais toujours ma veste en cuir mais ce n'était jamais suffisant pour ma chère mère.
J'entrais dans ma voiture direction l'université. Sur la route, je ne cessais de penser à ma journée. Voir Daphné avant les cours. Economie. Droit. Anglais. Déjeuner avec Daphné ou des potes à voir selon l'emploi du temps de chacun. Entraînement de football. Un peu de musculation. Une douche. Retrouver Daphné.
Je me garai sur le parking et en sortis. Comme toujours, je devais saluer les nombreuses personnes me connaissant. Par chance, ils n'essayaient pas de me parler de mon couple. Là, je risquais de régler mes comptes à grands renforts de coups de poing. Je n'étais pas du genre loquace, je marchais plus à la force. Et puis, je ne supportais pas que l'on critique Daphné. Au début, la situation n'avait pas été facile, surtout pour elle. Avoir les regards braqués sur moi ne m'avait jamais dérangé mais pour Daphné... C'était autre chose. Elle était bien plus timide que moi. J'entrais dans l'université. Je me dirigeais directement vers les casiers et je ne mis pas longtemps à la trouver. Daphné rangeait ses affaires. Je me glissai silencieusement derrière elle puis je la pris contre moi. Je la sentis sursauter. Je lui chuchotai alors :

"N'ai pas peur, ce n'est que moi."


Je l'embrassais sur la joue avant de m'écarter pour la laisser me faire face. Je lui fis un beau sourire, comme chaque fois qu'elle me regardait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 21:43

J’étais tellement plongée dans mes pensées que du coup, je sursautais quand Jake m’attira contre lui. Je n’eus pas vraiment de mal à savoir que c’était lui puisqu’il était le seul à faire ça et aussi parce que si quelqu’un d’autre essayait, je ne donnais vraiment pas cher de sa peau. Enfin, même si c’était lui, je fus quand même surprise qu’il débarque comme ça, de nulle part puisque je ne l’avais pas vu arriver. C’était une réaction tout ce qu’il y avait de plus normal. Néanmoins, je ne pus m’empêcher de sourire quand il chuchota à mon oreille que je n’avais pas à avoir peur. Mon sourire s’agrandit lorsqu’il embrassa ma joue et je me décollais de lui pour lui faire face. Je déposais un baiser sur ses lèvres.

- T’es en retard ! le taquinais-je.

Avant qu’il ne puisse répondre à ça, je l’embrassais à nouveau pour lui faire comprendre qu’il était entièrement pardonné. Et de toute façon, il n’avait pas de laisse autour du cou, donc il pouvait bien arriver à l’heure qu’il voulait. N’empêche que ça faisait un bien fou de pouvoir embrasser son petit copain sans que toutes les têtes ne se tournent vers nous pour nous fixer pendant plusieurs secondes qui me mettaient réellement mal à l’aise. Heureusement que depuis quelques jours, ça avait changé. Les gens s’étaient habitués à ce qu’on soit ensemble et c’était vraiment excellent. Moi, j’étais vraiment ravi de ce changement vis-à-vis des autres. Au moins, je ne ressemblerais plus à une bête curieuse.

- Comment tu vas ?

Mes cours ne commenceraient pas avant pas mal de minutes, du coup, j’en profitais pour les passer avec Jake. Oui, parce que les heures de cours étaient particulièrement longues. Il était inutile de dire pourquoi parce que si ça ne tenait qu’à moi, je passerais absolument chaque seconde qu’il m’était donné de passer en compagne de mon amoureux. Sauf qu’il fallait apprendre à se contrôler et à ne pas passer tout mon temps avec lui parce que sinon, ça allait devenir plus qu’une drogue. Je n’avais jamais connu ça avant de sortir lui. C’était vraiment une montagne de sensation à chaque minute. Bref, on ne faisait vraiment pas plus heureuse que moi en cet instant. On pouvait même me faire un test, j’étais sure de gagner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 21:49

Après lui avoir fais une petite frayeur, je m'écartais légèrement afin de la laisser se retourner pour qu'elle me fasse face. Comme chaque fois, nous nous retrouvions à sourire comme deux gamins, mais ça, on s'en fichait pas mal. Elle m'embrassa avant de me dire que j'étais en retard. Je riais doucement avant de lui tirer la langue. J'allais lui répondre qu'elle embrassait à nouveau. Bien sûr, je la laissais faire avec plaisir.

"Ca c'est parce que ma chère maman a eut la divine idée de me faire prendre un petit déjeuner, alors qu'elle sait très bien que je n'aime pas prendre de petit-déjeuner. J'ai réussi à lui échapper avant qu'elle n'essaye de me faire mettre un pull. Une vraie mère poule !"

Bien sûr, je plaisantais, j'adorais ma mère. Même lorsqu'elle se montrait trop protectrice, j'avais l'habitude et puis si elle ne le faisait pas, ça m’inquiéterait. Je la tenais dans mes bras et c'est à ce moment-là que je me rendis compte que personne ne faisait plus attention à nous. Moi qui avait l'habitude d'attirer le regard pour une raison ou pour une autre, je devais avouer que passer inaperçu n'était pas plus mal. Je pouvais enfin embrasser ma petite amie sans qu'on ne nous regarde comme si nous venions de violer toutes les lois de la nature... Non mais sérieusement à croire que j'étais un loup et elle une brebis... Enfin bon. Daphné me demanda comment j'allais, ce à quoi je répondis :

"Je vais très bien, étant donné que pour une fois, j'ai le ventre bien rempli dès le matin. Et toi, princesse, tu vas bien ? Tu as bien dormi ? Pas trop fatiguée ?"

Je pouvais donner l'aspect du petit ami très très attentionné qui prend soin de sa petite amie. C'était bel et bien le cas mais il n'y avait pas que ça... Disons que je reste un homme et que j'avais quelques besoins bien particuliers. J'essayais alors de savoir si elle allait bien, avant d'en venir au sujet qui me tenait tant à coeur : lui exposer ma courbe de mes besoins primaires. Et si ça ne marchait pas... Pleurer, geindre, me rouler par terre devrait faire l'affaire. Enfin, selon moi si mes caprices marchaient avec ma ère pourquoi Daphné y serait-elle insensible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 21:51

Qu’il soit à l’heure ou en retard, honnêtement, je m’en moquais. Du moment qu’il arrivait entier, c’était tout ce que je demandais. De plus, je n’étais pas le genre de fille à devenir hystérique parce que mon petit copain ne m’avait pas prévenu qu’il aurait deux minutes de retard. Non, je n’exagérais pas, il y avait des filles qui étaient comme ça. Dès que la personne avec qui elles avaient rendez-vous n’était pas là à l’heure pile, elles commençaient déjà à se faire des scénarios comme quoi la personne était morte dans un virage ou que sais-je encore comme scénario débile. Moi, je n’étais pas de ce genre-là. Généralement, c’était après un quart d’heure que je commençais à me poser des questions, surtout si je n’avais aucune nouvelle. Donc, je n’estimais pas être une folle furieuse.

En entendant la raison du retard de Jake, je ne pus m’empêcher de rire légèrement. J’imaginais très bien la scène, même si je ne pouvais pas encore mettre de visage sur celui de sa maman. Néanmoins, ce qu’il me racontait là, ça me faisait penser à ma propre mère qui avait toujours eu peur que je n’aille à l’école le ventre vide. Pourtant, ça ne risquait pas d’arriver puisque je mangeais au moins trois repas par jour. J’étais peut-être végétarienne, mais je mangeais quand même. Il n’y avait que les idiots pour penser qu’un végétarien, ça ne mangeait quasiment rien. D’ailleurs, j’ignorais totalement d’où leur venait cette idée resplendissante et totalement erronée ! Par contre, forcer Jake à mettre un pull, ça devait être comique aussi ! Surtout que le temps n’était pas non plus froid. Heureusement, l’hiver touchait à sa fin parce que j’avais l’impression qu’on n’en voyait plus vraiment le bout à force.

- Au moins, tu ne pourras jamais dire qu’elle ne t’aime pas.

Jake ne m’avait pas lâché et je ne m’en plaignais pas, bien au contraire. J’avais passé mes mains dans son dos et je savourais ce moment « calme ». Oui, calme dans le sens où aucun murmure nous concernant ne se faisait entendre. Après, nous étions aux niveaux des casiers alors le mot « calme » dans le sens du silence, c’était un peu trop demandé. Mais je me contentais de ce que j’avais et ne plus avoir les regards fixés sur nous, c’était déjà énorme pour moi. Alors je ne pouvais pas être trop exigeante non plus. De plus, ce n’était pas mon genre. Aussi, tout en restant dans ses bras, je lui demandais comment il allait, réponse qu’il m’offrit immédiatement avant de me retourner la question tout en enchainant deux questions à la suite. Déjà, rien que ça, ça me paraissait bizarre… Je relevais la tête pour le fixer un instant avant de répondre :

- Ca va bien aussi. Pourquoi toutes ces questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 21:55

Ma mère ? Elle était tout simplement la première femme de ma vie. Je l'aimais plus que tout et j'étais prêt à mourir pour elle. Même lorsqu'elle jouait les mamans poules. Mais j'avais beaucoup de chance, ma mère et moi étions très proches. Je pouvais lui parler de tout et de n'importe quoi. Par exemple, je lui parlais souvent de ma relation avec Daphné. Et même si elle se moquait beaucoup de moi et de mon ancienne obsession pour les blondes, elle me donnait de très bons conseils.
En racontant à Daphné la raison de mon retard, cette dernière eut un petit rire. Oui,ça faisait toujours un peu rire d'entendre un mec aussi viril et "macho" que moi redevenir un petit garçon une fois que sa "moman" est dans les parages. Mais ça, je l'assumais totalement. J'étais tellement fier de ma mère.
Mais j'étais également fier de ma chère petite amie. Contrairement à d'autres filles, elle ne me faisait pas subir de crises de jalousie injustifiées ou encore des crises d'hystérie pour cinq malheureuses minutes de retard. Non, ma Daphné à moi était d'un calme et d'une compréhension parfaite. Je n'avais pas eu à justifier le moindre de mes retards mais par respect pour elle, je le faisais. Elle aurait pût me faire des crises car après tout, le campus regorgeait de blondes prêtes à se sacrifier pour entrer dans mon lit. Certaines y étant déjà passées... Mais non, jamais Daphné n'avait évoqué mon ancienne addiction aux blondes. Si ça ce n'était pas une relation parfaites, c'est que je ne m'y connaissais vraiment en la matière de "brunes".

"Je sais... Mais ne redis pas ça devant elle, elle prendra ça comme excuse pour me forcer à porter une combinaison de ski alors qu'il fait 30°C à l'ombre !"
lui dis-je sur le ton de la plaisanterie.

Quoi que... Vu que ma mère était assez folle, elle était capable de me dire que je devais en porter une. Enfin bon. Daphné était dans mes bras et, n'étant pas pressé de la lâcher, je la gardais dans mes bras, un sourire aux lèvres. Oui, Daphné était très bien où elle était, donc aucune raison de bouger. J'avais fini par lui poser des questions histoire de me renseigner sur son état physique et mental... Vu que j'avais très envie de combler certains besoins, il fallait qu'elle soit en forme. Enfin, si elle finissait par me dire oui. D'ailleurs, toutes mes questions la laissèrent un peu perplexe. Bon faut dire que je les avais enchaîné... Me grattant la tête, je lui répondis avec ce même air qu'on les criminels pris en flagrant délit :

"Quoi ? Je ne peux même plus m'inquiéter pour ma petite amie sans même susciter le doute..."


Sauf qu'en voyant son regard qui avait l'air de dire "Jake, tu n'aurais pas quelque chose à me dire ?", j'abandonnais et avouais presque mon délit.

"Ok, ok... En fait, je me demandais si... Vu que je suis ton petit ami et toi a petite amie, si on pourrait pas... Tu vois bien ce que je veux dire. T'es une fille, je suis un mec... Juste un peu hein !"

Mais où est dont passé notre si éloquent Jackson ? Nous l'avons perdu entre deux balbutiements... Non mais qu'est qui se passait ? Moi, Jackson Eiden DeLaurence, je bégayais... Le monde ne tournait pas rond ! Quand j'allais raconter ça à ma mère... La honte !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 22:00

Je n’avais pas encore rencontré la mère de Jake puisque la plupart du temps, elle était absente quand je me rendais chez lui pour une simple visite. Ce qui me faisait penser que Jake n’avait jamais croisé mon père, encore. Mais en même temps, c’était assez dur de lui présenter puisque papa passait la plupart de son temps à l’extérieur, soit au boulot, soit avec sa nouvelle copine dont j’ignorais encore tout. Enfin, l’occasion viendrait peut-être à un moment donné, il fallait juste être patient. Pour l’instant, je profitais simplement du temps que je pouvais passer avec Jake. C’était les meilleurs moments de la journée et chaque instant me semblait toujours beaucoup trop court. Il fallait dire aussi que je ne voyais quasiment jamais le temps passer quand j’étais à ses côtés.

- Promis, je ne lui dirais rien !

N’empêche que rien que d’imaginer Jake en combinaison de ski sous un soleil de plomb était une image qui m’amusait beaucoup. Je me la représentais très facilement. Mais pour l’instant, je profitais simplement du fait que j’étais dans ses bras et pour prendre de ses nouvelles, même si la plupart du temps, il ne se passait pas grand-chose de neuf entre la veille au soir et le lendemain matin. Les moments où nous avions le plus de choses à dire, c’était en fin de journée pour raconter ce qu’on avait pu faire, les trucs drôles qui avaient pu se produire, etc… Mais même entendre un simple « bah pas grand-chose, j’ai bien dormi » ça me suffisait. J’avais fermé les yeux pour savourer au maximum le moment quand Jake enchaina les questions sur comment j’allais et si j’avais eu mon quota de sommeil.

Cet enchainement de questions me fit froncer les sourcils, mais néanmoins, j’y répondis avant de lui demander pourquoi. J’avais relevé la tête pour pouvoir le regarder. Il se gratta l’arrière de la tête avec un air coupable avant de me répondre une phrase totalement bidon qui me prouvait bien qu’il avait une idée derrière la tête. J’arquais un sourcil et le fixais de façon suspicieuse afin qu’il comprenne bien que je savais qu’il avait une idée derrière la tête et que c’était donc le moment pour lui de l’exprimer. Finalement, il se rendit et commença à essayer de m’expliquer ce qu’il tenait à me dire sauf que pour le coup, il fallait presque un décodeur pour le comprendre… Je fronçais légèrement les sourcils quand il termina par son « T’es une fille, je suis un mec ». Je craignais comprendre ce qu’il était entrain de me demander…

- En clair t’es entrain de me demander si on ne pourrait pas…

Même moi je n’arrivais pas à terminer ma phrase. Je m’étais légèrement écartée de Jake pour ne pas avoir à me tordre trop le cou pour pouvoir le regarder. Honnêtement, je craignais ce qu’il me demandait, mais j’aurais dû savoir qu’à un moment ou un autre, ça tomberait et que je devrais y faire face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 22:10

Après ma mère, Daphné était la deuxième personne à qui je disais absolument tout donc, ce n'était pas étonnant que je lui parle de ma mère aussi facilement. Je ne les avais d'ailleurs pas encore présenté, j'attendais le bon moment pour le faire... A savoir quand a mère ne s'éclipserait pas pour aller voir son petit ami... j'en étais presque jaloux. Depuis qu'il était entré dans sa vie, ma mère avait l'habitude de s'éclipser pour aller retrouver son amant... Et moi alors dans tout ça ? Je comptais pour du beurre peut-être ? Je soupirais pour moi-même. Il fallait que je remettais les pendules à l'heure avec cette jeune demoiselle !

Enfin bref, j'avais un autre sujet qui me tenait à coeur... La satisfaction de mes besoins primaires. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, je n'avais pas tellement embêté Daphné avec ça et même, je n'en avais pas ressenti le besoin jusqu'il y a quelque temps. Puet-être parce que Daphné me comblait d'une manière différente. Avec elle, j'avais de véritables conversations, de nombreuses séances de fous rires, des confidences à gogo et puis en ce qui concernait les câlins et les bisous, j'étais un homme comblé, je n'avais pas à me plaindre. Mais plus le temps passait et plus ce besoin se réveillait. Au début, j'arrivai à le contenir, penser à autre chose sauf qu'à force... Mon corps avait de plus en plus de mal à résister et comme Daphné m'attirait bien plus encore que les blondes... Autant le dire, j'étais mal barré !
Donc, j'avais fini par craquer et par lui en parler... Maladroitement, certes, mais je lui en avais finalement parlé. Elle s'était éloignée de moi et m'avait demandé si nous parlions bien de la même chose. Jake, tu peux encore reculer et lui dire d'oublier ça... Jake, écoute ta conscience, terrain dangereux, terrain glissant, très glissant, DANGER DANGER DANGER ALERTE ROUGE NOUS SOMMES PERDUS !!

" Bah, euh, oui enfin vu comme ça... C'est mal demandé mais c'est aussi que voilà... T'es ma petite amie, je t'aime.. Et..."

Je m'arrêtai... C'était la première fois que je lui disais que je l'aimais. Je ne le lui avais jamais dis... Non, je n'avais pas honte ou quoi que ce soit... Simplement, ça coulait de source pour moi. Après tout, Daphné était différente... Elle savait à peu près tout ce qu'il y avait à savoir de moi, je lui racontais mes journées, certaines, je les passais avec elle. Non, je n'avais aucun secret pour Daphné. Je m'étais vraiment attaché à elle et même plus... J'étais amoureux mais selon ma conception des choses, ça se voyait que j'étais amoureux d'elle alors pas besoin de le crier... Sauf que je me rendais compte que je n'aurais pas dût lui dire à ce moment là... Pas avec ce que je lui demandais...

"Euh bon écoute, princesse, je... Je suis vraiment amoureux de toi... Et euh... Je ne veux pas passer pour le gros obsédé affamé mais... je reste un homme et puis parfois bah... Voilà... mes pulsions sont très fortes mais vraiment... et... Oh merde, je raconte n'importe quoi là !"

J'étais gêné. D'habitude, je n'avais pas besoin de présenter un devoir oral pour expliquer pourquoi la jolie brune devait coucher avec moi. Non d'habitude, quelques baisers arrivaient à me donner ce que je voulais. Pas besoin de mots... Mais je respectais bien trop Daphné pour tenter de l'embobiner de la sorte. Et puis... Je ne voulais pas lui donner l'impression de n'attendre qu'une chose d'elle... Je voulais lui faire sentir combien elle comptait  à mes yeux et que je respectais sa décision même si elle risquait de me laisser à demi-mort.


Dernière édition par Jackson E. DeLaurence le Ven 4 Oct - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Sep - 22:12

Je savais bien qu’un jour où l’autre, je devrais affronter cette situation, sauf que j’avais espéré qu’elle tarderait encore un petit peu. Bien sur, je connaissais Jake. Je savais pertinemment quelle avait été sa vie avant qu’il ne soit en couple avec moi. Je n’avais jamais eu la folie de croire qu’il changerait totalement pour mes beaux yeux. Je n’étais pas idiote à ce point-là. Mais quand même, je ne pensais pas que ça tomberait aussi rapidement. Enfin… C’était peut-être « rapidement » pour moi, mais peut-être que Jake avait assez attendu. Cependant, avant de me faire mille et une scènes, je préférais tout de même lui demander si j’avais bien compris où il voulait en venir. Enfin, c’était évident que j’avais bien compris, alors pourquoi est-ce que j’avais posé la question ? Moi-même je me trouvais très idiote pour le coup.

Tout en me mordillant la lèvre inférieure de façon nerveuse, j’attendais qu’il me réponde. Attendre sa réponse me rendait réellement mal. Jake ouvrit la bouche pour débiter une série de paroles maladroites. Je m’étais légèrement reculée pour pouvoir le regarder dans les yeux correctement. C’était malgré tout une discussion assez sérieuse pour le coup. Je crus que mon cœur allait lâcher quand il prononça ces trois mots que jusqu’à présent, il ne m’avait jamais dits. Au passage, mes yeux s’écarquillèrent légèrement à cause de la surprise. Et apparemment, il était aussi surpris que moi car il s’arrêta aussi de parler. Tout un flot de sensations toutes les plus différentes les unes que les autres m’envahit dans tous les sens si bien que je fus quasiment incapable de réfléchir. Je n’arrivais pas à en croire mes oreilles…

Je n’avais jamais désespérée de l’entendre me dire un jour ‘je t’aime’, mais c’était toujours surprenant de l’entendre. Je n’avais pas douté de son attachement pour moi, mais… mais j’étais devenue incapable de dire quoi que ce soit. J’étais aussi muette qu’une carpe et je devais avoir l’air très débile… Mais heureusement que Jake réussit à reprendre la parole avant moi. Je me sentis m’empourprer légèrement quand il me fit part de la véracité de ses sentiments pour moi. Je voulais bien comprendre ce qu’il me disait là, mais pour le coup, j’étais beaucoup trop indécise pour lui donner une réponse. Je pouvais lui offrir tous les câlins qu’il voulait, mais ‘plus’ me rendait beaucoup trop nerveuse. J’imaginais que c’était ainsi qu’on se sentait quand on était encore vierge…

Mais malgré ça, je ne pus m’empêcher d’éprouver une vague de sentiments amoureux à l’intérieur de moi. Aussi, quand il déclara raconter n’importe quoi, je me jetais légèrement dans ses bras pour aller l’embrasser. Je passais mes bras autour de sa nuque et me collais contre lui. Je m’en fichais complètement si on nous regardait. J’avais appris à passer au-dessus de ça depuis que nous étions ensemble. Si je pouvais, je serais restée comme ça pendant longtemps, à sentir son corps contre le mien, ses bras refermés sur moi… J’étais mordue, je ne pouvais pas le nier. Et puis, après tout, qu’est-ce que j’avais à perdre s’il le savait ? Légèrement à contre cœur, je rompis notre baiser pour aller coller mon front contre le sien.

- Je t’aime aussi, Jake.

Je me serrais contre lui, enfouissant mon visage contre son torse, m’enivrant de son odeur qui m’avait toujours beaucoup attiré. Je restais ainsi contre lui pendant plusieurs minutes, sans vraiment me préoccuper de l’heure qu’il était. J’avais du temps avant le début des cours, donc si je pouvais profiter de ce temps-là pour être avec Jake, je ne pouvais qu’en être heureuse. A condition, bien sur, qu’il n’ait rien à faire de son côté parce que je ne voulais pas être celle qui lui cassait ses plans pour l’avoir pour elle toute seule. Je n’étais pas égoïste à ce point. Je n’étais pas l’unique personne qui faisait parti de sa vie. Fort heureusement d’ailleurs. Mais le fait de lui avoir dit ce que je ressentais n’arrangeait pas le problème. Bien au contraire, sa demande était restée en suspend et j’étais tiraillée entre l’envie de faire comme si j’avais oublié et lui répondre et celle de lui répondre. Cependant, il ne méritait pas que je fasse comme si j’étais devenue sourde.

Après cet élan d’affection, je relevais la tête vers lui et desserrais légèrement mon étreinte pour ne pas me dévisser le cou en le regardant. Il était quand même nettement plus grand que moi, du coup, il fallait que je lève un peu la tête pour pouvoir le regarder droit dans les yeux. Je gardais néanmoins mes bras autour de lui. A présent, c’était à mon tour d’être mal à l’aise. Je devais bien avouer que je n’avais pas spécialement l’habitude de parler de ça non plus… D’ailleurs, Jake ne savait même pas que j’étais vierge.

- Ecoute, Jake… Je me sens pas prête à faire ça avec toi pour l’instant. J’ai besoin d’encore un peu de temps. C’est pas quelque chose que je prend à la légère, donc…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Ven 4 Oct - 18:33

J’avais conscience que déclarer mes sentiments à Daphné alors que je venais de lui dire que mon mini moi se réveillait dangereusement devait être très douteux. Après tout, on dit souvent que les hommes donnent de l’amour pour avoir du sexe en échange. Je devais lui donner cette impression pourtant… Ce n’était absolument pas mon genre. Briser des cœurs ne faisait pas partie de mes habitudes. Les seules femmes avec qui j’avais couché étaient conscientes qu’elles n’auraient jamais ce que Daphné avait. Je m’étais toujours éloigné des jeunes femmes sérieuses avec la tête pleine de rêves d’avenir à deux, d’une vie de famille. Je m’étais en quelque sorte réservé pour celle qui saurait sortir du lot… En quelque sorte, je m’étais réservé pour Daphné. Sauf que voilà… Avant Daphné, j’avais eu une vie de luxure bien remplie. J’avais l’habitude d’avoir très souvent des coups d’un soir, d’enchaîner les jeunes femmes. Mais depuis que Daphné était entrée dans ma vie, tout ça… J’y avais renoncé avec plaisir.
A présent, je me contentais d’être heureux avec elle. Sa simple présence suffisait, je n’avais pas besoin de la déshabiller pour me sentir bien. Le sexe était passé au second plan. Mais il fallait bien qu’il refasse surface car après tout, je restais un homme. Un homme avec de gros besoin. Jusque-là, j’avais bien réussi à m’en passer. Mais depuis quelques temps, j’avais de plus en plus de mal à m’y faire. Je le ressentais dans tout mon être. Sauf que je ne voulais qu’une seule et unique femme. La seule qui se refusait encore à moi. Daphné Gracey.

En voulant lui expliquer ce qui se passait dans ma tête, j’avais eu beaucoup de mal à mettre des mots sur mes sentiments. Dans mon esprit, tout coulait de source. Pas besoin de mots, je savais déjà ce que tout ça voulait dire mais le formuler était bien plus compliqué… Surtout venant d’un homme qui n’avait encore jamais ressenti cela. Sauf que c’était compliqué. Les mots sortaient sans qu’ils ne traduisent le contenu exact de ma pensée. Mais lorsque j’entendis Daphné me dire qu’elle aussi m’aimait… Je peux vous dire mon cœur a fait un saut périlleux. J’étais heureux et je me sentis soudain plus léger. Peut-être qu’elle allait céder à mon petit rikiki minuscule caprice… Mais, j’allais vite déchanter. Daphné s’écarta un peu de moi puis leva la tête vers moi. Elle m’expliqua alors ne pas être prête pour passer ce cap. Je la regardais un peu surpris… Qu’est qui la retenait autant ? Je lui pris les mains avec un air qui voulait dire « Eh oh, Daphné, il y a un problème ? ». J’avais tout de même un petit sourire pour l’encourager à me parler voir à me dire oui… Mais elle n’avait pas l’air de vouloir me céder, ni même me dire ce qui la tracassait tant…

Sans un mot, je la pris dans mes bras à nouveau puis je l’embrassais sur le front. Je sentais son cœur battre contre le mien. Je le sentais que les battements de mon cœur s’accéléraient de plus en plus. Peut-être que je devais m’y prendre autrement… Et si j’essayais une de mes ruses… Lui donner envie en lui faisant croire qu’elle aurait plus envie que moi. Ok, je ne pensais pas que je devrais en arriver à là mais je voulais vraiment assouvir mes pulsions et comme Daphné était la seule que je voulais…

Lentement, je laissais ma tête se baissait. Ses cheveux effleuraient mon visage d’une caresse toute douce, soyeuse et aussi légère que le vent. J’enfouis un peu plus mon visage dans son cou afin d’y déposer de doux baisers. Je savais que les femmes aimaient les bisous dans le cou, Daphné ne faisait pas exception à la règle alors, je lui donnais. Je la laissais sentir mon souffle parcourir sa peau. Nous avions beau être dans les couloirs, une fois que j’étais avec Daphné, j’oubliais tout ce qui m’entoure… D’ailleurs, je me laissais prendre à ce petit jeu… Une de mes mains se glissa contre ses reins la ramenant un peu plus contre moi. Sentir sa taille toute fine… J’avais un besoin fou de la protéger mais surtout de l’aimer encore et encore. En réalité, c’était dans ces moment- là que je comprenais que j’étais bel et bien amoureux de Daphné. Le simple fait de la tenir dans mes bras provoquait un tas de réactions en moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 13 Oct - 19:37

Cette journée était décidemment pleine de surprise car si je ne m’attendais pas à ce que Jake me demande de franchir une nouvelle étape avec lui, et bien je m’attendais encore moins à ce qu’il prononce ces trois mots qu’il ne m’avait jamais dit jusqu’à lors. J’avais parfaitement conscience qu’il était sincère depuis le début, qu’il m’aimait, mais l’entendre donnait une toute autre saveur à la chose. Ces mots sonnaient merveilleusement bien à mes oreilles. J’en avais presque oublié ce qu’il m’avait demandé quelques instants plus tôt. Ils n’avaient plus trop d’importance pour l’instant. Jusqu’à présent, j’avais toujours réagi avec des rougissements à ses allusions parce que je ne pouvais pas faire autrement. J’étais vierge et du coup, je ne connaissais pas tout ce dont il me parlait et rien que l’imaginer faisait naître des rougeurs à mes joues. Je ne contrôlais rien.

A mon tour, je lui avouais que je l’aimais. C’était indéniable, j’étais totalement mordue. Jake faisait à présent parti intégrante de ma vie et je ne me voyais pas avec quelqu’un d’autre. Il faisait naître des choses en moi que personne jusqu’à maintenant n’avait réussi à faire naître. Si ce n’était pas de l’amour, je ne m’y connaissais pas. Quoi que c’était tout de même assez prétentieux de ma part de penser ça car on ne pouvait pas dire qu’avant lui, j’avais connu quelque chose d’aussi grand et intense à la fois. Certes, le cap du « plus loin » n’était pas encore passé, mais cela ne m’empêchait pas de trouver que le lien qui m’unissait avec Jake était déjà très grand. Le serait-il encore plus si jamais je franchissais le pas ? Je n’en doutais pas. Cependant, je restais encore trop incertaine sur certains points.

Je lui expliquais les raisons qui faisaient que je me refusais encore à lui. Je voulais qu’il comprenne mon point de vue et surtout qu’il n’aille pas penser que je ne l’aimais pas assez pour faire ça avec lui. Il me prit les mains et par automatisme, j’entrelaçais mes doigts avec les siens. Il me fixait d’un air surpris. J’espérais qu’il n’allait pas croire que c’était par manque de sentiment de ma part parce que ça ne serait pas du tout le cas. Au contraire, Jake était la seule personne stable que je possédais en ce moment. Il était mon seul pilier et je tenais à lui plus qu’à n’importe qui au monde (hormis peut-être mon père, mais ça c’est encore une autre histoire). Je n’eus pas de réponse à proprement parlé, car il me prit dans ses bras. Je passais mes mains dans son dos et me serrais contre lui, m’enivrant à nouveau de son odeur.

Mes yeux se fermèrent au contact de sa bouche sur mon front. Un sourire se dessina sur mes lèvres. J’adorais ces moments-là avec Jake. Je me laissais aller dans ses bras et accueillis ses lèvres sur la peau de mon cou avec délice si bien qu’un soupire de bien-être s’échappa de ma bouche. Je me perdais lentement dans les méandres de l’amour. Son souffle caressait ma peau à en faire naître la chair de poule. Un frisson me parcourut de haut en bas. Je ne réagissais pas à la négative à ses gestes car je ne bronchais pas quand il posa sa main dans le creux de mes reins pour m’emmener un peu plus à lui. J’oubliais tout quand j’étais avec lui. Lui seul existait. Quand je me serrais contre lui, je compris brusquement ce qu’il était entrain d’essayer de faire et surtout où on était. Il était entrain de faire naître le désir en moi pour que je ne puisse pas lui refuser sa demande.

J’ouvris les yeux. N’importe qui se serait reculé pour clairement exprimer son rejet, mais je n’étais pas comme ça. Je ne pouvais pas être loin de Jake et encore moins lui faire un scandale en public. Peut-être nous regardait-on, je n’en savais rien. Oui, c’était même sur qu’on nous regardait car il continuait de déposer des baisers dans mon cou qui m’aurait fait fondre si nous n’avions été que tous les deux. Lentement, je tournais la tête vers lui et déposais un baiser dans son cou puis remontais mes lèvres le long de sa mâchoire jusqu’à arriver à son oreille. J’attrapais le lobe de son oreille entre mes dents avant de murmurer à son oreille :

- Jake… J’ai dit non.

Sous ses bonnes paroles, je déposais un baiser sur sa joue et me décollais lentement de lui et à contre-cœur, je devais bien l’avouer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mar 19 Nov - 10:50

Daphné avait beau m’expliquer toutes les raisons qu’elle voulait… Mon deuxième cerveau, celui qui fait de moi un bel étalon, ne voulait rien savoir. En fait, il s’en foutait royalement, je l’avais habitué à un festin de roi et soudain, nous voilà en abstinence totale ! Et il était hors de question que je m’en remette à ma main. Je méritais mieux que ça, tout de même !
Heureusement pour Daphné, mon premier cerveau était encore en état de marche et empêchait mon deuxième cerveau de lui sauter dessus et de la faire craquer en public… Si ça ce n’était pas de l’érotisme ! Faire des bêtises en public… Les commères auraient de quoi se réjouir, ça c’est sûr !
J’optai donc pour une autre solution. Je me contentai d’embrasser Daphné dans le cou en sachant très bien quelle réaction ça provoquerait. Après tout, j’avais assez d’expérience en la matière et puis, j’avais fini par me rendre compte des points faibles de ma petite amie.
Je la serrais contre moi en enfouissant mon visage au creux de son cou. Lorsque je sentis le souffle de Daphné sur ma peau, j’eus un frisson qu’elle avait certainement senti. Bah oui, Daphné pouvait autant que moi éveiller le désir sexuel… Tant qu’il n’y avait que le mien qu’elle réveillait…
Je sentis alors ses lèvres se poser dans mon cou, en remontant lentement le long de ma mâchoire et lorsque je les sentis sur mon oreille, je sentis que je touchais du bout des doigts la victoire. Je jubilais déjà !! Et lorsqu’elle attrapa le lobe de mon oreille entre ses dents… Mon deuxième cerveau se réveilla et se mit au garde à vous sans que je n’aie besoin de lui en donner l’ordre. Sauf que la suite ne me plût pas du tout, du tout ! Daphné qui me disait non. C’était tellement rageant que j’en aurais crié comme un gosse. Mais gardant tout mon calme, j’essayais de ma rationaliser en me disant que j’allais la faire craquer.
Après m’avoir fait un bisou sur la joue, elle s’écarta lentement mais je la serrais à nouveau contre moi.

« Et tu vas où comme ça ? Qui t’as autorisé à t’en aller, femme ? » lui dis-je en riant.

Je l’embrassais. Non mais un bisou sur la joue… Va falloir que je remette les pendules à l’heure avec cette jeune effrontée qui ose me laisser sur ma faim. Mais pour l’heure, je me devais d’abord de satisfaire un appétit bien particulier.

Je tournais la tête et vis que l’on observait. Je le savais d’avance mais ça m’étonnait toujours l’intensité de leurs regards… A croire que nous étions un film dont il ne fallait pas rater une seule seconde… Ah mais peut-être que Daphné ne supportait plus leurs regards. En fait, c’était mon cas. Je ne pouvais même plus bécoter ma petite amie sans qu’une dizaine de paires d’yeux nous observent… On aurait dit des hiboux ! Sans un mot, je pris la main de Daphné et l’entraînais avec moi. Parfois, des curieux me demandaient où nous allions… Donc ma vie n’était plus privée, ils devaient tous savoir où j’allais… J’avais deux réponses pour eux : un regard meurtrier et mon majeur. Et si quelqu’un n’était pas d’accord, il allait sûrement recevoir mon poing en pleine figure. Ne jamais embêter un homme des cavernes en manque de sexe. Il ne manquait plus que je mette Daphné sur mon épaule et je serais la figure parfaite de l’homme de Cro-Magnon.
J’ouvrai les portes à la volée sans même m’excuser, finalement, je trouvais une salle vide. J’entrai avec Daphné et refermais à clés derrière nous. Là, je me permis enfin de souffler. Je me tournais vers Daphné et lui dis :

« Là, au moins, on sera tranquille, on aura plus tous ces yeux qui nous suivent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 21 Nov - 18:15

Jake ne semblait pas vraiment enclin à vouloir m’écouter quand je lui exposais les raisons qui me poussaient à lui dire non. C’était très loin d’être par manque d’envie parce que je devais bien avouer qu’il m’attirait bien au-delà du raisonnable, mais j’avais toujours ces affreux doutes en moi qui me bloquaient et même si je donnerai tout pour pouvoir lui faire plaisir, je voulais qu’au moins ça, ça se fasse naturellement chez moi. J’avais cru qu’il comprenait mes raisons quand il me prit dans les bras. J’étais entrain de me dire que j’avais vraiment le petit ami rêvé quand je compris ce qu’il était entrain d’essayer de faire. Ses lèvres sur la peau de mon cou, son souffle qui me caressait à en faire naître des frissons le long de mon corps… Il essayait de me faire craquer ! Il essayait de faire naître le désir en moi pour que je lui dise ‘oui’. Mais aussi, on était au beau milieu du hall de l’Université, au milieu de tout le monde.

J’aurais pu m’écarter de lui, à peine cette prise de conscience faite, mais non. J’avais envie de faire croire à Jake qu’il avait gagné. Certes, c’était méchant de ma part de lui faire un truc pareil, mais en même temps, il l’avait bien cherché. Puis, il voulait que je craque, non ? Si lui connaissait mes points faibles, moi, j’en connaissais quelques uns aussi. Et puis, s’il cherchait à ce point-là à me faire craquer, ça voulait dire que n’importe quoi le ferait craquer. Je déposais un simple baiser sur la peau de son cou avant de remonter mes lèvres le long de sa mâchoire jusqu’à son oreille. Je lui mordillais le lobe et à ce moment-là, je sentis un très net changement chez lui, mais je ne bougeais pas. Je lâchais son oreille avant de lui rappeler la réponse que je lui avais déjà donnée, lui révélant ainsi qu’il avait beau essayer de me faire craquer de toutes les façons possibles et inimaginables, ma réponse restait inchangée.

Après avoir déposé un baiser sur sa joue, tout simple, je me détachais lentement de lui, sauf que je n’eus pas le temps de me détacher de beaucoup car Jake m’attira de nouveau contre lui avec une réplique d’homme de Cro-Magnon qui lui allait si bien. Il me faisait rire quand il était comme ça. A nouveau, il captura mes lèvres et je lui rendis son baiser. Heureusement pour moi, il n’alla pas plus loin dans sa démarche. Les gens nous regardaient. Je sentais leurs regards sur moi et Jake s’en rendit compte également. Je sentis mes joues prendre feu et je baissais la tête pour essayer de cacher ça. Je remis correctement mon sac sur mon épaule quand je sentis qu’il me prenait la main. Ainsi, je fus obligée de le suivre. J’en étais d’ailleurs bien contente parce qu’au moins, comme ça, les gens ne nous regardaient plus avec autant d’insistance.

Sur le chemin, certains nous demandaient où nous allions, mais Jake avait sa façon à lui de s’exprimer dans ces moments-là qui me laissaient silencieuse. Je ne comprenais pas vraiment ce qui lui prenait, mais je n’allais pas lui faire la morale. Je n’avais pas envie de me disputer avec lui. Et puis, dans un sens, je comprenais car les gens n’avaient pas besoin de savoir où nous allions. C’était notre vie privée, après tout, non ? En le voyant ouvrir des salles de cours à l’arrache pour les refermer directement après, j’étais entrain de me demander s’il n’avait pété un plomb ou je ne sais quoi qui lui avait détraqué le cerveau. Il me tenait toujours la main et je n’avais pas le choix que de le suivre. Et là encore, il y avait des gens qui nous regardaient passer avec des yeux ronds qui devaient se demander autant que moi ce qu’il lui prenait.

- Jake, où est-ce que tu m’emmènes ? demandais-je.

Deux ou trois portes après ma question, Jake me fit entrer dans une salle de cours totalement vide. Je le regardais fermer la porte à clé pour que personne ne puisse rentrer. J’arquais un sourcil quand il souffla. On aurait dit une quelconque célébrité qui venait à peine de se débarrasser d’une foule de fan en délire. Quand il affirma qu’on pourrait être tranquille, je croisais les bras. Décidemment, il n’abandonnait jamais ! Est-ce que j’avais la tête de la fille qui faisait ça dans une salle de cours au gros risque de se faire pincer par n’importe qui ?

- Tranquilles pour quoi ? fis-je le plus naïvement du monde, comme si je n’avais pas compris ce qu’il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mer 27 Nov - 13:18

C’était à se rouler par terre en s’arrachant les cheveux et en hurlant à la mort !! Alors quoi ?? Après toutes ces années à peaufiner mes techniques pour ramener n’importe quelle femme dans mon lit, comment se fait-il que je n’arrivais pas à faire venir Daphné ? Merde, quoi ! Daphné était quand même ma petite amie, il était normal que je puisse enfin satisfaire mes pulsions avec elle non ? A quoi ça servait d’être aussi beau gosse si ce n’était pas pour ça ? Peut-on me l’expliquer ?? Peut-être qu’en jouant au Petit Poucet avec des cookies jusque dans mon lit, ça ferait venir Daphné… Bah quoi, on pouvait toujours rêver, non ?

Enfin bon, Daphné ne céda pas à mes avances. Moi qui d’habitude réussissais à la faire céder, sur ce coup, j’avais raté mon coup. Mais, en bon perdant, je l’avais tout de même embrassé, après une remarque qui m’était propre. J’aimais bien jouer les mecs machos. En fait, je savais que ça l’amusait. Daphné savait bien que je n’avais rien à voir avec ces idiots sans cervelle. Mais parfois, c’était drôle de jouer à l’homme de Cro-Magnon. Quoi que parfois, je le devenais vraiment. Enfin seulement intérieurement.
Alors que je profitais d’un moment avec ma petite amie, je remarquais tous ces yeux braqués sur nous. C’était limite si des caméras ne nous filmaient pas pour diffuser en direct nos baisers. Ca me fit littéralement péter un plomb. Je commençais à en avoir marre de leur curiosité malsaine. Sans attendre, ni même demander à Daphné son avis, je l’embarquais avec moi. Sur le chemin, je ne parlais pas. Mes réponses étaient, comment dire, très explicites. Passez votre chemin ou subissez la colère de Jackson le Colérique. Ce ne fut qu’une fois seuls, que je me détendis. Là, je pouvais enfin discuter avec ma copine sans qu’on nous fixe.
Alors que j’affirmai à Daphné que nous serions tranquilles, elle me demanda pourquoi. Sauf qu’à son regard, je compris où elle venait en venir.

« Fais pas cette tête, je vais pas te demander de t’allonger sur la table… Le bureau sera parfait pour ça ! »
Lui dis-je avec humour mais en voyant ses yeux s’agrandir, je m’empressais de lui dire :

« Je plaisante, Daphné, je rigole, c’est une blague ! Non, on sera tranquille pour discuter, en adultes. »

En adulte ? Tu parles ! Je mourrais d’envie de faire le gamin en pleurnichant pour avoir juste quelques secondes de plaisir charnel. Mais d’abord, je devais jouer l’adulte lucide, rationnel et très calme. Même si dans ma tête, j’essayais de visualiser Daphné sans ses vêtements, ce qui me fit pencher légèrement la tête sur le côté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 28 Nov - 16:59

Jake était entrain de me faire un caca nerveux. Ca, c’était évident. Je sentais qu’il n’allait plus me laisser tranquille tant que je ne lui aurais pas dit oui. Il était comme ça. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre parce que jusqu’à présent, il n’avait jamais autant insisté, mais quelque chose me disait que j’allais très vite le découvrir. C’était la première fois qu’il me demandait clairement de franchir un cap avec lui et je ne me sentais pas prête parce que jusqu’à présent, je ne m’étais pas encore posée la question sur ce sujet-là. Du coup, je voulais prendre le temps d’y réfléchir, de me préparer au moins mentalement, mais cela ne semblait pas être du gout de Jake qui avait essayé de faire en sorte que je lui dise la réponse qu’il attendait : oui.

Je l’avais laissé m’entrainer sans résister parce que je savais que ça ne servirait à rien. Il avait beaucoup plus de force que moi et si j’essayais de retirer ma main, il la serrait un peu plus fort dans la sienne. Et puisque je n’avais pas envie de finir avec une main broyée. Je ne m’offusquais pas de la façon dont il répondait aux autres quand ils étaient curieux de savoir où est-ce que nous allions. Si j’avais eu autant de cran que lui, peut-être que j’aurais répondu quelque chose de similaire. Par contre, quand je le vis chercher une salle vide, je commençais à croire qu’il avait pété un plomb. Je ne dis rien, continuant de le suivre jusqu’à ce qu’il trouve une salle vide où il nous enferma. Quand il affirmait que nous serions tranquilles à présent, je ne pus m’empêcher de lui demander en quoi de façon naïve.

Quand il me répondit, mes yeux s’écarquillèrent automatiquement mais il s’empressa de me dire qu’il plaisantait et qu’il souhaitait simplement discuter. Je me sentis vaguement soulagée, mais j’étais aussi très étonnée qu’il veuille discuter. Combien de temps cette discussion allait-elle durée, exactement ? Je lâchais un soupire de résignation. Il semblerait que je n’ai pas le choix. Et puis, il se trouvait entre moi et la porte de sortie. Au cas où je veuille m’enfuir quoi… Je sortis mon téléphone de ma poche et envoyais un message à une de mes camarades de classe pour lui demander de me prendre les cours car j’avais une affaire importante à régler. Je n’attendis pas qu’elle me réponde, et rangeais le téléphone dans mon sac que je posais ensuite sur une table, sur laquelle je m’asseyais. Autant s’asseoir…

- Très bien, discutons. Il vaut mieux régler cette question tout de suite, n’est-ce pas ?

Je levais les yeux vers lui et il pencha la tête sur le côté. J’arquai un sourcil avant de voir ses yeux se déplacer sur moi. Brusquement, je me sentis toute nue à son regard et je piquais un fard en comprenant ce qu’il était entrain de faire. Je serrais mes bras contre moi et le fusillais du regard.

- Même pas en rêve ! Espèce de pervers !

Bon, d’accord, c’était mon petit copain, en rêve, il avait le droit, mais c’était gênant qu’il fasse ça juste en face de moi. Mes joues rougirent encore plus pour le coup et je détournais la tête pour ne plus voir ça, mais je sentais son regard sur moi et j’étais de plus en plus mal à l’aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 19 Jan - 18:30

Jake fâché. Très fâché... Je ne supportais pas les curieux qui voulaient absolument se mêler de notre vie privée, mais avec ma frustration sexuelle, autant dire que les choses ne s'arrangeaient pas. En conséquence de quoi, ma réponse était des plus direct... Un peu vulgaire mais que voulez-vous, il faut parfois user des grands moyens pour avoir la paix.

Une fois dans la salle, j'essayais de trouver une technique pour que Daphné finisse par céder à mon caprice. Ce devait ce qui m'attirer chez elle, sa force de caractère. Elle savait me tenir tête, me dire non... Sauf que pour le coup, ça ne m'arrangeait pas, mais alors pas du tout ! Là, j'aurais bien voulu qu'elle cède sans faire chichis... Mais Daphné avait décidé d'en faire qu'à sa tête. Et moi, je me retenais de faire un caca nerveux.

J'avais pris l'habitude d'avoir très souvent des rapports, avec des partenaires différentes. Et d'un coup, je m'étais retrouvé en couple. Et Daphné n'était pas le genre à coucher avec n'importe qui. Et encore heureux ! Possessif comme j'étais, j'allais rapidement aller chercher de quoi tuer tous les hommes que Daphné aurait eut dans son lit ! Enfin bref. Je m'étais adossé contre le bureau et je commençais à déshabiller Daphné du regard. Je penchais la tête sur le côté. Si ce que j'imaginais était bien réel... Disons que je serais juste comblé ! Plus j'imaginais et plus mini Jake se réveillait... Je ne pense pas qu'avoir une trique d'enfer fasse changer d'avis Daphné mais, je n'y pouvais vraiment rien. Cette femme était un fantasme. Je la voulais comme jamais je n'avais voulu une femme. Sauf qu'elle comprit très vite ce qui se passait dans ma tête et elle se couvrit la poitrine comme si elle était réellement nue. Je baissais la tête en riant doucement.

« Quoi ? Tu ne peux pas m'en vouloir de t'imaginer... Après, je peux essayer avec une autre...» la taquinai-je.

Daphné était toute rouge. Je m'approchai d'elle et glissai mes mains sur ses hanches et la ramenai contre moi. Je baissais la tête vers elle. Je ne comprenais pas pourquoi elle ne voulait pas. J'étais son petit ami donc c'était normal qu'on le fasse ensemble... Sauf si je n'y comprenais rien aux histoires de couples... En plus, je savais que j'étais un petit ami en or. Toutes les filles devaient envier Daphné. Non, je ne suis pas prétentieux, seulement réaliste ! Mais Daphné ne voulait rien savoir.
Je la serrai alors contre moi. Sauf que la savoir aussi près de moi, ne m'aidait pas. J'enfouis alors mon visage dans son cou, je fermai les yeux et me laissai aller. Merde, j'avais vraiment de Daphné !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Ven 24 Jan - 13:54

Si je n’étais pas ouverte d’esprit, je n’aurais pas cherché à comprendre pourquoi Jake ressentais ce genre de besoin. D’accord, j’étais vierge, mais je n’étais pas non plus prude au point de ne pas pouvoir envisager une relation sexuelle avant le mariage. Ce n’était pas tant que Jake me fasse ce genre d’avance qui me gênait, c’était le fait que… et bien que d’une, je ne l’avais jamais fait donc c’était normal que ça me fasse un peu peur, et ensuite, et bien… et bien comme toute première fois, ça devait être avec la bonne personne. Pour ce point-là, je ne doutais pas que pour le moment, Jake était le bon. Nous étions ensemble depuis quelques temps maintenant et du coup, je n’avais plus aucune raison pour ne plus avoir peur de ce qui pourrait se passer une fois que nous l’aurions fait. Non, ce qui me bloquait pour le moment, c’était le fait que se serait ma première fois.

Un jour, il faudrait que je saute le pas, et j’avais confiance en Jake, mais je n’étais pas sure d’être vraiment prête. Mais malgré tout ça, je trouvais que la réaction de Jake face à mon premier refus était assez excessive, mais je ne pourrais jamais le changer. Du coup, je me retrouvais enfermée dans une salle de cours avec mon petit copain qui allait sans aucun doute me faire un caca nerveux face à ma réticence. Néanmoins, j’acceptais qu’on en parle pour arranger les choses, même si le sujet me gênerait sans aucun doute et que je piquerai un fard à un moment ou un autre. Sauf qu’en voyant la façon dont il me regardait, j’eus la désagréable sensation qu’il me voyait à travers mes vêtements. Par réaction instinctive, je me couvris de mes bras en lui ordonnant, d’une certaine façon, d’arrêter de face ça. C’était extrêmement gênant !

Ma réaction le fit rire tandis que je plissais les yeux. Ca l’amusait alors que moi, ça me gênait énormément. Bon dieu, qu’est-ce qu’y m’avait pris d’accepter de sortir avec quelqu’un d’aussi buté et coureur de jupon ? D’accord, j’étais mauvaise langue !  Je l’aimais, mon Don Juan, même quand il m’énervait ! Et pour ça, il était doué ! Extrêmement même. Je lâchais un léger grognement quand il me proposa d’imaginer quelqu’un d’autre si besoin se faisait sentir. Je croisais les bras sous ma poitrine et le fusillais du regard. On se calme, Daphné, il fait exprès ! Il fait tout pour t’embêter ! Je grinçais légèrement des dents tout en piquant un fard.

- Fais ça et je mettrais ma menace à exécution. Tu sais, celle qui disait que tu ne pourrais plus jamais concevoir ? répliquais-je.

Je ne devais pas être très convaincante avec mes joues en feu, mais je m’en fichais. Je regardais par terre, tout en essayant de cacher mes rougeurs avec mes longs cheveux. Puis je sentis la présence de Jake juste en face moi. Je ne bougeais pas lorsqu’il posa ses mains sur mes hanches, bien déterminée à bouder, mais Jake me fit glisser vers lui. Puisque j’étais assise sur la table, je dus écarter légèrement les jambes pour me coller contre lui. Enfin, la position n’était pas vraiment sage puisque du coup, j’avais mes jambes autour de ses hanches. Bref, ça n’arrangeait réellement pas les choses. Néanmoins, je me laissais serrer contre lui et je décroisais les bras pour les passer dans son dos. Je n’eus aucun mouvement de recule quand il enfouit son visage dans mon cou. Au contraire, je me serrais d’avantage contre lui.

Je fermais les yeux et caressais lentement son dos. Lentement, une de mes mains remonta jusqu’à sa nuque. Puis je tournais légèrement la tête jusqu’à avoir accès à ses lèvres que j’embrassais. Heureusement que personne ne pourrait rentrer dans la salle étant donné que Jake avait fermé la porte, mais s’il ne l’avait pas fait, je préférais ne pas imaginer ce qu’on risquerait comme punition. Enfin, peu importait. Je continuais d’embrasser Jake tout en laissant mes mains errer le long de son dos. Après quelques instants, je séparais mes lèvres des siennes, à contrecœur et demandais :

- T'es sur que tu veux pas qu'on en parle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Lun 3 Fév - 1:33

J'adorais faire rager Daphné. J'arrivais à deviner certaines de ses réactions. Je savais par exemple que quand je parlais de mon magnifique corps, elle rougissait. Lorsque je lui parlais de sa couleur de cheveux, elle rétorquait que sa couleur était parfaite et qu'elle n'avait nullement besoin d'une nouvelle couleur. Si je lui proposais de se mettre au sport, elle détournait soudain la conversation. Bref, je savais en général quelle réaction je provoquerais chez ma petite amie. Lorsque je me mis à parler d'imaginer une autre personne, Daphné eut tout de suite recours à la menace suprême chez un homme : la castration. Bon, je savais qu'elle n'oserait pas...

« T'oserais pas faire un truc pareil ?? Et je te fais comment des mini Jake heiiiin ? T'y a pensé aux mini Jake ?? »

Et oui, si une femme méritait bien d'avoir un mini Jake, c'était bien Daphné. Mais comment allais-je faire si elle me retirer le droit à la procréation ?? Comment allais-je faire pour transmettre mon nom et mes gènes à un enfant ? Daphné était bien égoïste... Non, je déconne. Mais je la provoquais donc elle allait forcément répliquer.
Sauf que je voyais bien que sa volonté allait fondre comme neige au soleil. Daphné pouvait être très obstinée mais parfois, elle n'arrivait pas me résister... Bon, moi aussi je n'en menais pas large mais pour l'instant c'était elle !
Je me déplaçais pour venir me blottir contre elle. Daphné entoura mes hanches de ses jambes tandis que ses bras vinrent dans mon dos. J'enfouis mon visage au creux de son cou. Son parfum m'ensorcela et je me surpris à imaginer la même scène mais... Disons que nous serions dans mon lit et en tenue d'Adam et Eve. Mini Jake se réveilla, furieux qu'on le réveille pour rien. Et comme pour le torturer un peu plus, Daphné me caressa dans la nuque et posa ses lèvres contre les miennes. Honnêtement, je commençais à me sentir réellement à l'étroit dans mon boxer. L'une de mes mains caressa les cheveux de Daphné alors qu'elle s'interrompit pour me demander si j'étais sûr de ne pas vouloir en discuter.

« Femme, tais-toi et embrasse ton homme... »

Sans attendre sa réponse, je l'embrassais de nouveau avec plus de passion. Je sentais bien les battements de mon coeur s'accélérer. Mini Jake qui tirait sur le tissu de mon jean. Si Daphné ce à quoi je pensais, j'étais sûr et certain qu'elle ne me laisserait plus la toucher avant un bon bout de temps. Toujours en l'embrassant, je la soulevais de la table et me dirigeai vers le bureau. Lentement, je l'amenais à se laisser aller contre le bureau. Je l'embrassais alors dans le cou avec tendresse et sensualité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 6 Fév - 14:53

Je ne savais pas ce qui était le plus gênant : être imaginée nue par mon petit copain visiblement en manque ou le savoir entrain d’imaginer une autre fille encore plus jolie que moi. Du coup, j’avais décidé que c’était la deuxième option qui m’énerverait sans aucun doute le plus. Lui annoncer que j’étais tout à fait capable de mettre ma menace à exécution était la seule chose que j’avais trouvée à dire. C’était peut-être minable, mais dès que ça touchait ce qui faisait de lui un homme, Jake était capable de tout. Je levais les yeux au ciel quand il parla des mini Jake. Une fois, à l’époque où on ne se supportait pas, je l’avais déjà menacé de faire en sorte qu’il ne puisse plus avoir jamais d’enfant et il m’avait affirmé en vouloir un jour et que je serais peut-être l’heureuse élue. A l’époque, je lui avais répliqué que je préférerai mourir dix fois plutôt que d’être cette personne. Aujourd’hui, je ne disais pas vraiment non, mais je ne disais pas oui non plus. Personnellement, je me trouvais bien trop jeune pour ça.

- Pas vraiment, répondis-je sous un ton légèrement moqueur. Ce n’est pas encore dans mes projets de vie et puis qui te dit que ce sera avec moi que tu feras des minis toi ?

La perspective qu’il puisse être avec une autre que moi m’arrachait le cœur mais pour l’instant, notre couple n’était pas vraiment en péril, du coup, je pouvais me permettre de l’embêter avec ça et de lui dire que je ne porterai peut-être jamais de mini Jake, mais des minis quelqu’un d’autre. Bien évidemment, pour l’instant, la seule personne que je désirai, c’était l’homme qui se trouvait en face de moi. Que ferais-je si je tombais enceinte ? Que ferions-nous ? Je n’en avais aucune idée. Enfin, pour penser à ça, il faudrait que j’accepte de sauter le pas avec Jake, chose que je n’étais pas encore prête à 100% de faire. Bref, pour l’instant, ce n’était pas dans l’actualité immédiate. Il faudrait que j’y réfléchisse sérieusement et je souhaitai que Jake m’en laisse le temps. Sauf que j’aurais dû savoir que la patience n’était pas une grande vertu de mon petit copain, surtout quand celui-ci c’était mis en tête de faire ça, peut-être pas dans l’immédiat, mais presque dans la journée même.

Il avait quitté la table contre laquelle il s’était appuyé pour venir jusqu’à celle où je m’étais assise dans l’optique de discuter avec lui. Pour me blottir contre lui, j’avais dû le laisser prendre place entre mes jambes qui s’étaient légèrement enroulées autour de ses hanches. J’avais passé mes mains dans son dos. Un câlin, je pouvais bien lui offrir ça, mais je savais que la discussion ne s’arrêterait pas là. La proximité de notre étreinte pourrait nous valoir une expulsion de l’Univeristé, mais Jake avait pris l’initiative de verrouiller la porte, si bien que personne ne pourrait entrer et nous interrompre. Au passage, j’avais bien conscience que j’étais entrain de louper mon cours qui avait dû commencer depuis quelques minutes, mais avec Jake qui m’avait traîné jusqu’ici, c’était assez difficile d’assister au cours. Je le laissais enfouir son visage dans le creux de mon cou avant de remonter ma main le long de son dos jusqu’à sa nuque puis de tourner la tête afin que mes lèvres rencontrent les siennes.

Jake me rendit mon baiser tandis qu’une de ses mains vint caresser mes cheveux. Je m’agrippais légèrement à son haut tandis que je continuais à caresser ses lèvres des miennes. Puis, lentement et à contre cœur, je détachais nos lèvres pour lui demander s’il ne voulait pas qu’on en discute. Chose à laquelle il répondit avec une phrase au machisme pur et dur. Cette remarque m’aurait pu faire rire s’il m’en avait laissé le temps car aussitôt il captura ma bouche pour un baiser cent fois plus différent que celui que je lui avais offert juste avant. Ses lèvres pressaient un peu plus durement les miennes, mais cela n’avait absolument rien de désagréable. Mes yeux se fermèrent et mes bras allèrent entourer sa nuque tandis qu’une vague d’amour m’envahissait. Quand je sentis les mains de Jake sur mes cuisses, instinctivement, mes bras se resserrèrent légèrement autour de lui afin qu’il puisse me soulever sans que je ne perde l’équilibre.

Je continuais de lui rendre son baiser jusqu’à ce que je sente à nouveau posée, cette fois-ci, sur le bureau qui était destiné au prof. La bouche de Jake quitta la mienne pour aller se poser sur la peau de mon cou. Ses baisers provoquèrent des frissons qui parcoururent mon corps de haut en bas et faisaient naître des sensations tellement inconnues, que je me penchais légèrement en arrière. Un léger gémissement s’échappa de ma bouche sans que je ne puisse rien y faire. Instinctivement, mes yeux se rouvrirent et je mordillais ma lèvre inférieure. Est-ce que je venais bien de faire ce que j’avais entendu ? Mes mains quittèrent sa nuque. L’une alla se poser sur son bras tandis que l’autre avait glissé le long de son torse avant de dévier vers son dos. Les lèvres de Jake sur ma peau étaient entrain de me faire perdre légèrement pied si bien qu’à mon tour, j’embrassai la peau de son cou avant de remonter jusqu’à son oreille où je lui mordillais légèrement le lobe…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Dim 16 Mar - 21:18

Daphné avait dit quelque chose qui me fit ouvrir mes yeux comme des soucoupes… Daphné avoir des minis quelqu’un d’autre… J’aurais peut-être dût faire comme si de rien était car après tout, je ne voyais pas l’avenir et peut-être qu’elle n’avait pas tort… Peut-être que nous ferions chacun notre vie de notre côté… Sauf que j’étais amoureux de la jolie brune donc, il était impossible que je la laisse se faire tripoter par un autre que moi ! C’était un non catégorique ! Comme un bébé, je croisais les bras sur mon torse avec un air boudeur et lui dis :

« Je t’interdis d’avoir des mini quelqu’un d’autre ! Je suis le seul à avoir le privilège d’avoir des bébés avec toi ! »

Sauf que rapidement, je m’étais approché de Daphné afin de réclamer mon dû à savoir des bisous. Je l’avais prise dans mes bras et l’avait embrassé avec tendresse d’abord. Mais elle avait osé interrompre notre baiser donc, en homme macho, j’avais rétorqué qu’elle m’embrasse. Notre baiser était plus passionné, plus fougueux. Sûrement parce que mon entrejambe était rentré dans l’action aussi. Daphné avait passé ses jambes autour de mes hanches. Lentement, je l’avais soulevé de la table pour l’emmener sur le bureau. Avec douceur, je la déposai sur le meuble afin qu’elle ne se fasse pas mal. Je me glissais entre ses jambes et déposais des baisers tendres dans son cou. Sauf que Daphné me prit par surprise… Tandis que je l’embrassais tendrement, un gémissement s’échappa de ses lèvres. Mon entrejambe se gonfla encore plus. Je me sentis vraiment intelligent d’avoir fermé la porte à clé… Daphné ne savait pas à quel problème elle venait de s’exposer… Son gémissement avait été le son le plus excitant que je n’avais jamais entendu. Mon deuxième cerveau se donna alors pour objectif de donner un concert constitué de ses gémissements… Et pourquoi pas de cris. Et comme pour me conforter dans mon idée, Daphné se mit à mordre le lobe de mon oreille. Mon sang alla directement gorger cet organe que Daphné voulait absolument torturer. Mes mains serrèrent un peu plus fort les cuisses de Daphné. L’une de mes mains quitta sa cuisse et remonta le long du corps de Daphné. Elle se glissa son t-shirt et se laissa loger sur le sein de Daphné. Mon excitation grandissait à chaque seconde qui passait…

Daphné ne s’en rendait pas compte mais elle avait un effet dévastateur sur moi. Elle m’excitait comme aucune femme, elle réveillait une passion en moi que je ne connaissais pas… Voilà peut-être pourquoi je l’aimais tant. Tout simplement parce que Daphné me donnait ce qu’aucune autre ne me donnait… Son cœur et non pas son corps… Sauf que je voulais son corps à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mer 19 Mar - 11:00

Je savais que ça ferait réagir Jake que je remette en question le fait qu’on ait un jour des enfants lui et moi. Mais dans un sens, c’était vrai, non ? Personne ne pouvait nous dire que nous finirions notre vie ensemble. Tout pouvait arriver, mais pour le moment, lui et moi étions ensemble et je n’avais nullement envie d’aller voir ailleurs. Je l’aimais. J’étais irrévocablement amoureuse de lui. Et si je lui disais une telle chose, c’était simplement pour voir comment il allait réagir. Jake avait ce petit côté jaloux que je trouvais mignon. Ce n’était jamais de trop, ce qui rendait la chose réellement supportable. Parfois, je voyais des gens tellement jaloux que ça étouffait l’autre sans qu’ils ne s’en rendent compte. Mais pas Jake. Ce n’était pas étouffant. Je trouvais même ça drôle par moment.

- Nous verrons bien ! répliquais-je en lui tirant la langue.

Une chose était certaine, je ne me lasserai jamais d’embêter Jake sur certains sujets. Mais il savait aussi comment m’arrêter. En m’embrassant, par exemple, comme il venait de le faire, me faisant taire. Notre baiser avait une toute autre saveur, il avait plus de fougue, plus de passion que ceux dont nous avions l’habitude. Il me faisait complètement perdre la tête. Après avoir passé mes jambes autour de ses jambes, il m’avait soulevé pour m’emmener sur ce que j’analysais être le bureau du prof quand il donnait cours. Jake m’y déposa avec douceur avant de venir embrasser la peau de mon cou. J’étais trop sensible à cet endroit-là. Tellement sensible que je ne pus étouffer un gémissement qui s’échappa de ma bouche sans que je ne puisse rien contrôler. Je me surpris moi-même en écarquillant les yeux puis en me mordillant la lèvre inférieure.

J’essayais de faire comme s’il ne s’était rien passé, mais c’était assez dur. Mes mains quittèrent sa nuque. L’une se posa sur son bras tandis que l’autre vint descendre le long de son torse avant de dévier dans son dos. Ma bouche alla également se poser sur la peau de son cou avant de remonter légèrement et de lui mordiller légèrement le lobe de son oreille. J’avais l’impression de ne plus pouvoir réfléchir, d’être incapable d’écouter ma propre raison. Jake faisait naître des choses nouvelles en moi, des sensations que je n’avais jamais connu avant lui et ces découvertes étaient assez intrigantes car je voulais savoir jusqu’où cela pouvait me mener. A mes mordillements, je sentis ses mains me serrer un peu plus les cuisses. Cependant, cela ne me fit pas mal.

Je retournais nicher mon visage dans son cou, ma main posée sur son bras remonta jusqu’à sa nuque et machinalement, je me mis à jouer légèrement avec les cheveux qui se trouvaient sur la base de sa nuque tout en embrassant sa peau. Un frisson parcourut l’intégralité de mon être quand je sentis la main de Jake passer sous mon haut puis remonter le long de mon ventre pour aller se poser sur un de mes seins. Mon cœur manqua divers battements et même si j’avais encore le tissu de mon soutien-gorge qui la protégeait, je sentis ma poitrine réagir à la proximité de sa main. Je me serrais un peu plus contre lui et aussitôt, je sentis une bosse étrange au niveau de mon bas-ventre. Je mis quelques secondes avant de comprendre ce que c’était et de ce qu’il se passait.

- Jake… soufflais-je, vraiment peu sûre de ce que je voulais dire ou faire.

Je n’étais plus réellement capable de réfléchir. J’avais l’impression que mon corps tout entier avait décidé d’agir tout seul, m’empêchant de reprendre le contrôle. C’était effrayant, mais en même temps tellement grisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 19 Juin - 17:54

Quoi ? Comment ça "on verra bien" ?? Non, non, Jackson pas d'accuerdo con la vilaina chica !! Selon MA conception de la vie, j'étais le seul à pouvoir donner des bébés à Daphné ! Sauf qu'elle sous-entendait que peut-être, un autre le ferait à ma place et ça... C'était tout simplement inenvisageable. Elle me tira la langue. L'homme préhistorique qui dormait en moi se calma un peu. Il savait bien que Daphné le taquinait.

Sauf que rapidement, il se réveilla à nouveau et se mit à embrasser Daphné. Sauf que ça n'avait plus rien à voir avec les tendres et chastes baisers que j'avais pu lui donner. En fait, ce baiser était beaucoup plus passionnel, légèrement plus fougueux. Voyant que la jolie brune pas si brune que ça se laissait faire, je lâchais un peu la bride à mes pulsions. Daphné finit alors allongée sur le bureau, tandis que je me penchais au dessus d'elle. Je connaissais l'un de ses points faibles : le cou. J'y déposais de brûlants baisers tout en sentant mon désir grandir au fur et à mesure que je l'embrassais. M'enhardissant un peu plus, je glissai ma main sous haut afin d'aller là où mes yeux ne cessaient de fantasmer : sa poitrine ! Une fois ma main posée sur son sein, j'en agaçais le bout tout en l'embrassant dans le cou. Je la sentis se cambrer sous l'effet du plaisir que je lui procurais. Alors évidemment, ce qui faisait de moi un formidable amant se réveilla un peu plus, tendant la braguette de mon jean. Je mordis la lèvre inférieure. Je ne pensais plus à rien sauf au corps de Daphné sous le mien. Ce corps qui m'attirait comme aucun autre. Ce corps que je désirais plus que tout... Mais étrangement, ce n'était pas un désir égoïste comme j'en avais éprouvé avec d'autres. Non, je voulais donner du plaisir à Daphné, la voir aux portes de l'extase, l'entendre gémir... J'étais prêt à lui donner. Plus que prêt !

J'entendis mon prénom. De très loin... Comme si j'étais dans un rêve, et Daphné tentait de me réveiller. Je fis comme si je n'avais rien entendu, ce qui était presque le cas, et pressai un peu plus son sein dans ma main. Je me félicitais d'avoir eu la bonne idée de verrouiller la porte derrière moi. Vu e qu'il risquait de se passer, il valait mieux que personne ne voit ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Mer 25 Juin - 9:31

Lorsque Jake parla de la possibilité de me faire des enfants, je lui répondis tout simplement que nous verrions bien ce que l’avenir nous réservera. Ce n’était pas pour être méchante, mais nul ne savait exactement ce que l’avenir prévoyait, même si dans le cas présent, il était plus logique de penser à fonder une famille avec le petit copain du moment, en l’occurrence Jake, plutôt qu’avec un homme au visage cent pour cent inconnu ! Bien que fonder une famille, pour ma part était bien trop tôt, cela me fit plaisir que Jake se projette aussi loin avec moi. Formerions-nous un jour, comme il semblait l’affirmer pour l’instant, une famille ? Qui pouvait savoir ? En attendant, je lui tirais la langue pour lui faire comprendre que je plaisantais quand j’affirmais qu’il ne serait peut-être pas le père de mes enfants. L’homme de cro-magnon qui vivait en lui sembla se calmer en comprenant qu’il ne s’agissait que d’une taquinerie de ma part et rien d’autre.

Juste après cela, Jake vint contre moi pour m’offrir un câlin que je lui rendis très bien. Mais cette simple étreinte prit une tournure plus qu’inattendue. Les baisers que nous échangeâmes n’avaient plus rien à voir avec ceux que nous avions l’habitude d’échanger jusqu’à présent. Ceux-là étaient plus fougueux, plus désireux de quelque chose de la part de l’autre. Aussi étrange que cela puisse paraître, je me surpris à répondre à ces baisers avec exactement le même entrain comme si moi aussi, j’attendais quelque chose de la part de Jake.

L’idée d’avoir une discussion avec lui m’était complètement sortie de l’esprit. Nous devions discuter de ça, c’était même « obligatoire », mais Jake avait réussi à le faire sortir de ma tête. La preuve, j’étais à présent allongée sur le bureau destiné aux professeurs, et je me laissais complètement aller à l’étreinte de mon petit ami. Il commença à frapper sur une de mes plus grandes faiblesses : mon cou. Je réagissais toujours fortement quand il s’agissait de cet endroit. C’était une de mes zones érogènes, si on pouvait dire ça ainsi. Et Jake le savait parfaitement bien… Le traitre ! Complètement soumise, je me laissais faire, profitant de la caresse de ses lèvres sur ma peau et de ses mains sur moi.

Bien sur, de mon côté, je ne restais pas inactive non plus. Mes mains voyageaient sur le torse, le dos et la nuque de Jake. J’avais même été jusqu’à pousser le vice en lui mordillant l’oreille et cela avait eu pour conséquence de le faire réagir encore plus. Lentement, le brouillard commençait à s’installer dans mon esprit et un long frisson me parcourut lorsque je sentis une de ses mains se faufiler sous mon haut. La caresse de sa main sur mon ventre me fit frissonner de plaisir. Puis lorsque sa main atteignit un de mes seins, mon cœur se mit à battre la chamade. Je me cambrai légèrement tandis qu’un gémissement de plaisir s’échappa à nouveau de mes lèvres lorsque Jake se mit à jouer, à travers le tissu de mon soutien-gorge, avec la pointe tendue de mon sein. Automatiquement, je me serrais un peu plus contre lui et là, je sentis quelque chose au niveau de mon bas-ventre. Malgré le brouillard plus que présent dans mon esprit, je réussis à faire un lien et à comprendre que ce que je sentais n’était rien d’autre que ce qui faisait de Jake un homme.

Machinalement, je prononçais son prénom. Cela sonnait comme une interpellation mais en même temps je n’étais pas du tout certaine de ce que je faisais. Jake faisait naître en moi des choses que je ne connaissais pas, que je n’avais jamais expérimenté de ma vie et si je devais dire quelque chose à ce propos à l’instant T, c’était que ce que je vivais était juste tellement bon que je n’avais pas envie que cela s’arrête. Je voulais connaître le plaisir ultime mais au fond de ma tête, il y avait cette petite alarme qui s’était déclenchée et qui tentait de me maintenir dans la réalité. Jake ne réagit même pas quand je l’appelais (enfin, si on pouvait appeler ça de cette façon parce que moi-même je ne savais pas trop comment qualifier mon misérable « Jake… ») alors que d’habitude, il le faisait. Peut-être était-il lui aussi trop plongé dans les méandres du moment pour songer à m’écouter ?

Je me perdis à nouveau dans le brouillard lorsque la main posée sur mon sein se fit encore plus insistante, m’arrachant un nouveau gémissement. De la chaleur commençait à s’installer en moi, dans mon ventre, encore plus bas. J’avais cet irrépressible besoin de calmer cette chaleur que je ne m’expliquais pas. J’attrapais le visage de Jake entre mes mains et attirais ses lèvres contre les miennes. J’avais la tête qui tournait à cause de toutes ces sensations nouvelles qui me venaient. Comme si quelqu’un avait pris les commandes de mon corps. Mes doigts attrapèrent le bas du t-shirt de Jake et je le lui soulevais pour lui retirer. A cause de cela, mon sein se retrouva esseulé, mais c’était pour la bonne cause ! Ensuite, mes mains se posèrent sur son magnifique torse et j’y fis courir mes doigts avant de détacher mes lèvres des siennes pour aller les poser sur sa peau fraichement dénudée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 139
♈ Friandises : 135
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Jeu 14 Aoû - 21:41

Pourquoi parler ? Selon moi, il ne devait pas y avoir de discussion. Bah oui, après tout, je n'avais jamais eu à avoir ce genre de discussion. Si je voulais avoir une partie de jambes en l'air, je n'avais qu'à faire opérer mon charme incroyable et la blondasse au petit pois céda immanquablement. Il y en avait de plus réticentes mais j'arrivais à les convaincre que coucher avec moi revenait à avoir la meilleure expérience de leur vie. Et devinez quoi ? Elles avaient fini par tomber d'accord avec moi.

Mais bizarrement Daphné ne s'était jamais laissé avoir par mon petit jeu. Bon, je devais avouer qu'avec elle, je n'avais pas vraiment tenté ça. Il faut dire qu'elle était bien plus intelligente que toutes les blondes réunis avec lesquelles j'avais couché.... Je ne les choisissais pas en fonction de leur quotient intellectuel... Je me doutais que Daphné ne se laisserais pas prendre à mon petit jeu de séduction. Pourtant, une petite voix dans ma tête ne cessait de m'exhorter à tenter le coup. Après tout, qui ne tente rien, n'a rien. Et puis, une femme reste une femme. Je me doutais bien que si j'arrivais suffisamment à l'émoustiller, elle finirait bien par craquer.... Et Jake content !

Voilà que je commençais à l'embrasser. C'était bien plus passionné que d'habitude mais je me doutais qu'elle apprécierait autant que moi. Daphné avait réagi comme j'attendais depuis des mois : elle me mordilla l'oreille. L'effet fut immédiat. Mon deuxième cerveau tournait à plein régime tandis que ma main se glissait sous son haut. Je caressai son sein à travers le tissu de son soutien-gorge tout en imaginant ce que ça serait si elle me laissait aller plus loin. Mais, histoire de ne pas me faire jeter à nouveau, j'y allais tout doucement. Sans brûler les étapes.

J'avais très bien entendu la voix de Daphné m'appeler. Et devinez quoi ? L'entendre gémir mon surnom était la chose la plus excitante que je n'ai jamais entendu. Mes anciennes conquêtes m'appelaient Jackson, gémissaient Jackson, criaient Jackson. Mais jamais, au grand jamais, l'une d'elles m'avaient appelaient Jake. C'était le surnom que ma mère m'avait donné, jusqu'alors, elle était la seule à m'appeler ainsi. Mais depuis que Daphné était entrée dans ma vie, elle avait pris beaucoup d'aise... Mine de rien, elle m'appelait Jake, me donnait la main en public, m'obligeait à manger des légumes de temps en temps, s'inquiétait pour moi et m'embêtait constamment. Sauf que là... Elle avait gémi mon surnom... Je ne réfléchissais plus qu'avec mon deuxième cerveau donc ma main se fit plus insistante. Cette femme était beaucoup sexy pour que je puisse rester de marbre...

Daphné me retira mon tee-shirt... Allait-elle craquer ? Je la laissais faire avant que l'on s'embrasse à nouveau. Puis, je sentis ses lèvres se poser sur ma peau. Je frissonnai. Mon cerveau se consuma et je craquai. Je lui retirai également son haut et déposai de tendres baisers dans son cou et descendais avec douceur vers sa poitrine tout en lui caressant les bras, le ventre, les cuisses... Tout en priant pour que personne ne vienne nous déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 179
♈ Friandises : 160
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   Ven 15 Aoû - 20:27

Discuter avec Jake, j’aurais dû savoir que ça n’allait pas être possible. Jusqu’au bout, il m’en avait empêché et il y était excellemment bien arrivé. Il savait pertinemment où se trouvait mes points sensibles et il avait aussitôt fait de s’en occuper, faisant flancher absolument toutes les barrières que je m’étais forgée pour qu’on ait cette conversation. Je m’étais mollement laissée faire lorsqu’il m’avait emmené jusqu’au bureau qu’on avait installé pour les profs. Nos baisers et nos étreintes étaient différents de tous ceux à quoi nous avions connus ensemble jusqu’à présent. Tout semblait plus passionné, la chaleur était plus dense si bien que j’en perdais complètement la tête. Je laissais mes pulsions s’exprimer seules jusqu’à aller mordiller l’oreille de Jake ce qui sembla lui donner encore plus de vigueur.

Sa main vint se loger sous mon haut sans que je n’émette la moindre protestation et quand elle vint se loger sur mon sein, je ne pus empêcher un énorme frisson me parcourir ainsi que ma poitrine réagir à ce contact. Je perdais de plus en plus la tête. Je soufflais dans un semi-gémissement son nom, mais tout ce que j’eus comme réaction fut une caresse plus insistante sur mon sein, m’arrachant un nouveau gémissement. Je me noyais dans les méandres du désir que Jake faisait naître de plus en plus en moi. Je sentis une étrange chaleur s’installer de plus en plus dans le creux de mon ventre, une chaleur que je souhaitais combler, mais quelque chose en moi m’en empêchait. J’avais une espèce de lueur de lucidité qui refusait de se laisser sombrer. Mon propre corps avait pris possession de moi et de ma propre volonté.

Sans la moindre pudeur, j’attrapais le bas de son t-shirt et le lui retirais. Cette action valut que les mains de Jake quittent mon corps. Je laissais les miennes partir à la découverte de ce torse parfait. Sous mes doigts, je sentais absolument chacun des dessins de ses muscles et de ses abdos. Jamais de ma vie je n’aurais cru pouvoir tomber amoureuse d’un homme aussi parfait à bien des égards. Comme quoi, la vie pouvait vous réserver bien des surprises. Des surprises agréables. Détachant mes lèvres des siennes, je poussais le vice jusqu’à les poser sur son torse. Je l’embrassais quelques instants à même sa peau quand brusquement, je me retrouvais sans mon haut, apparaissant ainsi en soutien-gorge juste devant lui. Je n’eus même pas assez de temps pour penser que c’était la première fois que Jake me voyait ainsi, hormis le jour où il m’avait ramené chez moi et où je m’étais baladée en peignoir juste après avoir pris une douche.

Je frissonnais sans cesse quand ses lèvres se posèrent sur la peau de mon cou pour descendre ensuite vers ma poitrine. Je passais mes mains dans ses cheveux aussi noirs que l’ébène. Mon cœur battait à cent à l’heure si bien que je l’entendais battre dans mes oreilles. Les mains de Jake me rendaient folle. Jamais on ne m’avait touchée  ce point. J’ignorais qu’il était à ce point possible d’oublier son propre prénom. Je me mordillais la lèvre inférieure assez fort pour me ramener un peu plus à la réalité. J’ouvris les yeux, pouvant ainsi voir le mur de la salle de cours. Qu’étions-nous entrain de faire ? Je baissais les yeux pour voir le dos parfaitement dessiné de Jake. Il était la perfection même. Ce n’était pas permis d’être aussi beau ! Et… il était à moi. Mon cœur se gonfla encore une fois d’amour, mais nous ne pouvions pas aller plus loin. Je ne pouvais pas. Ce n’était pas comme ça que je voyais ma première fois.

- Jake, s’il te plait… fis-je d’une voix haletante. Arrête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Non, c'est non [Pv Jake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Non, c'est non [Pv Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Jake Aaron Buckley
» (M)Au choix ~ Jake Muller
» Jake Gyllenhaal #008 avatars 200*320 pixels
» Jake Harrison - le benjamin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Brooklyn :: Université de New-York-