Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 20:44

Longue matinée. Mes cours commencèrent à l’ouverture de l’Université et je terminais tard dans la matinée. Autant avouer qu’à la fin, mon estomac commençait à crier famine. Dans l’amphi, je me trouvais au fond de tout afin de pouvoir prendre des notes tranquillement, mais ça n’empêchait pas que je stressais que tout le monde entende les bruits que faisaient mon ventre. Je détestais ça. J’avais une barre de céréales dans mon sac, mais si je la mangeais, ça n’allait pas calmer ma faim, au contraire, ça allait l’empirer les choses et faire encore plus de bruit. J’avais déjà de la chance que les gens ne se retournent pas vers moi. J’en déduisais qu’ils n’entendaient rien et c’était tant mieux. Je détestais attirer l’attention sur moi. C’était exactement la même chose quand on voulait me prendre en photo. Je préférais être derrière l’objectif que devant, c’était ainsi. Après, je ne râlais pas non plus quand on voulait faire un tirage de moi car j’en avais fait des nombreux avec un modèle, mais si on me prenait en flag, j’avais tendance à me mettre à pester.

Je croyais franchement que l’heure du repas n’arriverait jamais. Quand le prof mit un point final à son cours, j’éteignis mon ordinateur sur lequel je prenais toutes mes notes et je me précipitais comme une affamée vers la sortie. Cette fois-ci, je n’attendis personne car je me sentais mal d’avoir aussi faim. J’avais l’impression d’être une hypoglycémique qui devait absolument manger quelque chose avant de tomber dans les pommes. Tout en marchant, je rangeais mes affaires dans mon sac, essayant de faire attention de ne pas foncer dans des gens, comme j’avais pu le faire la dernière fois au supermarché. Cette situation avait été embarrassante, même si finalement, il n’y avait eu aucune rancœur entre moi et la personne que j’avais percutée. En fait, durant cet instant, nous avions eu toutes les deux tords sur le moment car nous avions la tête dans les nuages et nous ne faisions pas attention à où nous nous dirigions et s’il y avait quelqu’un sur le trajet. Une fois m’avait suffit, alors je faisais attention.

Comme toujours, il y avait du monde à la cafétéria et il fallait attendre. Je fis donc la queue, prenant donc mon mal en patience. Je tenais mon estomac comme s’il allait tomber d’une minute à l’autre. En fait, se tenir l’estomac quand on avait faim, c’était surtout psychologique parce qu’on était persuadé qu’en faisant ça, on se calmait la faim. Alors que pas du tout ! C’était psychologique et uniquement psychologique. Mais j’avais tellement faim que du coup, ça ne faisait absolument rien. Je pensais déjà à ce que j’allais manger donc du coup, ça n’aidait pas du tout. Enfin bon, tant pis, il fallait attendre et j’attendrais le temps qu’il faudrait. Progressivement, je me retrouvais avec un plateau en main et des couverts. La file avançait progressivement, mais pas aussi rapidement que je le voudrais malheureusement. Décidément, aujourd’hui, ce n’était pas vraiment mon jour. Mais je n’allais pas me mettre à voir négativement parce que j’étais de bonne humeur, même si j’étais fatiguée.


Dernière édition par Daphné A. Gracey le Jeu 19 Sep - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 20:49

Deux heures, enfermé dans un amphithéâtre. Honnêtement, le droit me passionnait. Mais arrivé à une certaine heure, il était vraiment difficile que je reste totalement concentré. Souvent, c'était les trente minutes avant la fin du cours. Je me connecté au réseau de l'université puis je passais le reste du temps sur Internet, en écoutant d'une oreille distraite. Parfois, j'abandonnais et m'éclipsais de la salle avant l'heure. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'étais resté jusqu'à la fin du cours. Sur Internet mais en cours. Lorsque le prof annonça la fin du cours, l'appel au secours de mon ventre prit le contrôle de mon esprit. Sans même attendre, je rangeai rapidement mon ordinateur portable dans ma sacoche, j'attrapai mon téléphone et me ruais vers la sortie comme si j'avais le diable à mes trousses. Je pensais à une chose, si j'arrivai trop tard, il n'y aurait une queue monstre. Donc j'arrivai et... Bam, on m'avait devancer. Donc, me voilà à faire la queue. J'avais une envie de rugir, sauter sur les plats et pouf m'en aller en ricanant après avoir doublé tout le monde. Enfin, c'était ce que mon esprit voulait faire. Mais mon corps n'obéissait pas. Il attendait, impatiemment, que ce soit son tour. Je pris mon plateau et mes couverts et avançais au rythme de la queue. De temps en temps, mes doigts pianotaient sur mon plateau. Tout ça pour choisir une assiette... Non, mais franchement ! Je commençais à avoir des envies meurtrières. J'essayais de penser à autre chose en observant la jeune femme devant moi. Tiens des cheveux châtains... Soyeux, j'avais presque envie de glisser mes doigts. Ca me rappelait quelqu'un... Elle se tournait un peu et... Bam. Mon coeur s'arrêta un moment et reprit pour cogner contre ma poitrine avec violence. C'était elle. Daphné. Cette file que... Je pouvais pas saquer. Ouais, c'est ça... Enfin, elle est sympa, souriante... Super mignonne... Mais je peux pas la saquer ! Et il fallait qu'elle soit devant moi. Super ! Je soupirai et lâchai plus fort que je ne l'aurais voulu : "Hey merde, c'est mon jour de chance ou quoi !!" Quelques personnes se retournèrent pour me regarder. Comment de faire remarquer rapidement ? En hurlant sans raisons apparentes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 20:57

Il fallait vraiment de la patience pour attendre autant de temps. Et surtout avoir très faim ! Certaines personnes avaient renoncé à faire la queue. Je les avais entendus dire qu’elles sortaient finalement acheter un truc car elles gagneraient leur temps. Dans un sens, ils n’avaient pas tord, mais ça faisait aussi gagner du temps à ceux qui étaient derrière car ça faisait des places qui se libéraient et du coup, encore moins de temps à attendre. J’en venais vraiment à prier pour que d’autres fassent la même chose de leurs côtés ainsi, moi, j’avancerai plus vite et je n’aurais plus l’impression d’être en hypoglycémie.

Je venais à peine de poser mes couverts dans le plateau, c’était pour dire à quel point ça avançait lentement… le temps que tout le monde choisisse ce qu’il voulait, ça prenait des plombes ! Pourtant, ce n’était pas comme s’il y avait 36 choix ! Enfin, il fallait bien avouer aussi qu’il y avait un sérieux manque de personnel dans ce self, mais logiquement avec une bonne organisation, ça devrait le faire, non ? Je n’en savais rien… Je n’y travaillais pas pour savoir et honnêtement, même si j’étais pauvre, je ne travaillerais pas ici. Quand je voyais comment étaient certains étudiants… ça ne donnait réellement pas envie.

J’entendais les gens s’impatienter et je ne pouvais que les comprendre. Si je ne disais rien, je n’en pensais pas moins ! Ce midi c’était vraiment la cohue. Encore pire que toutes les autres fois. Honnêtement, je n’avais jamais attendu aussi longtemps. Le cuisiniste était arrivé en retard ce matin ou quoi ? Ca se passait comment, concrètement ? Surtout que… et bien comme tout le monde, je n’avais pas des heures et des heures devant moi pour manger. J’avais mon heure de pause et rien que le temps d’attente, ça me faisait déjà dix minutes de gâché. Dix minutes, ce n’était pas grand-chose, mais je sentais bien que j’allais avoir dix autres de plus au compteur avant d’être arrivée au bout. Heureusement que je n’étais pas trop lente à manger non plus, sinon, on ne s’en sortirait jamais.

Je sursautais quand une voix s’éleva juste derrière moi. C’était dit tellement fort que je ne m’y attendais pas et je manquais de lâcher mon plateau. Heureusement pour moi, je le tenais assez bien pour que ça n’arrive pas. Comme tout le monde, je me retournais pour voir qui avait parlé et je me figeais légèrement en voyant que la personne n’était nulle autre que Jackson. Il était derrière moi depuis le début et je ne l’avais même pas remarqué. Je savais bien comment il était avec moi et je savais aussi que du coup, ces paroles m’étaient adressées. Bon sang, mais qu’est-ce que je lui avais fait pour mériter quelque chose pareil ? Surtout que je ne le connaissais pas ! Tout du moins pas avant qu’il ne se mette sur mon dos. Cependant, j’allais rester calme.

- Un examen raté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:04

Comme par hasard, il fallait que ça soit moi. Daphné... Je ne pouvais juste pas la voir... Peut-être parce que je savais que j'en pinçais vraiment pour cette femme. Sa voix me donnait des frissons, ses yeux me donnaient envie de sourire, sa bonne humeur était contagieuse... Au point que j'aurais pût la prendre dans mes bras et l'embrasser tendrement... Sauf que non, je ne peux pas la voir. Elle me répugne, me dégoûte... Et j'adore la voir. Non, pas du tout !
Donc, je me faisais remarquer en criant, ce qui avait pour résultat de voir les cheveux de Daphné voler pour ensuite voir son visage étonné. Un examen raté ? Non, il avait fallu que des étudiants, trop affamés, décident de quitter la queue. Ok, ça m'arrangeait pour manger mais ça me rapprochait de Daphné.

"Si c'est toi l'examen raté alors, oui ! Sinon, t'es juste devant moi et franchement, tu me donne juste envie de vomir."

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, j'étais vraiment pas méchant comme mec. J'étais le genre adorable, séducteur et serviable. Mais pas avec Daphné... Je n'arrivai pas à supporter les sentiments qu'elle faisait naître chaque fois qu'elle était près de moi... La raison pour laquelle je ne restais jamais très poli avec elle. Elle ne ressemblait tellement pas aux filles qui me plaisaient, c'était trop bizarre... Je déteste ne pas avoir le contrôle sur ce qui se passe.

Je soupirai en poussant mon plateau pour avancer. J'évitai de la regarder pour ne pas que mon coeur bondisse hors de ma poitrine. J'approchai enfin du paradis... Les entrées ! Sauf que bien sûr... Ce n'était pas des entrées de luxe mais bon, je devais m'y faire. J'attrapais une salade et la posai sur mon plateau sans rien dire. Je regardais ce que Daphné choisissait. Je ne pus m'empêcher de lui dire :
"Tu fais attention à ta ligne, dis moi ?"

Je devais à la base, être méchant, mais pour le coup... Je voulais plus savoir ce qu'il lui arrivait. Pour une fois, je n'étais pas mauvais avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:06

J’ignorais vraiment ce qui m’avait pris de lui poser cette question étant donné que je savais bien que c’était pour moi qu’il avait dit ça. Mais, peut-être qu’au fond, j’avais eu un espoir que cette fois-ci ces paroles ne soient pas dirigées vers moi. Mon espoir avait été faux. J’ignorais ce que j’avais pu lui faire pour qu’il s’en prenne ainsi à moi, mais si je lui avais fait quelque chose j’avais dû vraiment être méchante. Pourtant, je n’étais désagréable avec quasiment personne et surtout, avant qu’il ne vienne carrément m’agressé, je ne lui avais jamais parlé. Alors qu’est-ce que j’avais fait ? J’avais beau chercher une solution, mais rien ! Absolument aucune explication possible ne me venait. Je pataugeais dans la choucroute comme qui dirait.

Je piquais un phare en entendant ses paroles. Mes joues rougirent, mais ce n’était pas du tout dans le sens qu’on pourrait trouver dans les livres à l’eau de rose quand un homme faisait un compliment à une femme. Bien au contraire, ça me m’était réellement mal à l’aise. En plus de ça, tout le monde entendait ce qu’il se disait donc… honnêtement, j’aurais eu la capacité de me cacher dans un trou de souris, je l’aurais fait sans prendre le temps de réfléchir. Pourquoi moi ? Toujours et éternellement la même question. Question dont je n’aurais jamais la réponse car je sentais bien que si je lui demandais, il allait m’envoyer bouler encore une fois tout en déclarant que je lui donnais la nausée, comme maintenant.

- Pardon d’exister alors, répliquais-je quelque peu sèchement, ignorant la rougeur de mes joues. Mais je ne vais pas me mettre un sac sur la tête pour ton bien-être.

Je n’y pouvais rien, moi, s’il ne pouvait pas me voir. Personne ne lui demandait de faire attention à moi. Et surtout pas moi. Je n’en étais pas encore à vouloir le fuir absolument, mais pour me dire des choses pareilles, je préférais vraiment ne pas croiser sa route… Je soupirais d’agacement et me retournais. La file avançait tranquillement et je suivais mes camarades de devant, attrapant une salade composée lorsqu’elle fut à porter de main. J’étais retournée, évitant ainsi à monsieur de voir ma figure. Je posais mon plateau pour le faire glisser le long du comptoir. La présence de Jackson derrière moi me déstabilisait vraiment si bien que je n’osais même pas trop tourner la tête. C’était chiant comme situation !

- Non pas spécialement… répondis-je sans trop savoir pourquoi il me demandait ça.

Je ne voyais pas trop l’intérêt de la question étant donné qu’il avait pris une salade aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:10

"Tu devrais !" Lui dis-je doucement, en regardant sa taille d'un air pensif. Comment dire ? J'étais un véritable amour. Ayant grandi avec ma mère, qui était comme une meilleure amie à mes yeux, elle m'avait appris à toujours respecter les femmes, qu'elles soient à mon goût ou non. Et j'avais toujours obéi à ma mère... Sauf qu'il a fallu que je croise Daphné. Enfin, je l'avais croisé dans un couloir et depuis... Je ne sais de penser à elle. Elle m'attirait de plus en plus. Chaque fois que je la voyais, je ne pouvais pas m'empêcher de paniquer. Je me demandais si j'étais bien coiffé, bien habillé. Sauf qu'elle n'était pas du tout mon genre de femme. Alors, j'en devenais agressif, je l’humiliais dès que j'en avais l'occasion, je la rabaissais. Pourtant, elle ne m'avait rien fait... A part me taper dans l'oeil... Je ne lui répondis pas, souriant d'un air sadique. Sa remarque l'a mettait mal à l'aise et je le voyais bien. Je me sentais mal n'empêche de la mettre dans cet état. Elle se retournait et prit une salade. La même que moi. Pourquoi moi ? Et pourquoi avait-il fallut que je lui demande ça ? Sa ligne... Je m'en fichais pas mal de sa ligne. Je pouvais pas la voir cette fille. Je me fichais pas mal de si elle grossissait ou pas. Je me surprenais à l'observer, à remarquer qu'elle était très mince et juste assez grande pour porter des talons et ne pas me dépasser... Et qu'est qui m'arrive ? Je me ressaisissais et avançais en choisissant mon plat, dessert etc. Je prenais soin de ne pas la regarder sinon, je risquais de craquer. J'attrapais mon plateau et me dirigeai vers la dernière table de libre... Sauf que Daphné y était. C'était une conspiration, je ne pouvais pas penser autrement ! Donc, je vins en bout de table et m'assis sans un mot. Je me concentrais sur ma salade. Je levais les yeux et me mis à regarder Daphné d'un air pensif. J'étais vraiment perdu dans mes pensées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:20

Je soupirais encore… je ne pouvais faire que ça quand j’étais confrontée à lui. Il fallait vraiment avoir de la patience à revendre quand on avait affaire à lui. Je ne savais pas pourquoi il s’en prenait à moi comme ça. Surtout que je n’étais pas digne d’attention pour lui étant donné que monsieur préférait les blondes ! Je n’avais rien d’une blonde. Bon, je n’étais pas brune non plus. J’étais châtain. Dans un sens, c’était entre les deux donc on pouvait dire qu’en partie, j’étais blonde, mais je n’étais pas une cent pour cent donc du coup en aucun cas digne d’intérêt. Je préférais ne pas répliquer à propos du sac sur la tête. Ca ne servait à rien. Quoi que je puisse dire, de toute façon, il trouverait toujours quoi répliquer.

Je fis semblant de l’ignorer le reste du temps, sachant pertinemment qu’il continuait de me fixer. Pourquoi me regardait-il si je lui inspirais un tel dégout ? Allez savoir. Peut-être cherchait-il quelque chose d’autres à me balancer à la figure. En attendant et peut-être inconsciemment, j’essayais d’en faire le moins possible. Aucun geste malheureux ni rien. Bon sang, mais qu’est-ce qui me prenait aussi ? Depuis quand est-ce que je faisais attention à mes gestes ? Surtout pour lui… Il ne m’intimidait pas une seule seconde pourtant. Il fallait vraiment que j’arrête ça.

Quand ce fut mon tour, je pris mon plat, uniquement composé de légumes et filais sans demander mon reste. Je m’étais tournée de façon à ne pas ce qu’il voit mon visage étant donné que je le répugnais tant et fonçais en direction du réfectoire, plateau en main. Je cherchais une table puis finalement, je trouvais une table de libre. Sans chercher plus loin, je m’y installais et posais mon sac sur la chaise à côté de moi. Mon téléphone vibra au même moment et je le sortis de ma poche pour voir que je venais de recevoir un message de la part de mon père. « Je rentrerai tard ce soir, ne m’attend pas. Bisous. » Je lâchais un soupire et me laissais tomber sur ma chaise. Comme c’était étonnant… chaque jour je continuais à croire qu’il rentrerait à l’heure habituelle et qu’on se commanderait une pizza pour la manger devant un film. Chaque jour j’avais le droit à la même déception… Je devrais m’y habituer maintenant, mais je ne pouvais pas…

Je posais mon téléphone à côté de mon plateau et attrapais ma fourchette. Je baissais les yeux sur mon plat qui finalement ne me faisait plus tellement envie. Je lâchais mon couvert négligemment et m’adossais contre le dossier de mon siège. Cette situation me dépassait beaucoup trop. J’avais légèrement conscience qu’on me fixait et je tournais la tête pour voir Jackson assis à ma table, mais à l’autre bout. Trop de contradiction.

- Si je te dégoute tant que ça, je peux savoir pourquoi t’es assis à ma table ?

Je n’avais aucune envie d’être gentille pour l’instant. Là, j’étais saoulée et je n’avais absolument aucune envie que Jackson ne me balance encore des trucs à la figure… enfin quoi que…

- Aller, balance ton venin qu’on en finisse et quand tu auras épuisé ton stock, peut-être que tu me ficheras la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:32

Honnêtement, j'aurais pût m"installer à n'importe quelle table. Après tout, les filles c'était super facile... Je venais, un sourire dragueur au visage, et c'est bon, elles m'accueillaient toutes les bras ouverts. Pour les mecs, il me suffisait de repérer ceux qui étaient en cours avec moi et sinon, j'avais toujours mes coéquipiers en sport. Donc autant le dire, ce n'était pas bien dur ! Mais voilà, cette fois-ci j'avais eu un besoin de manger tranquillement sans personne. Malheureusement, la seule table de libre était celle de Daphné. Enfin non, d'autres étaient libres mais les occupants... Bah je n'allais pas accepter d'être vu avec des olibrius pareils !! J'avais une réputation à garder ! Donc, je m'étais installé, en bout de table. Ouais, faut pas abuser non plus ! Je levais la tête et observais Daphné d'un air pensif. Pourquoi cette fille me dégoûtait autant ? Enfin, non, en réalité, elle ne me dégoûtait pas du tout... En fait, c'était étrange. Elle me plaisait, pas comme les autres femmes. Non, elle me plaisait vraiment. Ce n'était pas un caprice de mec... La mettre dans mon lit et l'oublier ensuite. Non, j'étais vraiment attiré par elle. Je voulais la connaître, tout savoir d'elle, la faire sourire, l'embrasser, la combler par un cadeau... Connaître le bonheur d'une réelle relation... Sauf que voilà, moi c'était les blondes qui m'attiraient. Non pas que je déteste les brunes mais j'avais une réelle attirance pour les blondes et j'avais toujours pensé que la femme qui m'attirait le plus serait blonde... Et voilà que Daphné et ses cheveux châtains étaient apparus dans mon champs de vision et avait complétement chamboulé mes attirances. Donc me voilà perdu ! Si je te dégoute tant que ça, je peux savoir pourquoi t’es assis à ma table ? Ah bah ça réveille ça. Je fronçais les sourcils sans comprendre avant de me rappeler le contexte dans lequel j'étais. Aller, balance ton venin qu’on en finisse et quand tu auras épuisé ton stock, peut-être que tu me ficheras la paix. Je levais les yeux au ciel en soupirant. Il fallait que je joue le jeu. Même si l'envie n'y était pas...
"Chère Daphné, redescend sur Terre, le monde ne tourne pas autour de toi. De ce que je sais, cette table ne t'appartient pas. Je peux encore m'asseoir où je veux et ensuite, non je n'ai pas envie d'aller dans le boucan de la cafet' donc je resterais assis ici que ça te plaise ou non."

Bon au moins, j'avais réussi à feindre l'indifférence. Si elle savait que je la dévorais du regard, changerait-elle sa manière de penser envers moi ? Sans un mot de plus, je me mis à manger ma salade. C'était juste incroyable de voir à quel point je pouvais jouer la comédie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:41

Ma situation familiale se dégradait de plus en plus et personnellement, je commençais vraiment à perdre patience… C’était presque comme si l’appartement de mon père était le mien parce que les courses, c’était moi qui les faisais, l’intérieur, quand il n’était pas là, c’était moi qui gérais le ménage et toutes les tâches ménagères qu’on pouvait trouver dans une demeure… Bref, j’allais vraiment finir par péter un plomb. Mon père n’allait rien comprendre à ce qui lui arrivait et je savais que si j’explosais, ça lui ferait du mal. Je n’avais pas envie de faire du mal à mon père. On avait assez vécu de malheur comme ça… Mais en même temps, il ne semblait pas si malheureux que ça depuis que madame l’inconnue était rentrée dans sa vie comme une intruse… Rien qu’en pensant au fait qu’un jour, il m’annoncerait qu’il fallait qu’il me la présente, ça m’énervait. Il ne comprenait pas que moi, je ne voulais pas d’elle. Je voulais simplement retrouvé mon père tel qu’il était avant.

Voir son message m’avait carrément coupé l’appétit et pour cette raison, j’avais lâché la fourchette pour m’avachir un peu contre mon siège. Je regardais un peu dans le vide avant de sentir qu’on me fixait. Voir que c’était Jackson m’exaspéra encore plus. Décidemment, il était vraiment déterminé à me pourrir l’existence jusqu’au bout… Aussi, je n’avais pas pu lui faire remarquer qu’il était venu s’installer là où j’étais et que c’était illogique par rapport à tous ses propos jusqu’à présent. D’accord, ce n’était pas MA table à proprement parler, mais monsieur, qui clamait haut et fort que je l’insupportais pour une raison que j’ignorais… et bien il venait s’asseoir là. En plus, ce n’était pas comme si on manquait de place dans cette cafétéria. Il avait surement des amis quelque part alors pourquoi est-ce qu’il n’allait pas les rejoindre ?

- Fais comme tu veux, mais après, ne viens pas te plaindre que je pollue ton air.

Après, qu’il assume, mais qu’il ne vienne pas me sortir toutes ses conneries sur moi. Enfin bon. Je regardais une nouvelle fois l’heure et décidais d’attraper quand même ma fourchette pour manger. Je n’allais pas rester l’estomac vide, sinon, après, j’allais le regretter durant l’après-midi. Bref, j’avalais une première bouchée sans vraiment d’envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:45

Fais comme tu veux, mais après, ne viens pas te plaindre que je pollue ton air. Je levais les yeux au ciel, l'air de dire, "non mais franchement pour qui elle me prends ?" Non mais sérieusement, pour une fois, ce n'était pas moi qui l'agressait... Je continuais à manger ma salade sans vraiment faire attention à elle, lorsque je vis que Gossip Girl avait une nouvelle fois déversé sa bile amère. Je pris mon téléphone et là... Surprise, elle parlait de moi... Oups, non seulement elle savait que je menais la vie dure à Daphné mais en plus, elle était au courant pour ce qui s'était passé entre moi et Carrie. J'entendais des chuchotements, je sentais des regards sur moi. Roulant des yeux, je rangeais mon téléphone dans ma poche... Aussi incroyable que cela puisse paraître, je n'en avais rien à faire de ce que Gossip pouvait raconter sur moi. Qui ne savait pas que je ne pouvais pas blairer Daphné... Enfin, il valait mieux ça qu'autre chose... Non, ce qui me tracassait le plus était le fait qu'elle parle de Carrie... Disons que j'aurais préféré que l'affaire ne s'ébruite pas. Ce n'était pas pour moi mais pour Carrie... Je ne voulais pas qu'elle ait à subir les regards réprobateurs des autres. Ni qu'on la pointe du doigt... C'était moi l'irresponsable qui n'était pas fichu de se protéger, pas elle... Je soupirai, une fois encore, je devais payer les conséquences de mes conneries. Je sentais le regard de Daphné... Je terminai ma salade et attaquai mon plat de pâtes. Mais son regard me dérangeait. Je levais les yeux vers elle et lui demandai tout naturellement : "Un problème ?" Ok, c'était plus provocateur que naturel mais elle n'avait pas qu'à me fixer... Soudain, je me rappelais avoir entendu Carrie parler de Daphné... Oui, Daphné était sa meilleure amie... Sentant l'embrouille venir, je n'avais qu'une idée en tête... Fuir ! S'il y a bien une chose que j'ai retenu des femmes, elles défendent toujours leur meilleure amie... A coup d'ongles et de cris.Sans un mot de plus, j'abandonnais mon plateau sur la table et fuyais vers la sortie. Sur ce coup là, je n'étais vraiment pas poli, je poussais les gens devant moi sans même m'excuser. Il fallait que je mette le plus de distance entre moi et la furie Daphné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:48

Je mangeais tranquillement et sans grande envie, mais avant de mourir de faim, il fallait bien manger, non ? Et puis si je ne mangeais pas, je me connaissais assez pour crever de faim au beau milieu de l’après-midi. Enfin bon, j’essayais de faire abstraction du fait que Jackson se trouvait juste à côté. Après tout, ne m’avait-on toujours pas dit qu’il valait mieux ignorer les gens plutôt que d’essayer de les comprendre ? Surtout quand ces derniers avaient des soucis mentaux. Enfin bon, tout ça me plongeait dans une perplexité extrême. Il était franchement temps que l’après-midi débute histoire que je me change un peu les idées, même si techniquement, les cours de cet après-midi étaient nuls tous autant les uns que les autres et malheureusement obligatoire.

Brusquement, absolument tous les téléphones se mirent à sonner et à vibrer, dont le mien. C’était le signal. Tout le monde se jetait sur leur téléphone. Gossip Girl avait encore frappé. Ca faisait un moment qu’elle avait été calme, mais il fallait croire que ça ne durait pas longtemps. Je pris mon téléphone et ouvris l’article. Le premier parlait d’une certaine Katy et de Cam. Qui ne le connaissait pas celui-là ? Sans jamais lui avoir parlé, il était souvent dans les articles de Gossip Girl. C’était le genre de garçon que je ne chercherais jamais à connaître pour la simple et bonne raison qu’il pensait que tout lui était dû. Un peu comme Jackson quoi. Je descendis tranquillement tout en lisant rapidement ce qu’on disait sur ces deux là.

Katy revint avec un type que je ne connaissais pas. Tout comme le précédent, je lus rapidement sans trop chercher à comprendre ce qui avait pu se passer. Par contre, quand je vis ma propre photo, là, j’eus un léger stop net. Quoi ?! Comment est-ce que cela se faisait que j’étais dans cet article ? Je n’avais absolument rien fait… Voir la photo de Jackson, accompagnant la mienne ne m’étonna pas. C’était plus de lui qu’elle parlait que de moi. Ouf… Tant mieux parce que je n’avais pas, non plus, envie d’être le sujet. Enfin, je regardais légèrement mes cheveux. Pourquoi est-ce qu’elle voulait que je me teigne en blonde ?! Elle avait fumé du crack ? Il était hors de questions que je change de couleur de cheveux, la mienne m’allait parfaitement et puis je n’avais pas du tout envie de plaire à Jackson. Ce n’était pas du tout ce genre de garçon qui me faisait rêver.

Je descendis à nouveau et l’article qui suivait le mien provoqua le plus gros bug de cerveau de toute ma vie. Mes yeux s’écarquillèrent en grands. Un son étranglé s’échappa de ma bouche et instinctivement, je tournais la tête vers Jackson qui avait déjà rangé son téléphone. Quasiment tout le monde avait le regard tourné vers lui et on comprenait pourquoi. Et lui, il était là entrain de manger son plat comme si c’était normal… Bon sang, je ne pouvais pas y croire ! Tout simplement pas y croire ! Carrie… une fille de mon cursus ! Il s’était, non seulement tapé cette fille, mais en plus, il l’avait peut-être mise enceinte ! Qu’il couche avec, je m’en fichais, elle faisait ce qu’elle voulait, même si elle connaissait mon point de vu, mais ça… CA ! Ce n’était pas possible.

Je fronçais les sourcils, énervée, quand il me demanda si j’avais un problème. Oh oui que j’avais un problème ! Un énorme même ! J’aurais bien aimé lui cracher à la figure tout ce que je ressentais dans l’instant, mais je n’avais même pas de mot concret pour décrire ce que je ressentais. Je sentais mes joues virées au rouge tellement j’étais en colère. Brusquement, Jackson dût comprendre mon énervement car il se leva pour disparaitre vers la sortie. D’un geste rageur, je reculais ma chaise qui tomba quand je me levais et attrapais mes affaires rageusement. On me fixait, mais je m’en moquais. Moi aussi, je laissais tomber mon plateau là où il était et suivis Jackson. Je me faufilais à travers les gens avec des « pardon », « excusez-moi » etc…

Je sortis de la cafétéria et Jackson étaient déjà à plusieurs mètres. Il marchait vite cet abruti ! Bien décidée à le rattraper, je me mis à accélérer aussi le pas. Je n’étais pas une grande sportive et je ne le serais absolument jamais, mais j’avais tellement la rage au ventre que c’était à croire que ça me donnait des ailes. Je le rattrapais et lui attrapais le bras pour le tourner vers moi. Bon, ce n’était clairement pas comme dans les films qu’on pouvait voir où la personne se tournait complètement mais je réussis, avec ma force de moustique, à le tourner assez pour lui administrer une gifle monumentale qui résonna pendant quelques secondes dans tout le couloir.

- Tu n’es qu’un abruti encore plus bête que ce que je pensais ! T’es qu’un minable, un moins que rien ! Ce que tu as fait à Carrie c’est dégueulasse !

Pendant que je parlais, je le poussais de toutes mes forces. J’étais beaucoup trop en colère pour arrêter mes mouvements. C’était comme automatique, je ne contrôlais plus rien. La rage que j’avais au ventre me possédait totalement. Là, cette fois-ci, je comprenais ce qu’il ressentait en me voyant. Il me dégoutait. Il avait osé s’en prendre à une de mes amies et ça, c’était vraiment plus que ce que je pouvais supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:52

Je savais d'instinct que si Daphné, je passerais un sale quart d'heure. Rien qu'en voyant son visage virer au rouge, son regard lancer des éclairs, j'y avais vu un signal d'alarme. Jackson si tu veux sauver ta peau, c'est maintenant où jamais. Evidemment, sur mon passage, les chuchotements s'intensifiaient et parfois, on me pointait du doigt. Mais je m'en foutais royalement. Ce ne n'était pas la première fois qu'on me regarderait comme ça et ce n'était sûrement pas la dernière.Mais, il n'y aurait jamais de prochaine fois si je laissais Daphné me mettre la main dessus... Sans même réfléchir, j'avais donc pris la fuite.Je savais qu'il ne se passerait pas longtemps avant que Daphné ne me prenne en chasse... D'ailleurs quelques minutes plus tard, j'entendais des murmures. Elle devait se frayer un passage en suivant mon exemple. J'atteignais enfin la porte et me faufilais dans le couloir. Si j'arrivai à m'éclipser dans un autre couloir, il y avait une chance pour que j'échappe à la colère de Daphné... Erreur, une fois dehors, elle avait tout le loisir d'accélérer. Elle me rattrapa rapidement. Je la sentis qui tenta de me retourner.Je pivotai légèrement... Dans tous les cas, assez pour m'en prendre une... Et une monumentale.Tous avaient entendu le claquement de sa main sur ma joue. Moi, je sentais bien la brûlure... Sauf que je ne réalisais pas vraiment ce qui se passait... Un peu comme si j'étais le spectateur d'un film de ma vie. Je posais ma main sur ma joue rouge... Daphné, celle qui se faisait discrète, qui préférait ignorer chacune de mes provocations venaient de me gifler... Et comme si ça ne suffisait pas, il fallait qu'elle m'insulte de tous les noms en me poussant. Agacé de me faire "bousculer" par Daphné, j'attrapais ses poignets et les tenais dans une main, histoire de lui faire une petite démonstration de force. En dehors de la gifle, je ne sentais pas grand chose. Ca sert d'avoir des muscles ! Puis haussant la voix pour couvrir ses cris, je lui dis : "Oh calme toi ! Et arrête de me traiter comme un tueur en puissance d'accord ? Ce qui se passe entre moi et Carrie ne regarde que nous deux alors arrête de te donner en spectacle... Je pense que Gossip t'as fais assez de pub !" Lorsque je fus certain qu'elle n'essayerait pas de m'étrangler, je lui lâchais les poignets et m'en allais vers mon casier. Là, j'en avais assez vu et entendu. Je comptais rentrer chez moi, dormir un moment avant d'aller en salle de musculation, histoire de me lâcher. Je savais bien que les fans de Gossip me critiqueraient beaucoup, mais ça, je m'en foutais... Sauf que d'entendre Daphné le dire... Ca m'affectait bien plus que ça ne devrait... Il fallait que je m'en aille sauf que je savais que Daphné ne me lâcherait pas aussi facilement. Mais qui ne tente rien, n'a rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 21:56

Je voyais rouge, il fallait bien l’avouer. J’étais tellement en colère contre ce que Gossip Girl venait de balancer… Décidemment, Jackson était l’une des premières causes d’absolument tous mes soucis. C’était lui, qui s’amusait à me rendre la vie impossible à l’Université et comme si ça ne suffisait pas, il pourrissait aussi la vie d'une amie. Qu’il couche avec elle, je n’en avais rien à faire, mais le reste… Oh non ! Il en était hors de question ! Toute la colère que j’avais emmagasinée jusqu’à présent explosait sur lui. Tous les regards s’étaient tournés vers nous quand je l’avais giflé. Malgré son teint mate, sa joue vira au rouge et je devais bien avouer que je m’étais faite mal à moi aussi car ma main me piqua pendant de très longues minutes.

Cependant, je ne laissais rien voir. J’ouvris enfin la bouche pour lui sortir exactement tout ce que je pensais de lui. Et encore, il y avait des mots qui n’étaient pas assez puissants pour exprimer ce que je ressentais. Parfois même, je ne trouvais pas le mot exact et je continuais tout en le poussant. J’étais trop en colère. Honnêtement, je ne pensais pas avoir été aussi en colère de toute ma vie. Triste et malheureuse, je l’avais été pendant un bon bout de temps, sur le bord du gouffre même, mais en colère comme ça… C’était du jamais vu. Même moi je me surprenais, mais je n’avais pas vraiment le temps de m’extasier là-dessus parce que je continuais de ‘cracher mon venin’ comme je le disais si bien lorsque Jackson venait à dire des choses sur moi qui me mettaient vraiment plus bas que terre.

J’étais très loin d’avoir dit tout ce que je pensais, mais je fus coupé dans ma tirade lorsqu’il m’attrapa les poignets, m’empêchant ainsi de continuer à le pousser comme je le faisais. D’accord, j’avais une force de moustique face à lui et je ne faisais clairement pas le poids, mais je ne pus m’empêcher de me débattre pour qu’il me lâche. J’étais prisonnière et il me tenait que d’une seule main. Okay… Alors j’avais eu vraiment beaucoup de chance de pouvoir le tourner assez pour lui en mettre une. Même s’il y avait un revirement de situation, j’étais fière d’avoir pu agir de cette façon jusqu’à ce qu’il daigne agir. C’était une petite victoire que j’avais eu. Mais ce n’était pas vraiment le moment de s’en féliciter, bien qu’intérieurement, je jubilais réellement.

Jackson était très loin de la réalité. Ce qu’il y avait eu entre Carrie et lui me blessaient énormément. Même si j’étais dégoutée que mon amie se soit laisser faire comme ça, j’en voulais plus à lui qui n’avait même pas pensé à faire en sorte que tout ceci n’arrive pas. Ma colère, au lieu d’aller vers Carrie allait vers lui pour la simple et bonne raison que j’avais plus de choses à lui en vouloir. Je restais interdite en l’entendant me dire que j’étais entrain de me donner en spectacle. Non mais… C’était l’hôpital qui se foutait de la charité, là ?! Ce n’était pas moi qui avais mis en cloque quelqu’un. Et même si Gossip Girl avait parlé de moi, ce n’était pas moi qui allais être la source de tous les bruits de couloir. Ce n’était pas moi qui allais provoquer des silences générales quand j’entrerais dans un endroit.

Il lâcha mes poignets et se retourna. Ah parce qu’il pensait que j’allais fermer ma bouche définitivement ? C’était très mal me connaître. D’ailleurs, il ne me connaissait pas. Il faisait toujours des conclusions hâtives ou inventait des trucs sur ma personne, mais en réalité, il était très loin de la vérité. Et j’allais le lui faire savoir. Encore une fois, et comme si ce n’était pas du déjà vu, j’allais cette fois-ci me planter devant lui.

- Gâcher la vie des gens, c’est absolument tout ce que tu sais faire. Tu as pourri la vie de Carrie encore plus que tu pourris la mienne et tu penses que je vais rester là sans rien dire ?! Et je te signale que quand ça concerne mes amis, et en particulier MON amie, ça ME regarde aussi !

Plus en colère que moi dans ce moment là, ça ne devait pas être possible. J’en tremblais presque tellement l’adrénaline me parcourait et j’étais totalement sous son emprise, je ne maîtrisais absolument rien.

- Je te conseille d’essayer d’arranger les choses, sinon je ferais en sorte que tu ne puisses plus concevoir un seul enfant de toute ta vie. Et je t’interdis de t’approcher de Carrie à plus d’un mètre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 142
♈ Friandises : 138
♈ A New York depuis : 17/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 22:00

Je n'avais pas eu tord de penser que Daphné ne me lâcherait pas de si tôt. A peine lui avais-je lâché les poignets qu'elle revenait à la charge. Elle continuait de m'attaquer. D'après elle, je ne savais que gâché la vie de ceux qui m'entourait et que ce qui concernait Carrie la concernait également. "Oh, je t'en prie ! Je n'ai jamais voulu ça ! Seulement, je n'ai pas réfléchi et voilà le résultat. Je l'assume et je soutiendrais Carrie quoi qu'il arrive." Je n'avais pas voulu lui pourrir la vie, après tout Carrie ne m'avait absolument rien fait. En fait je reproduisais la même erreur que mes parents. Peut-être qu'après tout, c'était dans les gênes... Je soupirai sans un mot. "Daphné, toi, je ne te supporte pas, te gâcher la vie est un réel plaisir pour moi. Mais Carrie ne mérite absolument pas ce qui se passe. Jamais je ne ferais quelque chose qui puisse lui nuire. Je l'aime bien..." C'était la pure vérité... Ou presque. La vérité était que je pourrissais la vie de Daphné pour me prouver à moi-même que je ne la supportais pas... C'était sûrement stupide mais voilà, jusqu'à présent ça avait toujours marché. Et malgré ce que l'on pouvait croire, j'avais des principes. Pour rendre la vie d'une personne infernale, j'avais beaucoup d'idées mais en aucun cas je ne pouvais me servir de son entourage. Je pouvais être très manipulateur mais j'avais encore assez de scrupules pour respecter ce principe. Jamais je n'aurais pût utiliser Carrie pour faire du mal à Daphné... Et d'ailleurs, je ne voulais pas lui faire du mal... Juste m'amuser, la titiller un peu beaucoup. Rien de bien méchant.
Je méditais sur mes pensées de tortionnaire lorsque Daphné me fit des menaces. Je la regardais et fini par éclater d'un rire sonore. Non, mais cette fille était vraiment hilarante. Du haut de ses 1m20... Bon ok, 1m50, elle pensait réellement me faire peur. Après que mon fou rire soit presque passé, j'avais encore quelques envies de rire, je la regardais et avec une fausse expression terrifiée sur le visage, je lui dis : "Oh la la, qu'est que j'ai peur Daphné, arrête !" J'eus un sourire moqueur avant de lui dire : "Non mais tu t'entends ???" Je pris une voix haut perchée avant de répéter : "Je te conseille d’essayer d’arranger les choses, sinon je ferais en sorte que tu ne puisses plus concevoir un seul enfant de toute ta vie. Et je t’interdis de t’approcher de Carrie à plus d’un mètre !" Je levais ensuite les yeux au ciel avant de lui dire : "Carrie n'est plus une enfant, elle sait ce qu'elle fait. Tout comme moi, je suis un grand garçon qui s'approchera de Carrie aussi souvent qu'il sera nécessaire car elle aura besoin de moi après ce qui vient d'arriver. Et ne t'en fais pas, je suis certain que j'aurais des enfants. Qui sait, tu seras peut-être l'heureuse élue !" Lui dis-je sarcastiquement. Pourquoi j'avais dis ça ? Aucune idée mais en tout cas, c'était bel et bien sorti de ma bouche. Peut-être parce que Daphné m'avait fait perdre la tête avec ses menaces... Oui, je ne l'a prenais pas du tout au sérieux... C'était peut-être la dernière chose à faire mais ça... Je m'en foutais royalement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 182
♈ Friandises : 163
♈ A New York depuis : 18/09/2013
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   Jeu 19 Sep - 22:03

Je disais franchement ce que je pensais de lui et je ne pesais absolument aucun de mes mots. Ce n’était pas le but du tout et de toute façon, pourquoi est-ce que je serais gentille avec lui étant donné qu’il était réellement infect avec moi. Il ne me supportait pas et bien tant mieux parce que c’était réciproque, mais moi, j’étais réellement dégoutée de ce qu’il avait fait à ma meilleure amie. Franchement, j’étais un peu déçue d’elle aussi car… car je pensais qu’elle était assez intelligente pour penser à ce genre de chose… décidemment, j’allais en vouloir à beaucoup de gens en ce moment…

J’avais vraiment beaucoup de mal à le croire quand il affirmait qu’il allait soutenir Carrie. C’était ce qu’ils disaient tous mais au final ils se dégonflaient. C’était bien connu. En tout cas, j’en savais assez sur lui pour savoir qu’il n’assumerait pas le moment venu. Mais déjà, j’allais devoir avoir une longue discussion avec ce qui me servait de meilleure amie. Encore fallait-il que je lui sorte les vers du nez… Ca allait encore être une longue séance de persuasion… Je détestais faire ça, mais parfois, pour que Carrie se mette à parler, il fallait vraiment se lever de bonne heure…

J’eus réellement mal au cœur en l’entend dire qu’il prenait vraiment du plaisir à me faire mal. Je virais encore plus au rouge pivoine et mon cœur se serra encore plus. Cependant, je ne le lâchais pas du regard. Enfin bon, tout ça n’avait réellement plus aucun sens, je ne lui avais jamais rien fait et moi, tout ce que je voulais c’était qu’il me fiche la paix ainsi qu’à tous ceux que j’appréciais. Décidemment, même en ne le faisait pas « exprès » il arrivait à tout gâcher ! Je commençais à ne plus pouvoir supporter tout ça.

Je voulais bien croire que je n’étais pas du tout impressionnante étant donné ma petite taille. Bon, je n’étais pas minuscule non plus étant donné que je faisais un mètre soixante-cinq, mais à côté de lui, je devais bien avouer que je me sentais minuscule… Enfin bon, là n’était pas la question. Cependant, il allait apprendre que même s’il n’avait pas peur, j’étais réellement très sérieuse. Je fis un pas en arrière quand il m’annonça que je serais peut-être l’heureuse élue qui lui donnerait des enfants. Ben voyons !

- Plutôt mourir dix fois !

Sur ces bonnes paroles, je me retournais et m’en allais. J’en avais marre de ça. J’avais le cœur qui battait beaucoup trop vite et je tremblais presque tellement j’étais en colère. J’allais rentrer chez moi, c’était la seule chose à faire parce que je ne me sentais pas du tout en état d’aller en cours pour l’instant. Tant pis, on me donnera les cours le lendemain…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

un ventre sur pattes à la cafétéria [Jake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York :: 
Les archives rp
-