Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On dit qu'il y a toujours pire que soit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 1
♈ Friandises : 0
♈ A New York depuis : 02/03/2018

MessageSujet: On dit qu'il y a toujours pire que soit...   Ven 2 Mar - 1:15







Travis Ford
ft. Cole Sprouse

~ Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir... ~


Bonjour et bienvenue à New York, ville la plus célèbre des Etats-Unis et connue pour ses élites. Avant de vous laissez faire le tour de la ville, nous avons besoin de quelques informations à votre sujet. Premièrement, comme vous appelez vous ? Travis Kendrick Ford Bien, maintenant il nous faut votre date et lieu de naissance, ainsi que votre âge: Je suis né le 24 octobre 1992 à Wells, ce qui me fait 25 ans Parfait, êtes-vous célibataire? Oui, si on veut... Avez-vous un métier? Si oui, lequel? Je suis étudiant à la fac et je travaille comme réparateur d'ordinateur et de téléphone D'accord, depuis quand êtes-vous à New York ? Ca fait un an. Cette ville vous plait? Qu'aime- vous ici? J'honore la mémoire d'une personne qui m'était cher. Nous avons bientôt terminé, ne vous inquiétez pas. A quel groupe appartenez-vous ? Nom du groupe. Voilà, nous avons terminé le petit interrogatoire. Merci d'avoir répondu à toutes ces questions, et bonne chance à New York.


~ because everybody has a story to tell ~



Cassandra Burton avait tout pour réussir. Elle était née dans une famille plutôt aisée. Enfin, ils ne roulaient pas sur l’or mais elle ne manquait de rien. Elle était la petite dernière d’une fratrie de cinq enfants, elle était habituée à être chouchoutée, protégée.
En grandissant, Cassandra s’était découvert une passion pour les voyages, c’est donc tout naturellement qu’elle se tourna vers le métier d’hôtesse de l’air. Il faut dire qu’elle avait un caractère chaleureux, serviable et un visage si avenant, que pour beaucoup, elle était faite pour ce métier. Et puis, elle était très belle.
Cassandra avait donc la vie qu’elle voulait mais voilà, un évènement vint bouleverser son mode. Un soir, alors qu’elle rentrait d’une fête avec des amis, ils eurent un accident mortel. L’une des amies de Cassandra mourut sur le coup. Certaines avait été blessées mais s’en remirent. Cassandra s’en sortit une bosse sur le front et un bras cassé.

C’est à ce moment que Cassandra se posa des questions sur le but de la vie et de la mort. Insatisfaite par les réponses scientifiques qui la laissaient toujours dans le flou, elle se mit à explorer les différentes religions qui auraient pût l’aider à mieux comprendre. Durant des mois, la jeune femme chercha sa place au sein des différentes religions. Ce fut au sein de l’Eglise de la Résurrection qu’elle se sentit à son aise.

Les fidèles de l’Eglise croyaient en la résurrection et la réincarnation des âmes. Son pasteur, le Révérant Stone, racontait à qui voulait l’entendre qu’il était la réincarnation de Jésus. Au départ, Cassandra eut des doutes. Elle avait été élevée dans la religion chrétienne protestante. La résurrection de Jésus avait été faite une fois, selon les enseignements qu’elle avait reçus. Mais le Révérant Stone était un homme charismatique, persuasif, il savait comment manipuler les esprits affaiblis par la tristesse et la douleur. Et puis, il savait mentir comme personne, mettre en scène des guérisons miraculeuses. C’est ainsi que Cassandra devint une fervente fidèle de l’Eglise de la Résurrection.

Après son baptême, Cassandra se donna corps et âme pour son église. Elle distribuait des tracts dans les rues, tentait de ramener de nouveaux fidèles. Rapidement, elle abandonna son métier d’hôtesse pour travailler comme hôtesse d’accueil dans des hôtels afin de pouvoir participer activement à la vie de son église. Bien entendu, son salaire passait également dans l’église. Officiellement, les donations servaient à la construction d’un lieu de culte plus grand, plus moderne. Officieusement, le Révérant Stone se servait dans les caisses.

Après un an au sein de l’Eglise, Cassandra attira l’œil du Révérant. Au départ, il lui proposa des leçons particulières afin d’en savoir plus et de pouvoir à son tour enseigner aux nouveaux arrivants. Mais voilà, chaque fois qu’ils se retrouvaient seuls, le Révérant en profitait pour coucher avec elle et réaliser ses fantasmes malsains. Pour faire taire Cassandra, il lui expliqua qu’en sa qualité de fils de Dieu, il lui faisait un honneur incroyable. Grâce à elle, des enfants parfaits naîtraient et peupleraient la Terre. Il lui fit croire qu’ensemble, ils élèveraient une armée parfaite qui débarrasseraient la Terre de tous les infidèles. Une fois que cela serait fait, les morts reviendraient à la vie et chanteraient leurs louanges…
Une personne saine d’esprit n’y croirait pas. Mais Cassandre ne l’était plus. Son esprit était embrumé des mensonges du Révérant et de la marijuana qu’elle prenait avec lui. Elle se donnait alors volontiers à lui, en ignorant qu’il servait se servait d’elle et d’autres fidèles pour assouvir ses désirs. Mais cela ne dura pas. Avec le temps, des rumeurs circulèrent et la vérité éclata… Sans qu’aucune des fidèles ne s’en plaignent. Elles se sentaient toutes honorées et finirent par accepter ce mode de vie.
Pour éviter les regards, Stone décida de déplacer ses fidèles en les obligeant à vivre tous ensemble. Ils déménagèrent donc de Portland en direction de la ville de Wells. Là-bas, ils s’installèrent, lui et sa vingtaine de fidèles, dans la maison que son arrière grande tante lui avait légué. C’était une de ces grandes maisons style colonial, reculées, qui possédaient plusieurs hectares de forêt. Là, il était sûr de pouvoir vivre sa vie de débauche et de manipulation. Les habitants de Wells étaient du genre à ne pas se mêler de ce qui ne les regardaient pas.
Les fidèles, ravis d’emménager dans une aussi grande maison, travaillèrent d’arrache-pied pour en faire un véritable cocon.

Quelques mois après leur installation, Cassandra tomba enceinte. Elle était ravie de mettre au monde son premier soldat. Elle parlait de lui comme étant le commandant en chef car il était le premier des enfants du Révérant.
Huit mois et demi plus tard, Travis Kendrick Burton-Stone vint au monde. Cassandra était folle de joie car il était le portrait craché de son père.

Travis eut une enfance assez étrange. Sa mère, refusant que le monde extérieur ne salisse son innocente perfection décida qu’il n’irait pas à l’école mais qu’elle lui donnerait des cours. Elle lui apprit à lire, compter et écrire. Il eut le droit d’avoir une certaine culture générale mais toute son éducation fut basée sur leur religion et ses principes. Il comprit donc très tôt qu’il était un soldat d’une armée destinée à détruire les méchants.
Cassandra eut plusieurs enfants. Cinq autres enfants. Et lorsque chacun des enfants du Révérant fut assez grand pour comprendre le monde qui les entouraient, ils furent tous élevés comme Travis avant. Ils grandirent tous en sachant qu’ils étaient une armée commandée par Travis.
Leur éducation fut très stricte. Ils devaient être obéissants et dociles. Ils n’avaient pas le droit de regarder la télé. Leurs lectures étaient contrôlées par Cassandra. Ils savaient qu’ils devaient se tenir à carreau car les punitions étaient souvent cruelles. De la privation de nourriture aux coups, l’Eglise n’était jamais à court d’idées concernant les punitions.

Vivant dans un coin isolé, Travis ne connut que ses frères et sœurs... qu’il voyait comme ses subalternes. Ne pas rencontrer d’autres personnes ne le dérangeait pas. Son mode de vie ne le dérangeait pas. C’était le seul qu’il connaissait, ses parents ayant tout fait pour qu’il n’en connaisse pas d’autres.

Mais voilà, à l’aube d’une journée de printemps, Travis, âgé de vingt-quatre ans, était sorti dehors admirer les premiers rayons du soleil. Il s’était éloigné de la maison où il vivait et avait atteint une colline. Emerveillé, il était resté plusieurs minutes, plusieurs heures à observer la nature, profitant du silence. Une fois satisfait, il s’était levé et avait marché. Pas en direction de chez lui, non, il s’était enfoncé dans la forêt. Il aimait ces moments de solitude où il n’était pas entouré de sa famille… Il fuyait avant tout son père, Stone. Il était le seul à autant lui ressembler, Stone pensait naturellement qu’il serait comme lui. Il avait alors tenté de l’amener à se comporter comme lui. Travis assistait parfois aux sévices que son père faisait subir aux enfants récalcitrants. Il lui proposait même de participer à ses orgies. Travis refusait toujours, sans trop savoir pourquoi… Quelque chose le dérangeait. Il ne supportait pas les cris de souffrance ou de jouissance qu’il entendait. Ils résonnaient comme une craie crissant contre une ardoise à ses yeux.

Tandis qu’il marchait, une jeune femme apparue devant lui. Elle courait en tenue de sport. C’était la première fois qu’il rencontrait une jeune femme, autre que celle de l’Eglise. En l’apercevant, elle vint à sa rencontre. Ils discutèrent... Ou plutôt, Travis posait des questions et la jeune femme, Sarah, y répondait. Lorsqu’elle se mit à lui poser des questions sur lui, Travis lui répondit sans se douter un seul instant qu’il venait de bouleverser sa vie.

Sarah n’avait pas compris ce qu’il se tramait dans la vie de Travis. Mais elle savait qu’il avait vécu sous la coupe d’un pervers narcissique violent qui tenait son fils éloigné du monde. Voyant la curiosité de Travis, elle lui proposa qu’ils rencontrent au même endroit chaque matin afin qu’elle puisse lui montrer ce qui se passait dehors, en dehors de chez lui. Travis accepta.
C’est ainsi que chaque matin, Travis sortait en cachette pour retrouver sa nouvelle amie, Sarah. Cette dernière lui fit découvrir d’autres livres, la technologie, la mode, les bonbons et d’autres choses. Il apprit à se lier d’amitié avec elle et avec le temps, une certaine ambigüité naquit entre eux. Avec elle, Travis goûta à son premier baiser. Il perdit sa virginité avec elle, également. Pour la première fois, il aimait une personne.
Travis se mit alors à changer. Découvrir le monde extérieur lui fit comprendre combien le monde dans lequel il était né, était malsain. Il ne participait plus aux messes, trouvant des excuses à chaque fois. Il contredisait quiconque lui parlait de la religion de l’Eglise. Il se plaignait de la nourriture, de ses vêtements. Il demandait à pouvoir regarder la télévision, à avoir un téléphone portable, un ordinateur… En bref, il essayait d’être un garçon comme les autres. Bien qu’il ne le fût pas…

Plus il passait de temps avec Sarah, plus il voulait s’enfuir. Malheureusement, Travis mit beaucoup trop de temps à se décider. Un matin, son père, qui s’était réveillé un peu plus tôt que prévu, le vit sortir. Curieux, il le suivit et découvrit que son fils avait une petite amie qui lui était inconnue. Il fit alors le lien entre les changements qui s’étaient opérés depuis plusieurs mois. Stone entra alors dans une rage folle. Il ne supportait pas de voir son fils aîné, son miroir s’éloigner de lui, le modèle. A ses yeux, son fils était sa chose ! Il ne pouvait pas le laisser s’échapper ! Aveuglé par sa rage, il attrapa une branche épaisse et fonça sur le couple. Surpris, Travis ne pût éviter les coups qui pleuvaient sur lui. Sarah hurlait en courant. Stone retourna alors sa colère sur la jeune femme et lui couru après dans les bois. Il la rattrapa rapidement et se mit à la marteler de coups, si bien qu’elle mourut. C’est à ce moment que Stone comprit ce qu’il avait fait. Il décida alors de cacher le cadavre sous un tas de feuilles en attendant de trouver une solution. Il commença par menacer son fils. « Si tu parle de ça à qui que ce soit, je te tuerais de mes propres mains. Tu sais maintenant que j’en suis capable. ». Puis, la solution vint à lui. Abandonnant son fils, il couru chez lui chercher de quoi faire un feu.
Pendant ce temps, Travis se mit à réfléchir… Il fouilla alors les poches de sa petite amie décédée et trouva son téléphone. Heureux qu’elle lui ait apprit à s’en servir, il appela la police racontant, comme dans les films que Sarah lui avait montrés, ce qui s’était passé et où il se trouvait. Une fois que ce fut fait, il replaça le téléphone dans la poche de Sarah et attendit en tremblant et en pleurant.
Son père arriva le premier. Il aspergea le corps de Sarah d’essence. Il plaça des feuilles sèches, des bouts de bois et tout ce qui pouvait s’enflammer rapidement. Alors qu’il s’apprêtait à mettre le feu au cadavre de Sarah, la police intervint et l’arrêta.

Plus tard, une enquête fut ouverte, puis un procès. Travis fut appelé à la barre. Il raconta alors toute son enfance, tout ce qu’il avait vu et entendu. Puis, il raconta sa rencontre avec Sarah, leur relation, son amour pour elle, son meurtre… Sa mère témoigna contre lui expliquant que malgré leur mode de vie différent, Stone était un bon père, aimant et pacifique… Mais des preuves de maltraitances sur mineur ressurgirent. Les jurés n’eurent aucune pitié, ils le condamnèrent à la prison à perpétuité.

A partir de ce moment, l’Eglise, seule famille que connu Travis lui tourna le dos. Seul et sans argent, Travis se retrouva dans la rue. Pour subvenir à ses besoins, Travis se mit à faire des petits boulots, le plus souvent dans l’illégalité mais si ça pouvait lui payer une chambre de motel et de quoi manger, il ne rechignait pas. Il économisa alors pour pouvoir aller à New-York. Un jour, alors qu’il sortait du fast-food où il avait fait la plonge du soir, une femme vint le voir. C’était la mère de Sarah. Sa tristesse se lisait dans le fond de ses yeux. Elle mit alors dans les mains de Travis une enveloppe en lui expliquant qu’elle le remerciait pour avoir témoigné contre l’homme qui avait assassiné sa fille et ce malgré que ça soit son père. La mère de Sarah ne comprenait pas que Travis ne savait pas ce que s’était d’avoir une famille, un père à protéger. Sarah était la seule personne qu’il ait jamais aimé, il était donc normal pour lui de dénoncer le coupable… Lorsque la mère de Sarah partit, Travis ouvrit l’enveloppe et trouva un chèque avec une lettre de Sarah. Cette dernière voulait qu’il puisse faire ses études à l’université, elle avait donc prévu de lui donner cet argent pour l’y aider. Travis pleura en silence, se rappelant le jour où il avait parlé de son rêve de faire ses études à New-York, après avoir vu Gossip Girl…


Voilà un an que Travis avait quitté Wells pour New-York. Il s’était inscrit à l’université et y étudiait le développement informatique. Il avait emménagé sur le campus de l’université et travaillait dans un petit magasin de réparation de téléphones et d’ordinateurs portables. Il avait changé de nom de famille afin de réellement commencer une nouvelle vie, seul.
Travis apprenait chaque jour à s’intégrer en société, à nouer des relations même s’il était effrayé à l’idée de perdre à nouveau quelqu’un. Malgré tout, il tenait à son espace, son moment de solitude. Chez lui, il dessinait souvent, que ce soit des paysages ou des portraits. Ca l’aidait à faire sortir ses émotions comme il pouvait…


~ Because we are all different and all unique ~


Travis ressemble à son père, le révérant Stone. Si vous le reconnaissez, ne le lui faites jamais remarquer, il hait son père. Afin d’atténuer la ressemblance, il a teint ses cheveux blonds en brun foncé. Il les porte plutôt longs. Il a les yeux bleu-vert qui pétillent lorsqu’il sourit. Il n’est pas très grand, il fait tout juste 1m78 mais il le vit très bien. Il n’a pas le physique d’un athlète mais depuis peu, il a commencé à faire du sport et à courir le matin dans les rues de New-York.
Mentalement, Travis a une personnalité bien à lui. Il est assez complexe. Il est du genre solitaire, timide et réservé, surtout au premier abord. Son visage paraît fermé, comme il était en colère. Mais une fois à l’aise, il devient très sociable, souriant et curieux. Depuis le meurtre de Sarah et le procès de son père, Travis est très secret sur lui et son passé. Il n’hésitera pas à mentir pour que jamais ne ressorte son triste passé. Il en a vraiment honte. Il ne supporte pas l’injustice, s’il en est témoin, il peut se montrer agressif voire violent, côté qu’il redoute car il lui rappelle énormément son père. Il déteste pourtant la violence. Heureusement, il sait faire preuve de sang-froid et de lucidité, il faut simplement ne pas le pousser à bout.
Travis a parfois du mal à s’adapter en société. Il lui arrive d’avoir des sautes d’humeur et de n’avoir qu’une envie : fuir la société, s’enfermer dans son appartement et n’en ressortir qu’une fois prêt. Il voit un psychiatre qui l’aide à surmonter ses problèmes.
Il a récemment découvert qu’il était du genre gourmand. Il adore manger de la malbouffe et des bonbons. Il faut dire qu’il n’y avait pas le droit étant plus jeune, il en profite donc maintenant. Il est également très protecteur même s’il peut se montrer un peu bourru.


icon100*100
icon100*100
◣ Prénom/Surnom: Jughead
◣ Âge: 23 ans
◣Comment es-tu arrivé ici?: Grâce à Keri
◣Que penses-tu du forum?: *_______*
◣Fréquence de connexion: 5/7j
◣Code du règlement: OK Diva


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

On dit qu'il y a toujours pire que soit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a toujours pire que soi-même (PV Hanamiya) | Terminé
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Dis nous qui tu es-