Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 4
♈ Friandises : 5
♈ A New York depuis : 27/05/2016
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   Jeu 25 Jan - 18:43

" I FEEL LIKE TO WREACKING BAAAAAAAALL… "

Ecouteurs dans les oreilles, musique à fond, je chantais à tue-tête dans les rues de New York. J'étais heureuse, contente, et impatiente. Surtout très impatiente parce que j'allais justement rendre visite à mon beau docteur : le docteur Henry Cornick. Bien évidemment, je m'étais faite toute belle, rien que pour lui. En même temps, pour qui d'autre est-ce que j'aurais pu m'habiller ainsi ? Jean slim noir, chemisier rouge bordeaux avec un magnifique décolleté que j'avais agrémenté d'un soutien-gorge push up de la même couleur afin de mettre en valeur l'arrondi de mes seins. Je cachais tout cela sous mon manteau car ce n'était dédié que pour une seule personne. Perchée sur mes bottines à talons, je me déhanchais sur ma musique sans aucune honte malgré les regards portés des passants sur moi. Mes cheveux, que j'avais coiffés en un chignon sans aucune réelle recherche mais qui rendait bien, suivaient le mouvement de mon corps. J'avais juste quelques mèches rebelles qui refusaient toute négociation, mais je m'en accommodais. Et puis, ça me permettait ainsi d'apparaître plus spontanée.

" BANG, BANG IN TO THE ROOOOAAAAAD ! I KNOW YOU WANT IT ! BANG, BANG ALL OVER YOUUUUUU !!!... "


Changement de musique. J'étais presque arrivée à destination et mon cœur trépignait d'impatience. J'avais rêvé de lui et rien que de repenser à mon rêve, j'en avais le rouge qui montait aux joues. C'était un rêve inavouable mais qu'est-ce que j'avais envie qu'il se réalise aussi ! Un jour, je m'en étais fait le serment. Et puis, c'était évident que le docteur Cornick était intéressé. Sinon, pourquoi est-ce qu'il poserait autant de questions à ma personne ? Il y avait forcément un intérêt là-dedans et j'avais tellement hâte qu'on soit ensemble. Je voulais lui donner hautement satisfaction c'est pourquoi je répondais à chacune de ses questions sans le moindre problème. Il semblait tellement satisfait lorsque je répondais. Et puis surtout qu'il notait tout. Sans aucun doute pour être sûr de ne rien oublier me concernant. C'était tellement attentionné de sa part.

Une fois en bas de son cabinet, je pris une grande inspiration et pénétrais dans le hall de l'immeuble. Je montais dans l'ascenseur et me laissais transporter vers lui. Une fois arrivée, j'entendis le petit " ding " discret qui annonçait l'arrêt et je sortis. J'allais m'annoncer à la secrétaire - que je n'aimais pas beaucoup d'ailleurs - et allais m'installer dans la salle d'attente. Je retirais mon manteau que je lissais sur mes genoux et attendis patiemment qu'Henry vienne me chercher pour mes minutes au paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 3
♈ Friandises : 2
♈ A New York depuis : 02/12/2017

MessageSujet: Re: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   Mer 28 Fév - 23:06

Henry Cornick consulta l’agenda qui était posé sur son bureau. Il devait bientôt recevoir une de ses patientes régulières, Gwendolynn Sheppard. Il se leva et se dirigea vers la porte qui menait à une petite pièce toujours fermée à clé. Elle contenait des casiers avec les dossiers de ses patients. Bien sûr, il avait numérisé ses rapports, juste au cas où mais le jeune homme était sûrement de la vieille école. Il aimait sentir le papier sous doigts, relire ses notes manuscrites, y rajouter quelques lignes.
Il prit le dossier récent de Mademoiselle Sheppard et l’étudia à nouveau, se rappelant la séance précédente. La jeune femme était atteinte d’un trouble peu commun, l’érotomanie. Lorsqu’elle croisait un homme, s’il avait le malheur d’avoir un geste qu’elle considérait comme attentionnée, Mademoiselle Sheppard se persuadait qu’il était en réalité amoureux d’elle. Pire, elle nourrissait une obsession à son égard. Bien heureusement, sa famille avait pris les devants très rapidement en lui proposant de consulter un spécialiste. Au départ, Henry avait dû y aller en douceur avec la jeune femme. Il avait dû l’amener à lui dire ce qu’elle pensait qui n’allait pas chez elle. Puis petit à petit, il essayait de lui faire comprendre qu’elle était malade… Mais bien sûr, ce n’était pas chose aisée. Gwendolynn était persuadée que tout allait bien et qu’au contraire, elle n’avait pas tant besoin de ces séances.

Sauf que voilà, le jeune médecin avait remarqué que la jeune femme semblait de plus en plus enthousiaste lors des séances. Elle lui racontait volontiers ses journées, ce qu’elle ressentait, ses passions et ses peurs. Dès qu’il lui avait diagnostiqué ce trouble, Henry savait ce qu’il risquait de se passer. Il avait pourtant pris des précautions mais apparemment, pas assez… Gwendolynn était amoureuse de lui… Enfin, c’était un bien grand mot. En tout cas, il savait qu’il était à présent l’objet de son obsession.
Il soupira en retournant dans son bureau. Il s’assit dans son fauteuil et se pinça l’arrête du nez en fermant les yeux. Il devait trouver une solution pour que la jeune femme ne s’embarque pas trop loin dans cette folie…
Le téléphone de son bureau émit un petit bip. Il ouvrit un œil et vit que sa secrétaire, Nancy tentait de le joindre. Il prit l’appel. Elle l’informa que Gwendolynn était arrivée.

« Faites-la entrer. » dit-il.

Il raccrocha le combiné puis se leva. Il déplia le paravent qui séparait son bureau du petit salon cosy qu’il avait crée pour recevoir ses patients. Henry avait tout fait pour que ses patients se sentent à l’aise lorsqu’ils entraient dans son salon. Il ne leur refusait rien, ou presque. Bonbons, café, magazine. Tout était bon pour les amener à parler et à faire des progrès.

La porte s’ouvrit et Nancy laissa Mademoiselle Sheppard entrer. Avec un sourire professionnel, Henry l’accueillit en lui tendant la main.

« Bonjour Gwendolynn, comment allez-vous aujourd’hui ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 4
♈ Friandises : 5
♈ A New York depuis : 27/05/2016
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   Mer 11 Avr - 18:49

Assise sur mon siège dans la salle d’attente, j’attendais avec impatience mon rendez-vous avec Henry. Il en mettait du temps à ouvrir la porte. N’était-il pas aussi impatient que moi de notre rendez-vous ? Je trépignais d’impatience. Je remerciais le ciel que mes parents aient insisté pour que je le vois. Sinon, je n’aurais jamais rencontré l’homme de ma vie. Oui, j’étais certaine qu’Henry et moi étions faits l’un pour l’autre. C’était même une évidence. S’il s’intéressait à moi, c’était bien parce qu’il y avait une raison, non ? Je replaçais légèrement une de mes mèches de cheveux quand la secrétaire réapparue devant moi. Je la fusillais légèrement du regard quand elle m’invita à entrer dans le cabinet d’Henry. Non mais pour qui est-ce qu’elle se prenait l’employée ?! Néanmoins, je me levais et passais devant elle quand elle ouvrit la porte, sans le moindre regard pour elle. Mais mon regard s’illumina lorsqu’il se posa sur Henry. Il était toujours aussi beau, aussi élégant, aussi charismatique.

Mon cœur se mit à battre plus vite. Surtout lorsque la secrétaire nous laissa dans l’intimité de son bureau. Je fixais cette main qu’il tendit alors vers moi et une envie irrépressible de la sentir se poser sur moi. Mais n’allons pas trop vite ! Il fallait qu’on prenne notre temps. C’était nécessaire. Aussi je lui tendis ma main et savourais le contact de la pulpe de ses doigts contre la peau de ma main. Qu’est-ce que ça serait lorsqu’il la posera sur ma peau nue ? J’en avais des frissons rien que d’y penser. Je lui offris mon plus magnifique sourire lorsqu’il prononça mon prénom. Sorti de sa bouche, il en prenait un sens presque sensuel. Quelque chose à vous faire mouiller le fond de votre culotte. Oups…

« Merveilleusement bien, et vous ? »

Sa main quitta la mienne. Il voulait rester professionnel. Je pouvais le comprendre. Après tout, nous étions sur son lieu de travail. Je me mordillais la lèvre inférieure avant de reprendre un peu de contenance. Je déposais mes affaires sur le porte manteau, non loin de son manteau à lui afin que son odeur imprègne légèrement mon vêtement. Et puis n’avais-je pas mis mon manteau pour que lui seul puisse voir ce que je portais ? Rien de bien extravagant, mais quelque chose qui mettait à mon avantage chacune de mes formes – même si j’avais une taille de poitrine assez lambda pour une fille de ma carrure, j’avais su la mettre en valeur avec un magnifique soutien-gorge push up. Je me tournais de nouveau vers mon cher et tendre sans me départir de mon sourire qui semblait avoir trouvé refuge sur mes lèvres.

« Alors, que souhaitez-vous savoir, aujourd’hui ? » demandais-je sans plus de cérémonie.

Henry cherchait à me connaître et surtout à me comprendre et je ne pouvais trouver cela qu’encore plus touchant. C’était vraiment un homme parfait et en tout point. Et je ne pouvais pas m’empêcher de le dévorer du regard. Était-il aussi parfait sous ses vêtements ? Seigneur Dieu, j’espérais bien que oui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 3
♈ Friandises : 2
♈ A New York depuis : 02/12/2017

MessageSujet: Re: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   Dim 1 Juil - 19:26

Comme chaque fois qu’il avait une séance avec Mademoiselle Sheppard, Henry se prépara mentalement à ce qu’elle le drague ouvertement, prenne chacune de ses phrases comme une tentative implicite de lui communiquer son amour et autres actions typiques de sa maladie. Malgré certains inconvénients, Henry adorait son métier. Alors oui, Gwendolynn Sheppard était un cas particulier mais intéressant aussi. Il devait faire attention à ce qu’il disait, ne surtout pas communiquer de données personnelles mais Henry se sentait bien dans son métier. Il voyait parfois de l’amélioration dans le comportement de Mademoiselle Sheppard mais c’était très rare et éphémère. Mais le jeune psy ne désespérait pas. Il continuait de croire qu’un jour, Mademoiselle Sheppard se déferrerait de cette maladie. Il n’en doutait pas. Il savait qu’un jour, elle découvrirait l’amour le vrai, pas ce qu’elle croyait être l’amour. Et ce jour-là, la jeune femme serait heureuse. Mais en attendant, il se devait de l’aider, elle avait besoin de lui. Contrairement à bons nombres de ses collègues, Henry n’était pas un adepte des médicaments, il refusait les traitements et encore plus les psychotropes. Il ne voulait pas voir la jeune femme commencer avec ces médicaments qui pouvaient s’avérer plus dangereux pour elle. Non, il voulait l’aider de manière naturelle en discutant avec elle, en effectuant des exercices etc. Donc, il la fit entrer dans son bureau par l’intermédiaire de Nancy, sa secrétaire.
Lorsqu’elle entra dans mon bureau, Henry remarqua que Gwendolynn le dévorait des yeux. En dehors du travail, Henry était du genre timide et sans toutes les données, il en aurait été gêné. Mais il savait que les sentiments que la jeune femme nourrissait à son égard n’était que le fruit de son imagination et d’un délire plus ou moins puissant. Il essayait donc d’être le plus neutre possible afin qu’elle ne l’interprète pas de la mauvaise façon… Mais c’était compliqué car même un sourire neutre pouvait lui donner des idées. Un sourire, un regard. La main que qu’il lui tendait, le fait de l’appeler par son prénom.

« Bien, venez-vous s’asseoir. »


Henry l’emmena au petit salon qu’il avait crée pour les consultations. Il la laissa s’installer sur le canapé et se dirigea vers la cafetière.

« J’allais me faire un café vous voulez boire quelque chose ? »

Henry raffolait du café. Le café bien noir, celui qui décrochait une grimace de dégout aux papilles délicates qui préférait le chocolat chaud. Encore une raison qui lui faisait aimer son travail, il pouvait diriger les séances comme bon lui semblait. S’il voulait boire un café, il se servait. S’il voulait des bonbons, un sandwich, faire une pause de 30 minutes, c’était lui qui gérait. Il était son propre patron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 4
♈ Friandises : 5
♈ A New York depuis : 27/05/2016
♈ Quartier : Manhattan

MessageSujet: Re: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   Dim 29 Juil - 17:53

Ces séances avec Henry, je les attendais avec la plus grande des impatiences. C’était notre moment à nous, notre moment à deux, notre moment privilégier. Et pour rien au monde je ne louperai ces séances. Je savais très bien qu’Henry voulait qu’on prenne notre temps, mais cela faisait des mois qu’on se côtoyait discrètement, qu’on n’avouait rien l’un à l’autre. Henry était timide. Il fallait que je lui donne le temps. Mais moi, je commençais à en avoir assez d’attendre. Depuis le temps qu’on se côtoyait je ne voyais pas le problème que cela pourrait engendrer. Mais c’était normal qu’Henry pense à son rôle de médecin. Il était si professionnel. Il me faisait craquer complètement. Quand il me demanda comment j’allais, je savais que c’était une façon subtile de savoir si j’étais aussi heureuse que lui de le voir. Alors bien évidemment, je rentrais dans son jeu tout en lui répondant que j’allais merveilleusement bien, voulant ainsi dire que j’étais plus qu’heureuse de le voir moi aussi.

Je ne pouvais pas défaire mes yeux de lui. Je me voyais tellement à son bras. Il était si classe, il semblait si fort… Et il était à moi. Il était hors de question que je le partage avec qui que ce soit. Je ne partageais avec personne. J’étais beaucoup trop possessive et bien évidemment beaucoup trop jalouse pour songer à partager. Une moue se forma sur mon visage quand il ne répondit pas à mon retour de question. Il me demanda de m’asseoir et je m’exécutais aussitôt une fois arrivée dans le petit salon. Je m’assis le plus correctement possible – après tout, je n’étais pas chez moi – afin d’éviter de donner une mauvaise image de moi à Henry. Il aurait tout le temps de découvrir mes défauts, mais il fallait tout d’abord qu’on affirme notre relation. J’offris un sourire à mon bien-aimé tandis qu’il m’offrait quelque chose à boire. Je nous voyais déjà les matins de week-end, lui m’apportant mon petit déjeuné au lit… Ce serait tellement merveilleux !

« Je prendrais un café, merci. Avec deux sucres si cela ne vous dérange pas. » répondis-je.

Je me mordillais la lèvre inférieure quelques instants avant de demander :

« Dites-moi, vous faites exprès d’éluder mes questions ? »

Après tout, je lui en avais posé deux avant qu’il ne me propose de venir m’asseoir et je ne comprenais pas pourquoi il restait brusquement silencieux. D’habitude, il me posait plein de questions sur moi, et là que je lui demandais ce qu’il désirait savoir, il restait muet et changeait de conversation en me proposant quelque chose à boire. C’était vraiment très perturbant et anormal de sa part. Que se passait-il donc avec Henry ? Avais-je fait quelque chose de mal ? Oh mon dieu, j’espérais bien que non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry   

Revenir en haut Aller en bas
 

La consultation mensuelle est arrivée - PV Henry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» DERNIERE HEURE !DERNIERE HEURE ATTANTAT MANQUE CONTRE MARC AK HENRY ...
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Manhattan-