Dirty New-York

Qui a dit que le linge sale se lavait uniquement en famille ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♈ Messages : 14
♈ Friandises : 17
♈ A New York depuis : 18/06/2015

MessageSujet: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   Mar 12 Déc - 18:52

Voilà plus de deux heures que le jeune homme attendait patiemment qu’on vienne le chercher.
Austin était à moitié assis sur le lit… Enfin, pour ce qui en restait car le matelas était si fin, que le jeune blondinet en sentait les ressorts. Mais il s’en foutait, tout ce qu’il voulait, c’était sortir de là. Ce n’était pas sa première garde à vue, loin de là. Aujourd’hui, c’était pour possession de substances illicites, comprenez par-là qu’il fumait tranquillement son joint, quand des agents de police lui étaient tombés dessus. Après un rapide contrôle et une fouille, ils avaient trouvé une petite boulette de cannabis. Ils auraient pu le laisser partir comme ça, avec un petit avertissement verbal. Mais ces deux agents semblaient zélés… Peut-être voulaient une augmentation de leur salaire. Allez savoir. Austin avait donc fini au commissariat. Il y était connu donc il n’eut pas à suivre toute la procédure. On l’avait simplement entendu sur les faits. Puis, il avait été remis en cellule.

Soudain, l’un des agents vint à sa rencontre.

- Mallone, t’as droit à ton appel pour que l’on vienne te chercher.

- Cool ! Je peux appeler ma sœur adoptive ? Nos parents sont partis en weekend en Floride, ils pourront pas venir me chercher.


L’agent observa le jeune homme d’un air soupçonneux. Normalement, c’était à son tuteur légal de venir le récupérer, pas à sa sœur ou un ami. Mais Austin était un habitué, il savait qu’on le laisserait repartir, malgré ses mensonges sur ses tuteurs légaux. Les policiers ne le voyaient que comme un délinquant juvénile qui finirait en prison. Il était irrécupérable, que ses tuteurs viennent le chercher ou pas, il reviendrait très vite. Ce jeune homme était hors de contrôle.

- Tu fais comme tu veux, Mallone. On sait où te trouver en cas de problème.

Austin eut un sourire satisfait tout en sortant de sa cellule. L’agent lui mit les menottes aux mains puis il le dirigea jusqu’aux téléphones muraux. Il composa alors le numéro non pas de la maison des Underwood mais celui de Melody. Il n’avait pas envie de voir débarquer les parents Underwood… Il les voyait bien l’obliger à prier en plein milieu du hall pour expier ses péchés, ou un truc du genre.
Au bout de trois sonneries, il entendit la voix toute douce, mais néanmoins effrayée de Melody. Il aurait dut se douter qu’elle prendrait peur en voyant un numéro inconnu l’appeler.

« Eh Melo, c’est Austin. Je suis au commissariat… J’ai eu un petit souci, rien de bien grave mais il faudrait que tu viennes me chercher. J’ai besoin de toi, vraiment. »


Il lui cacha volontairement la vérité. Un parce qu’il ne voulait pas prendre le risque qu’elle ne vienne pas ou appelle ses parents. Deux, pour voir la tête qu’elle ferait en apprenant qu’elle l’aidait à sortir de garde à vue mais aussi qu’elle devrait cacher à ses parents ce qu’il avait fait.

« Ne dis rien à aux parents, je ne veux pas les inquiéter. Je leur dirais tout moi-même. Merci, ma rouquine. » lui dit-il quand il l’entendit accepter.

Qu’elle était naïve. Melody ne savait pas ce qui l’attendait. Austin voulait simplement la faire encore enrager. On le raccompagna à sa cellule tandis qu’il songeait à sa jolie rousse qui n’allait pas tarder à arriver.

Une demi-heure plus tard, le même agent revint le chercher. Il lui remit les menottes et l’emmena dans le hall. Lorsque le jeune homme aperçut Melody, il comprit qu’il allait enfin sortir. Il lui fit un sourire légèrement narquois et lui fit un signe de la main… Plutôt les mains étant donné qu’il était encore menotté. En voyant la tête de Melody, il eut envie de rire mais se retint. On lui retira les menottes pour qu’il puisse signer sa convocation pour un nouvel avertissement que le juge lui donnerait.

Une fois que toute la paperasse fut signée, Austin rejoignit Melody. Sans crier gare, il lui embrassa la joue et lui dit :

« Merci ma rouquine d’être passée. T’es un ange, toi ! On y va ? »

Il passa alors son bras sur ses épaules et l’entraîna dehors, prêt à lui en faire baver, pour ne pas changer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 13
♈ Friandises : 12
♈ A New York depuis : 16/06/2015
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   Ven 22 Déc - 21:57

Comme toujours après dîner, Melody avait exactement le même rituel. Elle aidait sa mère à remettre la cuisine en ordre avant de prendre la direction de la salle de bain afin de mettre son pyjama et se brosser les dents. Ce soir, Austin n’était pas rentré pour dîner. Les Underwood l’avaient attendu pendant près d’une heure avant de se décider à passer à table et de dîner sans lui. Encore une fois, ses parents avaient essayé de lui trouver toutes les excuses possibles et inimaginables, mais Melody était persuadée qu’il avait encore fait exprès pour les embêter encore une fois. Après tout, Austin n’était bon qu’à ça : rendre la vie dure aux Underwood et s’en amuser pendant des heures par la suite. Ils avaient même mis sa part de côté dans une assiette et mis au frigo afin qu’il puisse dîner une fois qu’il rentrerait parce qu’il aurait – selon sa mère – sûrement faim ! Melody rejoignit sa chambre, située juste en face de celle d’Austin, et ferma la porte derrière elle. Avant de se coucher, elle prit le temps de lire quelques chapitres, mais le sommeil finit par la gagner au bout de quelques heures. Aussi s’endormit elle sans demander son reste et pour une fois, elle se disait que la nuit serait paisible.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Son téléphone vibrait sur sa table de chevet, la faisant quitter son sommeil profond. Elle ouvrit difficilement les yeux et se redressa sur un coude pour voir qui pouvait bien l’appeler à une heure aussi tardive. Melody fronça les sourcils en constatant que le numéro de téléphone n’était pas affiché. Mais qui pouvait bien l’appeler à cette heure-ci ? Avant que la boîte vocale ne se mette en route, elle décrocha.

- Allô ?

- Eh Melo, c’est Austin. Je suis au commissariat… J’ai eu un petit souci, rien de bien grave mais il faudrait que tu viennes me chercher. J’ai besoin de toi, vraiment.

- Attend ! Quoi ? demanda-t-elle, peu sûre d’avoir réellement compris ce qu’il disait.

- Ne dis rien aux parents, je ne veux pas les inquiéter. Je leur dirais tout moi-même. Merci ma rouquine.

- Euh… ok…

Ses neurones n’étaient pas du tout connectés alors elle avait répondu ça complètement au hasard mais cela sembla suffire à Austin car celui-ci raccrocha sans demander son reste. Elle reposa son téléphone sur la table de chevet et s’allongea à nouveau dans son lit tandis que les paroles d’Austin faisaient leur chemin dans sa tête. Il se trouvait au commissariat. Soudainement, Melody eut la pensée qu’il pouvait bien y rester, ça lui était complètement égal après tout. S’il était là-bas, il avait forcément eu ce qu’il méritait et elle ne voyait pas pourquoi est-ce qu’elle s’en inquiéterait. Elle se tourna de l’autre côté, prête à reprendre sa nuit là où elle l’avait laissé mais soudainement, une idée lui vint : et s’il était arrivé quelque chose ? La jolie rouquine se mordilla la lèvre inférieure. Est-ce que ce serait justifié de le laisser là-bas ? Elle n’en savait rien. Dieu ne lui pardonnerait pas de ne pas avoir été aider Austin.

Melody passa plusieurs minutes à hésiter avant de finalement lâcher un profond soupire et se lever. À pas de loup elle se rendit dans la salle de bain, veillant à ne pas réveiller les parents et elle s’habilla afin d’aller chercher cet imbécile d’Austin. Il lui faudrait confesser cet instant d’hésitation dès sa prochaine visite à l’église. Elle releva ses cheveux dans un chignon rapide. Elle enfila son manteau et ses bottes avant de prendre la direction du commissariat. Marcher seule dans la rue la mettait extrêmement mal à l’aise. Elle ne cessait de regarder dans tous les sens pour vérifier que personne ne la suivait. Elle aurait dû appeler un taxi… Non, elle aurait dû réveiller ses parents pour leur dire qu’Austin avait des problèmes et qu’ils devaient aller le chercher, ainsi, elle n’aurait pas été complice de la situation et surtout, ça aurait peut-être permis à ses parents qu’ils se rendent compte qu’Austin n’était pas l’oie blanche dont ils pensaient.

Récitant quelques psaumes de circonstances, Melody accéléra le pas jusqu’au commissariat et une fois celui-ci en vue, elle recommença à respirer. Dieu merci, il ne lui était rien arrivé ! Elle pénétra au poste et se rendit à l’accueil où était assis un policier à deux doigts de s’endormir. Elle toussota légèrement, le faisant sursauter et elle lui annonçait venir chercher Austin Mallone. Le policier lui demanda de patienter. Au bout de quelques instants, Austin fit son apparition avec les menottes aux poignets. Melody poussa un soupire et roula les yeux vers le ciel. Comme c’était étonnant… Et dire qu’elle avait eu le malheur de croire que peut-être, pour une fois, il aurait vraiment eu besoin d’aide parce qu’il se serait mis dans une mauvaise situation tout en étant innocent, mais apparemment, Austin était tout sauf innocent – comme d’habitude. Il osa même lui faire un signe de la main, ou des deux mains.

On libéra Austin et après qu’il ait signé un papier, il rejoignit la rouquine qui l’attendait avec les bras croisés sous la poitrine. Sans crier gare, il vint planter un baiser sur la joue de Melody et aussitôt elle se recula, détestant cette familiarité qu’il semblait s’évertuer à faire. D’ailleurs il passa un bras autour de ses épaules et l’entraîna à l’extérieur du commissariat. Une fois dehors, Melody se dégagea de son étreinte.

- J’aurais dû te laisser là, si j’avais su que tu étais encore coupable de quelque chose ! lâcha-telle. Tu me fais venir en pleine nuit jusqu’ici alors que tu ne le mérite même pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 14
♈ Friandises : 17
♈ A New York depuis : 18/06/2015

MessageSujet: Re: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   Lun 1 Jan - 20:28

Malgré le mépris que lui inspirait la famille Underwood, Austin admettait une chose : il pouvait compter sur eux quand il était dans le pétrin. La preuve, il avait réveillé la jeune Melody en sachant très bien qu’elle viendrait et qu’en plus, il obtiendrait son silence.
Le jeune garçon patientait donc dans sa cellule en espérant que Melody fasse vite, il en avait marre de regarder le même mur crasseux… Et il commençait à avoir un creux. L’agent ne lui avait apporté qu’un petit sachet comportant quatre biscuits au beurre et une petite bouteille d’eau. Il entendait son ventre crier famine lorsqu’on vint le chercher, Melody était arrivée.
En la voyant, il lui fit un petit signe et la tête qu’elle fit lui donna envie de rire. Elle venait de comprendre que le jeune garçon avait encore fait des siennes, pour ne pas changer. Il signa les papiers qu’on lui remit, dont une convocation, avant d’aller retrouver la jolie rousse qui l’attendait. Austin l’embrassa sur la joue avant de passer son bras autour d’elle en sortant du commissariat. Il se jouait de la situation, s’il pouvait encore la rendre folle, il n’allait certainement pas se gêner !

« Quoi ? Je ne mérite donc pas le pardon pour mes péchés ? Je te croyais moins rancunière que ça, rouquine ! »


Austin lui jeta un coup d’œil. Malgré ses airs de vierge effarouchée, Melody possédait une beauté hors du commun. Elle n’en avait pas conscience mais ses cheveux de feu, ses yeux marrons, son air de poupée fragile la rendait adorable. Bien plus que la plupart des jeunes filles de leur âge, occupées à ressembler à leurs idoles, les célébrités de télé-réalités. Croisant son regard, il lui s’arrêta alors pour lui dire :

« T’as bien conscience que tu peux rien dire à tes parents… »

Bien sûr que si, elle pouvait le dire à ses parents. Mais ça, le jeune homme ne le voulait surtout pas. Déjà parce qu’on se sentait toujours mieux à deux dans les problèmes mais également parce qu’il avait dans l’idée de la dévergonder… Du moins, qu’elle soit moins coincée !

« Bon viens, je connais un endroit sympa où manger. J’ai la dalle ! »


Sans attendre sa réponse, il l’entraîna à sa suite dans les rues malfamées du Bronx. En voyant le regard de certains camés, Austin ne réfléchit pas et prit la main de la rouquine tout en accélérant le pas. Deux jeunes Blancs dans un quartier malfamé, réputé pour y cacher des membres de gangs ? Austin avait beau être une tête de con brûlée, il n’allait pas prendre le risque que Melody ait de sérieux problèmes. Il n’était pas aussi mauvais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 13
♈ Friandises : 12
♈ A New York depuis : 16/06/2015
♈ Quartier : Brooklyn

MessageSujet: Re: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   Ven 26 Jan - 16:54

Melody se détestait. Pourquoi donc avait-elle accepté d'aller aider cet imbécile d'Austin ? Si seulement elle avait su qu'il avait encore fait une bêtise, elle l'aurait laissé dans sa misère car il ne méritait aucune aide. Encore moins venant de sa part étant donné la façon dont il la traitait. Il ne méritait aucune considération de sa part et elle s'était laissée avoir par les remords quand elle avait souhaité retourner se coucher. Mais voilà… elle n'était pas d'un naturel méchant. Ce n'était pas dans son éducation même si elle voyait bien qu'Austin ne méritait pas tout ce que les Underwood lui apportaient. Elle avait tout de suite compris qu'il avait fait quelque chose de mal quand elle le vit avec les menottes aux poignets. Elle aurait dû faire demi-tour et dire aux policiers qu'il pouvait retourner de là où il venait. Oui, elle aurait dû.

Une fois dans la rue, il passa un bras autour de ses épaules et l'embrassa sur la joue ; et aussitôt, elle le chassa tout en exprimant bien ce qu'elle pensait de ça. Il s'était encore moqué d'elle. Elle le fusilla du regard tout en s'essuyant la joue. Malgré ça, elle avait encore le contact de ses lèvres sur sa peau et Melody détestait ça.

- Non, tu ne mérites pas. A moins de faire amende honorable jusqu'à la fin de tes jours - ce dont je doute, répondit-elle tout en prenant le chemin qui menait à la maison.

Même si elle avait été cherché Austin, à présent elle n'avait qu'une hâte, c'était de rentrer chez elle pour retourner dans son lit. Être dehors à une heure pareille de la nuit n'était décidemment pas une bonne chose. Décidée à marcher droit devant elle sans s'arrêter, elle sentait bien le regard du jeune homme sur elle et finalement au bout de quelques secondes, la jolie rouquine tourna la tête vers lui pour lui demander quel était son problème mais il la devança quand il déclara qu'elle ne devait rien dire à ses parents. Elle arqua un sourcil avant de les froncer.

- Ah oui ? Et en quel honneur ? Lâcha-t-elle. Tu ne penses pas qu'ils devraient être au courant d'une telle chose ?

Absolument rien ne la retiendrait de raconter à ses parents qu'elle avait dû aller chercher Austin au commissariat parce qu'il avait encore fait des siennes. Peut-être que ça leur montrerait enfin qu'il était un cas désespéré et qu'on ne pourrait jamais rien pour lui. Peut-être que ça entrainerait enfin son débarras ! Si seulement les parents Underwood ne cherchaient pas des excuses au comportement d'Austin, il aurait débarrassé le plancher depuis longtemps. Il ne pouvait pas lui arracher la promesse de ne rien dire de ça, Melody s'en assurerait.

Après avoir déclaré qu'il avait faim et qu'il connaissait un endroit, il l'entraîna à sa suite. La jolie rouquine se sentit tirer par la manche de son manteau dans des rues de New-York.

- Hé ! Je veux rentrer à la maison, lâche-moi !

Sauf qu'au lieu de la lâcher comme elle l'entendait, il saisit sa main et l'entraîna encore plus en accélérant le pas si bien que Melody dût se mettre à trottiner pour le suivre. Ce fut après quelques instants qu'elle remarqua les regards qu'on portait sur eux et elle sentit la panique l'envahir. Où est-ce qu'il la traînait ? Et si c'était encore une arnaque ? Et s'il prévoyait de lui faire des choses affreuses ? De la laisser là au milieu de toutes ces âmes perdues…

- Seigneur, Jésus… souffla-t-elle. Où est-ce que tu m'emmènes ?

Ses paroles n'avaient été qu'un souffle, un bref murmure. Elle ne pouvait en dire plus. Tout cela lui faisait bien trop peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♈ Messages : 14
♈ Friandises : 17
♈ A New York depuis : 18/06/2015

MessageSujet: Re: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   Jeu 15 Mar - 22:52

Austin savait comment faire enrager la jolie rousse mais il savait aussi qu’elle ne pouvait pas le laisser dans le pétrin, sa conscience chrétienne était bien plus forte que son ressentiment, et malheureusement pour elle, le jeune garçon en avait pleinement conscience. Alors, chaque fois qu’il avait besoin d’elle, le blondinet n’hésitait pas à l’utiliser comme bon lui semblait. Un peu comme ce soir-là, il avait besoin de sortir de garde à vue et qui pouvait l’y aider ? Melody, bien sûr, elle le ferait contre son gré mais ça, ce n’était pas du tout le problème d’Austin. Tant qu’elle venait seule, c’était bien le principal.

« Dis donc, ne serait-ce pas un jugement que tu portes là ? Après tout, tu ne sais pas, peut-être que je joue un rôle mais que dans le fond, j’ai une bonne âme. Tu sais que j’ai grandi dans un orphelinat catholique, avec des nonnes et tout le tralalala. »

Comme certains de ses camarades, Austin aurait put suivre la voie que les nonnes lui avaient montré. Il aurait pût être un bon chrétien, suivre les commandements divins et s’y conformer… mais voilà, il avait été si déçu, qu’il avait fini par devenir cynique. Selon lui, Nietzsche avait raison, Dieu était mort. Il y avait de cela bien longtemps. Une fois, il l’avait dit à une nonne… Qui avait failli défaillir d’horreur tant il était concevable que ce beau garçon au visage d’ange puisse blasphémer dans un couvent ! Mais ça, ce n’était plus son problème. Austin en avait assez d’espérer en vain. Et pourtant, il était à présent chez les Underwood et contrairement aux anciennes familles d’accueil chez qui il avait séjourné, ils semblaient bien déterminés à le garder et à le remettre sur le droit chemin… Au grand damne de Melody !

« Non je ne pense pas qu’ils aient besoin d’être au courant. Après tout, il faudra que tu leur explique pourquoi tu ne les as pas prévenus dès le début et pourquoi tu t’es baladée dans les rues de New-York alors qu’il se fait tard… »

Austin lui fit un clin d’œil. A vrai dire, il s’en foutait que les parents de Melody sachent qu’il était en garde à vue. En réalité, il voulait juste obliger Melody à cacher à ses parents leur sortie nocturne. Elle ne savait peut-être pas encore mais ils n’allaient pas rentrer maintenant. Austin avait bien l’intention de dévergonder sa victime préférée. Il avait alors décrété qu’il avait faim, il faut dire qu’il n’avait pas dîné et c’était une chance qu’ils vivent à New-York, certains restaurants ne fermaient pas. Sans faire attention à ce que Melody lui disait, il l’entraîna dans une ruelle, raccourci pour rejoindre une rue où ils y trouveraient un fast-food ouvert. Mais en voyant les énergumènes qui s’y trouvaient, Austin prit Melody par la main. S’il avait été seul, il n’aurait pas eu peur de se battre. Mais avec Melody, il ne pouvait pas. Bien que chiant, il n’avait pas un si mauvais fond que ça. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit de grave. Sans lui répondre, il se dépêcha de quitter la ruelle, quitte à faire trottiner Melody derrière lui. Il préférait ça que de la laisser seule.

Une fois dans la rue illuminée par les fast-food, Austin se tranquillisa un peu. Mais il resta sur ses gardes. Melody avait l’air trop innocente pour qu’il puisse la laisser seule. Il repéra alors un restaurant chinois avec un buffet à volonté. Heureusement qu’il avait caché ses sous dans une poche intérieure de sa veste, ils allaient pouvoir manger tranquillement. Comment avait-il obtenu de l’argent ? C’était un débrouillard… Avec ses magouilles…
Il traversa la rue, toujours en tenant la main de Melody. Ils entrèrent dans le restaurant. Il demanda une table pour deux et s’installa tranquillement. Il consultait la carte des boissons. Il n’avait pas sa fausse carte d’identité et avec Melody, il ne pouvait pas mentir sans prendre le risque qu’elle le dénonce. Il commanda donc un Fanta avant de regarder Melody.

« Tu ne veux rien boire ? »

Austin ne semblait pas le moins du monde préoccupé par le fait qu’il se retrouvait assez tard dehors avec Melody. Il ne se disait pas non plus qu’elle devait rentrer et retourner se coucher… Et qu’il devrait suivre son exemple. Non, tout cela lui était complétement égal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu es une délinquante ! (Rouqine de mon coeur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» La bande dessinée
» Caniche 1 an (58)
» Haiti a la recherche de sa classe moyenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty New-York ::  :: Bronx :: New York City Police Department - 40th Precinct-